J’ai vu Demain

demain6

Hier, j’ai vu demain ( Oui, pardon, elle était facile, je vous l’accorde), le film de Cyril Dion, militant iconique de la décroissance et de Mélanie Laurent.

A vrai dire et en dehors du fait que j’aurais presque zappé le film au motif seul que Mélanie Laurent en est la co-réalisatrice, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre : un film de bobo alarmiste, pétri de poncifs et bourré de selfies de la star tous les quatre plans ? Ou au contraire, un documentaire qui jetterait une nouvelle lumière sur la vaste question de l’environnement ?

Près de 2 heures plus tard, je suis ressortie véritablement galvanisée de la projection : Demain est bel est bien une petite pépite que je vous recommande plus que chaleureusement !

D’abord, parce que si le film part d’un constat accablant (selon une étude parue en 2012 dans la revue Nature, une partie de l’humanité pourrait s’éteindre d’ici à 2100 si nous ne changeons pas nos habitudes), il est éminemment positif. Une grande première dans la manière d’aborder le sujet.

« Pour donner envie aux gens de changer leur monde, il faut montrer que des solutions existent déjà et qu’elles sont à la portée de tous »Cette phrase du réalisateur résume à elle seule le film. Foin d’images terribles qu’on ne connait hélas que trop bien, exit les discours culpabilisants, les sermons et les prophéties apocalyptiques qu’on nous rabâche à longueur de journée : Cyril Dion et Mélanie Laurent ont choisi de porter leur attention sur les initiatives qui existent déjà et qui sont couronnées de succès dans la course contre la mort de notre planète et de notre civilisation.

photogramme_000013

Au-delà des constats, Demain apporte ainsi des solutions concrètes. Alimentation, agriculture, énergie, mais aussi économie, politique et éducation, tous les domaines sont passés au crible et richement illustrés par des initiatives qu’on a immédiatement envie d’appliquer à notre quotidien. C’est bien simple, en moins de deux heures, j’ai eu envie d’ouvrir et de m’occuper d’une ferme citadine, de poser des panneaux solaires autour de mes fenêtres, de demander à tous les supermarchés du coin de végétaliser leur toiture, d’envoyer les enfants que je n’ai pas à l’école en Finlande pour leur offrir l’opportunité de bénéficier d’un apprentissage différent et intelligent, de repenser (encore plus) ma manière de consommer…

Parce qu’au fond, tout cela à l’air facile et à ma portée, parce qu’il existe déjà pléthores de solutions à mettre en place qui changent la donne pour la planète sans bouleverser radicalement ma petite vie.

photogramme_000035

photogramme_000030

photogramme_SF

Oui, la force du film est vraiment là : nous réconcilier avec le changement, ouvrir les yeux et nous donner envie de prendre les armes. Enfin. En sortant du film, on se sent habité d’une nouvelle énergie. 48 heures plus tard, l’effet est toujours là.

A suivre… (et ok, ok, my bad, Mélanie Laurent).

En attendant et pour aller plus loin

Photogrammes 050615_010

– Le site du film, drôlement bien ficelé et pourvoyeur de solutions individuelles, collectives et même politiques
– 10 gestes pour l’environnement archi faciles à mettre en place
– Le livre du film, qui compile notamment les solutions présentées à l’écran
– 100 façons de protéger l’environnement, un article qui permet de trouver encore plus de solutions concrètes et faciles à mettre en place
– Green Raid, une carte interactive qui recense les meilleurs endroits pour une consommation durable

Voilà, c’est tout.

Vous l’avez vu vous ? Vous en avez pensé quoi ?

Bon réveillon !

Commentaires

oh là là j’en connais une qui a une dent contre mélanie Laurent …. pour ce qui est des 10 gestes pour l’environnement, j’en suis « déjà » à plus de la moitié. Je ne désespère pas d’arriver jusqu’à 10, même si boire l’eau du robinet est totalement impossible dans ma région :)) Lorsque je regarde un film ou lis un livre sur ce sujet, j’ai juste envie de tout plaquer et d’aller vivre dans une cabane au fond des bois 🙂
Bon réveillon Deedee !!

Répondre

Pas encore vu, mais ton article me conforte dans l’idée première que j’en avais, quand j’ai vu Cyril Dion en faire la promo dans On n’est pas couché : c’est un film très positif, qui donne de l’énergie et l’envie de faire bouger les choses! J’irai le voir! Merci pour cet article Deedee!

Répondre

Entiêrement d’accord, avec le même a priori au départ, et le même sentiment positif ensuite ! Parfois un poil trop démago dans l’anticapitalisme de base, mais on leur pardonne 😉

Répondre

Oui ! et oui 🙂 (la réponse cryptique ^^)

Moi aussi juste pour Mélanie Laurent, j’ai été découragée d’aller le voir, je vais peut être changer d’avis alors.
Bon réveillon, à l’année prochaine Deedee (oui pardon celle là aussi est trop facile )

Répondre

Bonne année !

Je vais y aller aussi, car malgré Mélanie Laurent, faire une entrée supplémentaire à ce film, c’est lui permettre de rester un peu plus longtemps à l’affiche et ainsi de toucher plus de monde… Une autre façon de militer !
Dans la même veine, je vous conseille « Un million de révolutions tranquilles » ou comment les citoyens changent le monde !

Répondre

Merci pour la piste !

Chère Deedee, suivant et aimant ton blog depuis longtemps, je ne peux pas m’empêcher de raler un peu en te lisant:
– non, traiter de façon positive le sujet, ce n’est pas une grande première !!!!! Comment peut-on présenter ce film avec cet argument…
Coline Serreau avait fait Solutions locales pour un désordre global il y a des années; récemment, dans le domaine éducatif, Etre et devenir, etc…
– présenter ce film comme positif, ok, mais c’est un peu irrespectueux de ceux qui l’ont fait avant, sans bénéficier de la même couverture médiatique
– d’où mon agacement
Maintenant, si cela peut émouvoir, sensibiliser, éveiller, interpeler des gens qui ne se posaient encore aucune question, super….
Je réalise que je m’énerve, rien de personnel, juste un ras le bol de lire un peu partout cette accroche « novatrice » pour ce film.
Bisettes et TRESSSSSSS BONNE ANNÉE 2016

Répondre

Mais tu fais bien, les commentaires sont faits pour ça !

Merci pour tes pistes, que je ne connaissais pas. Je crains que nous soyons nombreux dans ce cas, et c’est pour cette raison que j’ai aimé aussi Demain : je crois que sa vocation très grand public permet d’être porté à la connaissance du plus grand nombre. Mais non, bien sûr, ça n’est sûrement pas le seul documentaire à aborder le sujet de l’environnement sous un angle positif !

Hello Deedee,
Je te présente mes meilleurs vœux pour 2016.
Mon comm’ n’a rien à voir avec la soupe, mais nous re-planchons sur notre projet de séjour au Costa Rica, et je relisais tes billets sur ton voyage afin d’affiner un peu ; par contre je n’arrive pas à retrouver dans tes archives le 4ème et dernier volet annoncé, est-ce que tu l’avais finalement publié ?
Bises

Répondre

Merci HelN, à toi aussi !

Non, j’ai été mauvaise élève, je n’ai pas pris le temps de le faire.. Vous partez quand ?

Ha mince ! On envisageait ça pour le mois d’août, mais j’ai lu pas mal de retours d’expériences concernant les sorties systématiques de porte-monnaie corroborant ton ressenti, et c’est le genre de truc qui me gonfle au plus hait point (surtout qu’on est 4, avec mes filles, donc j’aime bien gérer le budget à l’avance…) Du coup je suis un peu refroidie…

Répondre

Alors ça, je te confirme… On n’a pas eu tous les mêmes expériences : dans les commentaires liés à ces articles là, j’ai pris quelques volées de bois vert comme quoi j’étais mal organisée et je ne sais pas trop quoi encore, rapport que ça ne coûtait pas si cher que ça, le Costa Rica.

Pourtant, j’ai bien préparé, anticipé, et ajusté le tir sur place. Et je ne vois pas comment tu peux payer moins que le prix affiché partout, que ce soit pour les parcs nationaux (très nombreux), les hôtels, les restaurants…

Donc oui, le Costa Rica et une destination plutôt chère, et oui, tu as beau planifier, très clairement, tu as toujours une rallonge à faire. Conséquente, de surcroit.

Bon, j’essaye de publier le dernier article avant la Saint Glin Glin 😉

Oui j’ai vu que ceux qui osaient remettre en cause le « Pura Vida » sur internet se ramassaient pas mal de commentaires bien piquants en retour. Personnellement, j’aime autant être avertie sur ce genre de sujet avant de partir ; après, si je décide de partir, c’est en connaissance de cause et j’en fait mon affaire 😉 !
Donc oui, si tu as le temps et l’envie de publier le 4ème volet, tu auras au moins une lectrice attentive et intéressée !!
Parallèlement, je vais me renseigner sur le Nicaragua, j’ai lu que c’était très beau et moins onéreux. Mais avec les JO au Brésil cet été, je ne sais pas si c’est la bonne année pour partir en Amérique du Sud. Bref, merci pour tes retours en tous cas !

Répondre

Je rejoins Nanou64 à 100%.
Je râle pour les mêmes raisons : Coline Serreau a brossé si bien le sujet avant Mélanie Laurent et sur l’exact même déroulement ( voici le desordre mais voici les solutions localisées un peu partout dans le monde )….
…mais ça donne justement l’occasion de reparler de « Solutions locales pour un desordre global ». Ce doc est le premier qui m’ait autant marquée.

Répondre

Je suis d’accord avec toi, le film est galvanisant ! Moi aussi j’ai envie de changer le monde 😀
J’étais déjà un peu dans le mouv et n’ai pas appris énormément, mais je me suis sentie tellement moins seule ^^

Répondre

Au lieu du costa rica qui est cher, allez visiter le panama, c’est bcp moins cher et c’est très beau.
lE NICARAGUA …. c’est très pauvre, moins cher que le costa rica, mais pas touristique encore.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram