La Reine des Neiges, ou comment s’habiller pour faire du ski au Canada

comment-s-habiller-en-hiver-au-canada-7

©Photos Roman Jehanno

Oui alors excusez-moi, mais si je ne peux pas jouer deux minutes avec mon patronyme, je préfère partir plutôt que d’entendre ça plutôt que d’être sourde ! (Deux références hautement culturelles s’t’aient cachées dans la phrase précédente. Ne me remerciez pas).

Or donc, je suis partie mi-décembre comme vous le savez à Whistler, une station de ski au nord de Vancouver. 5 petits jours absolument fabuleux que j’ai hâte de pouvoir mieux vous conter qu’à travers les quelques photos et stories que j’ai publiées ici ou là !

Pour l’heure, répondons ensemble, si vous le voulez bien, à cette épineuse question : comment s’habille-t-on pour visiter un pays où il fait entre -10°C et -30°C l’hiver et qu’on est frileuse ? Vous avez 4h, la calculatrice n’est pas autorisée.

Le principe des 3 couches

Vous voulez avoir chaud au Canada ? Pratiquez la technique… de l’oignon ! L’idée, c’est d’empiler comme suit :

  • La première couche, la plus près du corps, doit permettre la circulation de la transpiration du corps vers l’extérieur et ainsi faire en sorte de rester au sec. Les fibres synthétiques sont les plus recommandées.
  • La seconde couche emprisonne la chaleur. La laine, la polaire, le cachemire sont super efficaces.
  • Enfin, la troisième couche protège de l’eau, de la neige et surtout du vent. Elle doit être à la fois ample, respirante et imperméable.

Application immédiate :

Le corps

s'habiller pour le canada

©Photos Roman Jehanno

Allez, je vous aide. D’abord, on fait une razzia chez Uniqlo pour shopper non pas les Tee Shirt Heattech mais les Heattech extra warm : doublés en polaire, ils sont archi chauds (je ne savais même pas qu’il y avait plusieurs gammes de Heattech avant de me pencher sur le sujet).

Ensuite, on n’oublie pas, évidemment, le legging (lui aussi Heattech extra warm) sous le pantalon de ski, lui même bien épais et bien chaud.

Vient après la première couche : en l’occurrence et après le Tee Shirt, j’enfilais un col roulé fitté soit en mérinos, soit en cachemire. Avant d’enfiler la seconde couche, un col roulé un peu plus large en laine.

Dernière couche, et non des moindres : une parka archi chaude. Celle-ci est signée Woolrich, qui n’a pas sa pareille pour tenir chaud sans maltraiter les animaux (il faut que je vérifie mes sources, mais il parait qu’une célèbre marque dont les initiales sont C.G. est assez middle de ce côté là). Je m’étais déjà offert une parka il y a quelques années pour faire du scooter en hiver, j’ai opté cette fois-ci la version la plus chaude composée de 90% de duvet de canard et 10% plumes, le tout avec un tissu à mémoire de forme. Je suis équipée pour les 10 prochaines années !

Reste l’écharpe et le bonnet, en laine ou cachemire ou polaire, évidemment.

Les mains

gants pour le canada

©Photos Roman Jehanno

Là encore, la technique de l’oignon est plus que recommandée : des sous-gants (en soie si possible). Et des moufles doublées par dessus. Pourquoi les moufles ? Parce que les doigts se réchauffent plus vite lorsqu’ils sont en contact les uns avec les autres. Avec cet équipement, vous devriez pouvoir sentir vos doigts au moins 10 minutes ! ^^

Pour ma part, je ne me suis pas résolue à acheter des moufles (j’ai déjà pas mal investi pour ce voyage…) et j’ai fait le choix d’utiliser mes gants de scooter.

Les pieds

bottes très chaude

©Photos Roman Jehanno

Last but not least, les pieds : avant de partir, je me suis pas mal renseignée et la marque qui revenait sur les lèvres les plus sérieuses était Sorel.

Comme je ne fais jamais rien comme tout le monde (et que je trouvais les Sorel un peu douteuses en terme de style) (en vrai, je crois que je m’y suis faite. Enfin à toutes sauf le modèle à talons spotté sur une fille à l’aéroport de Vancouver #seriously. Attendez, je vous retrouve l’objet, là, voyez ?! On est d’accord !), j’ai opté pour un modèle bien plus mieux signé Aigle : des après-skis coqués avec renfort, waterproof, doublés en polaire… J’ai passé 5 jours entiers avec ces bottes aux pieds, je n’ai pas eu froid aux pieds une seule fois, la joie !

Dans les bottes, des chaussettes de ski toutes bêtes, portées par dessus des chaussettes en laine, en polaire ou en cachemire.

Et voilà le travail :

 

A très vite pour le récit complet de ces 5 jours !

Commentaires

Merci deedee ! j’ai eu peur en lisant ton article car je pars au canada le 21 janvier, et j’ai fait hier une razzia chez uniglo alors je me suis dit flute tu aurais du attendre une journée de plus pour prendre les conseils de Deedee !
Mais j’ai tout bon ;)) j’ai commandé des tee shirt Heattech extra warm et des leggings idem. Il me reste le problème de la 3ème couche…et les chaussures : je ne suis pas prête à investir pour 4 jours passés au canada, surtout que je ne vais jamais au ski (je n’aime pas le froid !!). Bref, je suis presque prête…il me reste les sous gants, on m’a prêté un pantalon de ski, j’ai une parka normalement chaude de marque napapijri…

bref….

merci et je profite pour te souhaiter une très belle année !

Répondre

Clap clap clap ! 🙂

Oui demande à ce qu’on te prête des chaussures en plus du reste ! On m’a prêté pas mal de choses pour le séjour. Très clairement, j’ai la même problématique que toi : je vais peu au ski, et je n’avais pas envie d’investir outre mesure…

Waouh ! Même en monde bonhomme Desneiges tu restes super jolie ! Depuis que je suis descendue vivre dans ma garrigue perdue, je n’ai plus aucun équipement pour lutter sérieusement contre le froid – mais il faut dire qu’ici, 2 cm de neige suffisent à bloquer la région toute entière.

C’est vrai, la technique de l’oignon est la plus efficace pour lutter et se réchauffer. Mais -30°C, je suis épatée !

Répondre

C’est quand même du renard autour de la capuche
Pas très respectueuse des animaux

Répondre

Chapeau pour avoir réussi à rester stylée malgré cette tonne de couches diverses !

Répondre

Bonjour Deedee,

Il me semble que ton pantalon est un Eider si je me fie au logo qui apparait sur le bas d’une des jambes sur une des photos. C’est normalement du super matos.
Hâte de lire le résumé de ton voyage si un post dédié est prévu !

Répondre

Je devrais partir au Canada l’année prochaine pour un semestre alors je garde bien précieusement (j’ai failli dire au chaud, ahaha) tes conseils vestimentaires!
Les photos sont vraiment super belles, j’ai hâte de lire la suite

Répondre

Ton article est passionnant, surtout que je suis en train de me ronger les ongles en pensant au froid qu’il fait en hiver dans ma future région d’accueil… Je déménage dans le Connecticut dans moins de 2 mois et les températures atteignent les -20°! Tout ça pour dire merci pour les conseils! Mais quand même cette parka est juste hors de prix! Connais-tu des alternatives intéressantes?
Merci et au plaisir de te lire!

Répondre

C’est vrai que ce n’est paf toujours évident de rester stylée et féminine l’hiver au Canada. Je vis désormais à Montreal, j’ai connu les -27 depuis cet hiver, mais (pour éviter de refroidir trop de monde) il faut dire que ce n’est pas le même froid qu’à Paris où le ressentis est parfois humide. Perso, je n’ai pas encore adopté la règle des 3 couches. Le plus important est d’avoir un vrai manteau d’hiver jusqu’aux genoux et des accessoires techniques (bonnes chaussures/gants/bonnets voire cagoule oui oui ca existe !)
En tout cas, ici il y a un vrai hiver et les saisons sont vraiment bien démarquées ! Si tu as l’opportunité de revenir à l’automne, il y a une vraie flambée des couleurs et c’est la saison la plus belle !
Bisous du Québec !

Répondre

L’art de faire ses lacets avec sa (double) paire de gants. Quelle dextérité ! Est-ce lié au nom de famille ?… Suis terriblement jalouse 😉

Répondre

Malheureusement il me semble que les plumes de ta parka et la fourrure de renard autour de la capuche ne rendent pas celle-ci « non responsable de maltraitance animale », bien au contraire en réalité. Dommage!

Répondre

Ce n’est pas du renard, mais c’est de la fourrure, tu as raison, comme pour les plumes. Les deux proviennent d’un élevage qui garantit un traitement respectueux de tous les animaux, que ce soit pendant leur vie ou de leur mise à mort, loin, très loin des images et des clichés que l’on a en tête. Comme souvent, rien n’est jamais complètement blanc ou noir et s’il est important de creuser, il est aussi important de se renseigner pour ne pas faire d’amalgame 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram