La mode peut-elle libérer les femmes ?

© Helmut Newton 

Vous avez 4h, la calculatrice n’est pas autorisée ! Bon enfin, on rigole, comme ça, mais sous ses atours parfaitement futiles, le sujet est on ne peut plus sérieux. Tellement que j’ai eu envie de l’aborder ici pour cette journée des droits des femmes.

Tout est partie d’une proposition de Pinterest : créer un board sur le thème de la mode comme outil de libération des femmes. J’ai signé tout de suite, évidemment ; depuis toujours, je milite pour une mode qui ne se traduit pas par des tendances ou une frénésie de shopping qui par essence ne peut être assouvie, mais une mode qui révèle une personnalité, traduit un trait de notre caractère, nous permet de jouer, de militer, de nous affirmer ou a contrario de nous cacher. La mode comme un outil d’expression, en somme, voire comme une arme pour défendre son droit d’expression… ! 

Il suffit pour s’en convaincre de retracer dans les grandes lignes l’histoire des militants de la mode. Grands couturiers ou figures de l’ombre, tous ont, à leur manière, fait avancer les droits des femmes en utilisant la mode.

Rassurez-vous, on n’est pas sur Wikipédia ici, loin de moi l’idée de vous agonir sous une logorrhée indigeste. N’empêche. On peut citer Gabrielle Chanel qui, dans les années 20, a lancé la mode du pantalon en plus de celle des cheveux courts, de Saint Laurent et son fameux smoking au féminin créé en 1966, de Courrèges et de sa mini jupe ou bien encore de Jean-Paul Gaultier, roi de la mode androgyne.

© tous les crédits des photos utilisées dans l’article sont sur Pinterest 

Aujourd’hui, on doit toujours lutter pour porter une mini jupe sans se faire siffler. Mais on peut aussi annoncer la couleur : « Girl Power », « Fight like a girl »… sont autant de messages portés haut et fort pour faire bouger les lignes et évoluer les mentalités.

Les créateurs ne sont là encore pas en reste : la preuve avec le défilé printemps- été 2017 de Dior, orchestré par Maria Grazia Chiuri, la première femme DA de la marque (oh yeah) qui a choisi de faire défiler une mannequin portant un tee-shirt avec ce mantra qui claque : « We all should be feminists ». BOUM. De Versace qui interprète le féminisme badass et glam à Chanel pour le chic et l’élégance en passant par Alexander McQueen pour l’excentricité et l’inventivité : pas de doute, pour peu qu’on veuille le voir et qu’on mette la paillette de côté, la mode militante est toujours en marche

Preuves, s’il en fallait, que la mode est loin de n’être qu’un simple bout de chiffon… ! (Ou comme dirait Fiona, #jesuiscagole).

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui (fiou !). Je nous souhaite une bonne fête, tiens (ahah), des droits qui cessent d’être bafoués, un féminisme qui ne soit pas systématiquement mal interprêté et de vraies initiatives pour faire vraiment bouger les lignes (vous avez vu passer ces photos d’hommes avec du rouge-à-lèvres ? Sérieusement…).

N’hésitez pas à suivre la Wonder Women Week sur Pinterest : outre mon merveilleux tableau, le programme déboîte :

Commentaires

Bonjour Deedee,

Quand je vois la photo de Newton,soit à mes yeux une femme déguisée en homme,je ne suis pas si sûre que la mode soit un outil de libération des femmes,mais ce n’est que mon ressenti.
Voilà,soit dit en passant le 8 mars est aussi ma date de naissance.,Je vous vois venir,et l’année,?
L’année?Et bien celle où on croyait encore à la libération de la femme…
Une semaine libre et truculente pour toi Delphine.
XXXX

Répondre

La photo de St Laurent est sublime ! Son immense classe et tout le soin porté à son travail qui transpire, dans ses yeux et sa posture. C est beau je trouve
Et pour ce qui est du féminisme… Argh… Comment résumer sur un sujet si important, si vaste et si complexe (et que j ai notamment eu l occasion de creuser pas mal pendant un semestre de sciences politiques au Canada il y a… Fiou, quelques pas mal d années déjà :-p). J ai tellement d exemples qui pourraient être développés… Mais pour faire court: Quelle galère pour moi d être autant d accord avec la définition de base (l égalité de tous les êtres humains est une base inébranlable pour moi) et d avoir tant d occasions d être en colère après tant de celles qui se revendiquent féministes ces derniers temps.
Mais bon j ai l impression que quel que soit le sujet, le problème se pose en fait: je trouve qu il est de plus en difficile d exprimer et de faire entendre des avis nuancés dans la société en ce moment… Bref, vaste débat oui 🙂

Répondre

Article très intéressant et board qui nous fait voyager à travers différentes époques que j’ai beaucoup apprécié.
Juste une petite correction concernant la phrase de Chimamanda Ngozi Adichie: « We should all be feminists », should et all ont migré dans ton article 🙂
Bonne soirée

Répondre

Attention retour vers le passé: Je relis régulièrement l’article que tu as écrit l’an passé, sur les femmes que tu admires, Je ne l’avais pas commenté (il n’est jamais trop tard donc), mais il m’a marqué, il était sincère, pudique et très bien écrit. Cela dit, j’aime beaucoup aussi ton board de cette année!

Répondre

Reponse oui et non.
Pour la partie Non : toutes les pubs hyper sexiste…

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram