21-05

Le « made in France » nous prend-il pour des jambons ?

Voilà un moment que ce billet mûri gentiment dans son coin. Et puis, les quelques réflexions reçues notamment sur le prix des ballerines dont je vous parlais il y a peu m’ont mises le pied à l’étrier.

Le « made in France » justifie-t-il tous les prix et, au-delà de ça, est-ce qu’on ne se ferait pas prendre pour des jambons en payant souvent cher des pièces sous prétexte qu’elles se revendiquent en mode tricolore ?

Au vu du nombre de vêtements, de produits, de bijoux, de sites, de marques et que sais-je encore qui brandissent leur façon bleu-blanc-rouge, la question mérite d’être posée.

Oui, le made in France, c’est cher. Et, bien souvent, la pilule est difficile à avaler. 240€ une paire de ballerines, 400€ une minuscule bague, 120€ un foulard… Aussi sûrement que la mode se démode, le prix de la plupart des vêtements ou accessoires estampillés made in France frise l’hérésie. Le constat est sans appel.

Et pourtant… Oui, le made in France est cher… mais pas tant que ça, si on y regarde de plus près (attendez avant de hurler). Acheter français à indéniablement un coût : celui de l’expertise et de l’excellence d’une façon, bien-sûr. Celui encore de la qualité des matières utilisées, que celles-ci soient françaises ou non. Mais aussi et surtout, et on tôt fait de l’oublier !, celui du coût d’une façon made in France. Sans même parler de l’excellence du travail d’artisans rompus à un savoir-faire souvent séculaire, il est tout bonnement impossible de rivaliser avec des pays qui ne connaissent pas le droit du travail, font cravacher hommes, femmes et enfants au bas mot 12 heures par jour. Pour avoir conduit il y a quelques années des audits visant à contrôler que les Principes Sociaux Fondamentaux étaient bien respectés dans les usines des fournisseurs d’un groupe industriel, je peux vous dire que je sais de quoi je parle !

Alors ? Alors, je ne dis pas que le made in France est abordable, ni que nous pouvons tous nous offrir un petit bout de luxe. Car c’en est un. Ce que je dis, en revanche, c’est qu’on ne peut pas espérer payer trois francs six sous une pièce d’exception.

Reste que de plus en plus de marques ont flairé le filon et s’engouffrent dans la brèche, à grand renfort de made in France revendiqué haut et fort et justifiant ainsi les marges les plus dingues. Fort heureusement, il nous appartient de choisir notre mode de consommation. Et de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie.

Cocorico !

Partager l'article

Catégories : Fashion, mais pas victime

Tags : , , , ,

Commentaires

57 réponses à “Le « made in France » nous prend-il pour des jambons ?”

  1. Mency dit :

    Ah je suis bien d’accord avec ce que tu nous dis mais parfois il est quand même difficile de distinguer justement le bon grain et l’ivraie et donc de choisir!

  2. Iah_hel dit :

    Donc… acheter du « made in France » c’est acheter encore un fois du luxe : le luxe d’un travail de qualité, des belles matières et d’un savoir-faire préservé. OK.

    Mais auparavant, n’est-est ce pas le contraire ? Consommer « étranger » coûtait un genou (frais d’import obligent) et c’est encore le cas si l’on prend des produits UK, US, ou from d’autres pays de l’Union…

    Alors si l’on ne peut plus acheter local et que l’international reste intouchable ? Que nous reste-t’il en ces temps de crise, où on devrait « aider l’Economie ! » ? Le Chinois !
    Tiens, je vais me faire un jambon-… RIZ à midi !
    Triste alternative…

  3. Khia dit :

    Entièrement d’accord avec toi.
    Branding+made in France= explosion des prix!!
    Xo

  4. Soniachocolat dit :

    Je trouve très bien que certains créateurs fassent le choix du made in France. Reste plus qu’à faire le choix de marges raisonnables et respectueuses des consommateurs.
    Très bon article en tous cas!

  5. Belle analyse, bien sentie et directe !

  6. momes deziles dit :

    je suis bien d’accord avec ton article par contre je nuancerai en disant qu’il existe une foultitude d’artisans français tres tres créatifs, et qui brade leur boulot faute de pouvoir se payer au prix du smic horaire… sisi ca existe apres venez faire un petit tour sur http://www.alittlemarket.com vous trouverez pleins d’articles faits main en france ou dans la francophonie on va dire par des artistes pas par des petits chinois et vous pourrez trouver de la ballerine d’exception à 400 euros la paire comme un chemisier couture à 50 euros fouillez bien vous trouverez des merveilles.

  7. Les prix que tu annonces m’ont horrifiée. Ballerine + foulard + bague = le salaire mensuel de nombreuses personnes. Un luxe inatteignable malheureusement.

    • Deedee dit :

      Oui, clairement. Pour moi aussi, je te rassure. Sauf que… fais le compte : sans même parler de l’aspect éthique de la chose, tu préfères acheter une paire de chaussures qui tiendra un bon bout de temps ou bien 5 paires à la qualité plus que douteuse et dans laquelle tu seras moins bien ?

      On peut consommer moins, mais consommer mieux… Encore faut-il (et c’est bien là où le bât blesse !) reconnaitre le bon « Made in France », celui qui est justifié et qui ne se cache pas derrière cette étiquette pour justifier des marges hallucinantes.

  8. Bien dit
    Bien écrit…
    Et on achète bien des chaussures et des sacs italiens pour bien plus que le prix de la ballerine…alors pourquoi pas « made in France »…

  9. Anncha dit :

    Merci je viens d’apprendre le mot ivraie, et ce proverbe: « À vouloir l’ivraie, on saccage le blé ». :)
    Pour les ballerines, le prix ne me dérange pas, si c’est fait artisanalement; je trouve juste que visuellement, elles ne claquent pas assez pour craquer, des ballerines unies de qualité on en trouve à une 100aine d’€.
    Pour ce qui est des jeunes créateurs, faire des marges « raisonnables et respectueuses des consommateurs », ça relève du défi permanent! Il faut du temps pour trouver les matières, les acheter, la comm, répondre aux clientes, parfois chiantes et faire des « petits efforts », faire des devis, patronner les nouveaux modèles, faire les toiles, ça va pas on en refait une, faire attention à ce que ça ne ressemble pas à un produit déjà existant; voir que c’est top mais qu’à ce prix là ça ne se vendra pas alors simplifier, encore du temps de pris. Et les charges, cette blague! Un petit exemple, pour la taxe foncière pro: mon atelier fait 15m2, mais ils prennent la totalité de l’appart qui fait 110m2, alors en septembre, c’est 700€ qui s’envolent. Quand on a un local commercial, on ajoute le loyer, l’électricité, l’eau, la sacem, les assurances… Si je veux les vendre en boutique, en dépôt ils prennent 50% du prix de vente (sic!); s’ils achètent, il faut s’assurer qu’il puissent marger à 2,5, donc soit j’augmente le prix, soit je… Laisse tomber!
    Heureusement que certaines clientes ont conscience du travail qu’il y a derrière une simple fringue.
    Et attention, le luxe c’est autre chose: des chaussures à 1500€, une robe à 8000 brodée de d’or, ça c’est du luxe, un autre monde! ;)

    • Deedee dit :

      « répondre aux clientes, parfois chiantes » :D

      Pour le reste, je plussoie. Même si j’insiste : bien souvent, le prix du made in France est un luxe que beaucoup ne peuvent envisager, comme le souligne soixantedixsept.

  10. Cousette dit :

    Oui, c’est vrai, produire en France coûte plus cher que dans les pays à bas coûts. Pour autant, de nombreuses créatrices françaises (qui n’ont certes pas la renommée -et les dépenses de marketing ou de distribution- de ces marques qui mettent en avant leur « made in France) proposent des produits de qualité, faits-main et français à des prix tout à fait abordables. Cf par exemple le réseau les-creatrices.fr.

  11. Camille dit :

    Ce que tu dis n’est qu’à moitié vrai… Souvent, derrière ce « made in France », se cache tout simplement un petit « made in french prisons ». Même pour les marques de grand luxe !

    Et là, on entre dans un débat extrêmement complexe, parce qu’on pourrait se dire que « oui c’est bien, ça leur permet de s’intégrer et de rester en contact avec le monde réel blablabla…. ». Mais d’un autre côté, et c’est effarant de l’apprendre, le droit du travail n’existe tout simplement pas en prison. Il s’agit d’exploitation pure et simple, pas d’autre mot ; à titre d’exemple, 300 euros par mois (pour une quantité de travail dépassant largement les 35 heures), c’est… un très bon salaire. Les conditions de travail sont tout simplement exécrables, et que dire des « relations » employeurs/employés ? Nous n’avons absolument pas le droit de nous gargariser sur notre droit du travail quand on sait ce qui se passe là-bas ; tout n’est pas rose « in France ».

    Bref, ce n’est évidemment pas le cas de tout et il faut comme tu dis prendre en compte les matières, le savoir-faire etc… Tout dépend des marques, de l’éthique du producteur… mais le « made in France » reste, j’en suis persuadée, un joli moyen d’augmenter (et pas qu’un peu) sa marge. Certains prix sont indécents, il n’y a pas d’autres mots. Certaines manières de produire aussi.

    • Deedee dit :

      Attends, quand même, je ne crois pas qu’on puisse dire que la plupart des pièces estampillées « Made in France » sont réalisées en prisons… Il ne faut pas généraliser !

  12. Olivier dit :

    Bonjour,

    Merci pour l’article et la question majeure qu’il pose, le made in France justifie-t-il des énormes différences de prix? Par expérience, puisque voilà près de 2 ans qu’on se bagarre pour faire la promotion du Made in France sur le site France-Avenue.fr, je ne le crois pas. Pour de l’artisanat d’Art comme la fabrication de meuble par exemple, oui le prix est beaucoup plus élevé car l’artisan fabrique à la commande et ne peut pas obtenir de bons prix d’achat des matières premières (difficile de comparer son travail à un meuble IKEA…!). C’est vrai également dans la mode car la main d’oeuvre pèse énormément sur le prix final. Pour le reste, en privilégiant des circuits de distribution très courts et peu gourmands en marge comme internet (on est très très loin des coefficients de 2,5 dont on parle souvent), on peut proposer des centaines d’articles à des prix très concurrentiels.
    Donc quand on vous propose des articles au double du prix en le justifiant par le made in France, oui, je confirme, on nous prend pour des jambons!
    Bien cordialement
    Olivier

  13. Camille dit :

    Je suis assez d’accord, mais il y a quand même un petit truc qui me chiffonne, parce que derrière le Made In France, il me semble qu’il y a aussi une espèce de petite magouille qui peut permettre d’indiquer Made in France alors que seules les dernières opérations de réalisation sont effectivement réalisées en France..
    Bref, je ne sais pas exactement quelles sont ces règles, mais voilà.

    Enfin, moi j’avoue que autant sur la bouffe je suis assez à cheval sur le truc de producteurs locaux et tout, autant sur les fringues, ben pas du tout.. (bouh, c’est mal, je suis rien qu’une consumériste de base!)

    • Deedee dit :

      Mais quelle vilaine !

      Plus sérieusement, comme l’indiquait une amie sur FB, il faudrait une réglementation très simple et claire sur le label Made In France. Pour s’assurer en effet et entre autres que tout cela correspond bien à une réalité, et non à un enfumage en règle…

  14. Sébastien dit :

    Faute de pouvoir acheter des chaussures MIF, j’ai toutefois constaté qu’on pouvait se procurer du Made in Europe (Portugal par exemple) à un tarif abordable. Chose d’autant plus appréciable lorsqu’on a des problèmes de dos et de pieds plats avec des semelles.
    Pour aller dans ton sens, Deedee, je me permets de comparer ce qui, de prime abord, ne semble pas comparable : je modèle l’argile depuis des années, et un jour des parents d’une amie m’ont passé commande. Des heures de travail après (modelage, vidage, cuisson, émaillage, recuisson…), le temps est venu de livrer ma création et d’être rémunéré… Sauf qu’il y a eu un désaccord entre le prix que j’ai proposé (en-dessous pourtant de ce que j’aurais demandé pour des inconnus), et c’est là que je veux en venir : quand les gens ont l’habitude d’acheter de la déco made in China en supermarché pour 3€, comme ils s’achètent des vêtements, ils perdent toute notion de rapport qualité/prix.

  15. Anncha dit :

    Probablement, la mention « made in France » est un filon, surement comme le « issu de l’agriculture biologique »… Et c’est navrant que certains s’en servent pour augmenter les prix, ça discrédite les petits (toutes petites comme moi) qui rament à la baguette chinoise pour gagner de l’argent honnêtement.
    Je ne crois pas que ce soit le « made in france » qui nous prenne pour des jambons, mais bien ceux qui l’utilisent pour augmenter leurs prix.
    J’ai bien conscience que ce ne soit pas à la portée de tous, j’ai moi même peu de pièces vraiment très jolies, mais le reste je préfère le prendre en friperie plutôt que de mettre 10€ ds une ballerine neuve sur laquelle la marque se fait une marge de maboul! Car c’est sur ces produits, achetés moins d’1€ en chine qu’ils abusent. Je me souviens à un MODCO à Nantes, un fournisseur vendait des chaussures à 7€. La commerçante que j’accompagnais ne voulais pas de fabrication chinoise, son argument à lui c’était « oui mais là, vous pouvez marger à 6! »
    En mêlant l’artisanal et la seconde main pour sa penderie, on peut être cool et tranquille avec sa conscience! (comme tu dis-Deedee: consommer moins mais mieux) ;)

  16. Olivier dit :

    Tout à fait d’accord avec Anncha, le principal problème est que les distributeurs font des marges incroyables avec du made in China, alors pourquoi se casser les pieds avec du MIF?
    Par contre Deedee, désolé de te décevoir mais la fameuse réglementation simple et claire que tout le monde attend et à laquelle tu fais référence n’est pas pour demain! La raison en est très simple, quel est le paramètre indiscutable qui défini qu’un produit est bien MIF ou pas? Dans une économie mondialisée comme la nôtre, il est quasi-imposible de produire un produit dont 100% de la matière première et de la main d’oeuvre soient hexagonales (pour exemple la France produit moins de 1% du coton qu’elle consomme dans l’industrie textile….).
    Certains ont essayé de proposer des règles d’accréditation avec des notions de valeurs ajoutées mais c’est bidon du fait des jonglages comptables toujours possibles.
    Gros mal de tête en perspective!!!!!

  17. juliette1807 dit :

    je suis pour le « made in france » mais je ne peux m’empêcher de me poser la question : » ce « made in france » ne permet-il pas d’augmenter à outrance le prix de certaines choses ? Perso, entre mon prêt maison, voiture, école et tout çà tout çà, même avec des salaires de cadres, je ne peux m’offrir des ballerines à 250 euros et autres « friandises » made in france…ce type de produit ne s’adresse qu’à une certaine clientèle . Une paire de chaussures enfant ( du 18 au 34) made in france vaut déjà 80 euros ….pourtant, j’ai déjà entendu dire ( souvent) que les fameuses ballerines R….O sont de mauvaises qualités . Je ne désespère pas :) )

    • Deedee dit :

      Fais comme moi : locataire, pas d’enfant, pas de voiture…

      Je plaisante ! Clairement, et je l’ai écris, le made in France n’est pas pleinement accessible… et cache des abus.

  18. Agnes dit :

    Je suis completement d’accord!
    Je prefere mettre un peu plus dans une belle paire de chaussures, plutot que de m’acheter des chaussures genre primark que tu payes 10 euros et que tu mets a la poubelle 2 mois apres (je dis ca en connaissance de cause j’ai essayé). Bonjour le gaspillage!!
    Et comme tu dis, quand on paye son made in China 10 euros, on se doute que les conditions de travail des employés ne sont pas les memes qu’en France!

  19. juliette dit :

    C’est intéressant comme débat ! Je suis toujours d’accord pour payer plus cher pour du Made in France, mais parfois je trouve ça un peu exagéré. Et les ballerines dont tu parlais, effectivement, me semblaient un peu chères, alors que la Botte Gardiane, par exemple, propose pour le même prix, des bottes, en cuir aussi, et made in france également. Donc voila, ok pour payer plus cher des produits de qualité, mais pas ok pour mettre 250€ dans des ballerines, j’ai mes limites :) Après, chacun met son argent où il veut, c’est pour ça que je n’avais pas commenté sur les ballerines :)

  20. juliette dit :

    (ah, et aussi, le made in france c’est bien, mais j’aime aussi beaucoup des marques comme Veja, qui ne sont pas made in france mais qui ont une vraie démarche au Brésil !)(ce n’est pas le débat mais je trouve que ça s’en rapproche un peu)

  21. Lucie dit :

    Whouaou ! Il est clair que les prix que tu annonces sont affolants ! Après, tous les produits made in France ne coûtent pas aussi chers mais il est vrai que les marques après avoir jouées sur l’écolo, jouent maintenant sur le made in France… Personnellement il est vrai que lorsque je vois un petit article made in France qui coûte légèrement plus chers qu’un made in je ne sais pas où, j’achète le made in France, mais il y a toujours cette petite question qui me reste en tête: est ce que c’est réellement fait de A à Z en France et est ce que le prix en valait il la peine?
    En tout cas très bon article !

    Lucie

  22. Moudubulbe dit :

    Le saviez-vous ?

    On peut apposer l’étiquette « Made in France » du moment que l’assemblage final a été réalisé en France.

    Ainsi, à Châteauroux par exemple, des chinois sont en train de fonder une méga zone industrielle.
    Les pièces arriveront par avion via l’aéroport de Châteauroux et seront assemblées par des français, sur des machines chinoises.
    Pour ce faire, des chinois viendront former les français et repartiront après. (Ce n’est pas de l’intox, lisez donc la nouvelle République du Centre)
    Et Bingo pour les chinois : $$$ la plus value grâce à l’étiquette « made in France ».

    Vous allez vous faire avoir, comme des bleus !!

    En vous disant : « je favorise mon pays » vous favoriserez lesdits chinois. Bref, c’est une fausse bonne idée…

    Voilà les limites de votre raisonnement cocardier.

    P.S. Je n’ai rien contre le Made in China… ni contre les chinois

    • Deedee dit :

      Oui, d’où la nécessité de créer un vrai label… car fort heureusement, tout le made in France ne se résume pas à un simple assemblage tricolore.

  23. cranberry dit :

    Personnellement, si je vais mettre le prix pour m’acheter une belle pièce, le made in France pèsera dans la balance et je suis prête a payer un supplément, comme je paye plus pour acheter des aliments locaux. Sur ce point, je suis tout à fait d’accord pour consommer moins mais mieux. Même si, revenus obligent, ça ne m’empêchera pas d’acheter mes T-shirts H & M le reste du temps.

    Par contre certaines lectrices font remarquer que l’étiquette made in France est très peu claire, ce qui est vrai. J’ajouterais que le made in France n’est pas toujours un gage de qualité. Genre, suis-je la seule à trouver que depuis quelques années il y a une sérieuse relache chez un fabriquant de ballerines très aimé des français (et que j’aime d’amour par ailleurs)? Si je vais mettre un certain prix dans une chaussure, je ne m’attends pas a devoir la ramener chez le cordonnier tous les six mois parce qu’elle se désintègre. Donc dans ce cas la, oui, j’ai un peu l’impression qu’on nous prend des jambons…

  24. Et sinon, il y a toujours Hirica qui fait des ballerines de mamie made in France, à partir de 55 € ! ;)

  25. Pitu dit :

    Tu as tout à fait raison. Le made in France est certes plus cher, mais c’est la quasi-certitude d’obtenir un produit de qualité, avec de bonnes finitions (on a tous connu ce vide profond qui s’empare de nous quand les coutures de notre nouveau manteau lachent), respectant de bonnes conditions de travail.

    En rayon, ça se traduit par une hausse, mais il faut savoir fouiner, je suis sûr qu’on peut trouver des produits pas (trop) chers made in France…
    Un autre hic derrière le label made in France, c’est qu’un produit peut être dit made in France à partir du moment où une pièce du produit l’est… Le précédent gouvernement a semble-t-il tenté de légiférer en créant un observatoire du made in France… Affaire à suivre, personnellement je n’ai pas vu de nouveautés, je me trompe peut-être !

  26. Anthony dit :

    Le Made in France est une mode, et comme toute mode, elle est chère au début. Le bio soulevait les mêmes critiques au début et maintenant que le procédé s’est démocratisé, les prix sont de moins en moins élevés. Un peu de patience, les prix vont forcement baisser.

  27. Prisc dit :

    Tout comme de nombreuses personnes l’ont déjà indiqué dans les commentaires, le made in France n’est pas toujours gage de qualité malheureusement.. Et si l’on veut fabriquer du made in France de qualité, on se retrouve souvent avec des coûts de production exhorbitants ! pour avoir cherché une usine en France (en tant que jeune créatrice), j’ai pu m’apercevoir que mon produit sortait à prix n en Espagne, nx2 en Italie et nx3 en France.. difficile de s’en sortir dans ces conditions. Par ailleurs, un autre très gros problème (soulevé également dans les commentaires), c’est que les clients sont complètement perdus au niveau des prix, à cause des marques qui abusent sur les marges (certaines marques margent à 6 ou à 7 quand les petits créateurs margent péniblement à 1,9..), ce qui créent une grosse confusion pour les clients, qui ont systématiquement l’impression de se faire avoir quand l’étiquette est un peu élevée (et on est pas non plus aidé par cette nouvelle mode de faire des promotions tout le temps, qui fait penser aux clients qu’on pourrait avoir les moyens de vendre systématiquement à prix cassé, mais ceci est un autre débat). Je crois que je me suis laissée emportée ^^ (y en aurait des choses à dire !)

  28. cerise dit :

    Je suis pour le made in France mais comme certain(e)s le disaient, on ne peut pas tous se le payer et puis on n’est pas sûrs de toute la chaîne de fabrication….

  29. Benedicte dit :

    Moi, je suis surtout pour le « made in local », les Repetto en France, les Birckenstock en Allemagne et les Swedish Hasbeen en Suède. Le problème, c’est que ce n’est pas vrai, ma belle soeur a travaillé pour la marque au crocodile qui a le droit d’estampiller ses polos « made in France » alors qu’ils sont fait en Chine et qu’on pose les boutons en France, mais c’est légal parait-il !

  30. hossegorr dit :

    Hello Deedee cela faisait longtemps…
    Moi ce qui me dérange fortement c’est de payer un sac type Vanessa Bruno et de découvrir avec stupeur Made in China….Du coup cela a un peu gâcher mon plaisir certes le cuir est d’une super qualité et de penser que la marge a dû être pas mal !!!
    Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est comme les italiens arrivent à faire des pièces de très belle qualité en ayant des prix raisonnables ( moins de charges sociales ????? ) j’ai acheté des bottes Guess d’un cuir magnifique avec un travail de semelles formidable made in Italia pour 150 € même mon cordonnier a halluciné vu la baisse de qualité des produits depuis quelques années. De toute façon au niveau shoes c’est que du made italia en ce qui me concerne.
    Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est pourquoi on accepte aussi d’acheter aussi cher des pièces type marque hyper tendance…alors que le tissu est merdique, les coutures limites et qu’on pourrait facilement trouver la même qualité chez H&M ( Voire de meilleure qualité)
    Et enfin comment ZARA arrive à fabriquer du made in Portugal, Espagne à des prix raisonnables ! Comment les allemands ou Anglais arrivent-ils à fabriquer des produits de très bonnes qualités à des prix défiants toute concurrence ( Exemple casserole vendue à Lidl acheté par ma belle soeur cuisto car de très bonne qualité).

    Conclusion à destination des marques : Arrêtez de nous vendre votre luxe abordable made in Bengadesh, in china en vous faisant une sacrée marge faites du made in France à des prix raisonnables = plus de consommateurs, plus de productions Bon j’avoue j’ai une tendance politique Keynesienne :-(

    • Deedee dit :

      Welcome back hossegorr ! :)

      Tu soulèves un problème intéressant : oui, certaines marques délocalisent pour marger bien plus… Et d’autres gèrent mieux le local que la France. Cela étant, il est bien connu que la France n’est pas un pays où entreprendre est chose aisée ! (ça n’est pas une excuse, mais un constat).

  31. Nica dit :

    Je trouve ce sujet très intéressant! J’allais écrire des tartines sur comment le commerce international, l’implantation des multinationales en Chine et autres pays en développement a permis a une bonne partie de la population de sortir de la pauvreté, bla bla bla… mais ce n’est pas cela la question soulevée par ton article.

    Revenons donc à nos moutons: la vérité est que j’en ai marre qu’on me prenne pour un pigeon en mettant en avant le « Fabriqué en France » à un prix d’or alors que des fois il n’y a aucune valeur ajoutée, aucun savoir faire français. Des t-shirts en coton tous simples à 50 euros? Non merci. Un imprimé unique? Un travail du tissu ? Une broderie? Des belles coutures? Du fait main? Bref…un produit de qualité ou innovant? Je suis prête à casser ma tirelire. Mais c’est vrai qu’il faut avoir l’œil pour reconnaître ces produits. Combien de fois je ne me suis pas faite avoir en payant une fortune un produit, convaincue de la qualité « Fait en France » alors que le produit ne tiens pas la route!
    Et je suis d’accord avec Deedee que c’est un luxe de se payer des produits « Faits en France ». Mon slogan est « dépenser mois mais mieux », mais quand tu dépenses tout ton budget chaussure en une paire, convaincue que c’était un bon investissement et qu’au bout d’un mois elles ne tiennent plus la route, et bien tu n’as plus rien pour te chausser…

    • Deedee dit :

      Ça n’est pas la question… Mais à titre personnel, ça m’intéresse ! Si tu as le courage, n’hésite pas à développer ;)

  32. Fifi dit :

    Merci Deedee pour cet article que je tourne en rond dans ma tête depuis des mois au moins sans jamais arriver à le pondre…

    Je suis créatrice en papeterie, et depuis le tout début je crée et fabrique en France. Alors évidemment, puisque je ne vis pas dans un dortoir, que je ne me contente pas d’un bol de riz par jour, que j’ai même des envies de vivre décemment, et qu’il en est de même pour mes 2 employées, et bien les prix que je pratique ne sont pas les mêmes que d’autres marques plus « mass market » qui produisent en Chine.

    Parce qu’en plus du reste, je n’ai pas envie/ne peux pas inonder le monde avec mes créations, je produis en petite série, ce qui coûte bien plus cher, on l’oublie souvent… Mais combien de fois n’ai je pas regretté un achat pas cher chez H&M pour l’avoir retrouvé sur la moitié de mes copines après ?

    J’ajoute que dès le début j’ai voulu un statut légal, alors je paie des charges, des impôts, je facture de la TVA. Ce qui influe directement sur mes prix forcément. C’est d’ailleurs l’écueil principal de tas de petits créateurs qui vendent au début en direct sur des marchés de créateurs des salons ou des plateformes genre Etsy ou Little Market (donc un peu au black soyons clairs), et qui arrivant à un stade où ils veulent s’établir plus sérieusement se font étrangler/surprendre par le gouffre financier que ça représente. A moins de soudainement doubler leurs prix, c’est perdu d’avance. Combien de talents n’ont pas percé faute de l’avoir anticipé ?

    Bon, quel rapport avec le made in France tout ça ? Et bien c’est pour planter le décor. Parce qu’après 10 ans à faire vivre ma petite entreprise de cette façon, j’ai eu envie de créer d’autres choses, oh pas grand chose de compliqué : un jeu de mémory pour les enfants. J’ai demandé à peu près 25 devis en France, et pour le moins cher d’entre eux, j’aurais du vendre mon jeu à 45 euros (!!!) autant dire que je n’en aurais vendu aucun… J’avais 2 solutions : renoncer ou produire ce jeu en Chine. Ca a été un vrai cas de conscience. Mais finalement après m’être assurée de l’éthique de l’usine chinoise (comme j’ai pu, hein, je n’avais pas les moyens d’aller voir moi-même…), j’ai fait produire en Chine. Et miracle son prix en boutique est de 15 euros !
    Je trouve ça absurde d’en arriver là, mais là où je voulais en venir c’est que pour continuer à faire vivre ma petite entreprise (et les 3 personnes qu’elle fait vivre) il a fallu que je me tourne vers la Chine. Je ne dis pas que c’est bien. Juste que parfois c’est la seule solution…

    Et que (attention, j’arrive à la fin !) c’est grâce à ces produits qui se vendent bien que je peux continuer à produire le reste en France, dans mon atelier, au bout de mon jardin.

    Bonne journée Deedee !

    • Deedee dit :

      Merci à toi pour ce témoignage ultra intéressant ! C’est clair que c’est une aberration, en quelques sortes, d’avoir à délocaliser pour survivre…

  33. Sophie Elbe dit :

    je sens que je ne me ferait pas forcement des amies en postant ce commentaire, mais je me lance, … le « made in france » et bien ca me fatigue, et surtout je ne vois pas l’interet. qui prefere payer 200 euros une chemise alors que si elle etait cousue au maroc ou en tunisie elle couterai 120? pourquoi c’est mieux fait en france? on sait mieux coudre les boutons? de facon plus generale, veut on que la france soit un pays ou l’industrie textile prospere? a mon sens non. Le savoir-faire made in france a un sens quand il s’agit des plumassiers, des gantiers etc. dont le savoir et la maitrise de l ouvrage est incomparable. c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la maison chanel les rachete et les protege. pas par philantropisme, mais parce que ces gens sont au fond la condition necessaire a l’aura de la haute couture francaise. mais le reste? vive H&M et zara qui ont pu mettre la mode a portee de toutes! les boutons ne tiennent pas? nous les recoudrons! c’est mal coupe? alors il faut changer de marque! mais je refuse de croire que le vetement et l industrie textile sont l avenir de la france. la creation, la recherche, le design oui. mais la fabrication, pas necessairement. C’est bien le point des economistes qui ont mis en valeurs la theorie des avantages comparatifs: faire ce pour quoi on a developpe une expertise, et laisser le reste. tout le monde en beneficie. A bientot,

    • Deedee dit :

      Tout le monde à le droit de s’exprimer sur le sujet, no worries ;)

      D’autant plus que tu n’as pas totalement tort… Même si, dans mon esprit, faire produire en France et en Europe est plus, comment dire, respectueux du travail ? Etre ouvrier dans le textile en France n’est sûrement pas la même chose qu’être ouvrier en Chine. Ou ailleurs, tu vois le point. Sans même parler des droits & co, « juste » de la pénibilité du travail.

  34. Michelle dit :

    Bonjour
    Je vous confirme en effet que certains abusent du made in France. Nous sommes une entreprise de Charente qui vend en ligne des ballerines Origine France Garantie , avec vérification de notre process et de nos approvisionnements, et nos prix vont de 35 à 70 euros.
    On peut produire de la qualité en France ( mousse orthopédique à mémoire de forme, doublure soie, etc…) sans facturer hors de prix.
    Et penser aussi que souvent les intermédiaires (Acheteurs, grossistes, semi-grossistes,…) coûtent beaucoup plus cher que le coût du travail.

  35. gabriel dit :

    A voir / lire dans le parisien d’aujourd’hui :
    Au delà d’une différence de 5 à 10% : un seuil psychologique est atteint et le consommateur décroche… n’achetera pas français juste pour le principe…

    Le « made in France » envahit le Web
    Pantoufles du Berry, pulls de Bretagne, jouets du Jura… de nombreux sites proposent désormais des produits 100% « made in « France ».
    http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/le-made-in-france-envahit-le-web-22-05-2012-2010612.php

  36. Chiki dit :

    Ce qui m’étonne moi c’est que les made in France coûte un bras et qu’en Italie le Made in Italy est encore abordable (plus qu’en France en tout cas), et beaucoup plus d’habits sont made in Italy. D’accord y’a des abus sur le respect du travail etc mais quand même. Je pense personnellement que globalement l’économie verte (quand on produit plus près on utilise moins l’avion je crois) est loin d’être égalitaire est c’est vraiment injuste ! Les marques et distributeurs ont trouvé le bon filon notre conscience humaniste pour s’en foutre plein les poches… et donc si on veut être un peu plus écolo etc sans se faire avoir et ben c’est pas toujours évident.

  37. Pauline dit :

    Je te remercie Deedee, j’imprime l’argumentaire pour mon banquier pour le convaincre qu’il me faut ABSOLUMENT une de tes petites merveilles….
    En tout cas chouette article!!!!!

  38. Christina dit :

    Tout à fait d’accord.
    Je dis oui au Made in France et à la protection de nos emplois…Merci pour ce post

  39. Della dit :

    Bravo pour cet article, et merci.

    L’essentiel n’est pas tant la qualité (il serait bien prétentieux de penser qu’elle n’existe qu’en France), ni la protection de NOS emplois (un humain est un humain), mais bien les conditions de travail et, plus largement, le niveau de vie.

    En Italie ou en Espagne, i.e. chez nos voisins immédiats, c’est moins cher parce que le niveau de protection social est moins élevé. Et ça se paie. En charges sociales justement. Alors, perso, je veux bien payer très cher, faire de très gros sacrifices pour acheter des produits fabriqués par des gens à peu près respectés.

    J’entends bien l’argument du budget mais il cache trop souvent une difficulté, en fait, à ne pas céder aux multiples tentations de notre société de consommation. Combien de clients d’H&M pourraient, avec exactement le même budget s’acheter des produits plus respectueux des droits sociaux? Beaucoup, à condition d’accepter de ne s’acheter qu’une fringue au lieu de 10 ou 20. Combien peuvent payer le jeu à 45€ fait en France? Beaucoup aussi, à condition de ne pas acheter le dernier iPhone.

    Moins mais mieux, c’est beaucoup beaucoup moins pour un peu mieux. Pas facile. Surtout dans notre monde où tout pousse à posséder toujours plus, à la croissance, à la frénésie d’achats. Pas facile non plus parce que, malgré tout, tu le dis bien, il n’est pas toujours possible de savoir ce que l’étiquette garantit. Mais ce n’est pas une raison pour abandonner le combat. Ecrivons aux fabricants, interrogeons les commerçants, mobilisons-nous et exigeons. Car derrière, c’est bien un modèle de société qui se trouve.

    Enfin, quant aux populations, en Chine par exemple, qui sortent de la pauvreté grâce aux délocalisations, c’est une malhonnêteté. Passer de pauvre à un peu moins pauvre avec, au passage, une montée en puissance des maladies liées aux conditions de travail, une dégradation effroyable de l’environnement, pour que nous puissions acheter des T-shirts moins chers qu’un kilo de fruits et surtout que des actionnaires obtiennent bien leurs 10% de profit par an (!!), n’est pas ma définition du progrès.

    Voilà, j’arrête ma tartine… Merci encore.

  40. Le made in france, c’est aussi tout fabriqué à l’étranger et monté en france, le droit français veut qu’on peut l’estampillé made in france seulement si un certain pourcentage a été fait en france. Si c’est pour payer 400€ juste pour une noeud cousu en France et quasi toutes les marques font ça…http://maculotteapois.over-blog.com

  41. C’est clair je ne suis pas indifférente à ton article !
    Personnellement pour ma petite marque, j’essaie de proposer des produits dans des gammes de prix raisonnables, donc en réfléchissant mes créations à la base et en imaginant le « temps passé » derrière la machine à coudre par la suite des personnes dans les ateliers pour ne pas designer des trucs trop longs à coudre.
    Et nous sommes tellement inondés de cochonneries en simili plastique , des trousses à 25 compartiments vendues 10€ chez h&m ou zara que les gens en oublient la réalité des prix. Mes copines me disent toujours « mais pourquoi tu ne fais pas un grand compagnon comme ci comme ca avec … 25 compartiments ?  » Ben parce que ce serait invendable avec mes mini productions …
    Les français ne sont quand même pas payés un bol de riz chinois ! (et heureusement !!!)

Laisser un commentaire

Copyright 2013 Deedee | Tout droits réservés. Designed by Vert Cerise