Nouvelles mythologies, sous la direction de Jérôme Garcin

Aucun étudiant étant passé par une formation de communication, de marketing ou de journalisme n’a pu échapper aux Mythologies de Roland Barthes. Aucun. Car ces Mythologies sont ce que Bonnie est à Clyde, ce qu’est le clown à Mac Do (évidemment) ou Maje à tout fashionista qui se respecte : l’un ne va pas sans l’autre.

Pour autant, force est de constater que 50 ans plus tard, ces analyses à la fois sérieuses et sévères, politiques et psychologiques à partir de choses banales de la vie quotidienne prenaient lentement mais sûrement de l’âge. Et peut-être même un peu d’embonpoint.

Les Mythologies de Roland Barthes avaient donc besoin d’être un tant soit peu dépoussiérées pour traiter de sujets plus contemporains. C’est chose faite avec ces Nouvelles Mythologies, qui prennent pour sujets d’études le speed-dating, les 35 heures, l’iPod, notre bonne vieille Star Ac’, le sushi, le SMS, les bobos, Google, la mort de l’Abbé Pierre ou bien encore la racaille et le karcher. Que du beau monde !

Au total, ce ne sont pas moins de 67 textes qui ont été rédigés en 2007 par des auteurs, journalistes et éditorialistes sous la direction, donc, de Jérôme Garcin.

Je ne suis pas forcément d’accord avec tous les partis pris par les auteurs (notamment sur le chapitre « blog » !), mais l’ensemble est vraiment TRES intéressant.

Mon coup de cœur va indéniablement au texte sur le Botox rédigé par Fonelle, drôle et poignant à la fois. Lisez-le, vraiment.

Ce que dit la 4ème de couv’ :

En 1957, Roland Barthes publie les Mythologies. De la DS au steak-frites, de l’abbé Pierre au courrier du cœur, « il fait le portrait brillant et acide de la société française de consommation à travers ses icônes économiques, domestiques, politiques et culturelles. Un demi-siècle plus tard, ce tableau de mœurs a gardé tout son éclat. Fidèle aux principes, sinon idéologiques, du moins sémiologiques de son auteur, nous ouvrons, à notre tour, le bazar des années 2000. » (Jérôme Garcin)

Une soixantaine de « nouvelles mythologies » (dont une trentaine, publiées dans Le Nouvel Observateur le 15 mars 2007, seront reprises et parfois augmentées) seront rassemblées dans cet ouvrage dirigé et préfacé par Jérôme Garcin.

Du 4×4 au corps nu d’Emmanuelle Béart, du sushi à l’écran plat, en passant par l’euro, le commerce équitable, les capsules Nespresso ou le blog, une soixantaine d’écrivains, de philosophes, de sociologues dressent le portrait de la société française de ce début de millénaire. Parmi ceux-ci, Jean-Paul Dubois, Philippe Delerm, Catherine Millet, Daniel Sibony, Charles Dantzig, Philippe Sollers, Gilles Lipovetsky, Frédéric Vitoux, Jacques Drillon, Patrick Rambaud, Jacques-Alain Miller, Boris Cyrulnik, etc.

Plus d’infos ici

Commentaires

Faut quand même pas avoir froid aux yeux pour prétendre d’un coup dépoussiérer Barthes…
Surtout si c’est pour étudier des épiphénomènes au lieu d’une analyse globale comme cela pouvait être le cas des Mythologies.

Répondre

Ca m’a l’air intéressant, j’ai bien envie d’y jeter un coup d’oeil !

Répondre

Ahhh ça m’intéresse ça ! J’ai encore un ancien hors série de l’express (je crois) qui se prêtait justement à cet exercice avec des sujets contemporains comme la télé réalité ou les hotels formule 1, génial !

Répondre

Je ne sais plus si c’est l’Express ou le Nouvel Obs, mais Jérôme Garcin avait en effet commencé à en publier des extraits 😉

J’avais adoré Mythologies de Barthes (je n’ai plus jamais vu la pub du même oeil), c’est intéressant… En revanche, je remarque qu’une bonne partie des auteurs cités ne sont pas des sociologues ou des sémiologues (ou des -logues tout court), mais des écrivains! Je suis curieuse de voir ce que ça donne. Merci d’en avoir parlé!

Répondre

C’est effectivement un livre très agréable à lire à condition de ne pas se méprendre : contrairement aux « Mythologies » de Barthes qui avaient une véritable prétention sociologique, il ne s’agit là que d’un recueil de billets d’humeur, parfois amusants, souvent justes, mais qui n’atteignent pas la profondeur de l’original. Il y manque un travail sur le sens et le signe, on ne décolle pas de la conversation entre bobos au coin du feu. De plus, Barthes avait la volonté de mettre au jour l’idéologie imposée par une certaine bourgeoisie et qui s’incarnait dans ces mythes. En gros on est dans le –bon-journalisme mais pas dans l’observation sociale raisonnée et conceptualisée ; c’est déjà pas mal.

Répondre

Bonjour! Quelle surprise de voir mon père à la une de ce blog! Et quelle surprise surtout de voir cette cédille sous le "c"…?! Je confirme, il n’y en a pas, il n’y en a jamais eu… Je me devais quand même de rétablir la vérité 😉

Répondre

Mince : tapez sur Google, vous allez voir que la faute est hélas assez répandue ! J’ôte pour ma part de ce pas la cédille inopportune.

ca tombe bien… j’adore jerome garcin… vais tester!

Répondre

Bon, faudrait p’têtre que j’me décide à lacher mes "Bidochon" pour lire de temps en temps un bouquin sérieux!!

Les sujets abordés par celui semblent être à ma portée, et ta bonne critique a au moins le mérite d’éveiller ma curiosité!! (et d’parfaire ma culture!!;-)) so…Merci!!

Répondre

Tu me donnes envie là toute de suite de bouquiner ! Merdum suis au boulot…

Répondre

"Aucun. Car ces Mythologies sont à Mac Do ce qu’est le clown"
le clown à macdo peut-être?

Répondre

Mince, c’est tout ce que vous avez retenu du billet ?

J’ai déjà eu le plaisir de lire ce livre, et c’est vrai qu’il est "à ne pas manquer". Le texte de Beigbeder sur le GPS est tout simplement génial.

Répondre

Oh,lalalala, ce livre me semble indispensable, je cours à la librairie!

Répondre

Tiens, ça me donne envie de filer illico acheter ce livre! Peut-être ambitieux de "dépoussiérer Barthes", mais cela n’empêche, l’exercice devrait être intéressant!

Répondre

disons que j’ai vu ton billet ce matin, et que mauvaise langue j’ai cru que la bibliothèque universitaire n’aurait pas ce livre.
Erreur! Et maintenant il est dans mon sac, plus dans les étagères (de le bibli…)

à lire ces prochains jours.

Répondre

20 ans à avoir gagné ma croute en com’ sans avoir jamais lu les mythologies… damned ! Ca va faire la paire avec mon bac+z&ro hihi !!!!

Répondre

Même réponse qu’à BritBrit !

Heu, moi j’y ai échappé. C’est peut-être pour ça que je suis encore coincée dans une agence de publicité ? Sauvez-moi !!!

Répondre

L’éditeur est malin, ça sent le cadeau de noel facile !!! Allez, 35000 ex garantis-vendus !
Et avec un peu de chance, des petites piles près des caisses pour faciliter l’achat.
Adapter les livres aux désirs de consommation, ça me révolte, mais hélas, ça marche pas mal.
Jérôme Garcin, que j’aime beaucoup, me déçoit. la liste des auteurs participatifs est marketée télé-media. Dure époque pour les auteurs. Mais bonne idée pour le nouvel Obs qui est un magazine nul.
Je te fais confiance et je suis certaine que ce livre n’est même pas mauvais, mais en gros, c’est la (très bonne) publicité TV de la nouvelle fiat 500 revue en édition.

Répondre

Bon, tu t’en doutes, je ne suis pas du tout d’accord avec toi, notamment sur le côté promo puisque le livre est sorti en 2007. Et aussi parce que j’ai beaucoup aimé le propos de ce livre, bien qu’il ne s’agisse pas d’une analyse similaire à celle de Barthes.

ca m’interesse!!! j’avais lu mythologies de Barthes à la fac, je vais le relire et achetez celui-là. Merci Deedee

Répondre

J’ai pris ce livre hier soir à la bibliothèque de mon quartier et c’est vrai que c’est super!

Mon chapitre préféré pour le moment est sur les compagnies low cost et les 35h’sous la plume extraordinaire de jacques Attali…
et vous?

Merci pour l’info

Répondre

Ah Deedee, ben tu m’as eu ! Je ne sais pas pourquoi je me suis emballée en pensant que c’était une nouveauté, (et ça m’a énervé) sans doute la pression achat-noel ? Meaculpa.

Répondre

Rhoo je t’en prie, ça arrive et étant moi même plutôt allergique au grand déballage annuel de Noël, je comprends !

un peu plus sociologique : nos iconologies actuelles de michel maffesoli livre sorti cette année avec de très bonnes analyses…

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram