David Foenkinos : les articles qui en parlent

Les souvenirs David Foenkinos

Les souvenirs, de David Foenkinos

Voilà bien longtemps que je n’avais pas parlé livre ici… il faut dire que ma moisson de la rentrée s’est finalement révélée TRES décevante… exception faite de ces souvenirs ! Une fois n’est pas coutume, lisez ici […]

Le potentiel érotique de ma femme, de David Foenkinos

Lorsque j’ai refermé La Délicatesse et que je vous ai fait part de mon coup de cœur pour cette lecture, vous avez été très très très nombreux à me recommander chaleureusement Le potentiel érotique de ma femme du même auteur. Je vous dois des remerciements !

Je crois bien que je suis en train de tomber amoureuse de la plume de David Foenkinos. J’aime ses personnages déjantés, sensibles, en marge de ce que l’on a coutume de décrire et de considérer comme étant « normal ». J’aime ses histoires complètement abscons. J’aime les situations délirantes que l’auteur met en scène.

En l’occurrence, j’avais envie de « léger-intelligent », comme dirait mon libraire d’amour. Bonne pioche !

Si La Délicatesse est de l’ordre du tragi-comique, Le potentiel amoureux de ma femme relève du burlesque absolu. Hector est un collectionneur compulsif : badges, diplômes, tickets de métro, peintures de bateaux à quai, jouets Kinder, dictons croates… Pourtant, le jour où il perd en finale du concours national du meilleur détenteur de badge de campagne électorale, il décide de mettre un terme à sa collectionnite aigüe.

Il s’isole alors pendant quelques mois, et pour ce faire, fait croire qu’il est parti aux Etats-Unis. Perdu dans les rayonnages d’une bibliothèque qu’il fréquente assidument pour donner corps à son mensonge, il va rencontrer Brigitte. Une femme qu’il va collectionner…

La délicatesse, de David Foenkinos

Voilà bien longtemps que je n’avais pas été autant séduite par un livre ! J’ai littéralement adoré cette Délicatesse, 8ème roman de David Foenkinos.

Le sujet, d’abord : celle d’une rencontre amoureuse improbable. Elle marche dans la rue, il l’aborde. Elle qui abhorre ce genre d’approche accepte pourtant d’aller boire un verre avec lui… Ils se marièrent, mais n’eurent pas les nombreux enfants escomptés. Car la mort fauche cette amour aussi inattendu qu’indicible qui lie Nathalie à François.

La plume, ensuite : oui, la plume de David Foenkinos est bel et bien empreinte de cette délicatesse qui lui est chère. Pour autant, l’auteur évite le gnangnan et le larmoyant qui aurait pu gâcher l’histoire grâce à un humour décapant. Les touches de second degré et autres boutades permettent d’insuffler une certaine fraîcheur à un sujet par ailleurs des plus sérieux. On en redemande, autant que son acuité à dresser les portraits de ses personnages… Pour tout vous dire, j’ai eu envie de relever une phrase sur deux tant l’écriture est juste et bien sentie.

Et que dire des petits instants « culture confiture » dont l’auteur truffe son roman ? Non, décidément, La Délicatesse est une excellente lecture. Mon premier roman de David Foenkinos… et sûrement pas le dernier !

Copyright 2013 Deedee | Tout droits réservés. Designed by Vert Cerise