Une vie de Pintade à Paris, de Layla Demay et Laure Watrin

Qui ne connaît pas les Pintades ? Comment ça, vous ? Pffff, cliquez ici si c’est le cas et revenez ici, qu’on en parle plus. Non mais.

Donc, les Pintades. L’année dernière, Laure Watrin, la co-auteur du livre, m’avait contactée pour que je lui parle de mon Paris à moi. Une vision totalement objective de la capitale, donc. Quelques emails plus tard, je me retrouvais à papoter avec les deux pintades en chef pour une séance de brainstorming intense (oui, on peut brainstormer 1. entre pintades, 2. autour d’un thé et 3. en parlant manucure, chiffons et culture).

Si j’étais plutôt dubitative sur le concept de pintade, les deux compères ont tôt fait de me rallier à leur noble cause.

Car une pintade, quoit’esse ? Une dinde décérébrée ? Une blonde à forte poitrine ?

Peut-être… mais pas que. Car être une pintade, c’est avant tout, et je cite, « être une femme d’aujourd’hui, légère et sérieuse, féminine et féministe »… N’en déplaise aux tristes sires qui ne conçoivent le sérieux que dans le fumeux.

Plus qu’un guide touristique, les Pintades offrent une véritable radisocopie de leur terrain d’étude. Après New-York, (et avant elles, Londres et Téhéran), c’est à Paris que les deux pintades ont choisi de s’attaquer. Il en résulte un livre ultra drôle, que l’on commence par picorer deci-delà, et qu’on finit par dévorer de bout en bout, les larmes aux yeux d’avoir ri si franchement en se reconnaissant un peu, beaucoup, passionnément au détour de chaque phrase.

En fin de compte, n’est pas caricaturiste qui veut… et ces deux pintades là ont l’art d’épingler les (évidemment petits) travers des parisiens avec énormément d’humour. La preuve, grâce à ces quelques morceaux choisis :

Comment séduire un garçon (de café)

« Quand je suis retournée vivre à Paris, j’ai dû réapprendre à faire un truc incroyable , totalement contraire aux principes de la New Yorkaise que j’étais devenue : apprivoiser le garçon de café. Au début, j’avais des réflexes totalement déplacés dans un bistrot parisien. J’arrivais par exemple pour déjeuner sur le pouce (forcément au moment du coup de feu : « mais qu’est-ce qu’il ont tous à arriver en même temps pour manger ? »), je m’asseyais et j’attendais naïvement que le serveur se matérialise dans les deux secondes devant moi, le sourire au lèvres, uni d’une carafe d’eau, d’une corbeille de pain et du menu, avant de revenir quasi instantanément prendre ma commande. Bah, comme à New York ! C’était oublier qu’être garçon de café parisien, c’est un statement, une attitude« . (…)

Dans un râle…

(…) « Tout étranger en visite à Paris a besoin d’une petite semaine pour s’adapter au rythme. Ici, on traverse au vert (pour les voitures), en dehors des clous, et on engueule les automobilistes qui auraient des velléités de ne pas vous céder le passage. On pousse, quand on monte dans le bus et quand on descend du bus. On bouscule les gens dans la rue avec son sac, vous savez, le big bag sooo à la mode cette saison ». (…)

C’est soldes, c’est RTT

« Contrairement à certaines connaissances qui prendraient volontiers leur passeport pour sortir du VIème arrondissement, nous savons qu’il est possible de se saper hors de Paris. (…) Evidemment, les soldes sont l’un de leurs terrains de jeux favoris. (…)« 

Allez, un petit coup de 4ème de couv’ pour la route :

La réputation des Parisiennes n’est plus à faire. Partout dans le monde, on les dit élégantes, sophistiquées, gourmandes, séductrices nées, dépensant la moitié de leur salaire en lingerie. Après avoir exploré pas mal de basses-cours dans le monde, Layla Demay et Laure Watrin ont eu envie de s’attaquer à ces Pintades de choix qui vivent en bord de Seine

Sous leur plume, une pintade n’est ni une poule, ni une dinde, ni même une caille, et certainement pas une bécasse mais le symbole de la femme d’aujourd’hui, sérieuse et frivole à la fois.

De Belleville à Passy, du Marais au canal Saint-Martin, de Convention à la rue Lepic, qui sont-elles vraiment ? Bobos, frondeuses, débrouillardes, héritières des vieilles familles, provinciales « montées » à Paris, immigrées, comment vivent-elles dans une ville qu’elles seules ont le droit de dénigrer ?

Foi de deedee : lisez ce livre, vous passerez un excellent moment. D’autant que, cerise sur le gâteau, c’est l’inénarrable Margaux Motin qui signe les illus…

Les Pintades à Paris de Leyla Demay et Laure Watrin, aux éditions Calmann Levy. Disponible chez tous les bons libraires, évidemment !

Commentaires

j’ai un peu peur de ne pas toujours rire de mes travers… un peu comme un chien dont on mettrait la truffe dans son pipi.

Répondre

Oh je t’assure, c’est plutôt bien vu 😉

Mouah j’adore l’autodérision, le cynisme et l’ironie!!!!
Merci , merci merci!!!!
Euh du coup je vais forcément penser à toi en lisant tout ça hihi!!!!

Répondre

Avec les filles, j’ai un vrai problème de géographie animale ! Un mal de chien à faire la différence entre pintades, dindes, bécasses, grues, perruches… Il y a un lexique à la fin du bouquin ? 😉

Sinon, c’est pas Pénélope qui a dessiné la couverture ? (http://www.penelope-jolicoeur.co...

Répondre

Il est déjà sorti? Je le vois pas sur le site de la fnac ! (qui est un bon libraire, personne ne peut contredire !)

Répondre

Ta chronique me donne envie de le lire. Ce qui tombe plutôt bien, justement je cherchais un idée. Merci ;o)

Répondre

Merci Deedee pour cette suggestion de lecture, je viens de finir les petits secrets d’Emma et je pense poursuivre dans la lignée de livres de filles!Il me conditionnera peut-être pour mes virées occasionnelles à Paris!

Répondre

Ravies que le livre te plaise Deedee. A très bientôt autour d’un thé (ou autre chose!) pour évoquer la basse-cour incroyable à laquelle nous appartenons. Pour répondre à CrazyVio, le livre sort le 29 octobre, c’est-à-dire demain ! Et la couv, comme les illustrations intérieures, sont de Margaux Motin, je vous conseille la lecture de son blog, hilarant margauxmotin.typepad.fr/.

Répondre

A bientôt avec grand plaisir, et bravo pour ce nouvel opus… Grâce à vous, j’aime plus que tout la pintade… Le pari n’était pas gagné d’avance !

Ma chère Deedee, Ca m’a fait plaisir de voir ta frimousse samedi et j’espere qu’a l occasion on arrivera à caler dans nos agendas soooooo bookés un dej entre filles.
Bisous bisous

Répondre

Me too ! Même si c’était ultra rapide, beaucoup trop à mon goût ! Tu es toujours aussi sublime, et j’espère bien, oui, qu’on trouvera un moment pour caler un dej 🙂 bises

Je suis super tentée, j’ai toujours révé de me voir dans un livre :o)
A quand une pintade maman ??? Je suis sur le coup là !

Répondre

C’est si vrai pour les garçons de café !!!!! En attendant de lire le livre, je crois qu’on peut retrouver les pintades sur leur site internet et Madame Figaro chez qui elles ont officé pendant les vacances d’été.

Répondre

Je ne connaissais pas ce livre et j’avoue être intrigué ! Savez-vous où le trouver ??

Greg
sensitif78.wordpress.com

Répondre

La plupart des librairies, je pense. A commencer par les Fnac & co. Sinon, très certainement sur Amazone.

Je connais le nom, mais je n’en ai lu aucun ! Je pensais que c’était plus un truc de "minette" lycéenne. Mais tu me donnes presque envie !

Répondre

Presque ! J’ai échoué alors 😉

J’ai lu en poche Les pintades à New-York et à Londres et Téhéran en grand format et j’ai vraiment adoré parce qu’au départ on se dit que c’est un truc vraiment léger pas sérieux du tout, un truc de filles superficielles et en fait pas du tout c’est quand même très bien documenté et sérieux malgré tout et on rit quand même pas mal ! j’ai hate de lire celui sur les parisiennes !!

Répondre

mince, celui sur téhéran existe vraiment !
ça ça me ferait envie…

Répondre

C’est le seul que je n’ai pas lu.. Mais je compte bien le faire !

Et ces deux pintades là, qui ont l’art d’épingler les (évidemment petits) travers des parisiens, vous ont elles conté leur procédé artistique pour se faire? C’est si intriguant cette justesse dans leur caricature, j’aimerai bien savoir comment…

Répondre

Je regrette juste le terme "pintade". "Pouffe" est plus glam’ non ?

Répondre

Moi, je préfère dinde. Mais c’est déjà pris…

Ah pour l’amoureuse de Paris que je suis je vais acheter ce petit guide!
Celui de NY m’avait bien plu, Cafe Lalo est devenu l’un de mes endroits preferes et je l’ai decouvert grace au guide.

Répondre

chouette!! excellente nouvelle!! :)) j’avais adoré celui sur NY donc Paris, j’ai aucun doute là dessus 🙂

Répondre

Les illustrations de Margaux (je suis fan) sont "topissime". Je sors de la FNAC à l’instant je l’ai dans les mains pour l’offrir à ma Nana ce soir.

Répondre

j’en ai entendu parlé, au fil des parutions des différentes villes, sans me laisser tenter. là, bon, je vais peut etre aller voir, meme si j’ai peur de rire jaune parfois….

Répondre

J’avais déjà adoré les Pintades à NY, ça m’a super bien aidé quand j’y suis allée pendant 1 an! Alors là j’ai hâte de lire la version parisienne des Pintades. Les auteurs écrivent vraiment bien, elles donnent des conseils super utiles et très drôles!

Répondre

j’ai adoré ce bouquin qui m’a fait passer un très agréable week end. merci pour la découverte.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram