Vazy dans le métro

metro paris

Attention : cette chronique d’humeur est pétrie de clichés et de mauvaise foi à tendance grincheuse. Vous continuez cette lecture à vos risques et périls !

C’est fou à quel point on oublie vite les joies du métro. Depuis 4 ans que je roule en scooter dans Paris, je ne le prends pour ainsi dire jamais. Il faut dire que j’ai beau être parisienne jusqu’au bout des ongles, on n’a jamais réussi à faire ami-amie, le métro et moi : trop sombre, trop sale, trop long. Trop #lesgens.

EVIDEMMENT, c’est un moyen de transport incroyable. Et rudement pratique avec ça, ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit ! Seulement, on sous-estime à quel point le prendre tous les jours à l’heure de pointe attaque le moral. C’est comme si l’agressivité que l’on tente de refouler loin, très loin de soi et qui existe déjà bien assez à Paris se jetait sur nous à la seconde même où l’on met un doigt de pied dans le métro. Paf ! Et vazy que je me colle à toi avec mon odeur de vomi caillé, et vazy que je t’écrase les pieds, que je me décrotte le nez au vu et au su de tout le monde, tranquille Emile, que je te souffle mon haleine fétide dans la tronche, que je te matte l’air de rien derrière mon bouquin, que je lis par dessus ton épaule etc., etc. (ne rayez aucune mention inutile). Alors c’est vrai, il est un plaisir avec lequel j’ai renoué, et un seul : lire. Ça vraiment, je dois dire que ça me manquait sévèrement. Pour le reste…

Pourquoi je prends le métro ? Ne m’en parlez pas : depuis une semaine, mon précieux est en panne. Une sombre histoire de voyant qui n’a pas fonctionné pour dire qu’il fallait mettre de l’huile et pan, un moteur flingué. Enfin, il paraît qu’il faut dire  « serré ». J’ai donc « serré » mon moteur et me retrouve contrainte d’entrer sous terre deux fois par jour. Je redécouvre ainsi les joies de ce transport séculaire. En la matière, il en est un qu’on sous-estime carrément, si vous voulez mon avis : celui des tickets de métro qui se démagnétisent sitôt achetés et glissés dans le portefeuille. Dans ce cas et pour éviter de vous coller au premier venu, vous n’avez d’autres alternatives que de vous rendre à un guichet, quand vous en trouvez un (ils sont plus rares qu’un parisien aimable, c’est dire !), pour les remplacer. Et récolter quelques bons mots au passage :

« Nan madame, je vous change seulement deux tickets sinon on s’en sort plus » (c’est vrai que je n’ai que ça à foutre, moi, de changer mes tickets TOUS LES JOURS)
« Oui, ils sont démagnétisés. Il ne faut pas les mettre… » moi : « oui je sais, contre une carte bleue, par exemple, ce qui n’est pas le cas : comme vous pouvez le constater, j’ai pris le soin de les glisser dans une enveloppe dans mon portefeuille, entre les deux empiècements de cuir, là, loin de quelque carte que ce soit ». « Ah ben alors je sais pas quoi vous dire, moi » (et moi donc…)
« Et pourquoi vous ne prenez pas à un pass ? » (parce qu’en vrai, j’ai besoin de 10 tickets maximum. Allez, je te le fais à 15)

Et mon préféré, de loin : « ah ben oui, mais votre sac à main, là, il a un aimant. C’est normal que ça démagnétise vos tickets, il faut les mettre ailleurs ! »

J’ai failli lui demander où donc je pouvais bien mettre ces pauvres tickets de métro si ce n’était dans mon portefeuille ou dans mon sac. Et puis, une réponse s’est imposée. Comme elle était un peu vulgaire, je l’ai gardée pour moi. Mais j’ai pouffé comme une gamine après avoir quitté la dame du guichet. Dans le couloir, on me regardait un peu bizarrement : l’espace d’un instant, j’avais oublié qu’il est interdit de rire, dans le métro.

Allez va, je sais bien que je suis largement de mauvaise foi. Mais vous serez assez aimables pour me laisser râler en paix, merci bien !

 

Commentaires

totally agree with you!!! (je parle anglais aujourd’hui :))

Répondre

T’es bilingue le mardi, JE VOIS.

ah le coup des tickets démagnétisés, idem que toi je n’en peux plus !! et comme toi, je les range là où il y a le moins de risque de les démagnétiser mais nada. Sans compter effectivement  » je ne vous en fait que 2 hein, car sinon voilà » (voilà ?? il n’y a pas personne derrière moi) (d’ailleurs à quoi servent les guichets RATP on peut se le demander) (bref)
je ne prends le métro qu’occasionnellement, mais il est vrai que ces petits (ou longs) trajets aux heures de pointe sont usants …et c’est quand l’on y revient ponctuellement que l’on s’en rend compte 😉

Répondre

Je plains sincèrement ceux qui n’ont d’autre choix que de prendre le métro tous les jours. L’agressivité… !

J’ai la « chance » d’habiter en banlieue et de travailler à 25 mn à pied de la maison cependant je prends le métro en fin de journée une fois par semaine pour un long trajet de 50 à 55 mn sur la ligne 9 (même que parfois ça tombe un soir de match au Parc des Princes 🙁 ) et j’avoue me retrouver dans ce que tu décris y compris pour le gag des tickets démagnétisés que jamais je ne mets à proximité du portable ou de la CB, ni même du badge d’accès au boulot.
Et on en parle ou pas des gens qui restent assis sur les strapontins alors qu’il y a foule ? Ceux-là je leur mets mon sac dans la figure genre « oups désolée pas fait exprès ce sont les secousses du métro » ; de ceux qui ne laissent pas descendre tellement ils ont peur de louper cette rame (là pareil je mets mon sac devant et je fonce dans le tas). Pour le coup oui je me laisse emporter par une certaine agressivité.

Répondre

Ahahah, même technique pour les mal élevés du strapontin 😀

Olala merci Deedee ! C’est toi qui m’as mis le smile ce matin. Je me retrouve tellement dans ce que tu décris. Du coup, moi j’ai opté pour le vélo (mais il y a aussi son lot de désagréments. La suite au prochain épisode)

Répondre

Haaaaaan ! Mais les tickets démagnétisés c’est tellement l’enfer je subis le meme affront depuis 3 ans sauf que j’ai du tomber sur des guichetiers assez sympa qui m’ont Déja change 8 tickets d’un coup… Bref suis ravie que tu aies soulevé ce sujet d’une si grande importance

Répondre

Pendant des années j’étais de celles qui disais à qui veut bien l’entendre « Non mais J’ADORE le métro. C’est le coeur de Paris t’as vu. Le lieu de rencontre par excellence ». Et puis un jour j’ai eu un vélo, puis on m’a volé mon vélo et je n’ai pas pu remettre un pied dans ce métro qui aujourd’hui me flingue le moral. Résultat je commence à connaitre les lignes de bus par coeur. Au moins je peux redécouvrir les rues de Paris. 🙂

Répondre

Je ris mais je ris chere Deedee en lisant ce post qui semble être écrit pour moi! surtout concernant le changement de tickets démagnétisés. Épisode vécu ( pour la énième fois) dimanche face à une dame…peu aimable ( comme souvent). Imagine quand j’arrive de Bordeaux à la gare, 10 personnes devant moi, juste pour changer mon ticket que j’ai pris soin d’acheter à l’avance en repartant de Paris la fois précédente justement pour ne pas à avoir à vivre…ça! Bref! Happy day ma belle, et merci pour cet éclat de rire

Répondre

Je fais partie de ceux contraints de prendre le metro tous les jours, pendant 30 minutes, aux heures de pointe et comme tu dis ça tape vraiment sur les nerfs. J’arrive au travail déjà dans un état de stress fou alors que je n’ai même pas commencé à bossé. Si je peux rajouter quelque chose : les gens qui foncent dans la rame alors que tout le monde n’est pas encore sorti, comme si il fallait absolument qu’ils rentrent le plus vite possible pour échapper à je ne sais quoi…

ca me donne une idée, ça fait longtemps qu’il n’y a pas eu de portrait parisiens (que j’adore), si tu faisais celui d’un conducteur de métro? Il y en a des très sympa qui acceptent que tu montes avec eux quelques stations. Ca rendrait cette obligation de prendre le métro un peu plus chouette pour toi ! Combien de temps de réparation pour ton précieux?

Bonne journée,

Bises

Répondre

Ca me rend malades, « les gens qui foncent dans la rame alors que tout le monde n’est pas encore sorti, comme si il fallait absolument qu’ils rentrent le plus vite possible pour échapper à je ne sais quoi… »
Mais oui, bonne question, ils ont peur de quoi ?

Dans le métro y’a aussi des filles qui se maquillent mais tellement bien : genre elles ont tout hyper bien prévu, elles ont terminées juste quand on arrive à leur station et elles sont nickel. C’est en les regardant que j’ai appris pleins de trucs en make up.
Des personnes âgées qui ont très envie de parler et qui te raconte leur vie.
Une fois j’ai aidé une étudiante en première année d’histoire à réviser ses fiches et j’ai appris pleins de trucs.
Un SDF m’a lu les lignes de la main aussi, bon c’était pas très vrai ses prédictions mais c’était marrant.
j’ai vu un mec pas mal faire ses tractions entre les deux barres en métal.

franchement le métro au quotidien c’est super difficile comme tu le décris mais à force on finit par voir une certaine poésie (pas tout le temps OK ) et ça fait toujours des anecdotes à raconter.

après j’ai la chance de prendre une ligne pas trop bondée (pensée à ceux qui prennent la 13…) et un peu en décalée aussi. ça aide!

bon courage pour tes aventures dans le métro

Répondre

Ton article m’a bien fait rire ! Ne prenant les transports que quelques fois par semaine, je n’ai pas utilité d’un pass et dois donc acheter des tickets régulièrement, quelle galère ! 1 fois sur 4 il se démagnétise…
En tout cas je repasserai par ton blog il est super !

Répondre

Haha les tickets démagnétisés c’est aussi ma hantise !!! Ca m’énerve à un point… Je vois que je ne suis pas la seule dans ce cas…
N’empêche c’est très mal fichu leur système : ils ont beau dos de nous dire qu’ils ne faut pas les mettre à proximité des clés, de la carte bleue, des pièces de monnaie et du smartphone, mais tout le monde a ça en permanence sur soir ou dans son sac, où doit-on les mettre ? D’ordinaire je les mettais ds la petite poche extérieure de mon sac à main pour les attraper plus facilement sans avoir à ouvrir mon sac mais ça ne suffit pas à les protéger de la démagnétisation….
Il serait grand temps de passer à un système comme la Oyster Card à Londres où l’on recharge sa carte à l’envie. et non je ne prend pas de pass, vu que je n’ai pas besoin de prendre le métro tous les jours et qu’en tant que freelance je n’ai pas de remboursement partiel…. La bonne blague !

Répondre

Je suis tout à fait d’accord avec ta vision du métro mais ça ne doit pas non plus être facile de se déplacer en scooter à Paris, na ?!

Répondre

Les joies du métro !

Cest vrai que le truc positif c’est de pouvoir upgradé son temps en ouvrant un livre. Et puis parfois je rencontre des gens sympas et on discute comme quoi selon les lignes et les horaires il y a du relâchement niveau agressivité. Comme quoi il y a des parisiens sympas 😉

Je plains celles qui doivent le prendre chaque jour ( avec la cerise sur le cupcake : la ligne A en heure de pointe OMG)

Bon après faut tout désinfecter une fois à la maison…

Répondre

Haha, je n’ai jamais eu le problème des tickets démagnétisés (parce j’ai un pass en fait…) mais je ne sais pas ce que je ferais si ça venait s’ajouter à tous les autres problèmes déjà inhérents au métro ! Comme Little Ninanou, j’essaye de me concentrer sur les bons côtés (rencontres rigolotes, petits moments lecture et/ou musique, instants de solidarité touchants, etc.) mais ce n’est pas toujours facile. Heureusement que je n’ai pas besoin de le prendre tous les jours 😉

Répondre

Ah mais trop relou les tickets qui se démagnétisent… Et les mecs qui écartent les jambes… et les vielles qui jouent des coudes… On en parle ?!

Répondre

J’ai adoré ton post Deedee, moi ce que je préfère dans le métro c’est ceux qui ne te laisse pas descendre de la rame, les mecs qui écartent les jambes au point où si ils les resserrent ça va exploser! Et les sacs à dos… Je les kiffe surtout quand tu es petite! Allez on reste zen les filles!

Répondre

Le pire : les pieds sur les sièges. L’égoïsme cracra à son paroxysme.

Répondre

Ah super !!!!ça fait 10 ans que je travailles en banlieue en voiture…pas d’odeurs pas de collé serré…mais des bouchons…là je retournes travailler sur Paris…retour au métro…il me manquait mais là vous me faites peur !!!

Répondre

J’ai rencontré des gens sympa dans le métro. Je crois que le problème à Paris, c’est juste les parisiens. :p

Répondre

Ton billet m’a à moitié fait rire, à moitié énervée. C’est tellement ça. Une peinture. Il parait que le bus marche bcp mieux!
Courage

Répondre

Tu as tout résumé !! Quel enfer le metro, même si c’est pratique c’est sûr ! ça fait au moins 8 ans que je ne l’ai pas pris et je ne m’en porte pas plus mal, je me débrouille en bus, en voiture, à pied ou en Uber !

Répondre

Ah bon, ouf, tu me rassures, les tickets des parisiennes aussi se démagnétisent ! J’ai cru que c’était le genre d’aventures qui n’arrivaient qu’aux provinciales dans mon genre, égarée à Paris et tentant vainement d’utiliser des tickets achetés il y a quelques mois… Grand moment de solitude aux tourniquets, quand j’introduisais mes tickets les uns après les autres en espérant que l’un marche comme d’autres espèrent le ticket gagnant du loto !! (j’ai vraiment dû avoir l’air désespérée, le gars du guichet a accepté de tous me les changer et pas juste deux à la fois 😉

Répondre

Exactement! C’est très pratique, mais aux heures de pointe ce n’est vraiment pas gérable. Après une semaine de ligne 1, j’ai finalement décidé de passer 35 minutes sur mon petit vélo tous les matins pour aller travailler

Répondre

Bon, rien à voir avec l’article mais peux tu me dire quelle appli tu utilises pour mettre tes étiquettes sur les photos?
Thanks a lot 🙂

Répondre

Consternant cet article. Je me demande si la plupart de vos lecteurs ne viennent pas sur ce site pour se moquer de vous, comme c’est le cas pour moi et mes amies. Ce ton faussement détaché qui cache un mépris pour la populasse parisienne, une plume très moyenne, voire pompeuse, une ponctuation approximative… Redescendez un peu ma chère Deedee, votre soit-disant « coolitude » traduit en réalité une méchanceté inqualifiable.
P.S : Je sais que les commentaires négatifs ne sont pas publiés sur votre site mais j’espère que celui-ci vous restera en mémoire.

Répondre

Consternant ce commentaire. Je me demande si ce type de commentaire n’est pas écrit juste pour croire une minute que son avis a de l’importance, comme c’est visiblement le cas pour cette personne et mes amies. Ce ton méprisant pour ceux qui racontent leur vie, une plume très moyenne, voire imbue d’elle même, un égo démesuré (on dit « mes amies et moi », non ?) Redescendez un peu ma chère Jeanne, votre soit-disant « balai dans le cul » traduit en réalité une frustration inqualifiable.
P.S : Je sais que les commentaires négatifs sont publiés sur ce site mais j’espère que celui-ci vous restera en mémoire.

Tu fais chier avec tes tickets, tu n’as qu’à mettre de l’huile et pas serrer ton moteur na !

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram