L’interview pas parisienne de la semaine : le Collectif France Tricot

Elles sont 3. 3 tricoteuses de génie, 3 filles aussi talentueuses que créatives et 3 copines : Emmanuelle Esther, que vous connaissez puisqu’elle est -entre autres !-, la maman de Gaston, Solene Couturier et Cépourtoi Factory, aka Bab.

Ensemble, elles décident il y a quelques mois de monter le Collectif France Tricot, une association qui vise à faire passer le tricot d’un loisir un peu gnangnan à un art à part entière. Un art de rue.

Tricot de lampadaire, de bancs publics, d’arbres, de grilles, de plaques d’égout et même, de poubelles : le mobilier urbain est leur premier terrain de jeu, qu’elles investissent allègrement entre Paris, Lyon et Nice.

Emmanuelle, Soso et Bab sont aussi à l’origine des apéros tricots dont je vous parlais il y a peu.

Rencontre avec ces 3 drôles de dames adorables !

Pouvez-vous nous présenter, en quelques mots, le Collectif France Tricot ?

Soso : C’est la rencontre de trois jeunes tricoteuses passionnées et enthousiastes à l’idée de tricoter à plusieurs dans le but de mettre un grand coup de santiag dans le tricot de mémé, même si on adore mémé.

Bab : Le collectif résumé en quelque mots c’est une maille d’humour montée sur une aiguille de 10, une pelote d’amitié à tricoter en 12, une bonne dose de créativité en point mousse et tout un tas d’autres choses qui ne peluchent pas si on prend bien soin de les laver à la main !

Emmanuelle : Le CFT c’est trois canons de la trentaine qui ont la même passion et qui se sont réunient pour avancer ensemble

Comment / pourquoi est-il né ?

Soso : Nous nous sommes rencontrées sur le net, avec la ferme intention de ne pas rester dans notre coin, à tricoter seules des choses différentes de ce qu’on a l’habitude de voir. Et une grosse envie de montrer notre travail, de faire participer les internautes et surtout, SURTOUT, de s’amuser. De longues conversations sur msn nous ont convaincues qu’on avait le même sens de l’humour pitoyable et c’est là qu’on s’est dit que c’était bon.

Bab : Le Collectif est une famille moderne : Trois mamans pour ce petit être grandissant. Qui de nous trois la porter ? Ce qui compte au fond, c’est surtout de savoir qu’il est né en bonne santé, un soir d’hiver, sans douleur… Le petit et les mamans vont bien !

Emmanuelle : Nous nous sommes rencontrés sur Facebook et Myspace et Soso nous a proposé très vite de créer un collectif pour avancer ensemble, réunir les idées de chacunes, nous sommes très complémentaire. On s’amuse bien !!

Le tricot le plus dingue que vous ayez réalisé ?

Soso : Un Sébastien Chabal qui avale un bébé.

Bab : Un zizi en laine pour une nympho !

Emmanuelle : Un caca sur une sculpture de La Promenade des Anglais.

L’endroit le plus fou où vous avez laissé une de vos œuvres ?

Soso : La plage de Tulum, Yucatan, Mexique. Sur un cocotier. C’est pas vraiment fou mais c’est exotique, rien que d’y penser je voyage.

Bab : Ce n’est pas moi qui l’ai posé mais Bamboule, une amie, a déposé une souris sur les défenses du squelette d’un mammouth au Musée d’histoires Naturelles de Sydney et ça c’est TOTALY CRAZY !

Emmanuelle : Heu… Sur les pattes de chiens et chats !

Vous avez une idée du nombre de tricots que vous avez déjà posé ?

Soso : Non. Je ne compte pas. J’aime. Peut- être une quarantaine?

Bab : Aucune idée !… Quand on aime on ne compte pas !

Emmanuelle : Un peu plus d’une centaine . Ça fait 2 ans et demi que je traîne la rue.

En terme de temps passé, vous avez beau être des virtuoses du tricot, vous devez passer un temps de dingue pour réaliser les pièces, non ?

Soso : Oui, de dingue du tricot. Tricoter est devenu une seconde nature, je le fais en même temps que je regarde un film, que je prends un verre en terrasse, dans le RER, partout. J’ai rarement l’impression de perdre mon temps, du coup. Le tricot c’est très bien pour assainir son rapport au temps. Même si parfois j’aimerais savoir aussi tricoter avec les pieds.

Bab : Cela demande du temps oui mais encore une fois, quand on aime, on ne compte pas !

Emmanuelle : Oui c’est long mais vu que c’est une passion ça passe tout seul. Pour ma part dés que je me pose je tricote. Quand je sors je prends un tricot au cas où je vais boire un café et que je peux avancer un peu aussi parce que j’ai beaucoup de mal à rester sans rien faire.

Votre but ultime ?

Soso : Que Didier Barbelivien écrive une chanson sur le tricot. Ou l’amour du tricot. Ou le tricot ça fait aimer d’amour. Quelque chose dans ce (bon) goût- là. Et devenir un mélange d’Annette Messager, d’Agnès Varda et de Marcel Gotlib.

Bab : Faire du tricot une discipline Olympique aux jeux Olympique d’hiver !!!

Emmanuelle : Vivre de ma passion dans une maison à la campagne avec beaucoup d’animaux.

Un petit mot sur le prochain défi ?

Soso : C’est un défi interplanétaire et LA on compte sur tous les internautes: Battre le record du monde de l’écharpe la plus longue, dans le but d’aider l’association « la chaîne de l’espoir »

Bab : Nous ne pensons pas encore au prochain… Pour le moment on fait chauffer nos aiguilles pour l’ECHARPE de l’ESPOIR »… Le Collectif a un coeur gros comme ça ! Les imbéciles heureux sont les seuls à pouvoir encore sauver la face du monde… Le collectif s’y colle !

Emmanuelle : Toutes les infos sont sur notre Myspace. On vous attend ! C’est fastoche !! Et toi aussi Deedee !!! (NDLA : ouiiiii je sais ! J’ai déjà presque terminé ma première écharpe… Au bout d’un an, no comment).

Si vous avez envie d’en savoir plus, Emmanuelle, Soso et Bab viennent de sortir un petit bouquin génial intitulé CFT, collectif France Tricot aux éditions Critères dans la collection Opus Délit, une collection dédiée au Street Art.

Joyeux lundi !

Commentaires

Chapeau bas à tes interviewées…
Déjà savoir faire quelque chose de ses dix doigts, ça me fascine mais là en plus y’a du talent, du concept et du fun !
J’adore le Gaston nouveau et je trouve que le livre est une très bonne idée de cadeau de Noël… par exemple tiens pour ma mamie qui tricote au coin du feu seulement. ça lui donnera des idées pour envahir le village de créatures de laine !
Merci Deedee
Bisous
Anne

Répondre

Top, leurs créations, elles font pas des stages accélérés et fun ca me plairait bien d’apprendre sans ma grand mère ! En tout cas ca doit etre relaxant comme passe temps ! un bon passe temps pour apprendre à patienter chez le pédiatre, pendant le cours de basket de junior, ds le train, le métro…

Répondre

Je suis très très fan de leurs créas en tricot! ^^
C’est dommage que personne n’évoque le collectif Knitta qui a quand même lancé ce concept de "tricot art de rue" il y a quelques années aux Etats-Unis!

Répondre

Ah ben là, en l’occurrence, on parle du CFT. On ne peut pas parler de tout 😉

Bonjour les filles!
C’est effectivement un concept très séduisant que de faire descendre l’art dans la rue et décorer du béton comme des arbres de Noël et partager le PLAISR des yeux, de l’espoir et de la joie avec les passants urbains!
C’est toujours mieux que de se fourrer des aiguilles dans les biscottos doivent se dire les " Mémés "!
Maintenant, à part ça, un truc me chiffonne, pourquoi ne pas non plus décorer les sans abris histoire de leurs tenir chauds, ils pourraient ainsi promouvoir et partager ce " Plaisir " et par dessus tout, l’espoir serait donc là VIVANT, car le béton, vous savez, ce n’est que du béton.
Mais félicitations, c’est toujours mieux que rien…!
Cette photo est superbe, mais le choix du tricot sur le poteau, j’aurai choisi un autre.
Je n’arrive plus à trouver ces pompes, ça me rappelle ma jeunesse, ahahahaha, mes Américas comme je les aimais mes américas!

Répondre

Faire du tricot un Street Art, c’est tout simplement génial ! (Eh, je suis toute fière, j’ai fait 2 écharpes !!!! Et comme je prend le bus avec, on peut dire que c’est du Street Art aussi ? Bon, mon seul souci, c’est… le côté finitions ;-))
On peut voir des photos des Chabal, zizi et caca tricotés ? 🙂

Répondre

Justement hier un ami me disait que le tricot c’était vieillot et dépassé. Je lui disais qu’un ensemble de personnes le remettait à la mode.

Et toc, j’ai un article à l’appui maintenant 🙂

Répondre

Tsss, comprennent rien à rien ce mecs 😉

J’ai parlé des filles aussi il y a quelques jours sur le blog, et je serai là mercredi ! 😉

Répondre

On se verra alors normalement 😉

J’adore ces filles! Le tricot c’est génial, dommage que je n’y arrive pas! mon truc c’est plutot le dessin et la photo. Je m’y résous, on ne peut pas savoir tout faire!

Répondre

C’est chouette de voir des filles hyper cools qui font du tricot il y a encore peu c’était craignosse comme passe-temps c’est dommage!
Bravo à elles!Et vive Gaston tricoté!

Répondre

C’est une trop bonne idée ce collectif!
Ca me donne aussi envie de poser des petites souris partout!!
Merci pour l’interview!

Répondre

Bonjour,
je suis étudiante en Arts Graphiques et je recherche des petits boulots bénévoles pour avoir une approche de la vie professionnelle en répondant à une demande.

Je me propose donc pour des petites illustrations !
Allez faire un tour sur mon blog pour voir mon style graphique:
maudemploi.over-blog.com/

Répondre

Bonjour Maud,

Je ne suis hélas pas un site de recrutement… Ni de publicité ! Bon courage

Ahhh, enfin je me sens comprise! Oui j’ai 28 ans, et oui je tricote. Mes collègues se moquaient bien de moi jusqu’au jour où chacune a eu sa chaussette de portable personnalisée. Succès garanti, maintenant je croule sous les commandes 😉

Répondre

Merci Deedee pour ce chouette article!

Je voulais réagir à certains commentaires:

@ Naima: Non c’était pas nous! Il y a aussi des tricoteurs de l’ombre!!
@ Cilou: viens aux apéros tricot!
@ cococerise: Nous on évoque tout le temps les Knittas, on est fan et c’est vrai que ce sont elles qui ont lancé le mouvement. Il y a aussi les Cast Off qui sont des anglaises géniales.
@ Sand: L’écharpe de l’espoir servira à aider l’association "la chaîne de l’espoir" qui permet à des enfants venus des 4 coins du monde de subir des interventions chirurgicales. On voulait vraiment aider et le choix de l’assoce n’a pas été facile, tellement il y a de causes à soutenir.
Quant aux tricots dans la rue, c’est vraiment un moyen d’expression avant tout, et surtout pas utilitaire.

Walaaaaa!

Répondre

Précision spéciale Naima sinon Ema me plante ses aiguilles dans les yeux: si c’était devant le Citadium, c’est un tricot d’Ema…

Répondre

alors les tricots dans la rue, c’est vraiment sympa! Une " chasse aux tricots " s’impose, pour narguer les space invaders! de là tricoter moi-même, je ne crois vraiment pas … je mettrai ma vie, ou celle de mes voisines, en danger 😉

Répondre

Moi dès que l’on parle de tricot ça m’enchante, je tricote depuis toute petite et pendant des années j’ai vraiment eu l’impression d’avoir une passsion de grand -mère. Je connaissais déjà ce mouvement à l’étranger, merci de nous l’avoir fait découvrir près de chez nous!

Répondre

j’adore ce que font ces filles ! bravo à elle. moi je suis une cata en tricot…

Répondre

j’ai vu un tricot récemment, couleurs arc-en-ciel, hyper grand, qui emmitouflait un lampadaire en haut de la rue Antoine Dansaert (orth?) à Bruxelles…

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

massa sed tempus ut adipiscing leo. amet, et, risus id