Foutez-moi la paix avec mon 36 !

Lee Miller Man Ray

©Photo Lee Miller – Man Ray

(Début du coup de gueule).

Je n’ai pas toujours été mince. Quelque part au milieu de cette époque bénie qu’on appelle adolescence, j’accusais bien 15 kilos de plus pour 10 bons centimètres de moins. Bouboule, oui, c’est le terme que vous cherchez ! Mais oui, depuis une dizaine d’années, j’ai à peu près la même silhouette, à peu près le même poids. 1m68, 49 kilos, 36/38, en gros.

Ne croyez pas que ce soit un acquis : des efforts, j’en fais, au moins un peu. J’évite de trop grignoter entre les repas, même si je ne me refuse pas grand chose, quand j’en ai envie. Et je suis clairement incapable de résister à un apéro quand il se présente. Mais oui, globalement, je sais à quoi correspond un bon équilibre alimentaire et j’essaie de m’y tenir. « Manger, bouger » est ma devise. Ex aequo avec « tu es ce que tu manges ». En résumé, j’ai des complexes – qui n’en a pas ?! – et je suis loin d’être satisfaite à 100% de ma silhouette, mais je suis plutôt à l’aise avec mon corps.

Pour autant, je sais que j’ai de la chance. Que la nature, au moins sur ce point là, à été plutôt du genre clémente à mon égard. Je n’ai jamais connu les affres des régimes, du yoyo, de la douleur de ne pas entrer dans telle ou telle fringue, de ne pas correspondre à l’idéal qu’on s’est fixé à soi-même et pour soi-même, au-delà d’un idéal féminin très largement fantasmé. Je n’ai pas connu le désespoir, seule, au fond d’une cabine d’essayage, à tenter coûte que coûte d’enfiler un vêtement, ni subi les regards désapprobateurs de qui que ce soit qui m’aurait surprise en flagrant délit de grignotage. Je n’ai jamais pris 5 kilos rien qu’en salivant devant une part de gâteau, non plus.

Alors ? Alors, je sais bien qu’il existe un vrai décalage – le mot est faible ! – entre la silhouette moyenne de nous autres, les françaises, et celle des mannequins qui posent sur les pages glacées des magazines. Que Photoshop est utilisé à outrance pour traquer le moindre capiton. Que l’image fantasmée de « la femme » est bien loin de la réalité. Je suis la première à militer pour une représentation plus juste des femmes, toutes les femmes, dans les médias. Mais j’aimerais vraiment qu’on arrête avec ces faux dossiers destinés à celles que l’on appelle pudiquement les « rondes » (comme si grosse était une insulte !), lesquelles ne s’y trompent pas et flairent à juste titre l’arnaque éditoriale à des kilomètres. J’aimerais que l’on cesse de prêter à celles qui sont mince des troubles alimentaires qu’elles n’ont pas forcément, que l’on arrête de ruer dans les brancards parce qu’une collection destinée aux femmes rondes et qui va jusqu’au 54 commence au 40 (oui, on a COMPRIS que la taille 40 n’était pas une grande taille, mais il faut bien placer le curseur quelque part, à un moment !). J’aimerais que l’on arrête de fustiger celles qui sont naturellement très mince et que l’on accuse à tort – et surtout à travers – de verser dans l’anorexie. Et que ceux qui critiquent le modèle établi comprennent à quoi il correspond (non, les médias ne sont pas les seuls responsables de la représentation de la femme sur leurs supports) pour mieux le faire évoluer, sans vouloir le radicaliser dans l’autre sens. Troquer un déséquilibre (sur-représentation de femmes minces, voire maigres) pour un autre (que des rondes) ne me paraît pas être une solution…

Bon sang, c’est trop difficile, de changer, modifier, bouleverser sans radicaliser, pour qu’ENFIN, on puisse toutes faire la paix avec notre silhouette et que l’on cesse d’être considérées comme les objets que nous ne sommes pas ?!

(Fin du coup de gueule !)

Commentaires

MERCI ! Et en majuscules, parfaitement ! Pas plus tard que ce lundi, j’étais avec une amie à la cafétaria, cette amie qui à chaque déjeuner partagé me lance un regard noir lorsque je prends un beignet bien sucré, bien gras. Mais moi j’adore ces beignets, ça me rappelle mes goûters de lorsque j’étais petite alors non je ne m’en prive pas. Donc chaque fois j’ai droit à un « tu prends un dessert ? Tu vas devenir énorme ! ». Si je ne suis pas aussi mince que toi, je fais le même 38 depuis l’adolescence et il n’y a pas lieu là de s’affoler ni dans un sens ni dans l’autre. Je mange correctement mais je ne me prive pas de ces petits plaisirs qui peuvent changer une journée bof en un « ça ira mieux demain ». Lundi donc, nous sommes à la cafét’ et là : « Mais tu es anorexique !? ». Si si, la même copine qui me faisait la morale maintenant me trouve trop mince. Rien n’a changé pourtant. Seul le regard négatif reste.

Pour conclure, mieux vaut se détacher du regard des autres et être bien soi-même avec soi-même que de chercher chez ceux qui nous entourent les réassurances dont nous avons parfois besoin.

Bises (et merci encore)

Répondre

Pour moi aussi c’est un grand merci pour ce post ,tout ce que tu dis est juste,c’est vrai qu’on est stigmatisées aussi chez les minces,combien de fois j’ai entendu « mais tu ne manges rien,tu ne risques pas de grossir » comme si c’était un but de grossir et comme si j’étais au régime en permanence alors que non,comme toi j’étais bouboule à l’adolescence et ça c’est arrangé quand j’ai quitté mes parents,depuis j’ai mon équilibre alimentaire qui me convient et comme toi je ne me prive de rien.Ton coup de gueule du matin m’a fait du bien.

Répondre

Ah ben Merci! J’ai rédigé plusieurs fois ce genre de coup de gueule sans jamais le publier car j’avais peur des réactions! C’est pour dire à quel point c’est un sujet qui fâche! Tu as bien résumé la situation!

Répondre

Merci pour ce coup de gueule, ça fait du bien !
Il y a tellement de types de maladies alimentaires, l’anorexie, la boulimie, orthodoxie… j’ai l’impression que nous sommes tous (enfin plutôt toutes) supposées avoir un troubles alimentaires

Répondre

Beaucoup de femmes ont des troubles alimentaires. C’est bien ça qui est dingue, quand tu y penses !

Teeeeeellement d’accord !!!
Je fais 50kg depuis mes 20ans pour 1m70. J’y peux rien, c’est comme ça, et crois le si tu veux, j’ai des bourrelets.
Sauf que j’ai des tout petits os tout fins et tout légers, et je dois me justifier en permanence d’être aussi mince. A la cantine mes collègues trouvent anormal que je ne prenne qu’un plat et un dessert, je ne mange pas assez pour eux, alors qu’ils mangent pareil.
Je n’en peux plus d’être stigmatisée. Alors merci !

Répondre

Ah oui, je te crois. Moi j’ai de la cellulite. Et quand j’ai le culot de m’en plaindre, on me renvoie dans mes 22 direct. Donc je vois 🙂

Après avoir passé des mois à vendre des fringues, je me suis rendu compte qu’il y a de tout : des filles rondes voir grosses qui s’assument et sont bien dans leur peau, des filles minces qui se trouvent énormes et qui veulent d’emblée essayer une taille M voir L alors qu’il leur faudrait à peine un S, des filles qui assument leur maigreur mais qui ne sont pas pour autant anorexique (à force tu arrives à voir une fille anorexique et une fille maigre de nature), celles qui après un gros régime ont perdu toute notion de leur corps.
Bref la liste peut être longue. Alors c’est vrai, c’est toujours plus facile à vivre de faire une taille « standard » , surtout avec les magazines et les filles « parfaites » qui sont partout. Mais je crois qu’il y a aussi une question de personnalité et des gens que l’on rencontre dans notre début de vie.
J’ai pour ma part toujours fait partie des filles un peu rondes. Gamine j’ai beaucoup complexé car je détonnais un peu avec les autres. Et puis à l’adolescence mon premier amoureux posait un regard tellement amoureux et bienveillant sur moi qu’il m’a guéri de tout ce mal être pour toute ma vie je crois. Avec l’âge il faut apprendre a être plus gentille avec soi même. En tout cas merci pour ce coup de gueule et désolée pour la dissert’ 😉

Répondre

<3 (je ne plaisante pas. C'est très beau, ce que tu dis).

Pour un coup de gueule, c’en est un ! Moi j’aimerais qu’on apprenne aux femmes à s’aimer, qu’elles s’habillent en 34 ou 50 ! je mesure 1,75 et je m’habille en 38-40 depuis mes 18 ans… j’en ai 45 aujourd’hui et 2 enfants. Ok, sur le papier, ça semble plus que correct et pourtant j’ai mis des années et des années à oublier mes complexes… et pourtant j’en avais tant ! Alors aujourd’hui je milite pour un vrai mieux être, une acceptation de soi, une mise en valeur de sa silhouette, une vie saine (oui je fais beaucoup de sport), mais loin des régimes et des restrictions. Je suis hyper gourmande, j’aime le vin, la bonne bouffe, le saucisson, et alors ? on ne va pas passer toute notre vie à nous taper sur les doigts, histoire de ressembler aux autres. Acceptons nous comme nous sommes, aimons nos corps pour ce qu’ils sont, vous verrez, ils vous le rendront bien. Et je me bats aujourd’hui pour que mes filles (17 & 20 ans) s’aiment comme elles sont !!!

Répondre

Hello Deedee, je suis entièrement d’accord avec toi, le seul truc qui me gène c’est quand tu postes une gourmandise sur instagram associée au hashtag #TeamBouboule. j’avoue que ça m’énerve, si tu es bouboule alors qu’est-ce qu’on est ? des boudins ?
Je trouve que ça implique que dans ton esprit, craquer pour un dessert ou un apéro c’est « un truc de bouboule » alors que bon, c’est la vie, on peut se faire plaisir sans penser aux grammes qui vont avec.

Répondre

Pour de vrai, tu ne plaisantes pas ?

Parce que #teambouboule, c’est en mode gigalol, millième degré. C’est la team qui craque et qui n’a pas beaucoup de volonté pour résister aux bonbecs fabuleux et autres cochonneries.

Je ne suis pas allée chercher plus loin que le lol, j’avoue que je n’aurais pas pensé deux secondes que ça pourrait heurter. Ce qui m’ennuie, parce que je l’aime bien, mon #teambouboule totalement absurde.

Pour de vrai les premieres fois jme suis dit elle rigole, c’est pour rire, et puis bon ça a fini par m’agacer un peu, sans doute parce que je terme de « bouboule » est vraiment péjoratif. Peut-être qu’un #teamGourmande #TeamQuiCraque ou autre m’aurait moins gêné. Mais bon c’est ton instagram hein, tu mets ce que tu veux 🙂 je partage simplement mon ressenti.

Répondre

Mais tu fais bien mon p’tit !

Bon du coup on est en opposition lol vs sérieux. Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdue.

Je trouve qu’aller dire à une fille qu’elle est maigre, c’est aussi insultant que lui dire qu’elle est grosse. Et pourtant on se permet rarement de dire à une fille « t’es grosse », alors pourquoi ce serait autorisé dans l’autre sens ?? Bref, si on pouvait juste nous foutre la paix avec notre 36 ou 44, ce serait bien (mais c’est pas pour demain, mode pessimiste ON).

Répondre

Oui, on peut toujours rêver… !

scusez-moi mais on dit autant à une grosse qu’elle est grosse qu’à une maigre qu’elle est maigre. je sais de quoi je parle :/
vive les cons !

Je plussoie évidemment ton coup de gueule, parce que tu as mille fois raison. Et que y en a marre de s’expliquer tout le temps sur son poids (les gens font des raccourcis à la con « tu es grosse = tu manges trop, tu es mince = tu manges pas assez).
Mais je plussoie aussi un peu le commentaire de Marion.. parce que sur internet difficile de savoir parfois si c’est de l’humour ou pas. Et le #teambouboule peut être facilement compris comme Marion l’a compris.
Je milite pour le droit à s’empiffrer de gâteaux sans être étiquettée bouboule ! ^^ (j’ai l’air de quoi avec mes crêpes au nuttela à l’heure du goûter après ?)

Répondre

En fait, #teambouboule, c’est tellement énorme, surtout quand tu regardes les autres # que je peux mettre et qui sont tous plus barrés les uns que les autres, que je ne vois pas le mal.

Et tu as l’air très bien avec tes crêpes au Nutella, pas de stress ! 😀

Coucou, je comprends de quoi tu parles car je fais du 34 et j’ai toujours eu des remarques sur mon physique « t’es anorexique? », sur mon alimentation (les gens qui surveillent ce que je mange, me félicitent pour mon bon appétit mais qui me rpenseardent avec inquietude quand je me contente d’une salade parce que truc de ouf parfois j’ai pas très faim ou parce que j’ai pas envie d’un truc gras et toujours cette impression agaçante qu’il faut se justifier…) et les remarques à la con « attention y a du vent, tu vas t’envoler hihi », « mais tu pèses combien? Je peux te soulever? Ahah t’es trop légère! »
Bref j’entends bien ve que tu dis mais je te trouves un peu injuste par rapport à la place des « rondes » dans la mode, les magazines féminins. Oui certes les dossiers « special rondes » dans les magazines sont un monument
d’hypocrisie mais je pense qu’il faut en passer par là pour atteindre un jour une représentation de la diversité des corps qui soit sans drame acceptée par tous! 😉
Quand à dire qu’il ne faut pas qu’il y ait un déséquilibre beaucoup de grosses peu de miinces dans les magazines on en est encore très loin et il faudra bien accepter un jour de perdre de la place au profit de celles qui sortent de la norme mince, que ce soit dans les magasins ou les magazines 🙂

Répondre

« Mais tu veux perdre un os ? » + rire gras quand je dis que je fais du Cellu M6.

Pour le reste, j’ai souvent cette discussion : il y a ceux qui pensent qu’il faut obligatoirement passer par une phase où on ostracise les rondes. Et ceux qui milite pour une « moyenne » qui parlent aux femmes, à toutes les femmes.

Ce qui est compliqué, c’est de généraliser : aujourd’hui, les femmes dans les médias sont trop maigres. C’est une évidence. Mais où faut-il placer le curseur pour que tout le monde ou du moins, le plus grand nombre, s’y retrouve ?

MERCI DELPHINE, MERCI .
Depuis mon enfance je suis gourmande mais ayant la chance de pouvoir manger tout se que souhaite .
J’entend a chaque fois le même refrain  » tes maigres , trop maigre  » et j’ai envie de leurs répondre  » Laisser moi tranquille, je suis bien comme je suis avec des bourrelet et de la cellulite comme tous le monde  » .
Il y a deux ans j’ai pris 10 kilos , j’ai bcp de mal a m’accepter car je connaissais pas ce nouveau corps dans le miroir . Et la j’avais le droit  » tu devrais faire du sport , tu devrais faire attention  » .
En gros les personnes qui vous entoure son en permanent entrain de juger votre silhouette  » maigre ou grosse » .
Depuis je fait bcp de sport et je mange mieux , plus sain, mais 10 kilos ont disparus et personnellement je m’accepte mieux car c’est mon corps je suis faite comme ça . Mais vous inquiétez pas les critiques sur ma soit disante maigreur sont revenue et je passe à coter .
Je suis bien comme je suis et pour moi c’est le principale 🙂 .
Bises Delphine .

Répondre

Ta conclusion est parfaite 🙂

Etant une régulière d Instagram, #teambouboule c’est vraiment de la joke, et il y en a tout un panel comme ca, le dernier qui m a fait vraiemnt sourire est #directdansleboule. Il n y a rien de mechant la dedans, uniquement de l autodérision

Répondre

Merci 🙂

J’ai été très très mince (trop mince 1M80 pour 55kilos on me disait anorexique alors que non je mangeais bcp) de gros soucis de santé et 3 enfants plus tard j’affiche 15 kilos de plus sur la balance …. Et oui je le vis mal, j envie celles qui sont minces mais c est ainsi. Oui du mal à accepter ce corps, je m’habille en 40/42 c est pas énorme et pourtant…. Pour moi c est énorme mais jamais je ne dis à quelqu’un qu’il est trop mince…. Je dis juste quand une fille à une belle silhouette …(j ai fait ça hier sur ton billet et j’ai un peu pris le coup de gueule pour ce jolie silhouette mis) bisous

Répondre

Excellent article ! Je suis ronde, bien trop au vue de ma taille et de mon estime. Je dois faire attention mais c’est dur. Pourtant je ne suis pas pour toute cette folie autour des rondes. Oui on est toutes différentes et il y a des morphologies à rondeurs et d’autres à Os. Cependant, pour une grande majorités des « ronds » c’est un mauvais régime de vie qui est dangereux pour la santé. J’espère retrouver une silhouette plus mince sans l’être par respect pour ma santé plus que pour respecter les règles établies par le monde de la mode.

Répondre

En effet la génétique n’est pas égale avec toutes et c’est tant mieux car tous les goûts sont dans la nature ^^Moi y’a un truc qui me fait rire (jaune bien sûr) depuis que je suis enceinte : sur les sites de fringues de femmes enceintes, les nanas sont enceintes de 6-7 mois et elles n’ont pris que du ventre : pas de seins, pas de hanches, rien !
J’ai beau être mince à la base, et faire assez attention, j’ai tout de même pris un peu de gras partout et surtout pas mal de tailles de soutif et c’est tout à fait normal 🙂 Qu’on nous fasse croire l’inverse, même enceintes, me semble totalement aberrant et relou !

Répondre

Je ne suis ni ronde, ni mince et ne fustige jamais personne sur son physique et encore moins sur son poids.
Mais je suis de celles qui râlent lorsque qu’une collection spéciale ronde commence au 40 car le 40 est la taille standard en France.
Tu dis qu’il faut un curseur, et si nous le mettions sur le 38 ? ou encore sur le 36 ?
Tu vois, ce serait aussi absurde.
Le curseur doit être mis là où réside le vrai surpoids, prenons alors en compte l’IMC, qui, à défaut d’être infaillible, sera une référence plus sérieuse (car médicale) que l’œil des créateurs et autres bureaux qui font la mode.

Répondre

Je suis d’accord, je râle moi aussi quand je vois qu’une collection ronde commence au 40. Je connais beaucoup de femmes qui font cette taille et non elles ne sont pas rondes.
L’IMC n’est effectivement pas infaillible : j’ai un collègue qui fait de la musculation (sans se gaver de produits hyperprotéïnés et autres poudres de perlimpinpin) qui est déclaré tous les ans en surpoids.

Je crois que le regard de l’homme (enfin surtout de la femme) est éduqué pour être critique, du coup tout est sujet à remarques. Je me fous de savoir si une femme porte du 36 ou du 40, j’aime un ensemble, je vais « jalouser » une silhouette, un regard … je pense qu’il est utopique de croire que les mentalités vont changer ou évoluer, bien au contraire. ET cela est très dangereux car on en connait les conséquences sur les personnes fragiles: troubles alimentaires… en fait il faudrait grandir avec un excès de confiance en soi afin d’être protégé de tout ça…
Sinon tu es superbe mais je te l’avais déjà dit (mode jalouse ON)

Répondre

Reste qu’avec 17,3 d’IMC, tu es considérée comme trop maigre (tu dois le savoir, entre 18 et 18,5 c’est déjà très mince). Et je ne dis pas ça pour juger parce que j’ai été anorexique donc c’est un calcul un peu con mais qui prouve certaines choses aussi. Après je suis plutôt d’accord avec ton discours, j’ai eu les mêmes remarques malgré un poids normal (mince mais normal et loin du 17 d’IMC que tu peux afficher), j’ai eu le coup du « tu manges rien » parce que je mangeais un plat et un dessert et pas de pain. Je les ai eu aussi, je connais bien. Et j’ai eu tous les autres exemples.
Ce que j’essaie de dire je crois c’est qu’il faut faire attention entre ce que tu peux décrire (qui est une vraie plaie parce que merde il y a des morpho différentes même si tu manges de tout et que tu sais te faire plaisir) et l’image que tu peux renvoyer (tu n’es pas un blog anonyme mais bien avec une grande visibilité). Mon discours est très paradoxal en fait, c’est vrai, mais j’espère que tu comprendras ce que j’ai voulu dire…

Répondre

ouf ! Super article ! Y’en a marre d’avoir des répliques quand on fait un 36 ! Et oui, je ne me goinfre pas de gateau, jetez moi une pierre ! Pff…c’est de la stupide jalousie. Si on n’aime pas son corp, pas besoin de critiquer ceux des autres. 🙂

Répondre

Pour ma part, je suis juste étonnée parce que personne ne m’en parle et j’ai l’impression que personne en parle à personne. Je dois avoir des oeillères…
Juste je supporte à fond mes copines qui ne se sentent pas bien physiquement pour qu’elles aillent mieux : régime, vêtement, coiffure… sachant bien qu’on aura toujours un truc à se redire.
Mais au moins, accepter de ne pas être parfaite mais de se sentir bien.

Répondre

Je plussoie ton article, je suis grosse (je trouve le terme ronde tellement hypocrite), je fais un bon 48, eje suis bien dans ma peau, pas complexée, les insultes me passent des km au-dessus… Ce qui m’énerve, c’est cette guerre grosse vs minces. De la jalousie mal placée ? Dire d’une femme mince que ce n’est pas une vraie femme parce qu’elle n’a pas de forme ça me fait enrager, dire d’une femme mince que c’est une anorexique, qu’elle est malade, que y’a un truc qui cloche, que c’est pas beau,… Argh ! Surtout sorti de la bouche de personnes qui subissent et se plaignent du ragrd des autres sur leur surpoids ou obésité, je comprends pas…
Il n’y a pas qu’une seule beauté, chacun ses goûts, certains aiment les formes, d’autres non, l’important étant d’être bien dans son coprs et sa tête, notre silhouette ne regarde personne après tout !

Répondre

Je suis « normale » mais une des mes amies est très très mince pour des raisons médicales et c’est fou comme les gens sont agressifs pour parler de la minceur, sans jamais se demander si c’est déplacé. Je ne compte plus les fois où on lui à sorti des trucs du genre « non mais il faut que tu manges hein, t’as que la peau sur les os, c’est pas sexy ». Super, merci. Donc oui, j’approve à mort ton coup de gueule!

Par contre ce qui me choque dans l’idée d’une marque grandes tailles commençant au 40, c’est que ça veut dire en gros à partir du 40, tu es destinée aux grandes tailles par rapport aux marques normales. Quand on sait qu’énormément de marques « fashion » s’arrêtent au 40, se privant ainsi de la clientèle de la moitié des femmes françaises (en gros) parce que de toute façon elles seraient laides dans des beaux vêtements, hein, ben ça me met en rage.

Il se semble qu’on pourrait s’inspirer des marques anglaises qui proposent des vêtements normaux dans une grande variété de tailles au lieu de te renvoyer vers une gamme spécial grosses.

Répondre

Hello Deedee,

Ton article est très intéressant parce qu’il s’attaque au problème en le prenant complètement à l’envers. Pour moi AUCUNE femme n’a aucun problème avec son corps et la bouffe. Plus je grandis, plus je constate qu’on est toutes baignées dans cette « psychose », de la nana la mieux foutue à la plus maigre ou la plus ronde.

Et on alimente le système parce qu’on se juge toutes en permanence. Pas un jour je ne me dis pas « je voudrai être comme elle » ou « elle devrait peut-être pas le manger ce muffin » ou « pourquoi elle bouffe que de la salade elle fait pitié dans son 34, sans aucune forme ni poitrine ». C’est tour à tour un sentiment d’envie voire de jalousie, de supériorité mal placée ou d’énervement parce qu’on aimerait avoir un métabolisme qui nous permette toutes les folies.

Sauf qu’à fonctionner comme ça, on en oublie qui on est. On en oublie qu’on a toute une beauté singulière, une personnalité, un charme, des atouts, en bref de se regarder vraiment. J’essaye au quotidien de surpasser ce mauvais moi qui juge par réflexe, par protection, par manque de confiance en moi mais c’est super dur !!

Je le réalise vraiment quand je vois des amies « rondes » être mille fois plus belle que d’autres amies très fines qui ont le nez collé sur le nombre de calories ingurgitées chaque jour, qui respirent le manque de confiance en elles et qui au final ne seront jamais heureuses, même si les mecs se retournent sur elles dans la rue.

Par contre il est clair qu’il est plus facile d’être « maigre » que « grosse » dans notre société. « Grosse » est clairement considéré comme une insulte. Et ça véhicule dans l’imaginaire collectif tout ce qui s’apparente à un manque de volonté, de la paresse, de la faiblesse. « Maigre » c’est pour beaucoup de femmes un compliment parce que ça rime encore avec pouvoir et beauté. Et pour avoir parfois dis à certaines copines très minces « mais mange t’as la peau sur les os », c’est clairement plus une attaque par jalousie qu’une insulte.

Voilà ma petite réflexion après lecture de ton article ! Et je milite pour le #teambouboule qui me fait bien rire sur instagram !

Margaux

Répondre

je suis d’accord avec toi! j’ai passé ma vie à m’entendre dire qu’il n’était pas normal que je ne grossisse pas en mangeant autant! (sous entendu tu te fais vomir) bref, avec le temps, ça ne me touche plus mais ça m’a énormément agacée plus jeune!

Répondre

C’est exactement ce que je pense Margaut.
Je rajouterais juste qu’être maigre ou gros s’explique souvent seulement par une hérédité dont on n’est pas responsable, c’est vrai et fréquent. Mais quand il y a des troubles alimentaires derrière ( car je pense que ça existe, c’est mon désaccord avec toi Margaut), en quoi des remarques acerbes et méchantes vont aider à guérir ces maladies? Que chacun se mêle de son assiette, arrête un peu de se regarder le nombril et peut être que la société sera un peu plus tolérante face aux différences…

Répondre

Ton article fait vraiment très très très plaisir à lire! Je fais partie des « petits modèles ». J’ai toujours été petite. Même pas 1m60. Et j’ai toujours été fine aussi! Très fine même! Je fais du 34… mais il se trouve que depuis quelques temps je suis obligée d’aller au rayon enfant pour les pantalons, parce que vraiment les 34 de Zara ou autres magasins du même genre, ce n’est pas toujours du vrai 34… Bref. Combien de fois on m’a fait des sous-entendus lourdingues sur l’anorexie ou le fait que selon les gens, je ne dois pas manger assez… Les gens qui me connaissent savent que mon plat préféré, c’est l’entrecôte frites avec sauce au poivre vert… et que je ne mange JAMAIS la salade qui est servie avec… Quant au dessert, les beignets et macarons, c’est ce que je préfère. Tout ça pour dire que je ne me suis jamais privée de ma vie, jamais, mais que je n’ai jamais pris du poids. Si j’ajoute à cela que je ne fais quasiment pas de sport (sauf en vacances pour les randonnées et snorkeling)…
Je trouve que le mot « maigre » est insupportable quand on se le reçoit en pleine figure (ou « maigrichonne », au choix)… et j’imagine que c’est la même chose pour les femmes dites « rondes »…

Les femmes minces ont souvent des mots très déplacés envers les femmes rondes, mais inversement également… Je me souviens d’une photo d’une très belle jeune femme qui avait été publiée sur facebook par un magazine dont j’ai oublié le nom. Cette simple photo d’une femme qui n’était absolument pas maigre, je peux le certifier, mais qui était mince, je pense un 36, avait fait l’objet d’un lot d’insultes impressionnant, du style « La planche à pain », « C’est horrible une femme sans formes » etc… etc…

Il y a autant de femmes que de beautés, alors, par pitié, arrêtez de vouloir faire rentrer les gens dans des cases et de tout « juger » sans savoir…. 😉

Répondre

Pour moi la beauté se loge plutôt dans l’expression du visage et la confiance, je suis considérée comme mince par mes amies mais on envie toujours les autres, je me trouve plein de défauts mais me dis qu’il ne faut pas y prêter attention. Et ce sentiment est renforcé quand je vois une femme pas dans les canons esthétiques de notre époque, rayonnante et que j’envie, plus que certaines qui font trop attention sana essayer d’être avenantes, charmantes, naturelles, épanouies… Les gens nous voient comme on veut bien être et comme un tout. De plus en plus je vois des copines assez avantagées vouloir faire des abdos, des régimes… sans être épanouies!

Répondre

Ton article me touche particulièrement car ancienne anorexique. Alors, oui, c’est vrai, dans mon adolescence, les complexes, les réflexions des « copains », des parents même parfois, m’ont poussé à commettre des erreurs dans mon alimentation et à peser 45 kilos pour 1m68. Aujourd’hui, même taille pour un pois qui varie entre 53 et 55kg. Mais dès que je mange un peu moins, que je suis fatiguée ou que je me plaint un peu, c’est tout de suite la panique, les réflexions mais à l’envers ce coup là… Là où on me reprochait mes kilos en trop, on me reproche maintenant mes kilos en moins, ma préférée étant « oh, toi, tu peux te permettre »… Quoi qu’il y ait dans nos assiettes, il y a toujours quelqu’un pour vous le reprocher, que vous fassiez un 36 ou un 42…

Répondre

perso on est allé jusqu’à essayer de me faire culpabiliser de ne pas pouvoir donner mon sang !! bé oui, les moins de 50 kilos se font refouler, trop légers ! par contre ces mêmes moins de 50 kilos sont capables de donner des tonnes d’amour et je crois que c’est bien là le plus important, non ?

Répondre

Tout comme Sofy From Sxb, je me suis toujours fait refouler des dons du sang car moins de 50Kg. Maintenant je m’y rapproche un peu mais genre le soir. Non, ce que je veux dire c’est que limite j’ai eu honte de dire que je rentrais dans mon jean 1 mois après avoir accouché (sans régime et sans sport bien sur). Tout le monde me regardait bizarrement. C’est pas de ma faute si je n’ai pris que 9Kg sans me priver je précise. Et ce n’est pas de ma faute non plus si ma génétique et le fait que je ne tienne jamais en place aide surement à ce que je suis aujourd’hui. Là où personne ne me croit c’est quand je dis qu’un de mes principe c’est de manger ce que je veux mais uniquement quand j’ai faim. C’est uniquement pour dire que non, je ne suis pas gourmande. Je mangerai ma part de mille feuilles quand j’aurai faim mais pas en dehors des repas. Je pense que ça aide à mieux éliminer, mais je ne me force en aucun cas à être comme ça. J’ai juste mal au bide si je mange quand j’ai pas faim. Et oui je suis mince (36/38), mais moi aussi j’ai mes complexe, je prends tout dans le bide. Mais une fois de plus je n’ai pas le droit de me plaindre … Enfin bref, merci pour cet article qui change un peu de ce qu’on peut lire un peu partout …

Répondre

MERCI Ras le bol d’entendre un « Oh mais tu vas perdre un os! » qui est aussi vexant et complexant qu’un « Bouboule ». J’ai des copines grosses et d’autres moins et je les trouve toutes aussi belles.

Répondre

Ne pas aimer ce que l’on est fait le jeu de tous les dominateurs qui existent sur terre: mec débile qui critique le physique de sa copine, businessman en chasse de millions à faire avec sa marque de cosmétique anti-âge/crème minceur, etc. Et nous qu’est-ce qu’on fait? On marche en plein dedans parce qu’on baigne dedans. Pour ma part, je suis petite, donc je peux maigrir autant que je veux je ne serai jamais comme les mannequins des magazines. Ah, et je suis typée maghrébine aussi, pas vraiment la norme de beauté des magazines non plus. Là où j’ai grandi c’était pas vraiment la classe d’être typée, et je me suis longtemps crue moche, jusqu’à ce que je bouge ailleurs. Alors bon, 1 kg de plus ou de moins, sérieux, ça me passe un peu au dessus de la tête, ce qui compte c’est d’être en forme! Maigre ou grosse, petite ou grande, qu’on fiche un peu la paix au femmes!

Répondre

Je suis tout à fait d’accord avec ton article. il y a une telle obsession du poids qui aujourd’hui peut être diffusée en masse grâce à notre monde moderne. Difficile de s’en détacher. Tout comme toi, j’accusais 11 kilos de plus sur la balance à 19 ans. Aujourd’hui, je fais une taille 34/36 sans me priver. Certains trouvent ça trop maigre, moi j’ai juste fait la paix avec mon corps. Je n’ai jamais tant grossi que lorsque j’étais obnubilée par mon poids et surveillais tout ce que je mangeais. Maintenant, je mange juste à ma faim et mon poids ne varie plus.
Mais même en étant mince, je ne me reconnais pas dans les mannequins de magazines. Trop lisses, trop parfaites. Même maigre, on peut complexer sur sa cellulite et sa peau d’orange, ou ne pas avoir le corps harmonieux prôné par la mode. C’est sans fin.
Et oui, quand on est mince, les gens pensent aussi pouvoir parler de ton poids et le commenter sans que ça pose problème. Je suis toujours celle qui ne coûte pas cher à inviter au restaurant…
Enceinte, je me souviens avoir été perturbée par les mises en garde du corps médical quant à ma prise de poids (10 malheureux kilos qui faisait que mon IMC était normal et non plus maigre) et qui me déconseillait même le jus d’orange du matin. Résultat, après avoir perdu 13 kilos après la naissance, j’étais physiquement épuisée.
Le jour où on arrêtera de se focaliser sur ce qu’il y a dans l’assiette du voisin et de juger à tout va, on aura déjà fait un sacré bond en avant.

Répondre

Que ce soit dans un sens ou dans l’autre mince , rondes, grosses, nous sommes toujours confrontées au regard des autres et c’est difficile de s’accepter. Je rêve d’un monde idéal sans critique, sans jugement, sans apriori , mais ce n’est qu’un rêve!!!

Répondre

Interessant comme sujet! Les filles le disent bien, le plus important et de s’aimer..et quand on s’aime bien, on arrete forcément de regarder ls gens avec un air critique car cest cette critique du « trop grosse » « trop mince » qui cache rien d’autre qu’un manque d’assurance…quelqu’un qui s’aime bien n’y pense plus ou peu!

Moi pour ma part je suis quelqu’un de mince et pourtant il y des jours ou je me sens grasouillette et où je ne correspond pas à ce que j’aimerais être ou comment j’aimerais me sentir…

je n’en parle pas justement à cause de cette phrase qu’on m’a juste sortie aujourd’hui « ah mais toi tu peux te le permettre » et on tourne les yeux au ciel quand je ´dis que je me sens boudinnée et grasouillette..

par contre, certaines exagèrent avec leur « on stigmatisent trop les minces! » car franchement, la vérité est qu’une personne en surpoids est bien plus stigmatisée que quelqu’un de maigre ou mince!

Bref, un suet interessant!!!! je n’aurais pas osé en parler sur le blog, justement par peur de passer pour la fille qui veut se faire complimenter!

Répondre

MAIS TELLEMENT! Bravo pour ce joli article! Moi j’ai toujours été dodue, et franchement je pense que ça doit être aussi blessant pour une fille maigre quand on lui dit qu’elle est anorexique que lorsqu’on me dit de perdre 5 kg. Je fais 1,58 pour 65 kilos, j’ai eu deux enfants, et je me sens bien. Je ne fais plus de régimes à la con, parce que la dernière fois j’y ai laissé des cheveux (littéralement en fait, ils sont tombés), je suis comme je suis. J’ai tout connu, de la rondeur à l’anoréxie, et mince et bien je ne me sens pas moi même, surtout avec ma poitrine plus que hmm hmm. Grosse n’est en effet pas un gros mot, mais qui osera le dire vraiment ? Quand je vois des filles de 120 kilos en couv de certains mag en disant « uhuh vive les rondes » non, c’est « vives les grosses ». Et encore. Je trouve ça affligeant de faire des numéros spécial rondes, c’est un peu comme si on faisait des numéros spécial black, complètement hallucinant. Voilà, bravo! De mon côté, j’ai écrit une BD, la dernière chez Odile Jacob, qui s’appelle Dodue, et qui traîte aussi bien des rondes que des maigres et de la discriminations des femmes quelque soit leurs silhouettes, j’aimerais bien de te l’envoyer, si tu es ok!

Répondre

Je suis d’accord avec toi! Depuis mon adolesence je fais un 34/36, meme après avoir eu mes enfants. Je pense que il y a un part de genetique dans tout ca, car ma grand-mère et ma mère ont le meme gabarit que moi. Les remarque du genre: <> m’enervent, je fais attention à manger sain, mais je ne me prive de rien! Doit on se sentir coupable de faire un 34/36?

Répondre

Ô chère Deedee, merciiiiii! Infiniment! Nous sommes tellement lobotomisés par les médias, les magazines féminins que nous en oublions que ce corps est là pour nous et non pas que nous sommes là pour le servir!
J’ai 22 ans, je fais 1,77m pour environ 82 kilos (si ce n’est plus, je ne sais pas), mais vous savez quoi? je ne me pose plus la question combien je pèse? et non, je me regarde, je m’apprécie, je vois ce qui est à mettre en valeur et ce qui ne l’est pas!
Bordel, il faut vraiment arrêter de martyriser ce pauvre corps à notre disposition! on en

Répondre

Le coup de gueule qui fait du bien ! J’ai mis du temps à me dire que déjà, j’étais en droit de dire stop aux remarques. Celles qui m’empêchaient de me sentir jolie (enfin juste « normale » et pas « malade » ça aurait été bien).
En devenant maman de 2 enfants tout aussi fins, l’instinct de protection a fait son job : je voudrais qu’ils soient bien dans leur peau, et qu’ils aient un regard tendre sur les autres surtout. Alors stop aux « mange si tu ne veux pas devenir comme Vanessa », c’est nul en plus !
Il faut avoir conscience de l’impact de nos propos, la maladresse peut faire mal et nous en sommes tous capables et nous sommes surement tous coupables de petites phrases bien odieuses sans l’avoir voulu… ce n’est malheureusement pas réservé aux cons, nous sommes tous un peu cons.

En tout cas heureusement, le capiton est là pour mettre tout le monde d’accord, ça fait chier !

Répondre

Un coup de gueule très sain ! J’ai vu passer un autre article sur le sujet très intéressant mais je n’arrive pas à remettre la main dessus. Il dénonçait le « piège » du discours « une VRAIE femme a des courbes », « une VRAIE femme est comme ci ou comme ça »… Non, comme tu dis, il faut réconcilier toutes les femmes !

Répondre

Non,je pense qu’il ne faut pas mettre le curser trop bas pour les tailles de la mode « spécial rondes » sans quoi,effectivement,les femmes qio font du 40/42 se disent « donc je suis grosse »,ce qui est faux,bien-entendu,et alors,celles qui font du 48,elles sont quoi? des baleines?
Les marques « spécial rondes » devraient,à mon sens,commencer au 44,qui est,objectivement,non pas une 3grande taille3,mais c’est la taille où on commence à être gironde,comme on disait autrefois.
Et ça n’empêche pas d’être belle,voir Marianne James à La Redoute,elle est grosse ET elle a la classe!!!

Répondre

Bon moi je fais un 38/40 mais je suis quand même qualifié de « mince » par mes copines vu ma grande taille « mannequin ». J’ai des jambes dégueulasses et souvent quand je dis que je ne mets pas de jupettes parce que j’ai de la cellulu qui commence au genoux on me regarde genre « ouais bien sur encore une qui veut qu’on la rassure sur sa minceur. » Et j’entends « beh moi aussi quand je pince ». Haha. Pas besoin de pincer chez moi ma petite dame! Vive la lumière des cabine chez Zara.. 😉

Répondre

Je suis assez d’accord avec ce post…
Rondelette depuis toujours, j’ai malheureusement toujours eu à entendre les réflexions des « autres ».
Alors que mes parents n’ont jamais fait la moindre réflexion sur mon physique, mes grands parents m’ont toujours mise au régime pendant les vacances, m’ont toujours expliqué que les garçons ne voudraient pas de moi, bref le bonheur !
Je pense pourtant que la façon qu’ont eu mes parents de m’éduquer était la bonne. Beaucoup de culture, une tête bien faite dans un corps bien à l’aise. En gros, si tu te plais à toi même, tu plairas forcément aux autres.
Et la clef est là !
J’adore la mode et la cosméto, j’adore un bon bouquin et voyager, j’adore les musées et les conférences universitaires. Et je me sens bien accompagnée, je n’ai jamais eu l’impression de louper une aventure ou une histoire d’amour. Si on aime ce que l’on fait, si on fait les choses avec passion, la beauté prend le dessus, et on ne s’aperçoit même plus que je rentre dans un 44, même moi, je l’oublie parfois…
Alors merci Deedee pour ce bel article, merci pour ce « coup de gueule », qui nous rappelle que notre corps est quand même notre meilleur allié, en toutes circonstances et qu’être bien dans sa tête vaut tous les régimes du monde 😉
Merci !

Répondre

Oui, j’aime ton coup de gueule! Je pense que vous avez dit la vérité. Vraiment, dans cette culture, c’est un sujet controversé parce que les gens ne sont pas acceptive de différents types de corps. Ennuyeux.

Répondre

Merci pour ce coup de gueule, je fais un 44/46 et la vie n’est pas facile pour nous autres « les rondes » lol, mais heureusement le poids ne définit pas qui on est !!!

Répondre

D accord avec l esprit général du post , mais j apporte mes réserves quant « au curseur sur la taille 40, car il faut bien mettre le curseur qqpart ». Je trouve cette logique assez simpliste pour qqun travaillant dans le domaine de la presse mode.
Ce sont justement ces indicateurs ( commencer une collection grande taille/big size par un 40; etre obligé de s habiller en taille enfant du fait d’une menue morphologie etc) qui déterminent le reflet de chacun face aux critères « beauté/morphologie » déterminés par l industrie textile notamment et la presse féminine également.
L idéal serait de couvrir les médias avec une pluralité de beauté corporelle, car il n existe pas de normes en matière de beauté. La norme est fixée par les critères de l’industrie textile internationale,et non pas des critères de santé type IMC malheureusement. Alors en conclusion : nous sommes toutes des canons!! Merci pour ce post qui m a forcé à commenter depuis 3 ans que je suis ton blog 😉

Répondre

Alors en fait, non : ça n’est pas la presse féminine qui dicte les critères inhérents aux tailles. Ce sont les marques. Et tu noteras que bien souvent, les marques n’ont pas de dénominateur commun : on peut faire du 40 chez X, du 36 chez Y et du S, voire du XS chez Z. Pour aller plus loin, je ne suis pas sûre de voir le rapport entre l’IMC et les étiquettes de nos vêtements !

En revanche, la presse féminine (pour ne parler que ce cet aspect là !) a une vraie incidence sur la manière dont on perçoit et accepte notre morphologie, oui 🙂

A bientôt alors 😉

cc les filles !!

ça fait du bien de lire cet article étant donné que je fais parti de ces filles minces de nature(1m75 et 50 kg depuis toujours),j’ai souffert toute mon enfance de moqueries et ça a été très dur ,si j’avais été fragile psychologiquement j’aurais pu faire une grosse connerie…..mais aujourd’hui je me sens enfin bien ,à 28 ans je me fiche du regard des autres et je ne me permet pas de me moquer d’une personne ronde ….
chacun est comme il est et j’avoue que ça fait du bien de manger ce que l’on veut sans grossir et faire des régimes en permanence…
tant que l’on est en bonne santé c’est le principal.

ayez confiance en vous les filles et les autres on les emm****!!!

Répondre

Aha merci beaucoup de m’avoir fait rire avec cet article ! Je suis dans le même état d’esprit aujourd’hui après être passée par des phases de grignotage/jeûne/pleurs/angoisse/honte et j’en passe, grâce à l’aide d’une ( génialissime ) diététicienne j’ai appris à m’accepter et à manger correctement en fonction de mes besoins et des mes petits problèmes ( foutue thyroïde ) et même si comme toi je ne suis pas totalement satisfaite de ma silhouette, je me sens beaucoup mieux dans ma peau qu’avant !

Répondre

moi je lance un coup gueule pour que les collegues avec on travaille s occupe de leurs culs si je ne veux pas manger de gateaux car je suis vegetalienne je ne bois pas d alcool ni de sucreries de gateaux salesalors je les ai rembarres depuis ce jour il me laisse tranquille

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

at elementum luctus lectus libero. facilisis tempus