Je me plains si je veux

Des galères, j’en ai, comme tout le monde. Et on va dire que ces derniers mois ont été particulièrement gratinés, niveau galères. Ah ça pour sûr, on a clôturé cette décennie en grande pompe par chez moi et mon petit nombril, avec tout un tas de réjouissances en veux-tu en voilà que même quand tu ne réclames pas, paf, c’est cadeau !

Je parle peu de mes galères. A mes amis très proches, si, bien-sûr. Mais pas aux autres. Pour tout un tas de raison. Entre autres parce que je déteste les gens qui se plaignent à longueur de journée, ceux qui étalent en couches bien épaisses en veux-tu, en voilà, leurs petits ou leurs plus grands maux. Que voulez-vous, j’ai les geignards en horreur. Et si je râle souvent, ça, oui, il y a une nuance certaine entre geindre toute la journée et ralocher comme ça, pour le sport.

Et pourtant… Force est de constater que si vous n’étalez pas franchement vos petits et vos grands malheurs à la face du monde, ça énerve. Quoi qu’ils en disent, les gens aiment bien ça, le malheur. Ils aiment se complaire et entretenir un marasme tout personnel, radoter, trainer leur misère. Voire jouer à c’est qui qui qu’est le plus malheureux, c’est vrai ça, être trompée par son mec ou se casser la jambe, c’est quoi, le pire hein, c’est quoi ?

Alors voilà : je râle, parce que j’en ai marre qu’on ne respecte pas mon désir de taire mes angoisses, mes peurs, mes douleurs, mes petits maux ou mes bleus à l’âme. V’la le coming out de folie !

Et je fais, pour une fois, un vrai billet d’humeur qui mûrit l’air de rien depuis quelques semaines déjà si je veux. Si si, je vous jure : les gens, sur un blog, ils lisent « je ». Alors automatiquement, ils se disent que c’est 100% vrai, vu à la TV et tout ça, quoi. Alors que pas du tout, en fait.

Bref, je sens que je vous perds autant que moi-même, ce qui sur ce coup là est plutôt balaize.

Il est temps, de lâcher la conclusion, simple, hygiénique, efficace : je ne me plaindrais pas, n’insistez pas ! Je vous embrasse, et tout ça.

Commentaires

Moi je suis très heureuse et reconnaissante que tu ne te plaignes pas! C’est d’ailleurs en partie pour ça que je lis ton blog tous les matins de la semaine (même si je ne commente pour ainsi dire jamais, le coeu y est). Ca me donne la peche pour aller au boulot! Alors continue!

Cordialement,
Une fille dont le métier est d’écouter les autres se plaindre 😉 (C’est vrai en plus!)
PS: Ah et en tant que pro de la plainte: j’atteste que ce n’est pas parce qu’on ne se plaint pas qu’on vit dans le monde des Bisounours!

Répondre

Il faut que tu racontes tes malheurs ici c’est ça?????????????

héhé les plaintes d’une Parisienne!!!!!! Mais oui on fait ce que l’on veut quand même sur nos blogs c’est pas vrai ça, on râle, on rit, on critique, on vante, bref, on manipule aussi nos humeurs !!!

De toute façon, tu te plainds on te critique, tu ne te plainds pas, on te critique….allez on va dire que c’est "la rançon de la gloire "….

Répondre

J’adore ce billet (et le j’ c’est pas pour de faux)!

Répondre

Oh pauvre Deedee ! Comme je compatis…
C’est ça aussi, faudrait que tu te plaignes ET que les autres compatissent (tout en se réjouissant quelque part, secrètement, mais compassion sincère tout de même, je dis pas le contraire)
Y’a d’autres endroits pour ça, des gens dont c’est le métier d’entendre et de comprendre les plaintes et plein d’autres choses aussi… Ils sont formés, ils sont blindés.
Avec toi, Deedee !
Ne faisons pas de la blogosphère un énorme défouloir… du bordel d’accord, mais du joyeux bordel 😉
Bisous
Anne

Répondre

Si tu as envie de te plaindre, vas-y mais c’est toi et toi seul qui décide. Non mais ! C’est incroyable. Et heureusement que tu peux encore choisir où et avec qui.

Répondre

Le fait que tu ne te plaignes pas est l’une des raisons de ma présence ici… je zappe assez vite les blogs geignards… égoistement, j’ai assez de mes propres soucis pour en plus allez lire ceux des autres !

Celà dit, libre à toi d’écrire ce que tu veux, libre aux autres de lire jusqu’au bout tes billets, ou pas !

Répondre

Non mais… on ne lit pas ton blog en y cherchant plaintes et complaintes entre les lignes. ckikiraleketuteplainspaac ? (punaise, le style SMS, c’est trop dur !)
J’ai adoré ton billet pudique sur ton mariage, celui sur la naissance de ton bout de chou de neveu mais j’aime surtout tes notes féminines, pas hyper perso mais dont le style et l’esprit valent à eux seuls bien des articles dans des magazines féminins (je sais, je sais… tu vas dire qu’un blog féminin et qu’un magazine féminin sont deux choses différentes mais nombreuses sont les lectrices qui préfèrent ton blog aux mags car elles ne trouvent plus ce qu’elles cherchent dans un mag – bon, on s’en fout, je m’égare là)
J’en étais où ?
Ah oui, ne commence pas à te plaindre surtout !
🙂

Répondre

accroche toi madame ! tu ne peux être sur tous les fronts. Relache un peu et n’oublie pas de prendre soin de toi et de faire ce que tu aimes. On ne vit qu’une fois il ne faut pas passer à côté du bonheur.

Répondre

Ah lala, mais faut du sang, de la chique et du mollard ?!
Moi, j’aime justement ce blog frais (où on se doute bien que dans la vraie vie, y a son lot d’emmerdes)et joyeux.
Ce que tu n’as pas envie de faire, ça se nomme pudeur.
Et la pudeur, elle manque de nos jours (je fais ma vieille née en 1927).

Répondre

je suis tout à fait d’accord. Sur un sujet proche j’ai fait un billet il y a quelques temps pour râler sur les gens qui disent que je "n’ai pas de cœur" ou "une trop grosse carapace" parce que je n’étale pas mes états d’âme à tout va.
Chacun sa façon de vivre ses émotions et ses galères et les autres n’ont rien à dire la dessus.

(par contre RALER c’est cool. Mais c’est pas pareil. C’est un spirit)

Répondre

Entièrement d’accord avec La Mère Joie. J’aime ta pudeur.
Pour trouver des râleurs on sait toujours où s’adresser et il n’y a même pas besoin de se connecter…
On a un droit à être bavarde sans se raconter de A à Z.

Répondre

T’as bien raison. Y a certaines choses qu’on ne veut pas forcément exposer aux yeux de tous, surtout sur un blog, et qu’il faut garder pour son entourage "non virtuel". J’espère juste que tous tes petits malheurs ne sont pas si grands que ça et qu’ils ne t’empêcheront pas de continuer à nous faire autant plaisir ici même ! 😉

Répondre

"les dessous chics,c’est se garder au fond de soi, fragile comme un
bas de soie…"
extrait des "dessous chics" de serge gainsbourg…
je viens souvent souvent lire ce blog qui m’apporte plein de bonne
humeur et me permet de tenir bon lorsque je suis "en exil" loin de
Paris ! merci pour tout ! continue à faire comme bon te semble !

Répondre

J’ai plus l’impression que les gens préfèrent que personne ne se plaigne… d’autres aiment prendre une posture proche de la compassion. Ne t’inquiète pas, il me semble qu’à moins d’avoir un blog dont le but 1er est de se plaindre, ce n’est pas ce que l’on attend !

Répondre

je ne comprends pas bien quelqu un a fait la remarque on peut aussi se plaindre tu sais ca fait du bien de temps en temps:)
bonne continuation kiss kiss

Répondre

J’avoue que je suis plutôt du genre à écouter les gens se plaindre, à leur remonter le moral (si je peux) toussa toussa, plutôt que d’étaler mes petites galères. ^^

Je suppose qu’il faut bien de chaque sortes de gens, histoire qu’on se complète. haha. ^^

Répondre

Depuis quelques temps, j’ai compris tout cela, c’est tout a ton honneur, je t"embrasse fort

Répondre

Moi aussi, je ne supporte pas les gens qui se plaignent longueur de journée…

Répondre

il n’y a pas à dire, les gens aiment savoir que vous êtes mal, que vous avez des soucis, que pour vous aussi tout ne marche pas comme prévu…
c’est finalement très humain de savoir se contenter de sa situation dans le malheur de celle des autres.

leen

Répondre

Ma Deedee,
C’est vrai que tu râles mais que tu ne te plains pas. Tu es exigeante dans la vie avec les autres et avec toi-même, tu veux tout réussir et tu n’hésites à mettre le doigt sur ce qui ne va pas. Quand on ne te connait pas beaucoup on se dit que tu as tout pour être heureuse et que tu devrais arreter de raler. Mais lorsqu’on a la chance de te connaitre on comprend que cette ralerie n’est que ta manière personnelle de plaisanter des futilités de la vie alors que tu caches comme tout le monde des blessures et des faiblesses.
C’est ta spécifité, n’être vraiment comprise que par un cercle très intime. Et tu as un tel sens de l’humour que l’on arrive immanquablement avec toi par finir de rire du tout, même (et surtout) du pire.
Bon, voilà, j’ai fait un commentaire aussi incompréhensible que le tien 🙂

Répondre

Deedee,

Voilà déjà plusieurs années que je te lis sans jamais laisser un seul commentaire. Peut-être qu’il est temps aujourd’hui :))

1/ Ici, c’est ton espace. Certes, un lieu d’échange mais toutefois ton espace quand même. Alors, normal que tu y mettes tes humeurs, tes envies et tes états d’âmes.

2 / Râler et se plaindre pour que les autres soient compatissants sont effectivement deux choses différentes. Tant que ton mâââri, ta Famille et tes proches te comprennent c’est l’essentiel. Le reste n’est que futilité et tu n’as pas de compte à leur rendre, cool non?

3 / Le dernier mais pas le moindre : bon courage et j’espère que tout va s’arranger….! Vraiment!

Répondre

Moi je préfère avoir la jambe cassée ET être célibataire : c’est trop relou de devoir faire un choix.

Répondre

j’ai pas compris : QUI se plaint que tu ne te plains pas assez ? C’est un comble 😉

Répondre

C’est un billet pour t’entendre dire que tu as raison de ne pas te plaindre ?
"pour ou contre les gens chiants ?" à ton avis ? suspens ….

Répondre

Les gens aiment ton malheur pour mieux tee soutenir et se sentir exister…
Les névrosées du web ont trouvé leur créneau et sont finalement super suivies. De même pour les "supa modeuses" que ces provinciales idolâtres (bouh pas gentil du tout ça mais tellement vrai quand on en fait l’étude plus sérieusement).
Bref, je trouve que ton blog est appréciable pour ne pas y retrouver tout ça (ou peu, on est humaine hein). Cheer up !

Répondre

L’allusif est effectivement suffisant pour deviner ,et … respecter. Sensibilité et autodérision sont rares, je passe chaque jour chez vous, discretement, avant de commencer mon métier, l’écoute de l’autre…Bravo Gaston! Et à la fille bien qui est derrière!

Répondre

Chère Deedee, ton billet me touche. J’adhère. Le morbide fascine. Aussi bien le public que… nous-même, malheureusement (bien souvent inconsciemment).

"L’humour est la politesse du désespoir". Oui, mais pas facile à appliquer…

Ton blog a le mérite de donner plein de bonheur à tes milliers de gens, et vraiment "Chapeau bas" ! car à ta manière tout à fait spéciale tu allies humour, dérision, râleries, finesse… Bref : suis ton instinct en ce qui concerne tes billets, et pareil pour la vraie vie, avec tes proches. Tu es belle de cette énorme richesse de qualités qui se dégagent de toi.

Répondre

Donc si je comprends bien (ce qui n’est pas gagné hein, vu l’état de mon dernier neurone), pour le rôle de Cosette tu postules pas !?

Répondre

Comment reprocher à une personne de ne pas se plaindre ? Il y a un côté voyeuriste malsain dans le fait de vouloir à tout prix observer les autres s’épancher sur leurs malheurs. Et puis, il existe déjà tellement de blogs touchés par le syndrome de la cour des miracles.
Je savais qu’il y avait « ceux qui râlent », « ceux qui se plaignent », « ceux qui se plaignent à cause de ceux qui râlent » mais j’ignorais qu’il existait également « ceux qui râlent à cause de ceux qui ne se plaignent pas »… c’est le comble. Tu as bien raison de râler à cause de « ceux qui râlent à cause du fait que tu ne te plains pas »… ouh, pinaise, c’est compliqué.
Comme l’a si bien dit Anne, « ne faisons pas de la blogosphère un énorme défouloir… du bordel d’accord, mais du joyeux bordel » !

Répondre

Tout a fait d’accord!!
Pas mal!!

Répondre

Belle campagne de commentaires… Tu as encore combien de pubs à poster comme ça ? Non parce que le même commentaire copié / collé sur 15 messages, ça devient légèrement crispant.

On utilise des mots pour faire des phrases. On fait pas des phrases pour utiliser des mots. Enfin si on veut éviter d’être grotesque.

Répondre

Tout à fait d’accord avec Axl… c’est le comble !!!

En tout cas c’est un plaisir de lire ton blog régulièrement. Ne change rien surtout !!!!

Répondre

quoi qu’il en soit, les billets d’humeur manquaient un peu ces derniers temps… et c’est ça que je préfère. Ceux qui se plaignent à longueur de journée aiment se mettre en avant, jouer les intéressants alors que souvent leurs pbs ne sont pas bien graves, enfin je crois !

Répondre

Coucou

En tout cas, malgré ce post, j’ai été ravie de ton soutien il y a quelques jours… Merci encore 🙂
(Je te raconterai la suite des rebondissements très bientôt…)

Répondre

continue comme tu le fait, c’est très bien comme ça! Si ça ennuie certains que tu ne te plaignes jamais, et bien, c’est leur problème!

Répondre

Oh ! que je te comprends. Comme si être positif ou ne pas tirer la tronche signifiait être sans coeur et insensible… Je sais combien ça use. Même si je suis contre les résolutions annuelles, depuis le jour de mes 35 ans, j’ai décidé de me dépatouiller des eprsonnes toxiques. Et oufff, que ça fait du bien. Reste certains membres obligés…
Alles, hasta la vista, mimi Deedee

Répondre

Une jeune femme qui aime (entre autres) les "Bonshommes Blancs" de Jerome MESNAGER à tous les droits que ce soit dit ici, haut et fort =)

Et hop! un sourire de gagné =))))!

Répondre

Je connais un tas de gens comme ça, qui se plaignent sans cesse, et je déteste mais je DETESTE ça. Mais qu’est-ce qui rend intéressant dans le fait d’avoir des problèmes? Et quand les gens comprendront-ils que ceux qui souffrent le plus sont ceux qui se taisent? Alors merci, et continue! Au passage, j’adore te lire 🙂

Répondre

Toute façon quand on est blogueur, on n’a plus le droit de de plaindre. On a tellement de privilèges…

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ultricies felis Donec pulvinar non sed commodo Nullam Praesent nec felis