L’attrape Coeur, de Jérôme-David Salinger

Vous avez remarqué comme c’est bizarre ? On a envie de dire Salinger tout court, et pas Jérôme-David Salinger. Enfin.. moi du moins ! Et je crois même savoir d’où ça me vient : oui oui, la chanson d’Indochine, « ooooh, des fleurs pour Salinger, ohh oohh ohhh ohh« . Toute une époque.

Tout ça pour dire que non, je n’avais pas lu ce qui est présenté pour être un véritable monument de littérature. Je sais, je sais, ce sont des choses qui arrivent ! J’avais donc acheté le livre depuis un bon bout de temps, et allez savoir pourquoi, je reculais toujours le moment où je l’ouvrirais pour le dévorer.

Et… je n’ai pas vraiment accroché. Suis-je trop « vieille » pour apprécier une telle lecture ? Je peux vous dire que ça n’est pas faute d’avoir gardé, du moins en partie, une âme d’enfant. Mais l? , si j’ai trouvé par moments que le jeune personnage au centre de l’histoire était attendrissant, touchant, plein de cette grâce aussi délicate qu’inavouable lorsqu’on sort un tant soit peu des voies toutes tracées, j’ai souvent trouvé le livre très très long, et vaguement ennuyeux.

Son errance est totale : le lecteur ne voit absolument pas où l’auteur veut en venir. Se perdre… ça ne me gène pas plus que ça, mais je n’ai pas trouvé assez de piments pour m’y complaire et y dénicher la poésie qui pourrait en émaner. Je me suis qui plus est assez vite lassée du style de narration ? la « ouah, ça me tue » etc. C’est rigolo au début, un peu moins ? la fin. Bon, je l’aurais lu quoi.

Ce que dit la 4ème de couv’ (et qui vous incitera peut-être mieux que je ne le fais ? lire ce livre, si ce n’est pas déj? fait !) : Holden Caufield, 16 ans, est renvoyé de la pension où il ne fait pas grand chose. L’adolescent aussi désoeuvré que désabusé décide de traîner dans les rues de New-York au lieu de rentrer chez lui. Il nous raconte son histoire tout en refusant de « défiler sa complète autobiographie ». Au cours de son récit, on pressent avec force ce qu’il se contente d’évoquer : la douleur qui a suivi la mort de son frère, le malaise qui sourd en lui, ses difficultés d’adaptation, la grande tendresse qu’il voue ? sa petite soeur… Lors de cette déambulation qui peut s’apparenter ? une quête, Holden fera de bonnes et de mauvaises rencontres qui vont finalement l’inciter ? revenir sur la bonne voie…

Prochaine lecture : ? défaut d’avoir trouvé Le Pingouin D’Andreï Kourkov et Le bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark Haddon, ce sera Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol. Le début est plutôt frais et sympathique… A suivre !

Partager l'article

Commentaires

c’est vrai que l’attrappe-coeur il vaut mieux le lire ado, par contre essaie les "Nouvelles" de Salinger , perso je ne m’en lasse pas !!! il y en a une en particulier "en bas sur le canot" que je consid?®re comme un bijou! allez, ne reste pas sur une mauvaise impression !

Répondre

aviez-vous la traduction de S?©bastien Japrisot ? il y en a eu par contre une r?©cente qui est vraiment pourrie ! On trouve aussi facilement la version originale.
Il n’y a pas d’histoire, c’est juste quelqu’un qui souffre, parce qu’il est d?©cal?©, et qui l’exprime d’une fa?ßon minimaliste et extr?™mement po?©tique. Mais en parler, c’est d?©j? rajouter quelque chose, comme mettre une rose artificielle dans un jardin japonais !

Répondre

s’il vous plait eske kelkun pouré mexpliké l’histoire de ce livre, il m’interresse car jen é deja entendu parler dan dé film ou autre . merci de bien voiloir me repondre en laissant un comentaire .

Répondre

pour ke je vous reconnéss , metté : je repon a ta reeponse soso et apré raconter listoir merci

Répondre

oui bonjours j’ai bien aime ce livre mais je dois faire une critique litteraire dessus pouvez vous m’aider svp?

Répondre

j’ai ADORE ce livre sérieusement cet adolescent qui est perdu on le sent tellement proche de nous ! Cette histoire est la plus farfelu que j’ai jamaus lu mais la mieux

Répondre

c’est super bien je le conseille vivvement au bon lecteur

Répondre

Déçue de lire de tels commentaires sur un livre qui est bien plus que cela…

Ce livre n’est pas seulement le récit de la vie d’un adolescent New Yorkais… il est la preuve que les questions sociales sont toujours les mêmes après des dizaines et des dizaines d’années passées, malgré le soit disant "progrès".

Le style est simple… mais le contenu est profond et très dur finalement. Il pousse fortement à la réflexion. Pour ma part j’ai lu ce livre une bonne dizaine de fois, en l’espace de 9 ans, et je ne m’en lasse pas. Chaque lecture est une découverte…

Je pense que ce livre est finalement beaucoup moins accessible qu’il n’y parait pour en comprendre totalement le sens et le véritable objet.

A vous de creuser !!! Ce n’est pas le style qui a fait son succès…

Yon

Répondre

La compréhension ne m’a pas fait défaut sur ce livre, je vous remercie néanmoins pour votre explication de texte. Le relire alors que je n’ai pas aimé, non merci !

Bonjour,
enfaite moi j’ai un exposé a faire dessus et je dois le rendre dans 2 jours. Probleme j’ai toujours pas lu le livre est ce que qu’elqu’un pourait me faire un résumé assez bien S’il vous plait sa me sauverais la vie!

Merçi d’avance et je compte sur vous ! Vous pouvez mon joindre sur mon adresse mail : o0o-marin3-o0o@hotmail.fr

J’espere que quelqu’un pourra m’aider sa serais très gentil de votre part !

Répondre

Mon livre préféré! (je suis rester une grose gamine du haut de mes 20 ans s’est p’t’etre pour sa!)

je l’ai lu et relu, je ne m’en lasse pas !

Répondre

Bonjour moi je doit dire que je suis un peu daccors je les trouver en librairie ne sachant pas du tout ça reputation j’en avait jamais entendu parler j’ai 17 ans donc en plein dans l’adolesence mais quand je les lu jetais un peu perdu diffile a restée dedans je voié pas ou il voulais en venir ni le piment dans cette histoire donc jusqu’à la fin jattendai ques que chose de plus intense !! Je e regrette pas d’avoir lu ce livre j’aurais préférée le lire avec le même plaisir de sertaine d’entre vous , je ne les sertainement pas trop compris pourtan je suis dans l’âge mais je le re lirez plus tard et peu être le re découvrir autrement . Merci bye

Répondre

ma fille de 14 ans doit lire ce livre pour le collège ; par curiosité j’ai lu les 100 premières pages ; par quelle absurdité, décadence, abrutissement de la société ce nanar mal traduit (annie saumont), cette pochade sans intérêt, cette fumisterie d’ado braque, peut-elle avoir connu un pareil succès ? on en reste baba ! misère du prof de français qui demande à ses élèves de lire pareil ramassis de niaiseries malsaines ! il aurait pu choisir Steinbeck, ou même Hemingway…

Répondre

bonjour à tous,
je viens de terminer l’attrape-coeur de Salinger. je l’ai lu parce-que j’en avais entendu dire beaucoup de bien. j’ai eu beaucoup de mal a accrocher. je suis allée jusqu’au bout, cherchant, jusqu’au dernier mot, en quoi c’était le chef d’oeuvre que beaucoup encense ! il décrit l’errance d’un ado égaré et effrayé parce-qu’il comprend qu’il quitte le monde protégé de l’enfance pour entrer dans le monde des adultes, plus complexe et parfois brutal. c’est une histoire écrite un peu sous forme de témoignage spontané, instantané, comme une suite de polaroids. finalement, je ne l’ai pas trouvé si mal que ça. il montre l’un des aspects de l’adolescence qui n’est pas toujours aussi noire et empreinte de désespoir, heureusement. Je pense que si vous êtes un père ou une mère d’ ado, la lecture de ce roman peut vous apporter au moins une chose positive. Elle peut vous pousser à communiquer davantage avec votre ado afin de savoir s’il est bien dans ses basquettes, comment il vit cette période charnière de sa vie. y-a-t’il suffisamment de dialogue entre vous, n’aurait-il pas besoin de davantage de conseils ou simplement de passer plus moments privilégiés avec vous ? voilà les réflexions que m’a suggéré ce livre. rien que pour ça, je suis contente de l’avoir découvert. peut-être était-ce le but de Salinger, secouer les parents et leur faire prendre conscience que c’est à l’adolescence que se construit le futur adulte ! alors, soyons à l’écoute de nos ados. montrons-leur que le monde des adultes n’est pas que perversité, mensonges, luttes de pouvoirs, etc. c’est aussi l’occasion de se dépasser, de vivre ses rêves ou tout simplement de vivre en sachant voir le positif et pas toujours que le négatif de notre monde. ombre / lumière : c’est à nous de choisir ! et puis la vie, comme le dit si bien goldman, ça n’est pas toujours tout blanc ou tout noir. C’est le plus souvent « entre gris clair et gris foncé ».

Répondre

Répondre à laura Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

et, Sed sem, id tempus risus ante. massa ut felis