Le Match Paris- Province… Attention, ça va saigner !

Capture d’écran 2014-08-18 à 22.33.41

©Photo ARDPG

C’est vendredi.. Et si on se fritait un peu ?!

Depuis longtemps déjà, je suis plus qu’exaspérée et quelque peu aterrée par les clichés qui fusent de toutes part entre les parisiens et les « provinciaux ». Notez que j’ai d’emblée mis ce dernier terme entre guillemets, je le trouve on ne peut plus péjoratif… Mais à ma connaissance, il n’en existe pas d’autre! (ou alors je suis vraiment trop parisienne).

Quoi qu’il en soit, j’aimerais quand même mettre certains points sur les « i ». Figurez-vous que ça m’arrive de sortir de Paris. Si si. Et pas que pour les vacances. Je ne vous dis pas le nombre exaspérant de remarques que je me prends à chaque fois en pleine face en tant que « parisienne »…

Florilège… et tentative de réponses !

// »Il n’y a pas que des cons à Paris ».

Oui certainement. Je me permets néanmoins de faire remarquer à tous les détracteurs des parisiens que plus d’un tiers des parisiens sont issus …. de la province… Faudrait donc voir à ne pas tout mélanger en bloc. Oui, il y a des cons sur Paris, comme partout il me semble, peut être un peu plus qu’ailleurs, comme il y a plus de gens sympas, plus de sans abris, plus d’étudiants etc que dans n’importe qu’elle autre ville de France : normal, c’est la plus grande !

// »Les parisiens méprisent les provinciaux ».

Honnêtement, non. On s’en cogne de qui vient d’où.

Allez, je vous le concède, ça doit exister des parisiens qui méprisent les provinciaux. Mais pour ça je vous renvoie au point 1.

// « Les parisiens débarquent en terrains conquis quand ils se déplacent hors de leurs murs ».

Toujours la réponse 1. pour les évidentes déviances.

// « Les parisiens sont grave imbus d’eux-mêmes et ont tous un melon sur-dimensionné »

Ben ouais, c’est clair. C’est quand même nous qu’on a inventé la roue, la poudre et toutes les inventions majeures de l’humanité !

A force de se sentir toujours visés et de crier au scandale, j’ai plutôt l’impression qu’une partie des « provinciaux » développent un complexe d’infériorité et se sentent obligés d’agir comme des roquets…

// « Les parisiens font toujours la gueule dans le métro ! »

Ah ben oui, vous en connaissez beaucoup, vous, des gens, qui sont contents de se taper 45 minutes de transport dans un wagon qui pue, mal éclairé et avec des relous qui viennent vous emmerder tous les deux secondes ?!

Les gens sont simplement pressés de rentrer chez eux après une longue journée de boulot, et on les comprend ! (existe aussi version mal réveillé du matin).

Mais comme je le disais à un marseillais venu sur Paris qui n’avait de cesse de me dire « mais regarde ! il font tous la gueule !« , mais allez-y chers amis, parlez leur aux gens que vous ne connaissez pas, faites leur des sourires !

Moi perso quand je souris à quelqu’un dans le métro, on me rend mon sourire. Mais je l’avoue, dans la majeure partie des cas, je n’ai pas envie qu’on vienne m’importuner avec un 3615 MaVie en long, en large et en travers. ça veut pas dire que je ne m’intéresse pas à me congénères, ça veut juste dire que j’ai en vie qu’on me laisse tranquille. Il y a des endroits bien plus adaptés que le métro pour se taper une bavette, non ?!

// « Paris, c’est pollué »

Ah, parce que Marseille ou Lyon par exemple non ?!

// « A Paris, il n’y a que des fashion victim »

Alors là, je RIGOLE !! Evidemment qu’il y en a, de vrais pétasses, mais en toute honnêteté, je crois que la pétasse parisienne n’a rien à envier à sa consœur du sud, pour parler de ce que je connais.

// « A Paris, il fait tout le temps gris »

ok, et à Roubaix, il fait toujours beau. Comme dans le sud. C’est pour ça d’ailleurs que le jour de mes fiançailles, en avril d’il y a quelques années, il a plu des trombes d’eau non stop pendant 48H. Une exception ? Ben voilà, c’est un peu le même principe pour le ciel soi-disant toujours gris de Paris.

// « A Paris, la vie est plus chère »

Vrai. Mais les salaires sont sensés être évalués en conséquence, contrairement à d’autres villes de province comme Aix-en-Provence par exemple, où la vie est très chère mais où les salaires n’égalent pas ceux de Paris…

Mais il est vrai que vivre à Paris s’apparente de plus en plus à un luxe, luxe dont nous sommes les premiers à souffrir, j’vous f’rais dire !

// « A Paris, il n’y a pas la mer » (existe aussi version montagne)

Euuhhh oui, c’est pour ça qu’on part en vacances… !

Des idées reçues comme celles-ci, j’en ai encore une bonne petite cargaison.

N’empêche que mon point de vue du moment me force à constater que les « provinciaux » (du moins ceux que je connais) sont mille fois plus sectaires que les parisiens. Navrée de vous le dire.

Allez, sortez vos Kalachnikov, mais restez polis quand même. Après tout, je suis de ceux qui croient que rien n’est jamais idyllique et que tout est question de choix… Je suis plus que consciente que Paris ne déroge pas à la règle et même, pour tout vous dire, je commence à me lasser un tant soit peu de certains parisianismes (qui eut cru que j’écrirais ça un jour ?!)

Partager l'article

Commentaires

Pour ma part je suis une Parisienne en Province.
Encore autre chose… 😉
Pour les salaires, je mettrais un bémol. Le SMIC et les salaires des fonctionnaires sont les mêmes pour tous : que tu vives en région parisienne ou dans une contrée lointaine peuplée de vaches et de moutons. 😉

Répondre

Je crois surtout que la plupart des parisiens ne sont pas de "vrais" parisiens. Un Parisien né à Paris ça existe encore???? ;o))

Répondre

Mea Culpa pour le lien de Violette ci dessus je venais de mettre un lien chez moi et mon cerveau embrumé n’a pas changé le copié collé pffffffffffffff!!!!!!

Répondre

C’est concrètement le genre de combat que je mène tous les jours avec ma compagne qui vient du Sud (Pas comme la chanson de Sardou) et qui me dit qu’il n’y a pas la mer et qu’il y a toujours des bouchons.

Répondre

Eh oui, certains clichés ont la vie dure… Je suis une Parisienne née à Paris (oui, oui, ça existe encore!), je suis ravie de partir à l’autre bout de la France quand j’en ai l’occasion, mais aussi toujours heureuse de revenir à Paris après…

Répondre

Oui, c’est vrai qu’en province, surtout que j’habite dans les Alpes et qu’on vois des parisiens que pendant les vacances d’hiver, on a un peu une dent contre les parisiens. Sorry… Mais parfois c’est tellement cliché "Les bronzés font du skis…" lol
D’un autre coté, vu comment j’ai été accueilli quand je suis arrivée sur Paris :
– "Ah mais vous avez des boites de nuit aussi à Grenoble ?"
– "ah mais tu as déjà conduit sur les Champs Elysées? Faut que tu fasse attention hein, c’est une grande avenue…"
– "Mais Grenoble, c’est une petite ville !" "Mais tu habites où toi ?" "Pontault Combault, mais je me sens parisien"
En fait, le gros problèmes des parisiens, c’est les gens qui sont pas parisiens mais qui se disent parisiens pour se la péter !
Alors bon, c’est vrai qu’on a une dent contre vous, mais vous habitez une ville super belle, super fun, super tout : on ne peux que vous en vouloir !!!

Répondre

Disons que tu n’es peut être (certainement) pas LA parisienne cliché que les "provinciaux" (dont je fais partie mais en Belgique) aiment lyncher… pour te connaître (un peu) je sais que tu n’es pas aussi snob que certaines de tes copines/ex copines, blogueuses. Celles pour qui les arrondissement à deux chiffres sont infréquentables, et celles qui – ô mon dieu non – ne sortent jamais de Paris (intra muros j’entends) par ce que "ouh mais c’est la zone là".
Ces parisiennes là, on en rigole bien parfois…

De là à les insulter, il n’y a qu’un pas que personnellement je ne franchirai pas.

Bon we à toi ! (en Province ?)

Répondre

Moi je suis catalane! et puis j’ai été banlieusarde, pour finir parisienne. Bon pour le climat, on n’y peut pas grand chose, mais j’ai trouvé à chaque fois la façon de vivre une petite vie qui m’allait avec des gens sympas. Ce sont les gens qui comptent! 😉

Répondre

perso, je ne suis pas parisienne mais j’aime Paris!!! Beaucoup plus que Marseille que je trouve plus polluée que Paris…mais bon…j’y vais 1 fois par an juste pour me balader. En ce qui concerne les salaires, je ne suis pas sure, Deedee, que la difference soit si importante. Vous subissez la difference plus qu’inegale du cout de la vie!! theorie que j ai d ailleurs verifiee !!de meme que la mode dans le sud…et à clermont ferrand il n’y a pas non plus la mer et donc paris plage!!!!et tu sais ce qu’on dit Deedee : la proportion de con est la meme partout!!!
ps: merci pour ce blog que j ai decouvert il n’y a pas longtemps.

Répondre

Oh là là, elle est colère notre Deedee ! 😉 C’est marrant, moi suis une provinciale à Paris qui vit en banlieue, et finalement, avec mes amis restés à Omiens, je ne ressens pas trop ça, je n’ai jamais eu ce genre de remarques. Alors soit ils le pensent mais ça n’est jamais venu dans nos conversations, soit ils sont juste censés ! 😉

Répondre

Boah, Paris sera toujours Paris ^^.
Moi j’aime paris pour la diversité, la richersse culturelle, tout ce qu’on peut y faire, mais c’est vrai que je ne trouve pas nécessairement les gens très avenants (je parle pour les boutiques, les cafés, les restos), et c’est une ville qui m’étouffe… après 2 semaines grand max, j’ai besoin de rentrer chez moi!!!

Répondre

Hihihi
tu m’as bien fais rire !! c’est tellement vrai, et tellement pénible parfois !
mais dis donc, ça n’aurait pas un rapport avec le débat dans les commentaires sur les magasins de stocks sur le site de Cosmo ?!
Belle journée !

Répondre

"Je me permets néanmoins de faire remarquer à tous les détracteurs des parisiens que plus d’un tiers des parisiens sont issus …. de la province… " –> je suis d’accord, les provinciaux repeuplent Paris! Pour ma part, je vis en banlieue en venant de Province, mais snobisme provincial peut être, je ne me dis jamais "parisienne"!
C’est dans notre culture je crois!

Répondre

A Paris, je défends la province et en province, je défends Paris lol

On a tous déjà eu ce débat c’est fou !

La seule chose, c’est que j’ai lu il y a 3 ou 4 ans dans un magazine sérieux que si le salaire moyen est plus élevé à Paris, c’est parce qu’il y a plus de cadres mais que l’on n’est pas mieux payés. D’ailleurs, à poste égal, un provincial gagne souvent mieux que moi 😉

Répondre

Tous les Parisiens que je connais sont en fait des Provinciaux. Le pire que j’ai entendu à Paris et pas qu’une fois c’est "Strasbourg c’est en France?"

Répondre

Ce n’est pas tant Paris, tu sais. Je pense que chaque "province" traîne son bagage. Moi, je viens du Nord (le vrai, pas Paris: une blague quand on rencontre des gens du Sud)et on m’a pourri la vie comme pas possible quand je suis allée vivre dans les Alpes. Limite, à Londres, on me gonflait moins alors que les préjugés sur les Français y sont quand même légion…

Répondre

ouais, je ne supporte pas qu’on me dise que les parisiens se la pètent.
c’est les provinciaux qui sont complexés, point barre.
Et pour les gens qui tirent la tronche : c’est bien vrai. le metro c’est pas la plus grosse poilade de la terre !

Répondre

Il me semble avoir lu ya pas longtemps que les parisiens de souche ne représentaient qu’un tiers de la population parisienne et qu’ils étaient en plus grande proportion dans l’Est parisien ! Il me semble que c’était le résultat d’une étude publiée dans Métro ya pas longtemps.
Je suis parisienne de l’est de naissance mes parents étant du fin fond de la campagne, j’ai jamais trop eu affaire au combat parisien/province. Par contre, je ressens beaucoup plus le combat parisiens bobo et parisiens non bobo !
Ya qu’à voir les autres blogs "parisiens", t’as l’impression que Paris ne se limitent qu’aux "arrondissements à 1 chifres" : on parle du marais, Saint-Michel et compagnie avec des adresses super bobo branchouilles. Et le reste de Paris ? Et les quartiers hyper enrichissants tels que belleville/ménilmontant qui regorgent de coins sympas ? Haaan nan c’est trop mal fréquenté là-bas, ya pas de boutiques maje ou sandro !!
C’est plus avec ces gens-là que je me fightent sur Paris plutôt que les "provinciaux" que je côtois !

Répondre

Allez, c’est parti pour mon 1er commentaire sur ce blog plus-que-sympa :
Moi je suis une Toulousaine partie s’exiler dans la capitale. Je passe outre les "mazette… et ça va, tu déprimes pas trop?" et autres "oh ma pauvre…mais qu’est ce qui t’a pris?". Je ne parlerai pas non plus du sobriquet unique avec lequel on m’estampille depuis, je parle du fameux "et salut la parisienne !".
Par contre j’ai remarqué une chose : a Paris, les gens que je ne connais pas, en attendant mon accent, me disent "tiens, tiens, vous vous devez venir du Sud si je me trompe pas!". A Toulouse, quand je descend avec un(e) ami(e) parisien, on entend toujours "tiens, toi t’es pas de chez nous".
Pourtant, on m’avait toujours dit qu’on était accueillant, dans le Sud…

Répondre

Tu m’as choquée, rien que le fait pour un(e) parisien(ne) de penser que le terme "provincial" est péjoratif, est méprisant ! Moi je suis provinciale, et je n’ai JAMAIS trouvé ce terme péjoratif !

Répondre

Ah bin tu lis dans mes pensées dis donc!
Rien à ajouter, c’est parfait! 😉

Ah et sur le fait qu’on tire la tronche, Oxmo Puccino a trouvé de jolis mots pour le dire :
"Ils disent qu’en ville on aime pas parler
Qu’ils viennent vivre à mille au mètre carré"

Répondre

Pour le "ils font tous la gueule dans le métro" vous avez déjà essayé d’avoir l’air content dans le métro?Parce que j’ai déjà essayé moi d’être de bonne humeur!!Je me suis fait traité de salle pute par un clochard qui n’appréciait pas tellement que j’écoute mon Ipod, j’ai aussi tenté de proposer ma place à une dame agée:réponse:"nannnnnn!"

Répondre

Moi je suis Bordelais et je vis à Paris depuis bientôt 2 ans maintenant..

A part le manque d’espaces verts, la mer à 1h et la montagne pas loin, je ne trouve rien à redire à la capitale (peut être le métro qui est un peu relou mais bon j’ai que 20min de transport jusqu’à mon bureau)..

Après je vis dans un quartier très sympa (Saint Paul) et je ne suis pas au smic.. tout d’un coup tout va mieux 🙂

Le fait est aussi que les principales offres d’emploi interessantes sont sur le bassin parisien (dans mon secteur en tout cas), du coup pas trop le choix..

Ceci dit, je ne me vois pas passer toute ma vie ici, d’autres capitales sont sympas aussi et ont à peu près les memes "défauts" que Paris (monde, "pollution", etc).

Répondre

Ah et y a aussi des mots que les commerçants à Paris ne comprennent pas:

– chocolatine (pour pain au chocolat)
– poche (pour un sac plastique au supermarché)

Sinon moi aussi quand je rentre dans un magasin on me dit que je ne suis pas d’ici.. pourtant on a pas beaucoup d’accent à Bordeaux.. enfin je crois pas..

Répondre

Je dis ça aussi 🙂 Et on ne me comprend pas non plus !

Et ceux qui vivent en banlieue parisienne, tu les classes où ?

Répondre

Eh oh dis donc, on est déjà entre Paris et province, on peut pas tout faire, hein ! 😉

Mais banlieue, c’est Paris, non ?

100% parisienne. J’adore ma ville.
Une anectode : hier, une collègue (100% parsienne elle aussi, donc ça existe encore)) me dit, très sérieuse, "Elle, c’est un magazine de parisiennes, personne le lit en province ; les provinciales lisent "Femme Actuelle" ! Ouch, les clichés ont la vie dure (et je précise que je travaille dans une agence de presse !)

Répondre

Ben ça a parfois un bon côté d’être provinciale à Paris. Moi je fais marrer mes collègues quand je leur dit que ma chaussure "péguait" par terre et que du coup je me suis "réchée"…

Répondre

J’adore ces expressions. J’ai les mêmes à la maison 😉

très intéressant ce débat sur les provinciaux et les parisiens . Pour ma part , j’habite en seine et marne , je me sens avant tout urbaine et libre d’aller ou bon me semble sans qu’on me colle une étiquette 😉

Répondre

C’est pas tant les clichés qui agacent en région, c’est plutôt je crois la prépondérance de Paris dans les media, en tant que référence etc…

Certes, même les grandes villes régionales ne peuvent prétendre la même richesse culturelle, artistique, d’activité etc… que Paris mais ce n’est pas pour autant qu’il ne se passe pas autre chose en province que des drames ou des fêtes pittoresques.
C’est quand même presque toujours quand il se passe quelque chose de grave, dramatique, horrible etc que la province fait les grands titres (et en tant que Toulousaine, je sais de quoi je parle). Ou alors on va nous ressasser sans fin les mêmes clichés de carte postale des santons de Provence, du cassoulet du sud-ouest, de la barraque à frite des ch’tis, etc…

Bien sûr qu’il faut parler de tout cela et la vie n’est pas facile non plus partout en France, mais il y a aussi partout des actions, des événements plus heureux, enrichissants pour tout le monde, qui seraient sans doute susceptibles d’intéresser bien au-delà de la région en question.

Et quand je parle des régions et de tout ça, j’inclue bien évidemment aussi les dom-tom car ils sont encore moins bien lotis que les régions de métropole…

Répondre

Oui oui ! Moi je suis une parisienne née à Paris, exilée 4 ans dans le Sud et qui n’en pouvait plus d’attendre de revenir dans sa jolie ville ! 🙂
Tout ça pour dire que je suis bien d’accord avec toi Deedee, il faut arrêter les généralisations, des cons, yen a partout, certains parisiens se la pètent, certains provinciaux ont tellement peur de se sentir inférieur qu’ils aboient et d’autres sont normaux et gentils (quoi, le pays de Candy n’existe plus ? damn …)
Et puis, même vraie parisienne, j’ai des racines ailleurs, et je dis "rose" comme les gens du sud, j’ai les mains qui pèguent, certaines choses m’escaguassent et autres charmantes expressions !
Bises

Répondre

Moi aussi j’ai les mains qui pèguent ! 😉

Merci Deedee de rétablir la vérité !
Quand j’ai débarqué ici il y a 7 ans je flippais comme pas possible, à cause de tous ces clichés justement ! Et finalement j’ai été super bien accueillie par tout le monde, jamais considérée comme la bouseuse de province, car à Paris on fait preuve d’une belle ouverture d’esprit et d’une sacrée tolérance 😉 (oserais-je dire que ce n’est pas forcément toujours le cas en province…?)

Répondre

Ah et j’oubliais, je mets le même bémol que la mère joie concernant les salaires… En fonction des secteurs ils sont parfois les mêmes qu’en Province. Par exemple dans le tourisme, Paris/Province même combat !

Répondre

Bonjour Deedee,
nan mais spa q on aime pas Paris nous les provinciaux (c est la plus belle [mais aussi la plus grande :/] vilel de France n est ce pas ??? 😉 ) mais bon, si les parisiens y restaient ce serait bien LOL…

Bon, faut aussi faire la différence entre les parisiens de souche et les ‘provinciaux d origine montés à Paris’.

En bref, c est juste que la vie est trop différente entre Paris et la province, du coup on vit presque dans des mondes différents et quand les uns viennent chez les autres, ces différences se voient biengue 😉

Celle qui m a le plus frappé c est la conduite automobile (mais a la base c etait avec un lyonnais, l anecdote que je raconte a chaque fois, hi hi, le gars qui a loupé notre entrée au parking alors q on se suivait et qui fait un beau demi tour en pleine nationale bien roulante… s’imaginant je suppose q il n y avait qu une vache a croiser… Alors que nous, surtout a l epoque, on y roulait pas a moins de 100 arf…)

Pour conclure, y a des cons partout fectivement
(meme proportions ??? Faudrait faire un sondage/une etude… :p )

Ha oui, aussi une autre question : j ai l impression que la majorité des parisiens finissent par émigrer en province avant (ou à) leurs vieux jours non ?

Répondre

Logiquement, plus tu vieillis, moins tu as envie de composer (enfin c’est comme ça que je le ressens, personnellement).

A Paris, soit tu gagnes beaucoup d’argent et tu as un bel espace. Mais l’espace, que la plupart n’ont pas !, n’exclut pas le stress ambiant.

les gens à londres ou a berlin ne font pas la gueule dans le metro

à paris on va tous au même enterrement j’ai l’impression ( moi y compris hein)

pour le reste yé souis d’accord avec toi

haaa en rentrant à toulouse combien de fois j’ai entendu
"ha ben té voilà la parisienne", " alors la parisienne on se la pète maintenant, on nous regarde de haut…"

les cons yen a partout malheureusement

Répondre

ébé :

complexité quand tu nous tiens :
j’aime lire, pas commenter.
je sais que c’est peine perdue. mais bon je me lance … ce débat match me passionne et, à la fois ne me passionne pas du tout -en secret, ça me fait trop mal à mon petit coeur d’y participer de vive voix, peut-être pour ça que j’en profite par écrit-
tant il m’énerve.
pour commencer les personnes disant : "ah les parisiens", me gonflent grave. j’en suis venue à des disputes virulentes. disputes rares mais virulentes.
le mot province m’insupporte. mais je reste calme.
pourtant, je ne suis pas de paris.
juste, j’adore paris. de tout temps, j’y suis allée, retournée, encore et encore, famille, amis, tout ça, sans m’en rendre compte. à la vie à la mort, j’imagine. c’est mon amant?
ma ville: je dis que j’en viens. ça doit être mon mari dans l’histoire.
j’adore ma ville et je me sens être de cette ville, y appartenir, l’avoir dans la peau, dans mon histoire, et elle m’a moi, va savoir pourquoi.
et pourtant: je ne pourrais pas dire "je suis xxx.ais/ois". pasque je vous dirais pas d’où je viens. mais je dirais plutôt "je viens de xxx". ma famille en vient, y est, j’y ai fait toute ma scolarité avec coups de coeurs et coups d’amitiés, et bien plus.
mais si je venais de paris, même si j’habitais paris (haha, si un jour je quitte mon mari pour mon amant. que dire?)
je crois que je ne dirais pas parisien/nne mais je pense et seulement si on me le demandais, je ferais de même que pour ma ville, je dirais, de paris.
et puis des gens à paris, ben j’en connais. ils me gonflent jamais avec paris, ou avec la province.
et des gens dans ma ville, j’en connais, et ils me gonflent jamais avec paris, ou la province.

non mais bon, affaire de coeur mise de côté (est-ce possible dans ce débat?):
pour en revenir au mot province : pour éviter toute gaffe, avant de rencontrer quelqu’un mieux vaut-il lui demander d’où il vient, non, je me trompte? (toulouse,bordeaux?) avant de dire de province, le mot provincial est péjoratif autant jeter un jovial "tu serai pas un plouc?" ..autant dire c’est une insulte.
(ah ben pas pour tout le monde apparament, je viens de lire plus haut)

pour quelqu’un comme moi, habitant en france mais pas à paris, la province n’est pas un lieu.
il y a le nôrd, le süd, l’èste, l’ouest, le nord-est, le sud-est, le nord-ouest, le sud-ouest, .. le froid, le chaud, le ciel bleu incessant, les nuages bas ..

souvenez-vous, la géographie de la france. si. pas de coup de bluff. tout le monde la connaît.

je connais de coeur des parisiens/ennes … j’imagine qu’ils vont plutôt dire qu’ils sont de paris?

ou non, la vérité j’en sais rien, ou si, je sais, on en parlera même pas d’ailleurs, on sortira boire un coup et se raconter notre vie..
bref. autant dire que ce débat me passionnera quand il sera inexistant -haha! cherchez l’erreur-

Répondre

Pourquoi peine perdue ? Tout le monde ne réagit pas comme Zélia 😉

Aarf… que dire.. oui c’est vrai que la plupart d’entre nous, les gens du sud, on pense en gros tout ce que tu viens d’écrire, soyons honnête.
MAIS
– J’ai pas mal d’amies parisiennes à Londres et depuis qu’elles n’habitent plus a Paris elles sont d’accord sur quelques (pas mal) de points.
– comme je dis souvent, je peux vous sortir exactement le même genre de liste en sens inverse: les Parisiens aussi ont tout autant pleins de préjugés sur nous, et mon préféré de tous c’est: « les gens du sud ne foutent rien!! » (ou « les gens du Sud parle fort » … mais ca c’est vrai 😉 )
Ah ah ah ! Même quand on travaille nos heures normales + nos heures sup’, juste parce que quand on a finit on prend notre voiture et on va rejoindre nos amis pour un apéro sur la plage, de suite, c’est sur, on est des fainéants ( !?)
Moi je dis que on n’a juste pas du tout le même mode de vie, il n’y a rien de comparable entre habiter une grosse ville comme Paris et des plus petites villes, ne serait ce comme Marseille.
Donc je pense juste que les préjugés (qui existent dans les 2 sens !! ) sont nuls!
Et je pense parler en connaissance de cause car j’ai habité (et travaillé), a Marseille, Aix en Provence, Paris et Londres !

Répondre

Quand à moi, née à Gien (45), maternelle à Marolles-en-Brie (94), primaire à Saint-Germain-en-Laye (78), collège à Dieppe (76), lycée à Nogent-sur-Marne (94), études à Montpellier (34) et quelques stages à Paris (75), 1er job à Toulouse (31) et Toulousaine de cœur depuis 5 ans maintenant, un père ch’ti (59), 1 mère 1/3 normande (27), 1/3 champenoise (51), 1/3 vendéenne (85), des beaux-parents Tarbais (65), des cousins auvergnats (63), des cousins dijonnais (21), des cousins parisiens et banlieusards, la majorité de mes amies à Paris (75), mon amie d’enfance à Cherbourg (50), et bien moi j’aime Paris le week-end et en vacances, j’aime ma région au quotidien, et j’aime toutes les régions de France pour leur diversité ! Ce qui m’exaspère ce n’est pas tant que certains viennent de Paris et d’autres de province, mais que l’on s’escrime encore et toujours à opposer les uns aux autres, alors que sans déconner putain con !… quel magnifique pays !
ps: à Benedicte, je lis Elle qui édite en région un Elle Toulouse que j’adore!

Répondre

Je ne suis pas loin d’avoir le même parcours 😉

Bien qu’il soit un peu stérile de se complaire dans des antagonismes du style gentil provincial au grand coeur et au sourire franc versus citadin arrogant toujours pressé/faché/importuné, il faut reconnaître que la vie n’étant pas la même, les moeurs capitale/reste du pays sont toujours un peu divergentes. J’habite Bruxelles,donc pas vraiment la mégapole la plus branchée de la planète, et si je sens une différence "culturelle", elle est plutôt de l’ordre des origines ethniques et sociales: dans le milieu (et donc les quartiers) italien, espagnol, marocain, etc…la sympathie etla générosité ont tout de même plus cours que dans les quartiers et les milieus plus huppés, ou le duo apparence et argent (comprendre Apple/Mini/Balenciaga)a la part belle.
Pour ce qui est de Paris,si je pense à mon expérience personnelle (par hasard, jai du me rendre pour le travail, en 6 mois de temps, à Londres, Berlin, Rome et Paris), je constate quand même quelques traits frappants par rapport à ces autres grandes capitales: le stress (subi mais aussi généré par les parisiens), le manque d’amabilité et de patience(sans doute conséquent au stress et à la nervosité)et l’orthodoxie du look (rarement vu autant de clones au m2)…
Voilà un petit point de vue de citadine bruxelloise…

Répondre

Mille fois d’accord avec toi !

Fustigez moi 😉
J’habite dans le 2è, j’ai la phobie des moyens de transport donc je ne vais que là où on peut aller à pieds… bilan : depuis 4 ans, j’ai dû voir 4 arrondissements (et pas un à deux chiffres).
Je discute avec la caissière de mon shopi, connais le prénom de la boulangère, m’habille comme je veux sans qu’on me regarde de travers. je traverse en dehors des clous, je fume donc je SUIS polluée. J’aime la pluie et le ciel gris. Je suis cruchaude et je snobe les pauuuuvres provinciaux. J’ai un melon surdimensionné (y’a qu’à voir mon post de ce matin ;))…
Bref, j’ai tout de la parisienne qu’on déteste.
Avouez que j’ai une qualité que les autres n’ont pas : je reste chez moi !
Qu’est-ce que j’aimerais pourtant me balader dans les champs et courir sur la plage…
Paris est belle mais ici, il faut être milliardaires pour s’offrir le luxe que les provinciaux ne savent même pas qu’ils possèdent : l’espace !

Répondre

Et les clichés des parisiens sur les provinciaux…tu n’en parles pas deedee ?

Répondre

ne le prends pas mal Deedee mais tu es quand même très snob..

Répondre

Mais oui, bien sûr. D’ailleurs, venant d’une personne qui ne me connait pas, ta remarque est on ne peut plus à-propos ! Ah la la. Les cons, il y en a partout.. Je ne croyais pas si bien dire.

Ouééé la province c’est nul. Non je déconne j’en viens 😀

Une année je suis allée à Aix en provence en vacances, rhaaa qu’est ce qu’ils m’ont tous fait chier : "alors la parisienne" "et la parisienne elle en dit quoi" "haaaa vous avez pas ça à paris" gnagnagna. Mais jamais je n’irai dire des trucs pareils à un lyonnais ou un marseillais à Paris. Non mais !

Alors les "non parisiens" détendez vous du slip quand un vilain parisien vient par chez vous, on n’est pas tous des gros cons 🙂

Répondre

On est tous différents, c’est bien.
Bon en tant que fille et petite fille de parisiens j’aime et je déteste ce débat.

Tout d’abord les parisiens nés à paris existent et ne partent pas tous vieillir ailleurs (ma mamie y vit depuis 89 ans). Mes soeurs, oncles, tantes, et cousins y vivent aussi. Ils sont tous aimables et j’ai l’impression que les gens désagreables à paris sont souvent plus ou moins forcés d’y vivre (boulot, études …)

Moi j’ai vécu en banlieue ouest pendant 20 ans et j’ai l’impression d’etre banlieusarde à vie (super statut détesté par les provinciaux et snobé par les parisiens). Après j’ai vécu à Paris pendant 3 ans et à Rennes depuis bientot 2 ans.

Bilan, les cons existent partout et les préjugés sont souvent dans les tetes des gens qui n’ont jamais bougé de leur patelin (ma mère parisienne est aussi bornée que ma belle famille bretonne). Et ces gens là manquent de belles découvertes. Tant pis pour eux.

Les provinciaux qui en ont marre de voir débarquer des parisiens m’énervent. Paris accueille bien un tas de provinciaux, non ?

Il fait gris dans tous le nord de la france, on va pas sourire constamment à des inconnus, la pollution est invisible et parfois plus présente dans endroits que l’on ne soupconne meme pas.

Bref, j’ai aimé et j’aime Paris. J’aime vivre en Bretagne et j’aime presque les bretons ;-). Et les gens qui ont besoin de critiquer une autre région sont sans doute un peu frustrés.

Pour revenir sur les autre capitales européennes, c’est difficile de comparer, Paris est une ville ou il n’y a plus d’espace et ou on est les uns sur les autres. Berlin est sous peuplé avec de grandes avenues et beaucoup d’air. Je préfererai vivre à Berlin d’ailleurs.

L’essentiel est de bouger un peu avant d’avoir des préjugés.

Répondre

Connais pas Berlin.. Mais tu n’es pas la première à me dire que c’est une ville agréable.

J’adore Paris. La moitié de mes amies s’y trouve, et pas une seule ne correspond au vieux cliché ressassé par les jaloux de province. De même qu’elles ne véhiculent absolument pas les clichés sur la province non plus. Et à Toulouse, à partir de 18h, on fait nous aussi tous la gueule dans le métro : entre tous les cinglés desquels on s’isole en tirant la tronche, les pervers dont on veut se couper, et la fatigue de la journée…

Répondre

Tu as oublié de dire que les parisiens ne savent pas conduire et se croient tout permis une fois hors de Paris 😉

Et aussi que les parisiens sont tous des gens stressés.

Même si je pense que tout ça, ce ne sont que des clichés et que chaque région a ses propres clichés, quand j’ai eu le choix entre faire mes études à Paris dans le 16ème et à Roubaix , j’ai choisi Roubaix malgré sa réputation uniquement parce qu’aux portes ouvertes de mon école, à Paris, tout le monde était froid, prenait de haut et pas à Roubaix…

Enfin, j’ai des copines parisiennes et elles sont comme moi, pas de différence, si ce n’est l’accent … parce qu’il parait que j’ai l’accent du nord :-/

Répondre

Parisienne de naissance (3ème génération) je réponds : "Parisiens tête de chien, parigaux tête de veau" J’Aime Paris de plus en plus , cette ville est de plus en plus cosmopolite, auparavant je rencontrait plus de diversité à Londres. J’Aime Marseille parceque j’y ai vécu toute jeune, et j’ai vraiment souffert ensuite, à l’adolescence quand j’ai du supporter tous ces préjugès sur les parisiens en vacances dans le sud.
Franchement faut arrêter de se prendre trop au sérieux !

Répondre

Moi ce qui m’énerve le plus c’est le terme "province" que tu as d’ailleurs mis entre guillemet.

Je trouve ce terme inutile et sans interêt… puisque exprime tout ce qui n’est pas paris et d’ailleurs il n’est utilisé quasiment qu’à Paris.

Pour beaucoup de parisien dire "qu’une personne habite en province" est souvent une information suffisante, mais zut alors !! si elle est de marseille,d’orleans, de brest ou de lille, c’est quand même pas vraiment la même chose.

Je rigole aussi pas mal quand mes cousins pure produit de la région parisienne se disent parisien (ils habitent en banlieue tandis que moi, pauvre dijonnais, j’ai habité dans le 1er et maintenant le 9è).

Je fête l’année prochaine mes 10ans de vie parisienne, et je me considère comme un parisien, cela dit, il est vrai que quand je dis ça, le fait de préciser que je suis originaire de dijon quelques secondes plus tard peut parfois m’attirer un sourire de mon interlocateur, comme si je passais immédiatement du status de gros con à celui de sympathique collègue de "province".

Sinon dans les petites différence, y’a aussi la façon d’organiser sa terrasse, y’a qu’à Paris, qu’on se retrouve aligné face à la rue. Sans doute pour permettre aux parisiens de critiquer les provinciaux qui passent 😉

Répondre

Je suis ABSOLUMENT d’accord sur tous le points que tu évoques, à part peu être l’alimentaire. je vis sur Paris depuis 3 ans maintenant et je viens d’Aix en Provence (ville dont tu cites le nom). Et j’ai vu mon budget alimentaire augmenter de 30%.
Voilà, c’était juste le détails dont je voulais parler.

Répondre

Je remplace pour ma part le terme ""province" par "régions". La Province englobe tout le monde dans le même sac, or il me semble qu’un Corse ne saurait être identique à un Picard.
Le terme de région met en valeur l’origine de chacun au lieu de l’anesthésier (-;

Répondre

Que les provinciaux aient des préjugés sur les parisiens, ou sur la vie que nous menons, honnêtement, je peux les comprendre!!

Je pense que nous avons une vie bien différente de celui qui vit dans une petite ville du fin fond de la creuse. (Guéret par exemple).

Bien que 100% parisienne, je trouve que la simplicité (dans le bon sens du terme) des gens de province est vraiment appréciable!!

Les valeurs ne semblent pas être les mêmes… D’une façon générale, je trouve le parisien bcp trop attaché au matériel, au paraître, à la réussite par l’argent…
Je me trompe peut être, mais je pense que la vie en Province est plus douce, plus facile, plus agréable.

Moralité: Petit 1: Si les provinciaux nous prennent parfois pour des ovnis, je suis d’accord avec eux!!
Petit 2: J’adorrrre les provinciaux!!

PS: Je crois que j’suis un peu hors sujet, tu m’excuseras, en cette fin de semaine, je suis exténuée.
Et dire qu’il va falloir que je me fade 3/4 d’heure de métro ce soir, en +!! 😉

Répondre

Disons que le parisien est très blasé…quand je vais à bordeaux et que ma copine me vante le centre ville, les boutiques, etc…je sors souvent " mouais déjà vu à Paname"…elle me rétorque les musées " mouais mais c’est pas le Louvre…ou autre", quand elle me sors " rhoo la maison de ville coute 250000 € 100 m2 " Arghhhh c’est le prix d’un studio…ce qui explique peut être aussi le fait qu’on passe pour des cons les parisiens…mais bon les américains se foutent aussi de nos gueules nous sommes si compagnard à Paris !!! Je m’en moque je suis contente d’être parisienne et de savourer le délice d’aller à Hossegor ou dans le pays basque…car j’en profites +++++

Répondre

J’aime bien cet article …
bon, perso, je suis d’accord, et c’est une bretonne qui parle …parisienne depuis 9 ans … accro …mais de moins en moins … un bébé, un appart trop petit, plus grand = trop cher , le rer A tous les matins (entièrement d’accord avec le commentaire sur les transports)…
On se lasse, malgrès les copines, les bars, les restaus, les boutiques, les musées.
Bref, si on pouvait trouver du travail à Nantes ou Bordeaux !
il fallait pas m’en parler y’a 6 mois …

Répondre

Je pense à un autre cliché sur la province qui consiste à croire que les gens sont moins stressés. Qd on n’habite pas au centre, on doit aussi subir les bouchons et les transports en commun. Les gens ne sont pas forcément plus gentils et polis, les loyers peuvent être très élevés.
Pour Berlin je suis à 100% d’accord. Cet été j’ai passé une semaine à Berlin et une semaine à Paris(au mois d’août pourtant) et bien rien de comparable. Mais au-delà de la ville ce sont surtout les Allemands qui sont très différents des Français.

Répondre

Cet article n’est-il pas une réédition d’un billet d’il y a quelques mois déjà ?…

Pour ma part, je ne vois pas en quoi le terme "province" est péjoratif. Les gens qui considèrent ce mot comme outrageant sont à mon avis justement des gens qui tiennent à entretenir cette guéguerre entre la capitale et le reste du pays. Parce que bon, d’un point de vue purement géographique/administratif/économique/politique (ne rayez pas la mention inutile), dans quasiment tous les pays du monde il y a une capitale et la province. Il n’y a pas de jugement de valeur là dedans, c’est comme ça, c’est tout.

Et en tant que provinciale (bretonne, rennaise) installée en région parisienne pour mes études, j’emploie le plus souvent le terme de province pour parler des filles de ma promo qui comme moi, ne viennent pas de paris et qui du coup ont pris un appart, et les parisiennes qui du coup vivent encore chez leurs parents. J’ai beau chercher, je ne vois définitivement pas ce qu’il peut y avoir de péjoratif là dedans.

Et puis sinon il est vrai que beaucoup de rennais font preuve d’un mépris pour le moins étonnant envers Paris (à base de "haaaa, tu vis à paris maintenant ? ahh mais comment tu fais, c’est nul, c’est pollué, c’est trop cher, les touristes parisiens nous font chier, etc etc") quand on considère le fait que ce sont les premiers à crier au racisme quand un parisien ose seulement émettre une critique sur leur région à eux.

Répondre

Presque, mais pas tout à fait. J’avais fait un sujet similaire en 2005 : tu as une bonne mémoire !

Vraie provinciale (bretonne pur-beurre) mariée à un vrai parisien. Et bien il est amusant de voir comment ce sujet fait réagir alors que la plupart d’entre nous sont un peu l’un ou l’autre. Question définitivement clivante !!!!

Répondre

je suis bretonne et j’ai fait mes études supérieurs à Paris. En plus, je vivais dans le 16ème (bah ouais, y’a pas mal de chambres de bonne bizarrement dans ce quartier!!)
j’ai eu le droit à des questions "marrantes" et tellement incroyables: chez vous (ndrl: en bretagne) y’a des discothèques, des supermarchés..
Parisien, parisien, c’est vite dit, la plupart sont issus des 4 coins de la france!
sinon, je n’ai jamais ressenti de trucs particuliers pendant le quelques années passées à Paris.
Juste un truc, je vois (encore), des parisiens qui viennent en vacances en bretagne et qui sortent, le ciré jaune "Guy Cotten" les "Aigle" évidemment, je suis obligée d’avoir un petit sourire en coin…

Répondre

Ah merci pour ce démenti de clichés que je commence à en avoir drôlement marre de me prendre dans la tronche. C’est vraiment usant, c’est totalement faux et ça creuse un fossé qui n’a pas lieu d’être. Eurk !

Répondre

Je ne suis pas parisienne, mais du 78, c’est affiché sur ma voiture.
J’adore le "on n’aime pas cela par ici", de la part de celui qui ne vit que des vacanciers ou du tourisme.
Et de me faire traiter de parisienne (ce qui doit être une insulte) : preuve s’il en faut que beaucoup de provinciaux sont nuls en géographie…
Le racisme commence où exactement ?

Répondre

J’ajoute ma petite pierre à l’édifice : que ce soit à Lyon ou à Marseille, les gens tirent aussi la tronche dans le métro ! Comme tu le dis très bien, prendre le métro bondé de monde pour aller bosser, disons que c’est pas la grosse marrade…

Répondre

Merci pour cet article qui remet les pendules à l’heure ! Marre des clichés et de l’anti-parisianisme primaire. 😉

Répondre

Je suis née à Nanterre (92), j’ai vécu mes 7 premières années à Colombes (92), et depuis dans l’Aude (11). Mon père est normand, né à Caen (14), ma mère est née à Dakar (Sénégal) d’un père champenois et d’une mère catalane ! Je suis revenue très peu à Paris, mais toujours avec plaisir, et les gens ont été sympas avec moi, peut-être grâce à mon accent du sud (eh oui j’ai pratiquement perdu mon accent pointu du début !) on me dit que lorsque je parle "çà sent le soleil". Par contre, j’étais hier chez Ikea Toulouse, on n’entend pratiquement parler que pointu ! Au secours, Toulouse serait-ce le nord?! Si ce n’est pas du snobisme. Et je le remarque chaque fois que je vais à Toulouse. J’aime beaucoup la ville où je vis, à 50 km de la mer et des Pyrénées, où on est encore habillés comme en été, j’adore le soleil et la douceur de vivre ici. J’aime beaucoup te lire depuis longtemps, mais je n’avais jamais osé commenter jusqu’à présent. P.S. : on me dit que même mon prénom sent le soleil ! Amicalement,

Répondre

Moi je suis née parisienne de parents provinciaux, puis j’ai rejoint leur province de 10 à 18 ans pour ensuite faire mes études à toulouse, Agen, Barcelone et Lille…
1er boulot à Paris que j’adore. ERt puis avec les enfants on a tenté de rejoindre la province histoire de pas passer notre vie à 4 dans un studio!
C’est très difficile.
Je crois que comme qq’un disait en commentaire les gens plein de préjugés, à tendance con donc sont souvent ceux qui n’ont pas bougés de leur bled, qui n’ont de repère que dans leur lieu et des idées préconcues sur tout ce qui est ailleurs. Il me semble qu’il y en a un plus en province qu’à Paris qui est fatalement plus un lieu de passage, de metissage de gens de partout.
Je trouve qu’il y a beaucoup plus de snobisme dans les villes de provinces qu’à Paris. Moi je trouve les gens bien plus ouverts à Paris et finalement plus accueillants;
m’enfin, je suis tout de même redevenue une provinciale qui apprend l’occitan, a les mains qui pèguent, boulègue la salade et tombe la chemise mais j’adore retourner à Paris une fois par an et deteste les clichés!

Répondre

Voilà un article très succulent. Maintenant que j’ai vécu à Paris, en banlieue & en province, je préfère m’amuser de tout ça!
Allez, juste une petite perle que l’on m’a sortie il y a peu à la fac et qui ressemble un peu à ce que disait Wafa: "Oh là là, mais tu parles bien français, pour une alsacienne dis donc" Aaaaah, j’adore!!!

Répondre

mais… il me semble l’avoir déjà lu ce Match…

Répondre

Pour l’arrogance des Parisiens, je dirais plutôt qu’elle est typiquement… française en général ! Mais bon, c’est ce qui fait notre charme.

Répondre

C’est marrant, j’ai souvent ressenti la dualité Paris – Province… à Paris. Je vis aujourd’hui dans le Sud de la France et je dois dire ma vision est plutôt basique, voire primaire, d’un pays avec des villes et des régions. Point. Il y a le Nord, le Sud, l’Est, l’Ouest comme un signe de croix que l’on apprend très tôt, avec à chaque fois un paysage, un terroir, un accent, des habitudes etc… C’est ça qui est intéressant justement. C’est pourquoi je suis toujours étonnée de redevenir "provinciale" dès que je suis à Paris. Je ne suis plus du Sud, ou du Nord, ni même de l’Est ou de l’Ouest, je suis de la "province". Comme ça signifiait être uniforme. Je trouve ça dommage.

Répondre

Ah !!! j’arrive avec un peu de retard,mais j’adore ce billet et surtout les réactions qu’il suscite. En tant que Parisienne pure souche (et oui, ça existe encore… un peu) je suis d’accord avec ce que tu constates. D’un autre côté, je sais aussi me comporter en personne polie et pas stressée quand je vais ailleurs en France, heureusement ! Bref, dans ce débat, tout est une question de point de vue et parfois aussi d’ouverture d’esprit (dans un sens comme dans l’autre d’ailleurs).

Répondre

Je me suis toujours sentie bien accueuillie a chaque fois que je suis montée dans la capitale. Je n’ ai jamais ressentie de sentiment d’ inferiorité ou de mise a l’ écart. Juste un peu chambrée a cause du foot, mais quand on vit pres de MArseille, on ne peut guere y echapper quelque soir l’ endroit de France ou on va.

Répondre

moi je voudrais qu’n m’explique pourquoi justement il y a un terme pour désigner "la province". rien que cela en dit long. (95 % de la france n’est donc pas paris?)

Répondre

Tu pourras dire ce que tu veux, mais la grande différence entre Paris et le sud-ouest (Toulouse par exemple) c’est l’ambiance plus détendue dans le sud. (ben oui on a la chance, d’être moins nombreux, de pas avoir le RER+metro, moins de touristes etc…)

Mais ce que Toulouse n’a pas, c’est la beauté et la grandeur de Paris, ça c’est clair (et pour les filles, toutes les boutiques :p)

Répondre

Parisien expatrié à Toulouse j’ai rencontré plusieurs toulousains limite traumatisés par une brève expérience "Parisienne". 1 année d’études ou une mutation dans de très mauvaises conditions (habiter Bry Sur Marne et travailler à Bois Colombe, avoir un studio de 20m2 dans un immeuble cracra et bruyant de banlieue…etc) leur fait généraliser que « Paris c’est l’enfer » (Transports, ambiance, vie quotidienne…etc). A leur retour « au pays » ils répandent ça autour d’eux et la psychose s’installe lol

Alors que s’ils avaient eu la chance de gouter à la douce vie dans les arrondissements à 1 chiffre, aux piques niques sur les quais de Seine, aux gouters chez Ladurée..etc il seraient plus parisianistes que beaucoup d’entre nous j’en suis persuadé…:)

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

commodo efficitur. vel, felis Sed mattis consequat. felis