Les tribulations d’une caissière, d’Anna Sam

Ayé, j’ai enfin lu ces tribulations dont j’entends parler depuis un bon moment !

Anna Sam, à la base, c’est une blogueuse. Enfin, quand je dis à la base, je devrais dire à « ma » base.  J’entends par là la manière dont je suis venue à elle.

Anna a un blog. Un blog où elle livre, ou du moins livrait puisqu’elle n’est plus hôtesse de caisse aujourd’hui, son quotidien de caissière. Et croyez-moi, des anecdotes, elle en a. Un tas, toutes plus drôles / incroyables / improbables les unes que les autres.

De ce blog, je retiens son franc-parler, cet humour parfois grinçant dont elle saupoudrait ses billets, sa plume.

Et son livre, donc.

Je l’ai trouvé en poche et en tête de gondole (sans vilain jeu de mot !) chez mon libraire préféré. Hop, je l’achète, hop, je commence à le lire sans tarder.

Et.. Je suis un peu déçue.

D’un côté, j’ai aimé retrouver cette gouaille et ce franc-parler qui l’animent sur son blog. Plusieurs passages sont hilarants, je me faisais limite pipi dessus dans le métro en lisant certaines de ses anecdotes. Sa typologie des clients, notamment, est ultra bien vue. Voire, un peu flippante, parfois, surtout lorsqu’on se reconnait dans certaines descriptions (moi qui croyais n’être presque pas mal élevée lorsque je suis au téléphone mais que je m’interromps pour dire « bonjour », « merci » et « au-revoir bonne journée » à l’hôtesse de caisse, pffff quoi).

D’autres anecdotes sont moins justifiées, il me semble. Par exemple, il y a un truc qui m’a franchement turlupiné : à un moment, Anna parle des « bons » clients qui placent les objets les plus lourds en premier sur le tapis. Euuuh bon, moi, je veux bien, mais les articles les plus lourds sont souvent au FOND du caddie. Du coup, les placer en PREMIER sur le tapis de caisse est franchement sportif.

Quoi, je pinaille ?!

Et puis, surtout, si le propos est juste, drôle et souvent bien senti, je l’ai trouvé malgré tout souvent redondant.

A ce stade, je me sens obligée de dire que je n’aime pas critiquer un livre, dans le sens juger négativement. Surtout quand j’ai eu l’occasion de croiser l’auteur et qu’en l’occurrence, celle-ci est adorable. Je ne suis moi même pas écrivain et n’ai aucune prétention à juger si un livre est bon ou pas. Je m’attache simplement à savoir si oui ou non il me plait.

En l’occurrence, donc, le plaisir que j’ai pu avoir à lire les premières lignes de ces tribulations d’une caissière ont été assez rapidement gâché par la redondance du propos.

Reste que j’ai malgré tout envie de dire à Anna « chapeau ». Et « respect », aussi. Etre titulaire d’un bac +5 et être hôtesse de caisse (si, on dit hôtesse de caisse et pas caissière, j’ai bien retenu ma leçon !) pendant 8 ans, je n’aurais pas pu. Je le sais.

Et puis… Anna a concrétisé mon rêve à moi, celui d’écrire un livre. Et pour ça aussi, je dis respect.

Ce que dit la 4ème de couv’ : Que voit-on du monde et des gens quand on les voit du point de vue d’une caissière de grande surface ? Que sait-elle de nous en voyant ce que nous achetons, ce que nous disons, les questions que nous posons ? Le passage en caisse est en réalité un moment très particulier. À tort, nous pensons que tout est neutre dans cette opération et nous ne nous surveillons pas. La caissière est pour nous un regard aveugle, à la limite elle est elle-même une machine. Nous nous montrons donc comme nous sommes. Et lorsque la caissière s’appelle Anna Sam, qu’elle est titulaire d’un diplôme universitaire de littérature et qu’elle n’a pas les yeux dans la poche de sa blouse, elle saisit sur le vif nos petits mensonges, nos petites lâchetés, nos habitudes plus ou moins bizarres, et elle en fait un livre qui ne ressemble à aucun autre.


Anna Sam a vingt-huit ans, elle est titulaire d’une licence de lettres modernes et a travaillé plusieurs années dans la grande distribution.

Quelqu’un d’autre l’a lu, histoire d’avoir votre avis à vous, aussi ?

Commentaires

Il me manque un élément. Pourquoi les objets les plus lourds devraient-ils être passés en premier sur le tapis ? En quoi, ça arrange la caissière (ou hôtesse de caisse si on préfère) ? C’est une vraie question, ce n’est pas sarcastique.
Sinon, maintenant il y a une loi pour les articles de plus de 8kg je crois qui doivent rester dans le caddie. Ca, c’est très bien.
Merci pour cette critique constructive du livre et bravo à Anna. Quel parcours !

Répondre

Pas compris non plus.

Je ne l’ai pas (encore ?) lu mais en avais évidemment entendu parler. J’hésitais un peu et ton billet ne m’aide pas à me décider 😉 Le coup des articles lourds en premier, je me demande pour quelle raison c’est être un bon client ! Je savais juste qu’il fallait coucher les bouteilles…
Son blog est encore en ligne ?

Répondre

Si tu te décides, c’est un livre qui se picore : mon erreur a été de le lire d’une traite, visiblement 🙂

Oui, son blog est toujours en ligne, cf. le lien au début du billet.

Moi aussi, j’avais été déçue par ce livre. Il y a effectivement des répétitions. Elle a peut-être un regard un peu trop méprisant/hautain envers les clients. Je n’avais pas trouvé ce livre si marrant.

Répondre

Disons que je rejoins l’avis de Nadia, un peu plus bas.

Je lis ce blog depuis un petit bout de temps, et voilà un sujet qui m’interpelle pas mal!
Oui, parceque moi je l’ai carrément pas aimé ce livre! Pourtant je l’ai lu pleine d’espoir vu toutes les bonnes critiques, mais voilà, il m’a un peu déçue.
Et je pense que c’est en partie à cause de toutes ces critiques qui ont exagéré le ton donné à ce livre.
Enfin, je m’attendais à autre chose, disons.

Répondre

Peut être qu’Anna est entrée dans une sorte de surenchère de la critique du client ?

En même temps, pour rien au monde je ne serais hôtesse de caisse. Tu dois voir passer un sacré paquet de connards… !

oh mince juste par rapport à hier, mais justement je voulais dire que ce n’est pas ton genre de meubler!!!!!!! Et, pour le roux c’était bien sûre pour rire….Sinon pour être dans le sujet du jour, oui je sais j’ai toujours un train de retard, j’ai déjà entendu parler de ce livre et il ne me tente pas trop.

Répondre

Nan mais t’inquiète, hein, je suis cash dans mes réponses mais je me vexe rarement.

Pas encore lu mais je pense que le passage du blog au livre, question écriture, ne doit pas être évident.

Répondre

Surtout quand le livre se base sur les propos du blog !

Finalement, le hasard fait bien les choses. J’ai lu le debut du livre, que j’avais trouvé marrant et ironique puis je l’ai perdu. Je n’ai jamais eu le courage de chercher vraiment où j’avais pu le laisser trainer.
Mais c’est sur que quand tu prends du recul, tu te dis, bac + 5 et caissière, çà donne pas trop envie de bosser … surtout quand tu es étudiante.

Répondre

Mof, si tu te laisses démonter par tous les propos qui entourent « le monde merveilleux du travail », c’est clair, tu arrêtes tout de suite tes études et tu vas vendre des chouchous sur la plage ! (disclaimer : ceci n’est pas une critique contre les vendeurs de chouchous sur les plages. Je vous aime, les gars !)

Pareil que beaucoup de monde, je ne comprends pas le coup des produits lourds en premier. Je le fais toujours, mais juste parce que ça m’arrange pour les remettre ensuite dans mon caddie… En quoi ça arrange l’hôtesse de caisse ?

Sinon je me souviens que je m’étais promenée sur son blog il y a déjà pas mal de temps… Il me semble même que le livre était déjà sorti, j’avais rangé ça dans un coin de ma tête, mais j’avais oublié entre temps… Je vais ranger ça un peu moins loin tiens 🙂

Répondre

Bonne lecture alors 🙂 (pas compris non plus pour les objets lourds)

Lu ! Et je suis du même avis, moyen. Il est court, vite lu, et passe bien, mais si on l’arrête en plein milieu, on est pas forcément pressé de lire la suite.
Et non, je ne me sens pas coupable de répondre au téléphone alors que je suis toujours en caisse, ou de demander « vous êtes ouverte? » et j’envisage d’ailleurs d’écrire un livre : « les tribulations d’une cliente… » 😉

Répondre

J’ai jamais dit « vous êtes ouverte ». Mais je réponds au téléphone. 1/2, ça fait une moyenne honnête, non ?! 🙂

je ne l’ai pas lu… je me laisserai bien tenté… faut dire que je crois quand même que le détails de nos achats traduit pas mal de nous !

Répondre

J’admire souvent les hôtesses de caisse qui restent stoïques quand elles (ou ils, d’ailleurs !) passent des capotes, des tampons et autres réjouissances. Ça m’amuse toujours.

Je n’ai pas lu ce livre mais je suis aussi hôtesse de caisse. Je suis étudiante, j’ai un bac +3, et ça va, je ne me sens pas trop intelligente pour faire ce boulot. Déjà, je voudrais réagir à ça. Ma grand-mère dit « il n’y a pas de sot métier ». A chaque fois que je suis à ma caisse, j’essaie de comprendre pourquoi les gens ont cette vision des caissières. C’est un métier pas facile, et pas seulement réservé à celles qui n’ont pas fait d’études. Ca demande beaucoup d’attention, de concentration, de sérieux, d’amabilité et d’aplomb aussi. Pourquoi « respect » et « chapeau » à Anna ? Je ne comprends pas l’incompatibilité entre avoir un bac +5 et être caissière. Non vraiment, j’ai du mal.
J’ai du mal aussi à comprendre pourquoi ça l’arrange que les produits lourds passent en premier… C’est plutôt les clients que ça arrange, ainsi ils peuvent les mettre en premier au fond de leur caddie ou de leur sac. Concernant les produits lourds, il y a effectivement une loi qui dit que les articles de plus de 8 kilos ne doivent plus être posés sur le tapis. Foutaise que 1 client sur 10 respecte ! Merci bien …
Pour conclure, je dirais que bon nombre de clients nous prend pour de la merde, n’ayons pas peur de mots ! Alors oui, je trouve plus que mal poli de passer en caisse en étant au téléphone, quand votre gynéco vous examine ou que votre médecin prend votre tension, vous répondriez à un appel ?? Non, je ne pense pas ! C’est juste une question de respect selon moi. J’aimerais dire parfois aux gens qui ne disent pas « bonjour » que si ça les fait chier de me parler ou de me regarder, ils n’ont qu’à aller aux caisses automatiques!
Bien sûr, il y a des gens sympas, des habitués que je vois régulièrement, des mamies avec qui j’aime discuter, et heureusement !
Beaucoup disent que c’est un boulot pas facile, et je dis souvent, qu’il n’est pas facile … à cause des clients qui sont parfois passablement cons !

Répondre

Il n’y a pas de sot métier, ça, je suis d’accord.

D’accord aussi sur le fait qu’être hôtesse de caisse (tain, c’est plus long à taper que caissière !) requiert certainement un nombre de compétences pas forcément réservées au bac-12.

En revanche, pardon, mais pour avoir moi-même un bac+5, je serais drôlement contrariée d’être hôtesse de caisse.

Soyons clairs : si je me suis emmerdée à faire ces études (intéressantes, certes, mais quand même), à souscrire un prêt étudiant pour les financer, pondre 2 mémoires coup sur coup, enchaîner les stages mal payés (voire, pas payés du tout) et les jobs d’été à la con pendant 8 années d’affilées (oui, j’ai eu mon bac +5 en 8 ans), ça n’est certainement PAS pour être hôtesse de caisse à 700€ net par mois !

Et sans dénigrer la profession, il me semble qu’on peut trouver mieux payé et plus intéressant. Quand même.

Cela étant, les clients cons (qui sont la majorité, non ?), ça, c’est clair : au secours.

Alors là, je suis moi aussi perplexe : j’ai été caissière en supermarché pendant plus d’un an (boulot étudiant) et je me fichais un peu de l’ordre des articles sur le tapis roulant. C’est juste plus pratique pour le client de mettre les trucs lourds en premier pour éviter d’écraser les trucs légers dans son cadis. Par contre en effet, on couche les bouteilles, merci ! 😀

Répondre

C’est noté ! 😀

J’ai lu le livre et il y avait des passages très marrants et sur certains points je m’y suis reconnue.

Répondre

Idem. Assez horrible d’ailleurs, quand tu penses être aimable avec les hôtesses de caisse… Fail …! 🙂

Pour répondre à Mademoiselle Coquelicot:
Outre le fait que ce soit un métier profondemment ennuyeux et rébarbatif (je parle en connaissance de cause, ce fut mon job étudiant pendant 2 ans), ce qui me vient à l’esprit est surtout: le salaire, pardi! Je rejoins donc Deedee sur ce point et m’interroge: qui pourrait après cinq ans d’étude supporter un 20heures à 700euros par mois? Soyons honnête, après cinq ans d’étude, on aspire forcément à autres choses. Alors, moi aussi, je « respecte » et je « chapeau »!

Répondre

+1

à Mademoiselle Coquelicot: j’adore ton commentaire si juste!

Répondre

Ne connaissant ni le blog ni l’auteur, j’ai plutôt bien accroché avec ce livre. Un bon moment de rigolade et de second degré. Pas non plus un chef d’oeuvre de littérature, mais il a le mérite de souligner des « vérités » !

Répondre

Clairement.

Je suis d´accord: chapeau pour cette Anna!
Bisous
Elisa

Répondre

+1 ! Bises

Je l’ai lu aussi en Australie, ça m’a fait rire mais je ne l’ai pas trouvé bien écrit, sûrement le style d’écriture « blog » aurait-il mérité d’être un peu plus travaillé pour se retrouver dans un bouquin. Et je trouve qu’il y a beaucoup de répétitions. Mais ça reste quand même drôle et surprenant au niveau des anecdotes.

Répondre

Tout pareil 🙂

je crois que nous avons le même avis sur ce livre, la redondance m’a ennuyée.
Et puis le fait qu’il y ait une sorte de charte du bon client qui doit classer ses articles, être aimable, comprendre que la caissière en ait plein les pattes, m’a un peu posé problème. Je dis bonjour, au revoir, je remercie la caissière mais si on m’appelle, je réponds à mon téléphone. Parce que moi aussi j’ai ma journée de boulot dans les pattes en général, et que sans être mal aimable, je suis en mode détente, dé-stresse. Les carcans, ça va bien. C’est comme les vendeuses qui te regardent d’un œil noire qd tu entres dans une boutique 5 mn avant la fermeture, je ne comprends pas. J’ai été vendeuse, j’en ai bien chié, mais à 5 mn de la fermeture, on taf, point.
Bref, en tout cas, chapeau à toutes les caissières, j’ai tenté l’expérience en job d’été, j’ai tenu une journée.

Répondre

Pas faux. Comme souvent, on trouve des cons de part et d’autre… Cf. les attachés de presse vs les journalistes !

J’ai lu son livre également et j’ai beaucoup aimé car je me suis reconnue dans certains passages. J’ai bossé au Mc do deux ans et même si ce n’est pas la même chose, les clients restent les mêmes! Mais bon, on se souvient plus des mauvais clients que des bons!

Répondre

Moi, j’étais « hôtesse d’accueil ». Mais ça m’a donné envie d’en faire un billet, prochainement 🙂

Une fois n’est pas coutume, je fais une réponse collective sur le coup des articles lourds à sortir en premier du caddie : ça n’est qu’une micro anecdote, mais elle m’a laissée totalement perplexe. Anna m’a adorablement envoyé un mail pour m’expliquer mais je suis trop blonde, je n’ai toujours pas compris !

Pour autant, hein, je ne pense pas qu’on puisse cristalliser l’intégralité du livre autour de ce propos en particulier 🙂

Répondre

Ah, ben je reviens : il y a des choses intéressantes qui se disent !
J’aime bien le regard de Mademoiselle Coquelicot sur son métier, c’est très respectueux et digne. Je tenais à lui stipuler que pour ma part, je tire mon chapeau à Anna par rapport au passage du blog au livre. 😉
Sinon il y a des branches où il faut avoir fait beaucoup d’études, dans lesquelles on a des responsabilités et où on est payé à peine plus du SMIC. Dès qu’on est tributaire entièrement des subventions de l’état, ça coince. J’dis ça, j’dis rien… 😉
Ce qui est vraiment ennuyeux, c’est quand on voulait faire autre chose avec ses bagages et qu’on est coincé dans un domaine qui ne convient pas et dans lequel on se sent sous-évalué.

Répondre

Mais fais, fais ! Avec plaisir. J’adore quand le blog prend des allures de café où l’on devise agréablement, ça me plait 🙂

Plutôt d’accord, surtout sur le côté « coincé ». Ce qui arrive malgré tout plus souvent qu’on ne le croit, je pense.

Pour ma part, j’ai la chance d’avoir un métier qui m’intéresse vraiment. Bien sûr, il y a des couacs, des choses qui me plaisent moins, voire même parfois quelques freins.

Mais globalement, j’ai la pêche quand je vais bosser. Et ça, ça n’a pas de prix.. J’en suis plus que consciente !

Il n’y a qu’à discuter avec quelques potes pour s’en convaincre…

Je l’ai lu également, l’année dernière (déjà !) et j’ai été un peu déçue également.
Peut-être parce que le meilleur, je l’avais déjà lu sur son blog que j’ai suivi très longtemps.
Il n’empêche que j’ai une pensée pour elle, quand je suis précédée ou suivie d’une personne franchement grossière et méprisante pour « la caissière »…

Répondre

Oui, idem : je ne peux pas m’empêcher de penser à elle quand je fais mes courses !

Alors je connais le blog de loin et je n’ai pas envie de lire le livre ^^ Je commenterais donc pas le contenu ni le style…
En revanche je commenterais vos BRAVO qui m’interpellent ? Bravo de quoi ? d’être resté 5 ans dans un job sous payé que l’on aime pas ? je dois mal comprendre…. il y a des tas de jobs considérés comme équivalents ou pires : femme de ménage, serveuse, vendeuse en fast food etc etc qui sont largement mieux payés ! donc bravo de ne pas se prendre par la main et de se dire victime ? alors que se bouger ce n’est pas si compliqué tout de même ? au lieu de se plaindre il faut agir non ? quelque chose m’échappe personnellement ! j’aurais préféré faire des cdd à la pelle plutôt que rester 5 ans dans un job que je n’apprécie pas en passant mon temps à m’en plaindre sur un blog….

Répondre

Euuuh alors oui, mais non. Anna ne se plaint pas, justement ! Elle joue un peu les anthropologues de caisse, tu vois l’idée ? Elle s’accommode de sa situation, mais le propos n’est pas de dire « plaignez moi, j’ai un bac +5 et je suis caissière ».

Je ne connaissais pas son blog… je n’étais pas au courant du livre (pourtant bien vendu il semble)… je dois venir d’une autre planète 🙂

Répondre

Pff, tu méprises les caissières, c’est scandaleux ! 🙂

je reconnais que les gens sont parfois odieux avec les caissières et c’est méprisable.
En retour, je peux dire qu’il y a des vendeuses et des caissières qui ne sont pas plus agréables avec les clients : un bonjour inodible, sans un regard avant/pendant/après et sans un « au revoir » (sans doute moins « obligatoire » que le bonjour)
Je vais régulièrement dans les grands magasins et je peux vous dire qu’il m’est arrivée, à de nombreuses reprises, d’être encaissée sans que la vendeuse ne m’adresse le moindre regard et ne s’arrête de parler avec sa collègue. Mais bon, je reconnais que pour les clients , c’est 3 mn dans la journée alors que pour les vendeuses …

Répondre

« inodible » ? ouf ! inaudible (ben alors !)

Répondre

Ben dis donc, c’est la première fois que je lis une avis un peu « moyen » (pour ne pas dire négatif) sur un livre, et que j’ai quand même envie de le lire ! Allez hop hop hop, dans ma wishlist ! (suis-je maso?)

Répondre

Je suis d’accord avec SO, j’allais dire la même chose…Des fois c’es limite on a l’impression de les déranger ! Après je ne pense pas que ce soit lié principalement à ce métier, il y a des cons partout mais un minimum de politesse ça n’a jamais tué personne et c’est quand même plus agréable pour tout le monde…

Répondre

Pas lu. J’en ai seulement entendu parler. 🙂
Faudra que je vois ça.

Par contre, j’ai lu une B.D, qui avait un nom très semblable. Et c’était follement amusant !

Répondre

J’ai été caissière (dans un cinéma) plusieurs années pour payer mes études. Les clients étaient plutôt sympas, apparemment c’est différent du monde des caissières de supermarchés. A la limite, c’était le patron qui nous prenait pour de la merde et nous sous-payait alors que la majorité des caissiers et caissières de ses cinémas étaient étudiants et beaucoup plus instruits que lui! Il devait combler son complexe d’infériorité… 😉

Répondre

J’ai été caissière aussi, l’année de mes 18 ans, en boulot étudiant, chez l’ami Picard Surgelés. Eh bien, je peux te dire, j’en ai vu des cons passer ! Du « vous avez de la chance, il fait super bon chez vous » alors que tu as attrapé une angine à cause du mélange chaud/froid l’été, du « pourquoi mettez-vous des gants ? » Bah, parce que je mets 300 produits congelés en rayon tous les jours, ducon !
Bref, ça a été chiant, mais formateur. Surtout que là bas, tu es multitâche !
Par contre, en tant que cliente, je réponds au téléphone aussi quand je passe à la caisse, en m’excusant, et en disant toujours « bonjour madame/monsieur », merci, au revoir et bonne journée/soirée. Mais bon nombre de fois, je suis tombée sur des caissiers qui ne me disait ni « bonjour ni merde ». Et ça, ça m’énerve. Mais c’est comme les cons, il y en a partout 😉

Répondre

Toutes les remarques ci dessus sont justes,mais rassurez vous, les jours de la caissière sont comptés!! Avez vous remarqué que les grandes surfaces les suppriment petit à petit au profit des caisses automatiques après que vous ayez consciencieusement scanné vous même vos produits avec la « zapette », voire qu’on vous fasse tout déballer sur le tapis en cas de contrôle aléatoire ou provoqué…Bref ce sera bientôt à la grande surface comme à la station service: plus personne pour vous faire le plein, nettoyer votre pare brise, vérifier vos niveaux… et puis comme beaucoup l’on signalé pas besoin d’avoir un bac+5…vous verrez, on la regrettera l’hôtesse de caisse quand on aura plus affaire qu’à des automates!

Répondre

C’est hélas très vrai..

Pour répondre à Deedee et à Charline L. , être payée 700 euros pour un mi-temps, excusez-moi les filles mais c’est normal … Qui est payé 2000 euros pour bosser 20 heures par semaine ??
D’un point de vue horaire, c’est pas sous payé. Ok, c’est le SMIC, mais bon ça c’est un autre débat.
De mon côté, je ne me plains pas car je travaille les dimanches matin, qui sont très bien payés … Donc c’est tout bénéf 🙂 Les remarques des clients cons qui nous plaignent de pas être au lit ok… mais les sous en plus !! 😛

Répondre

Ah je t’assure, beaucoup de personnes sont payées 2000€ pour 20h par semaine. Si si ! Il n’y a pas que des smicards en France… loin s’en faut.

A mademoiselle coquelicot : moi ce qui m’a choquée dans cette histoire, ce n’est pas tant le salaire horaire (effectivement c’est légal, c’est le smic) que le fait qu’il était dit qu’aucune hôtesse de caisse ne travaille à plein temps. Du coup, pour moi, il est quand même très difficile de vivre là dessus pour peu qu’on soit en région parisienne ou qu’on ai des enfants. Il faut forcément un revenu complémentaire. Et comme apparemment les horaires sont complètement aléatoires d’une semaine à l’autre ce revenu doit souvent être apporté par un conjoint… Donc on est pas indépendante alors qu’on bosse quand même beaucoup et sur un boulot pas facile. Je trouve ça pas juste…

Répondre

D’accord avec votre analyse moi aussi. J’ai lu le livre et j’ai trouvé le début très sympa mais c’est vrai que ça se répète assez vite. Et puis ce qui m’a manqué c’est une partie sur les caissières insupportables avec les clients ; ) Je devrais peut-être écrire un livre sur toutes les fois où j’essaie d’être charmante et où la caissière ne me dit ni bonjour ni au-revoir, fait la gueule ou discute avec sa copine sans même m’adresser un regard.

Répondre

Désolée mais 2000 euros pour 20 h de boulot par semaine, ça me parait très excessif. Que font ces gens? Mais bon, c’est certainement mon éducation et le milieu dont je viens qui me fait penser ça.
Nivelle, bon nombre de caissières que je connais travaillent à temps plein (35h/par semaine), et n’ont donc pas besoin de revenu complémentaire. De la même manière, dans le supermarché où je travaille, la chef est très arrangeante, donne les horaires 1 semaine à l’avance. Bref, il n’y a aucun souci. Après, je pense que ça dépend des magasins. On a chacune notre point de vue et nos expériences, donc c’est un peu difficile de débattre là dessus.

Répondre

Nan, là, on s’éloigne du postulat (enfin je crois). Qui est, si je ne m’abuse et pour mémoire : c’est un peu déconné, quand même, de gagner le SMIC quand on a fait 5 ans d’études.

Après, si toi, ça te motive d’étudier 5 ans dans le but de gagner 1 056€ nets mensuels, hein, chacun son truc 😉

En ce qui me concerne, mon but à moi c’est de gagner du blé en ayant un boulot intéressant : eh non, je ne suis pas philanthrope 😉 Et je considère qu’on a qu’une vie et qu’il est important, de ce fait, de la rendre « intéressante ».. du moins selon ces propres critères. Le job d’été à la con, j’ai donné. C’est aussi ce qui m’a donné envie d’emprunter 22 000€ pour financer des études supérieures.

ma théorie sur les produits lourds en premier:
ca accelere le rangement dans le caddie du coup la caissiere peut enchainer plus vite avec l’autre client.
Si les produits lourds sont à la fin le client va devoir attendre que tout soit passer pour commencer à ranger.
Non?
Moi j’ai fait caissiere chez Leroy pendant 1an pendant mes études, il y a des gens cons et droles et des gens cons et mechants. Les gens pas cons on ne s’en souvient pas.

ah oui moi je dis caissiere parce que j’aime pas les euphemismes pour gens complexés!

Répondre

🙂 J’adore ce que tu fais !

Pour les objets lourds, oui, j’entends bien, mais ça ne résout pas l’énigme pour autant.

En tant que client, tu mets tes objets lourds AU FOND du caddie. Non ?

Du coup, quand tu veux vider ledit caddie, en toute logique, les objets lourds arrivent en DERNIER.

Tain, mais trop le problème de ouf quoi.

Moi j’ai juste une remarque sur le blog d’Anna. Je ne connaissais pas et je suis allée lire ses anciens billets…qui sont désormais coupés avec la mention (scanner la suite dans le livre « les tribulations… »). Si j’ai bien compris, son livre reprends son blog, mais du coup, elle a vidé le contenu de son blog ?

Répondre

Peut être. Au moins en partie.

Je ne connais pas Anna, j’aurai donc moins de scrupules à dire que je suis d’accord, j’aimais bien le blog, mais le livre m’a semblé un peu moins … je sais pas … un peu trop redondant oui.
Je ne sais pas trop expliquer, mais ce qui passait bien en blog, sur le papier a perdu de son charme.

C’est la première fois que le passage blog => livre me fait ça, avec Ron l’infirmier ou les BD de Pénélope j’avais retrouvé le même plaisir (additionné de celui des pages à tourner), mais là, pas.

Du coup je l’ai donné à la bibli d’une amicale, ils étaient ravis.

Répondre

Bonjour, j’ai pas lu tous les coms mais pour répondre aux questions de ceux qui se demandent pourquoi le plus lourd, devant?….Soyez logique! Comme quoi une caissière n’est pas « chèvre » (je le suis, caissière, pas chèvre!)…Pour éviter d’écraser les articles plus « délicats », tout simplement!…Ce serait dommage de mettre des cerises au fond du cabas, ou sachet, si on ne veut pas en faire de la confiture…On ne se rend pas toujours compte, mais être client dans un magasin et faire ses courses est un ART, je vous assure!…Je le savais déjà en tant que cliente, mais depuis que j’exerce ce métier (que bons nombres de crétins, font en sorte que j’en sois dégoutée, à cause de leur comportement irrespectueux, pour la plupart), j’ai appris à mieux comprendre la psychologie des clients, leur savoir vivre, grâce aux choix des articles qu’ils achètent et leur « savoir vivre », grâce à leur comportement en caisse…(Il y a ceux qui viennent pour une baguette, me la mettent quasiment sous le nez, alors qu’il n’y a pas d’attente en caisse et sont pressés de partir, au point de ne pas dire « bonjour », ni « au-revoir »!….Voilà, où nous en sommes avec la race humaine et l’élégance (des hommes, surtout) « à la française »…Il n’y a pas de sot métiers mais des sots clients, certainement, je me passionne de la connerie de la plupart…J’aime pour( l’instant ce que je fais)!….C’est l’essentiel….Faire ses courses est comme jouer au échecs (pour ceux qui savent et comprennent ma phrase)…Il faut user de tactique et patience aussi…Il y a tant à dire…Surtout que le sourire est franc pour la plupart des hôtesse des caisses( eh oui, c’est ainsi qu’il « faut » dire!), mais pas contagieux pour la plus mal « b »…des clientes!!!

Répondre

Bonjour, je suis une grande lectrice et j’écris des manuscrits depuis 2006, mais je ne ressens pas le besoin d’être éditer pour l’instant. J’ai d’ailleurs écris une histoire relatant l’univers du jeu d’échecs, je suis une passionnée de ce sport, et caissière à mes heures!…Je ne ressens pas le besoin de lire le livre de Sam, je ne pense pas qu’il puisse m’apporter « quelque chose »…J’ai lu des extraits, et je vis ce qu’elle a écrit, mais fallait avoir l’idée d’écrire un livre comme ça, BRAVO!

Répondre

Petite précision : si l’auteur a bien une licence de lettres modernes comme c’est écrit sur la quatrième de couverture, elle a un Bac+3 et non plus 5…
Pas que ça change grand chose, mais quand même…

Répondre

Et ? Je trouve que certains commentaires visent un peu trop à dénigrer Anna. C’est assez… moyen, comme procédé. Pour ne pas dire petit.

ah non, je ne cherche pas à la dénigrer… C’est juste que j’entends fréquemment la confusion, notamment venant d’étudiants…(je suis enseignante). Pour exagérer un peu, si on raisonne de cette façon, on peut dire « j’ai Bac+10 » après avoir fait 10 premières années de fac. Si j’ai voulu faire cette précision, c’est aussi que ce genre d’accroche un peu racoleuse (« Bac + 5 et toujours caissière ») induit les lecteurs potentiels en erreur. Certes la situation des étudiants fraîchement arrivés sur le marché du travail n’est pas brillante, mais il faut être précis.. et si on regarde les stats (comme dans un récent article du Monde), la situation n’est pas (complètement) catastrophique pour les étudiants titulaires d’un Master (un Bac + 5, donc).
Après, je n’ai rien contre l’initiative, au contraire. Et je ne prétend pas dire qu’un Bac+5 vaut mieux qu’un Bac+3 sur l’échelle des valeurs…

Répondre

J’ai lu ce bouquin il y a pas mal de temps. Il m’a bien fait rire. J’ai bossé en caisse aussi en étant étudiante et Dieu sait que ce qu’elle raconte est vrai!

Répondre

Je comprends que ce livre est pu choquer certaines personnes. Mais je travaille moi même dans le commerce puisque je suis agent de voyages. Et je peux vous dire que des anecdotes j’en ai des milliers à vous raconter et je pense que je pourrais également en faire un bouquin. Le problème c’est que je pense que les personnes ne travaillant pas avec la clientèle, ne comprendrait pas !!! En effet, avoir à faire à longueur de journée à des personnes mal éduquées, impolies est trés fatigant. Des personnes qui vous prennent de haut alors qu’elles veulent un hotel vu sur mer à Marrakech !!! (hou la la, il a intérêt à être trés haut l’hotel pour avoir vu sur mer). Ou alors qui font un foin sur leur facture alors qu’ils ne savent pas compter. Ou alors qui ne disent même pas bonjour, au revoir, Merci !!! Honnêtement, si je ne me retenais pas, je crois que j’en claquerais plus d’un. Alors mesdames les lectrices, avant d’être trop dûr avec vos critiques, essayé de faire un mois (rien qu’un tout petit mois) à la caisse d’un hyper marché, ou à mes cotés dans mon agence de voyages !!!

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ultricies adipiscing mi, tristique dolor ut elementum ut