Mes deux mains gauches et moi

J’ai beau savoir ce que je veux et être plutôt posée et volontaire,
je suis parfois et contre mon gré d’une maladresse à faire peur. C’est dans ma
nature la plus profonde, je n’y suis absolument pour rien, et j’ai beau vouloir
y remédier, rien n’y fait ! Evidemment, ces crises de maladresses
interviennent toujours au pire moment : quand il y a du monde, dans un dîner
mondain ou chez des gens avec qui je suis supposée bien me tenir. Je suis super
fortiche en cassage de verres, postillons malotrus et autres raffinements du
genre. Pas que je stresse, ne croyez pas ça. Non non, c’est plutôt comme si mon
Moi le plus profond décidait de faire un pied de nez à la fille qui tente d’être
classe et posée à l’instant T. Avec un chouïa de tête dans les nuages en plus…

Un exemple qui me revient en tête : je suis dans le métro, je pars en
week-end et suis donc affublée d’un gros sac en plus de me –tout petit- sac à
main. Deux volées d’escaliers pour sortir de la station de métro… Je m’arme de
courage et commence mon ascension. Arrivée a la dernière volée de marches, j’en
rate une, et c’est le drame : je me gaufre dans toute ma splendeur, laisse
tomber mon sac de voyage qui se retrouve en bas, tout en bas des marches, le
tout sous le regard goguenard des badauds. Je me relève, rouge de honte, en
me répétant en boucle « le ridicule
ne tue pas, le ridicule ne tue pas, le ridicule ne tue pas
» (le tout
étant de s’en persuader). La tête haute, je pars récupérer mon sac, et remonte
dignement, lorsqu’une femme m’interpelle « ça va mademoiselle ? Vous vous êtes fait mal ? ». Je
lève la tête pour lui répondre et ce faisant…. Rate à nouveau une marche. La
honte de ma vie, j’en pleurerais de rage.

Une autre fois, devant le Crillon (sinon, c’est pas drôle !).
Je suis habillée en working girl, tailleurs, talons et tout le tintouin. Je
sors du métro, avance fièrement sur le macadam parisien : je me sens bien,
il fait beau, j’aime Paris, la place de la Concorde est magnifique, et aïe !
mon pied reste coincé. Je baisse la tête et constate que ma saloperie de talon
fin vient de s’intercaler dans une grille de métro. Qu’à cela ne tienne, je
lève le pied pour me sortir du piège : grave erreur ! Le pied sort de
la chaussure, qui reste engluée à la grille, découvrant mon délicat peton nu. C’est
à ce moment précis où j’entends les rires des portiers de l’hôtel, ravis que la
greluche que je suis à ce moment là leur apporte un moment de distraction, et pas des moindres !!
Je tente de rester digne (quelque chose me dit que c’est raté), me baisse
gracieusement et extrait le plus
délicatement possible cette ****** de chaussure. Inutile de vous dire que je me
suis rechaussée à la vitesse de la
lumière et que j’ai évité le quartier pendant au moins 6 mois !

Je pourrais aussi vous raconter comment à 14 ans, j’ai gâché
mes vacances et celles de ma meilleure amie lorsque j’ai eu la bonne idée de
renverser une tasse de café pleine sur le magnifique dessus de lit de sa mère,
ou comment ma mère a cru me perdre définitivement lorsque à 10 ans, j’ai dévalé
sur la tête à peu près 200 marches en béton…

Bon, je tiens à rassurer les plus inquiets à mon sujet :
ça ne m’arrive pas tout le temps, hein, d’avoir deux mains gauches. C’est
ponctuel, cyclique, un truc du genre. La preuve, j’arrive à me souvenir de mes
boulettes. N’empêche que mes deux mains gauches et moi, on n’est pas les
meilleures amies du monde, voyez !

Rassurez-moi, je suis la seule à gérer ces grands moments de
solitude ?!

Partager l'article

Commentaires

hélas c’est l’histoire de ma vie ça… je quitte dignement les pièces en me prenant en pleine face les portes vitrées… je fais voler les bols de mayonnaise sur le repas de pâques familial et pas un convive n’est épargné… je CASSE les verres avec mes dents en buvant (oui), je me retrouve systématiquement enfermée dans les toilettes ou les vestiaires de piscine (« ya quelqu’uuun? »)et, mon top du top de la honte: il y bien 15 ans maintenant, en plein exam dans un amphi bondé, je me soulève pour regarder la copie de mon voisin de devant (oui c’est mal)et je me rassois en oubliant que mon strapontin c’est rabattu.
j’ai eu du mal à me relever tant je ne VOULAIS pas vivre ce moment: 500 paires d’yeux qui se demandent qui est la débilotte qui s’est affalée par terre aussi discrètement…
et j’en passe, et j’en passe… soupir.

Répondre

Tête en l’air et maladroit, la définition me va plutôt bien à moi aussi 🙂

Répondre

Je suis exactement comme toi

avec mention speciale pour la fois ou, premier jour dans mon bureau oblige, je me crois obligee de demander a mon voisin si il veut un the parce que je vais a la machine, et en revenant, je me vautre et lui renverse le the bouillant dessus… pas mal pour briser la glace…

Bon, serieusement, mon Cheri a des envies de meurtres parfois tant je suis maladroite.

Mais ca fait notre charme aussi.

Répondre

tsss moi aussi je me suis prise des portes vitres pendant des soirees LA HONTE !!!
mais le pire c’est quand j’essayais de faire classe au resto ou je bossais, et que les verres de vin rouge tombaient (oui oui ils tombaient tous seuls) de mon plateau pour atterrir sur les clients :-S

Répondre

A les gauchers!!!

Du pareil au même mais peut-être un peu moins pire!!!
Le gros problème pour moi c’est que je suis vraiment gauchère et notre société n’a pas beaucoup laissé de place au gaucher alors badaboum dans la cuisine…Rien n’est mis au norme pour nous pauvre gaucher …

Répondre

T’en fais pas, je suis ta copine de souffrance !

Anecdote croustillante : je vais à mon premier jour en tant que marketeuse chez SR (mon premier job). Tenue recherchée i.e. je porte des bottes a talon…et ….j’ai testé grandeur nature le coup de la bouche de métro comme toi.
Sauf que je tente de sauver les meubles (je suis bld st germain qd meme faut garder son panache!) et je tente d extraire ma botte gauche energiquement. Et là : Grosse Katastroff. Le talon (oui tu as bien lu : l ensemble du talon, clous compris) reste dans la grille !!!!!!
La honte : je suis asymétrique et je claudique pathétiquement. Heurseusement que mes ballerines de secours avaient pensé à être dans mon sac. Je suis sauvée mais…..
Edouard Baer (oui oui oui Madame, faut qu il y ait un people craquant a ce moment là pour constater !!!) pouffe et me balance « c’est pas facile ça ».

J’ai pensé au suicide et je me suis raisonnée. De toute façon, les talons et moi ca a jamais collé.

Répondre

Le coup de rater une deuxième marche après le premier gauffrage, m’a fait hurler de rire ;-))

Je crois que l’âge joue, quand même : avant j’étais mortifiée quand il m’arrivait ce genre de trucs, maintenant ça me fait plutôt rigoler 😉

Répondre

Quant à moi, on m’a souvent dit que j’avais deux mains gauches palmées…
Pas très pratique pour attraper les objets. Bref, quand je bricole je me tape les doigts avec un marteau, je tombe d’un tabouret avec une perceuse à la main, je m’apperçois au bout de deux heures de vérification que Fly a oublié de me refiler la quincaillerie de l’armmoire…
Et le pire du pire : Un jour dans Paris, j’attend à un passage clouté que le feu passe au vert pour les piétons. Les voitures roulent très vite et là, j’entend un bruit qui ressemble à un Paf. L’instant d’après, un fluide visqueux et légèrement chaud m’asperge le visage. C’était de la Mayonnaise. On était 4 à attendre là en ligne et le seul qui se prend de la Mayonnaise Quick dans la tête, c’est Bibi !!! Beurk

Grand moment de solitude

Répondre

Ca fait plaisir de voir que je ne suis pas seule dans ce cas. Oui bon, je le savais, mais ça fait plaisir quand même!

Un de mes grands moments de solitudes:
Il y a 5 ans environ, à l’époque du collège (le lycée suisse je crois). Une matinée grise d’hiver. j’avais des chaussures à talons, semelle ultra lisse. Il neige. Je rentre gracieusement dans le hall d’entrée du collège. Des dizaines d’étudiants attendent le son de cloche pour aller en cours. J’arrive avec mes chaussures mouillées sur le sol glissant et… m étale devant tout le monde. Me relève dignement et monte directement devant ma salle de classe en évitant les regards.

Sinon, un rétroviseur de bus une fois (ça fait mal !!!), les portes vitrées etc etc.

Ah oui, une fois, dans une parc, avec mon copain on s’envoyait des boules de neige en pleine figure. moi, toute fière, je prépare ZE méga boule de neige et, avec la neige, je chope ZE M… de chien. l’horreur.

Et encore hier soir, en soirée agent de voyages, un truc un peu péteux dans un gd hôtel. je vais me servir un tit verre de vin (rouge), et j’en mets partout. En fait ça m’arrive plutôt régulièrement.

Voilà. La liste est très longue mais je vais m’arrêter là!!!
Bonne journée!

Répondre

La maladresse et moi, on est bien copine

Bonjour Deedee,
Je viens de découvrir ton blog super et je crois me voir décrie dans le premier artcile que je lie…
Et effet j’ai deux mains gauches ( et même de temps en temps, deux mains gauches avec que des pouces 😉
il ne se passe pas un repas sans qu’un verre, ou pire une carafe, d’eau ou de vin soit renversé par ma faute. Et j’en passe des meilleures….
Je te laisse pour aller découvrir le reste de ton magnifique blog.

Répondre

Désolé

Mais j’ai bien ri devant tes mésaventures ! C’est mal je sais.
En ce qui me concerne, je ne me remémore pas de moments de solitude aussi amusant (pour les autres).
Ne renverse pas de café sur ton clavier, tes notes manqueraient 😉

Répondre

moi et mes talons

C’est toujours quand j’ai envie de faire un peu classe et que je mets mes talons qu’il m’arrive toujours un pépin pour ne pas dire un noyau.

Le dernier en date : tailleur et talons hauts. Je marche fièrement vers mon destin et là je ne sais pas ce qu’il se passe mais je chois…… Mon magnifique talon droit me lache donc du coup me voici déséquilibrée. Et vous savez ce qu’on fait dans ces cas là on bat frénétiquement des bras pour se remettre droit. Résultat : c’est pas la classe.
Généralement, on n’est jamais seuls quand ça nous arrive alors…….

Répondre

Moi c’est l’inverse

J’ai plutôt deux mains droites (mais je suis gaucher).

Un jour j’ai voulu faire une pétanque avec tout un tas de gens que je ne connais pas très bien mais qui ont du se faire une image impérissable de ma personne (c’est déjà ça). Je suis arrivé aux Tuileries (fin juin, plein de monde) avec le sac-à-dos-à-pique-nique-pour-un-régiment complètement essoufflé car je pensais être en retard. Finalement j’avais 24h d’avance. On aurait pu en rester là mais l’organisatrice de la dite pétanque en a parlé sur son blog. Résultat : 1000 personnes qui ont du bien rire ce jour là. M’en fiche : j’ai pas honte !

Un bon mois plus tard, j’ai tenté de ressortir (j’ai pas honte je vous dis !). Bon finalement je suis resté chez moi après m’être tordu la cheville sur la deuxième marche de l’escalier (même pas mal !). Il y a eu comme un blanc quand j’ai justifié mon absence le lendemain.

Et finalement hier soir j’ai battu tous les records : à Montparnasse, le parfait gentleman des bacs à sable que je suis réceptionne une charmante demoiselle qui avait pris un peu trop d’élan sur le tapis roulant. C’était plutôt bien parti sauf que j’ai glissé sur un stylo (mon Dieu mais qu’est-ce qu’il fichait là ?), suis tombé, ai entraîné la demoiselle dans ma chute, répandant la moitié de son sac à main par terre à un heure où il y a quand même pas mal de monde. J’aurais pu m’en sortir honorablement (après tout c’est elle qui a failli tomber au départ) mais quand j’ai voulu l’aider à se relever, j’ai remis le pied sur le stylo…

Répondre

Allons, il faut voir les choses du bon coté : ta descente sur la tête de 200 marches de béton, à 10 ans, n’est-elle pas à l’origine de ton petit grain de folie (ceci est un très gros compliment, ne te méprends pas) qui nous enchante ?

Répondre

avec 2 mains gauches, tu peux faire carrière comme modèle pour gants de demi-manchots

sinon, non, ça m’arrive jamais.
Sauf la fois où j’ai pris un mur chez moi (pas en verre, le mur). Et la fois où j’ai insulté un prof alors que je croyais qu’il n’était pas là… Et la fois… Bon ok, ça m’arrive aussi, mais comme à tout le monde, je crois (j’espère).

Répondre

2ème commentaire :
Les maladresses sont parfois à l’origine de belles histoire d’amour. Bon d’accord, c’est surtout dans les films. Mais quand même, ma fille aînée va un jour au lycée avec des talons, elle se prend les pieds dans je ne sais quoi et s’affale… dans les bras du-plus-beau-mec-du-lycée (j’te jure, Maman, le-plus-beau !). « Alors, dit-il avec son plus beau sourire, on veut jouer les starlettes et on tient pas sur ses pieds ? » Ma fille est morte de honte mais rend jalouse la moitié des filles du lycée.
Bref, à l’heure où je vous parle, donc, trois ans plus tard, leur histoire continue avec un bébé prévu pour la fin de l’année.
C’est mignon, non ?

Répondre

Petite pécision !

Les portiers du Crillon nous signalent que tu as parfois également deux pieds gauche 😉

Rassure toi tu n’es pas la seule !!

Répondre

Le coup du talon dans la grille: un classique! Depuis j’évite quand je suis en talons et quand je suis en jupe (j’ai joué à Marylin, en moins classe, bien sur) devant l’Opéra (et ses 200.000 touristes). La honte. Encore une belle: dans mon ancienne boite on était plus de filles que d’hommes, et évidement, un seul toilette pour chaque sexe. Envie pressante, cabine femme occupée, je vais chez les messieurs. Et… je me retrouve coincée dedans! Je tape comme une folle jusqu’à ce qu’on vienne m’ouvrir… (rassure toi, c’est quand même pas pour ça que je n’y bosse plus). Mais ça fait des souvenirs rigolos!

Répondre

ah les grilles de métro et les talons….un classique…maintenant quand je ne peux les éviter je marche sur la pointe des pieds..finalement c’est jolie de voir les femmes sur le pointe des pieds …(un must parisien.).
A part ça, mon entourage m’interdit de toucher à tout ce qui coupe..(couteau, cutter, ciseaux…) les jets de sang dans la cuisine ils n’aiment pas ces petits délicats..

Répondre

Dans le style « le ridicule ne tue pas »

Pareil .. ça m’arrive régulièrement!!!
le pire :
Imaginez une grande salle de bal (vraiment grande.. c’était un gala de grande école à l’opéra garnier), une cinquantaine de couples en tenue de soirée.
Entre deux valses ils décident de mettre une polka que personne ne sait danser. A l’époque je savais (et mon cavalier aussi).. donc nous étions les seuls sur la piste (plutot agréable après les valses ou tout le monde se marche sur les pieds)… avec 100 personnes autour à nous regarder.
Pour la polka, grosso modo, on saute en tournant (un demi tour à chaque fois) toute vitesse et en faisant le tour de la salle .. et comme ça va vite le cercle a tendance à s’élargir et nous a froler les « spectateurs ».
A un moment, un c.. a décidé de s’avancer vers le milieu de la salle au moment ou nous passions .. je me suis prise les pieds dans ses jambes et je me suis gaufrée avec mon cavalier (il a pas pu me retenir) devant 100 personnes! Nous nous sommes relevés et comme ce n’etait pas fini nous sommes repartis .. mais nous ne sommes pas restés très longtemps dans la salle ensuite…

Répondre

Tout pareil

Nous en avions déjà parlé d’ailleurs je crois. Je suis une habituée de la chute. Tout le temps. Dans le metro, dans la rue, en descendant du bus, de ma voiture, etc… j’ai l’habitude donc je n’ai plus honte. J’ai ma petite théorie pour me rassurer: mes pieds sont trop petits pour ma taille, donc j’adhère pas bien au sol. On se rassure comme on peut hein.
Et puis des tas d’autres trucs: ayant souvent la tête dans les nuages, je me prends des poteaux dans la rue, je vais dans un super resto chic, je mange du homard, il m’échappe des mains et attérit sur la tête d’un type à trois tables de moi, lorsque je bois un tout petit peu (n’ayant pas l’habitude) je me mets vite à bafouiller et renverser des tas de trucs, je me cogne tout le temps, etc…..
Non tu n’es pas seule, et puis on finit pas s’habituer. Enfin, dans mon cas, il vaut mieux.

Répondre

Ma vie est un long fleuve dans lequel je coule

Moi si je n’ai pas ma gamelle, ma bourde de la journée, je sais qu’une chose grave va se produire. Il faut que je fasse une connerie, c’est plus fort que moi. Et généralement il y a toujours une personne à qui tu voudrais bien plaire pour regarder ce triste spectacle. C’est comme ça, ça agace tout mon entourage, et moi je suis le seul à en rire. On s’y fait à la longue. En même temps plus je fais attention plus le risque de me retrouver à terre est grand. Le meilleur c’est lorsque j’ai éternué sur un ambassadeur (d’un pays à la con je suis sur), j’ai mis ma main, mais…Enfin tu vois la suite. C’est marrant, il n’a pas ris du tout.

Répondre

Je me sens moins seule!

Ah, comme me voilà rassurée de n’être plus seule à vivre ce calvaire quasi quotidien !

Comme Julie Bibliobus, j’ai moi aussi oublié que le siège de l’amphi se relevait et me suit retrouvée sous la table, d’où j’entendais pouffer les 4 rangs derrière moi !
Je suis aussi une grande habitué des lachages d’objets en tout genre, c’en est désespérant… Mon homme dit que j’ai des knackies à la place des doigts! Et quand je fais tomber quelque chose, ce qui arrive assez souvent, j’entends à l’autre bout de la maison qu’il sifflote la musique de la pub Herta …

Répondre

bienvenue au club!! le coup du talon devant le Crillon (sortie du métro concorde) je l’ai fait alors que j’allais bosser rue du fbg st honoré (le patron « vous êtes en retard Dorothée »; moi « chui restée bloquée devant le Crillon…. »), j’ai cassé les lunettes d’un ami à mes parents, je me suis ridiculisée à chanter à tue tête dans le métro etc etc….
le moment où on sent une grosse bouffée de chaleur nous parcourir est horrible!!

Répondre

tout pareil !

on devrait fonder un club…je trouve que les hommes sont quand même moins maladroit que nous.
pareil pour le talon qui se coince dans le seul trou ou grille de Paris…j’ai plus de verre, ils sont en plastique maintenant…mais bizarrement je ne casse jamais d’assiettes…je pose un journal sur une plaque électrique…allumée donc évidemment ca prend feu…j’allume un feu au gaz, je pose ma casserole…voyant au bout de 5 mn que l’eau ne bout pas…je rallume…faute…ca fait une belle flamme de 10 m de hauteur tellement le gaz s’était répandu…je sors une quiche du four et je verse tout sur le chien…j’ai confondu un bidet avec un wc…(mais ca c’est parce que j’avais un peu trop bu…)ett…etc…faut vivre avec…enfin surtout les autres!

Répondre

L’explication

Maurine : nous on n’a pas de talons ! ;o)

Répondre

c ossi l’histoire de ma vie ca…des gaffes tt le tps…tellement ke je pourrais sortir un livre mé le plu drole c ke mon ex me charier sans cesse kan ca arivé mé un jour alr ke je l’attend sur le quai du metro. il avé du retard et on devé diner ché des ami. et je c pas son petit coté james bond a ressurgi et alr ke le metro continu tout doucement d’avancer, Monsieur ouvre la porte et descend.soudain je le voi ki fé un roulé-boulé en veux tu en voila avec son gros sac de militaire sur son dos. il se relève aussitot et di « heuu jpensais pas kil alé si vite »..depuis je ressorté ce vieux dossier…

Répondre

Bidet de la honte

Ah ah ah Maurine, le coup du bidet/wc, c’est un classique. ya aussi le coup placard/wc apres une soirée qui est pas mal aussi (pas encore testé, je le jure)

Répondre

j’suis pareille…

…Un jour du haut de mes 14 ans, je rentre dans la voiture de ma mère devant une bande de mecs dont l’un d’eux me plaisait plus qu’un peu, je me prend le coin de la portière dans la tronche et fais définitivement une croix sur lui.
Au lycée, dans les escaliers c’était une fois par semaine que je m’étalais de tout mon long, ou bien je tombais parfois de mon tabouret en cours de chimie.
Les taules dans le métro je les compte même plus (surtout quand il pleut, c’est hyper glissant et après on est toute sale)…alors qu’est ce que je te comprend !

Répondre

oui moi aussi je suis assez maladroite, mais j’essaie de le faire chic. Une fois j’ai coince le talon de ma mule YSL dans une grille du Batofar (je sais plus comment ca s’ecrit, oups), eh bien c’etait tres chic. bises de Hong Kong !

Répondre

Je ne vous raconterai pas comme en 2nde je me suis retrouvé en slip au milieu de la cour du Bahut… :ox

Répondre

J’avais une amie qui était la maladresse incarnée: le truc qu’il faut pas dire à la personne qu’il faut pas, oublis de clefs à répétitions, vautrages en règle avec jupe par-dessus la tête… Toutes les situations imaginables, elle a tout fait. Mais en fait, c’est aussi ce qui la distinguait des autres. Etrangement, cette maladresse (qui était couplée à beaucoup d’humour) était plutôt un atout. Le nombre de mecs qui craquent devant une fille qui bafouille en rougissant parce qu’elle vient de sortir une énormité ou de bousculer quelqu’un… c’est un incroyable ! Je trouve ça chou, moi, les gens maladroits.

Répondre

Pro du cassage de binette

Maladroite ? Mmmmm, oui et non. Je ne casse pratiquement rien (heureusement d’ailleurs car j’ai travaillé pendant 2 ans chez un cristallier, ça aurait été une véritable catastrophe!) mais je suis spécialiste des cassages de binette en tout genre. Mon top 1 : dégringolade du haut des marches en marbre glissant pour descendre dans le Carrousel du Louvre, heureusement plus de peur que de mal et un charmant vigil pour me réceptionner (°o°)/

Répondre

La boulette qui me fait le plus rire 25 ans après, c’est quand j’étais en terminale : je suis grande gueule de nature, je parle avec les mains, un peu fort parfois, je gesticule, je capte l’attention et la maintiens et en sortant du cinéma, une fin d’après midi avec des copains, copines, je raconte le film à grands coups d’explications gestuelles, onomatopées,marchant sur le trottoir à reculons, regardant mon auditoire hilare, et au moment où je me retourne, je me prends de plein fouet, en pleine poitrine, un parcmètre…ça m’a laissée sur le carreau et les autres ne pouvaient plus marcher tant ils riaient (moi, confuse, rouge et halettante, je n’en menais pas large…je perdais là toute crédibilité!)

Répondre

Bon, c’était le sujet d’un prochain billet! il ira donc à la corbeille. mon surnom est mains pleines de pouces! alors rassure toi, il y a bien pire que toi!allez je vais avouer un truc que je n’ai JAMAIS avoué auparavant..j’ai renversé du clavier sur un clavier de PC PORTABLE!
🙁

Répondre

Pour le coup des bagages, fallait demander à un athlétique jeune homme de t’aider…

Je ne refuse jamais quand il faut aider une ravissante jeune femme !

Oui, quand elle est moche elle doit le demander poliment.

Répondre

Ca a parfois du bon

Il y a quelque temps de cela, j’ai entretenu une liaison avec une fille de mon bureau ( avec mari et enfants , évidemment sinon c’est pas drôle ). Bref, par un bel après midi d’été nous décidâmes d’aller visiter un immeuble ( nous travaillions dans l’immobilier ).
Chaleur, imagination et excitation s’en mêlent, et voilà qu’ainsi en deux temps trois mouvements je me retrouve à genoux en train de procurer du plaisir à la charmante demoiselle sucenommée, euh , susnommée pardon. J’ai donc la tête sous la jupe, sa culotte délicatement baissée jusqu’aux chevilles, lorsque soudain , le propriétaire de l’immeuble accompagné d’autres agents immobiliers fait irruption dans la pièce. Je relève la tête et je dis , rouge de honte :  » J’étais en train de présenter votre immeuble à une cliente « . Et lui de me répondre :  » J’aime beaucoup votre façon de faire, Mr X. La prochaine fois, vous serez gentil, enlevez lui la jupe, c’est plus esthétique. » Honte sur moi, je pense que l’incident est terminé. Deux heures plus tard, je rentre au bureau et je reçois environ 30 appels se foutant de ma gueule. L’immobilier étant un petit milieu, les autres agents s’étaient empressés de faire circuler l’anecdote à la vitesse de l’éclair. Des gens de Marseille m’ont même appelé..( j’habite paris ). Néanmoins, le temps de la dissipation s’étant écoulé, ca a fait marrer tout le monde, il ne se passe pas une semaine sans que quelq’un m’en parle, et du coup, j’ai eu une chouette promotion !

Répondre

Hellooo ! De retour des vacances je reprends avec délectation la lecture de ton blog chère Deedee.Et cette note vaut son pesant de cacahuètes! C’est mal de rire du malheur des autres je sais mais là vraiment c’est trop drôle… et puis c’est ta faute aussi, tu n’as qu’à pas raconter aussi bien. Allez c’est pas grave, ça fait des anecdotes rigolotes à raconter… APRES.

Répondre

Nan nan nan, tu n’es pas seule!
La reine des boulettes en série, des gamelles improbables? On va être plusieurs à se disputer le titre, je crois!

Ceci dit, j’adore les maladroits, les Pierre Richard en puissance. Je les trouve si…poétiques. La tête dans les étoiles, et les pieds non pas simplement sur terre, mais dans la petite crotte de chien 😉

Répondre

mon pire moment de solitude dans ce genre de chose remonte à la fois où Franck Dubosc ma fait monter sur scène pour un skecth. En montant les marches pour aller sur la scène, BAM j’en loupe une!! grand éclat de rire dans la scène, Dubosc qui se retenait de rigoler et moi rouge de honte et surtout ayant super mal au poignet!! pendant tout le skecth je me tenais le poignet.. normal, je m’en étais cassé un petit os!

Une fois aussi, pendant une grosse pluie un gros camion s’est amusé à rouler dans une flaque d’eau remplie de boue.. tenue et coiffure foutue!

En tout cas Deedee, tes anecdotes m’ont bien fait rigoler et rassure toi on est tous passé par là!

Répondre

Non,je te rassure, tu n’es pas la seule face à ces moments de solitude… En ce qui me concerne, les gadins c’est pas trop mon truc (quoique), je suis plutôt du genre à dire des trucs qui ne fallait justement pas dire. Le pire, c’est que je me rend compte que j’aurais mieux fait de me taire à l’instant même où les mots ont fini de sortir de ma bouche…Mais là, c’est déjà trop tard…

Répondre

Fiouuuuu… moi je suis vraiment gauchère et le mot maladresse est galvaudé en ce qui me concerne. Le coup du talon, je lai eu des dizaines de fois. Le pire du pire ? Un jour, devant l’école, je pose mon cartable par terre. Puis je le reprends et le tiens contre moi. Jusqu’à ce qu’une odeur putride vienne à mes narines. Et que je réalise que mon cartable avait marché dans un étron canin. Et que j’étais en train d’essuyer consciencieusement le dit étron sur mon pull… Il était 9 heure du matin. J’en pleure encore, 20 ans après…

Répondre

je voulais dire que j’ai renversé du perrier sur un clavier de pc portable, même quand je poste des comms, je fais des bourdes!

Répondre

Quelle bonne crise de rire, en lisant ce blog !

Les verres, j’en casse régulièrement
Je teste régulièrement les détachants pour vetements après avoir renversé mon café ou mon thé.
La maladresse serait elle typiquement féminine ??

Répondre

Et ben !

Je constate -avec plaisir- que le sujet vous inspire plus que les expos ;)), mais aussi, et surtout!, que je suis loin d’être la seule à avoir deux mains gauches, ô joie !!!! J’ai ADORE vos anecdotes toutes plus succulentes les unes que les autres, et grâce à vous, je me sentirai moins seule lors de ma prochaine gamelle :))))

Je ne suis pas sûre Cécile (sois la bienvenue !) que le sujet ne concerne QUE les filles, lis un peu plus haut si tu en as le courage 🙂 Mais bon, je dois avouer que je pense que plus de filles sont maladroites que l’inverse!

Impossible de répondre à chacun de vos commentaires,mais :

>> Guillemette, Laura (je crois !), Emma, nikaia, Eva, Clem : soyez les bienvenues !

>> isal’instit’ : mouii, c’est possible 😉

Mademoiselle et Anne So : je suis moi aussi tout a fait persuadée que ces maladresses font notre charme (mieux vaut s’en persuader hein !)

>> Hélène, moi aussi j’ai tendance à rire de mes boulettes de plus en plus 🙂

>> Laure : oui, je confirme que nous en avions déjà parlé :))

>> Amaury : siiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii raconte !!! (tu exagères pour l’anecdote pétanque, j’en ai parlé dans les commentaires, donc je suis sûre que très peu de personnes l’ont vu in fine ;)))

>> Marie Caroline : mais si, fais ton billet ! Normal qu’on finisse toutes par avoir des sujets qui se rejoignent. Tant que ce n’est pas du plagiat intégral (très courant malheureusement), pas de quoi se priver 🙂 J’ai hâte de lire le tien ! (et j’ai adoré ta « boulette » clavier lol)

>> wiLLoØ : tu peux m’expliquer pourquoi tu n’es JAMAIS sur mon chemin ???!!! 🙂

>> Un ami de deedee : mmmmmm un homme, a priori, qui travaille dans l’immobilier… qui est gentiment coquin… Je ne vois pas !!!!!!! Non mais je suis MDR !!! franchement, j’en ris encore, du GRAND Art !!!!!!!

>> Béa : bon courage pour le retour !!! Et ravie de te retrouver moi aussi, même si j’espère que nous arriverons à franchir les barrières du virtuel rapidement 🙂

>> Leeloo : non mais c’est ENORME cette histoire !!!!!!!! Sans rire,c’est tout bonnement IN-CRO-YABLE ! tu n’as pas été filmée j’espère 😉

Répondre

deedee : je te l’avais dit une vraie main pleine de pouces!!! et pour le billet je le publierai plutôt plus tard !

Répondre

Moi aussi j’ai deux mains gauches … comme beaucoup ici apparemment !
Une fois mon PapaCheri me prête sa voiture toute neuve pour aller à Paris boire un verre avec des copains.
Je me gare (réussi mon créneau: ouf) claque la portière de la voiture, fais tomber les clés (de la voiture neuve ouverte) sur le trottoir muni d’un local EDF enterré: évidemment ces idiotes (les cles) ont sauté sur l’occasion pour glisser dans la grille.
J’entre fièrement dans le premier resto venu (un resto hyper chic, où tout le monde me regardait) pour expliquer au garçon que non, je ne veux pas manger, mais que s’il veut bien me prêter son téléphone pour appeler les pompiers ce serait gentil…
Les pompiers arrivent, ouvrent le local, récupèrent mes clés, me les rendent et attendent…
Je les remercie, leur demande combien je leur dois.
« Rien du tout mademoiselle, on attend juste que vous ayez fermé votre voiture, histoire d’être sûrs de ne pas avoir à revenir… »
LA HONTE
Je ne l’ai jamais raconté à PapaChéri.

Répondre

>> Marie Caroline : ok 🙂

>> prof : excellent :)) Moi, la première fois que mes parents m’ont prêté la voiture, je me suis encastrée dans un bac à fleur… l’horreur…

Répondre

Le 51 ème commentaire !

Bon bah voilà, il est 23h, je rentre du travail, bah oui mon boss est à Paris (…) Là je me dis que je vais faire un petit tour sur MES blogs, et voir si j’ai toujours autant de plaisir à les lire dans ces conditions de fatigue et de stress en cours d’évacuation…Et là, bin c’est vrai que pour toi Deedee, c’est toujours aussi cool, relaxant, et drôle…J’ai déjà été le témoin d’un « talon de Juda » et c’est vrai que ça prête à rire, surtout quand la nana revient sur ses pas comme si elle portait des palmes. Ah lala Deedee, il t’en arrive des choses mais tu as le don de les narrer en toute simplicité. De plus, et je ne l’avais jamais remarqué, tu ne dis jamais de gros mots !!! C’est dingue ça…mais tellement mimi. Bon bah on va dire que ce commentaire sera ma note du jour parce que je suis crevé. Ciao

Répondre

Hihi

Merci Greg 🙂 Et non, je ne dis pas de gros mots, du moins pas à l’écrit :)) Le français est une langue assez riche et subtile pour qu’on s’en passe, non ? Enfin en l’occurrence, j’en ai presque dit un, de gros mot, dans ce billet.. pas bien !! 🙂

Bonne journée

Répondre

Ben en fait…

Je ne me trouve pas maladroit (Je fais plein de cagades, mais pas par maladresse). Moi, c’est plutot quand je suis fatigue: c’est toujours a ce moment la, histoire de me reveiller, que je m’active (Vaisselle, manipulation d’objet coupant et autres trucs potentiellement dangereux) et la, ca ne rate jamais 🙂 (La derniere en date: mes beaux verres a Whisky en cristal d’edinburgh…. enorme le cristal d’Edinburgh, je vous le recommande chaudement ;)). ET chaque fois, je me dis « Mais ‘tain, ca aurait pu attendre demain!!! » 🙂

Bonne journee …et gaffe avec ton agraffeuse ou tes ciseaux 😉

Répondre

C’est vrai Spaz : le fatigue rend souvent les choses bien pire !! Connais pas le cristal d’Edinburgh, suis très intriguée 🙂 Mais ça n’a pas l’air très solide !! ;))

Répondre

Oh!!!

C’est vrai? Franchement, tu rates vraiment quelquechose (La qualite est excellente!!! La Reine n’utilise que ca;)). C’est mondialement reconnu

http://www.edinburgh-crystal.co.uk/

On peut visiter l’usine (20 Mn d’Edinburgh) et il y a meme un magasin special sur place (defaut d’emballage= 20% de discount 😉 )

Enjoy
Bon week end!

Répondre

And the award for most embarrassing moment goes to…

… me!!!!
Ok, cet oscar est auto-décerné et vous avez le droit de le contester, mais quand même…

Le contexte: 1ere année d’enseignement, une heure avant le début de mes cours, lycée, collègues et élèves inconnus, gros stress à la base.

L’erreur fatale: tient en trois mots: pantalon trop serré. Un geste brusque pour ramasser un objet par terre, et là, c’est le drame. Devant 10 inconnus (collègues que je vais quand même devoir fréquenter toute l’année), le pantalon noir qui, dans un bruit atroce de tissu qu’on torture, craque intégralement à l’entre-jambe, laissant largement entrevoir ma culotte (bon ok, déjà j’en avais mis une, dans l’absolu ça aurait pu être pire).

Je vous fais grâce des détails, mais voilà comment 5 minutes avant la sonnerie fatidique de mon tout premier cours, je me suis retrouvée à recoudre ce fichu pantalon à toute allure, seule sur mon tabouret dans une salle de classe, en string en dentelle rose, avec les élèves attendant de l’autre côté de la porte…

Comment j’ai trouvé du fil et une aiguille relève du miracle (et d’une galère monstrueuse aussi).

Comment j’ai appris à raser les murs en salle des profs pendant trois semaines se dispense d’explication.

Comment j’ai appris à coudre et par là-même acquis l’instinct de survie pédagogique en moins de temps qu’il ne faut pour dire « l’IUFM-d’t’façon-ça-sert-à-rien » me laisse encore fière de moi.

Moralité: Comme ces 4 dernières années, lundi la rentrée c’est en jupe que la ferai!

p.s: Deedee, je sais que c’est un peu tard, mais bonne rentrée à toi aussi. Tes vacances semblent s’être bien passées, hors épisode méduses, et je suis comme tous tes autres lecteurs ravie de retrouver tes billets à un rythme quotidien!

Répondre

Suis vert, j’étais sur d’avoir laissé un commentaire hier.

Et dire que je venais lire ta réponse :'(

Répondre

>> MyFunnyValentine : merci ! vacances ok malgré méduses et sale temps, et pas de bronzage… on ne peut pas tout avoir 😉 Ton histoires est SA-VOU-REU-SE !!!! et je ne cherche clairement pas à te dérober cet oscar qu’effectivement tu n’as pas volé !!!! Mon Dieu, le moment de solitude… Note que si tu arrives en jupe maintenant a chaque rentrée, tes élèves doivent être ravis, non ?! 😉 Bonne rentrée en tout cas, attention aux marches en jupe !

>> Mathieu : Oh ben je suis désolée !! parfois, les commentaires de canablog merdent un peu…. En général quand je poste un commentaire, je fais un copier / coller pour être sûre que mon message ne va pas partir aux oubliettes !!!

Répondre

Deedee >>> Je dirais même que depuis quelques jours, Canalblog merde tout court !

Répondre

ce post date déjà un peu, mais j’ai tellement ri (à haute voix au boulot et devant un collègue sinon c’est pas drôle) qu’il faut que je laisse un commentaire !!!

donc, au sujet de tes aventures avec tes talons devant le crillon : si jamais tu dois marcher avec des talons sur l’esplanade de la Défense, regarde à chaque instant où tu mets les pieds !!! le fichu architecte qui a conçu cette fichue esplanade étant forcément un homme, il y a des instertices entre chaque dalle, parfait pour y coincer un talon de femme. pendant l’été c’est très sympa : je marche en mule, je marche en mule… et je me retrouve pieds nus, mes mules bloquées trois mètres derrière moi…

sinon, un souvenir rigolo de gamelle dans le métro : je monte des marches, je ne fais pas attention, je trébuche, je mets les mains en avant pour me rattraper comme je peux…. et ce faisant, je fais la plus belle main au cul que j’ai jamais faite !!! j’avais dans les 20 ans. la honte !!! mais bon, au moins, je ne me suis pas fait mal !!!

Répondre

Horreur malheur j’ai écrit tout un commentaire j’ai mis je sais pas combien de temps et j’ai forget l’adresse e-mail! (c’est pas la vraie) Enfin. J’ai une amie qui avait combiné règles et pantalon de sport blanc. Je vous laisse deviner la suite… Sinon, version moi, on était sur les landes pelées d’Angleterre vers-les-côtes-près-de-la-France, et tout le monde tombait, faute à la pluis qui transformait toute la terre en gadoue immonde. Là, je me prépare à dire la technique pour ne pas tomber, mais j’ai à peine le temps de demander: « tu sais pourquoi je tombe pas? et mon amie de répondre « non » que je m’affale sous le regard d’un cinquantaine de français dans l’herbe humide. Sacré bleu! Heureusement pas trop de dégâts, je suis tombée sur un endroit que miraculeusement la pluie n’avait pas trop bouillotté(?). Enfin, today, dans le bus, je sors un agenda pour y noter le nom d’un groupe. Ce soir je ne l’ai plus. Pis j’ai demandé à plein de gus s’ils l’avaient pas vu. La honte!!!

Répondre

Répondre à Amaury Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

eget dictum ut nec mattis libero. dolor