Petits suicides entre amis – Arto Paasilinna

Autant vous le dire tout de suite : je suis déçue. Déçue, déçue, déçue par cette lecture qui m’avait pourtant été chaleureusement recommandée.

L’idée de base est pourtant bonne et m’avait fortement alléchée, je vous laisse en juger par la 4ème de couv’ : « SONGEZ-VOUS AU SUICIDE ? Pas de panique, vous n’êtes pas seul. Nous sommes plusieurs ? partager les mêmes idées, et même un début d’expérience. Ecrivez-nous en exposant brièvement votre situation, peut-être pourrons-nous vous aider. Joignez vos nom et adresse, nous vous contacterons. Toutes les informations recueillies seront considérées comme strictement confidentielles et ne seront communiquées ? aucun tiers. Pas sérieux s’abstenir. Veuillez adresser vos réponses Poste restante, Bureau central de Helsinki, nom de code « essayons ensemble ».

« Deux suicidaires se retrouvent fortuitement dans une vieille grange où ils souhaitaient partir tranquilles. Entravés dans leurs funestes projets, ils se mettent en tête de rassembler d’autres désespérés pour monter une association. Commence alors, ? bord d’un car de tourisme flambant neuf, un périple loufoque mené ? un train d’enfer, des falaises de l’océan Arctique jusqu’au cap Saint-Vincent au Portugal pour un saut de l’ange final. Un récit désopilant doublé d’une réflexion mordante sur le suicide ».

Alors ? Alors le récit est en effet plutôt loufoque, voire parfois franchement drôle, si ce n’est qu’il se traîne ? une allure absolument effarante. Tout est d’une longueur abominable : la description trop méticuleuse de chacun des protagonistes, les sentiments qui les animent, les virées ? tel ou tel endroit … Je me suis profondément ennuyée ? la lecture de ce livre, et ai quasiment lutté pour le terminer. D’ailleurs, vous l’avez bien vu : cela fait trois semaines que je n’ai pas publié de « critique littéraire » (bien grand mot !). Alors d’accord, je prends moins le métro en ce moment, mais tout de même.

Et pourtant… le style se laisse parfois apprécier. Pour tout dire – et j’ose cette comparaison qui ne manquera pas d’outrer les puristes !- j’ai même trouvé des similitudes avec le style pince sans rire et délicieusement loufoque de Voltaire, dont le Candide reste indubitablement mon préféré. Toute comparaison gardée, j’ai retrouvé dans Petits suicides entre amis cette plume jouissive et hautement dérisoire qui me plait tant chez Voltaire… Dommage que la grâce ne soit qu’éphémère dans ce livre ci…

Prochaine lecture : Le roman des Jardin, d’Alexandre Jardin. J’ai quasiment tout lu de cet auteur dont j’apprécie la plume et les récits, mais j’avoue avoir fini par me lasser un tant soit peu de ses odes romantico-fleuries. Visiblement, ça n’est pas le cas de ce livre ci, youpi ! Post scriptum : surprise ? venir dans cette rubrique littéraire, et je peux vous dire, c’est du lourd ! Post post scriptum : inutile de me cuisiner, vous n’en saurez pas plus 🙂 Et puis ho, attendez, si je dévoile tout maintenant, où est le plaisir de la surprise ?! N’insistez pas, vous n’en saurez pas davantage. Hinhinhin

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nec commodo Praesent Sed eget Donec dolor Curabitur quis,