Yes… I Cannes ! 10 bonnes raisons d’aller au Festival de Cannes

brigitte bardot cannes

©DR

Vous n’avez pas pu le manquer (ou alors c’est que je ne floode pas assez… ! ^^) : je suis partie à Cannes la semaine dernière, pour travailler pour Dessange. Oui, moi qui avais juré de ne pas y remettre un orteil… ! Le pire ? C’est que je suis contente d’y avoir été : la marque a monté un dispositif pour valoriser 3 jeunes talents du cinéma et leur offrir leur premier Festival de Cannes. Mon rôle était de raconter cette histoire en prenant les clés de leur compte Instagram.

Au-delà de cette aventure professionnelle parfaitement trépidante et truculente, j’ai plutôt aimé cette virée cannoise… Je vous raconte pourquoi. 

« Cannes, à quoi ça sert » titrait le 11 mai dernier le Libé que j’ai pris en montant dans l’avion. C’est vrai, la question mérite d’être posée. Surtout depuis que des wagons entiers de blogueuses (moi incluse !) débarquent sur la côte d’Azur à coup de selfies, de paillettes et de talons de 12. Un fait qui ne manque pas de faire gloser #lesgens, parfois même les « amis », à grand renfort de statuts méprisants à tendance aigrie. Quand on ne critique pas tout simplement l’aspect purement mercantile du Festival, trustés par les distributeurs et autres professionnels du secteurs.

C’est, je ne vous le cache pas, en partie mon avis. En partie seulement.

Car Cannes (!), ça n’est pas uniquement l’expression de la quintessence de la superficialité la plus parfaite. Non. Cannes, c’est aussi un lieu formidable où l’on défend une vision du cinéma, des idées, des talents. 

10 bonnes raisons d’aller à Cannes :

1. Parce qu’on y voit des films

Ça a l’air étonnant, et pourtant : bien sûr qu’on voit des films ! La fameuse montée des marches n’est pas uniquement un prétexte pour dégainer son attirail de princesse, c’est aussi un des chemins les plus courts pour assister à une projection quand on n’est pas accrédité et qu’on n’a pas accès aux projections presse en journée.

Pour ma part, j’ai eu la chance de voir deux films en 3 jours : d’abord, « Café Society », le dernier Woody Allen. Bon… je me suis lassée du genre, depuis « Midnight in Paris » que j’avais trouvé vraiment navrant de clichés. Les images sont belles, toujours, mais le scénario est un peu mou du genou. C’est long, on s’ennuie un peu, même si le tandem Kirsten Stewart et Jesse Eisenberg fonctionne à merveille !

Deuxième film, « Ma Loute » de Bruno Dumont. Et là, mmm, comment vous dire… C’est totalement barré à tendance loufoque, ce que j’aime plutôt, mais c’est parfois à la limite du gore… Ce film m’a mise mal à l’aise et plus d’une semaine après, je ne sais toujours pas vraiment quoi en penser. Si ce n’est que j’ai aimé plus que tout le jeu des acteurs et ce Raph, étonnant…

2. Parce qu’on rencontre plein de personnalités épatantes

Chefs de projets, responsables marketing, fondateurs de marques, réalisateurs, créateurs, coiffeurs, maquilleurs, journalistes… Cannes, c’est un gros gloubiboulga de personnalités et d’horizons différents qu’on n’aurait probablement jamais eu l’occasion d’aborder dans la vraie vie, celle de tous les jours.

Ici, tout se passe en huis clos, et si bien-sûr parfois c’est un peu flippant, c’est aussi plutôt agréable de pouvoir échanger sur tel ou tel aspect. J’ai adoré rencontre Camille Seydoux, par exemple, styliste pour les personnalités invitées par Dessange pendant le festival. Le talent…

3. Parce qu’on peut « réseauter » dans un contexte différent

Je ne suis pas très douée en « réseau ». En réalité, j’ai beau avoir une personnalité plutôt extravertie et être globalement à l’aise « en société » (on m’appelle même Madame l’Ambassadeur) (ahahah), je n’ose jamais trop aborder certaines personnes. Peur de déranger, de ne pas être légitime, etc. etc. Je vous épargne la longue liste des défauts que je m’attribue, vous n’êtes pas mon psy !

Or donc, l’atmosphère qui règne à Cannes est propice aux échanges informels avec les personnalités sus évoquée, que ce soit en soirée, autour d’un déjeuner ou dans une suite, en train de se faire maquiller…

4. Parce qu’on croise des staaaars !

Alice-Taglioni-Cannes

Pardon mais j’ai beau ne pas être une groupie hystérique, croiser à moins d’un mètre Catherine Deneuve, Jane Birkin, Kirsten Stewart, Vanessa Paradis, Bérénice Béjo, Naomi Watts, Eva Longoria, Vincent Lacoste, Alice Taglioni et je ne sais plus qui encore ne me laisse pas de marbre. Même si évidemment, je ne les approche pas plus que ça, ne serait-ce que parce que je ne saurais pas quoi leur dire d’autre qu’un pauvre « j’adore ce que vous faites » qu’ils doivent déjà entendre à longueur de journée…

5. Parce que c’est un espace hors du temps

L’ambiance à Cannes est électrique, stressante, pressante, urgente. Il faut apprendre à respirer par le ventre, à maîtriser, pour une fois, sa ponctualité (gros défi me concernant…), à faire fi des réflexions irritantes qui s’expriment tout de go, paf, comme ça, à relativiser, à dompter sa fatigue.

A Cannes, on dort très peu et le moindre incident prend des proportions de dingue.

Pour ma part, j’essaye autant que faire se peut de relativiser un max en me disant qu’après tout, on n’est pas en train d’inventer le vaccin contre le SIDA… Et pourtant, une fois qu’on a compris tout ça et qu’on a réussi à prendre un peu de distance, on peut commencer à apprécier. Vraiment.

6. Parce que CANNES sert vraiment le cinéma, y compris, voire peut être surtout, les films indépendants

Là, évidemment, ça n’est pas moi qui le dis, mais c’est ce que je retiens entre autres de l’excellent article paru dans Libé : le Festival reste une formidable caisse de résonance pour les films indépendants (dixit Olivier Père, directeur du cinéma chez Arte), un tremplin pour le cinéma d’auteur (Alain Guiraudie, cinéaste), une tentative de préserver l’aura du cinéma (Hans Hurch, directeur du Festival de Vienne).

7. Parce qu’on y déniche encore des talents

Idem : je n’ai pas l’expertise nécessaire pour l’affirmer, mais l’article de Libé… AH, mais bonne nouvelle : je l’ai retrouvé. Vous pouvez le lire ici !

8. Parce que le Festival de CANNES a encore et toujours une portée internationale

Toujours dans Libé, Luc Dardenne (frère de) disait que même les geôliers de Florence Aubenas regardaient la remise des prix. C’est un fait : aucun autre festival au monde n’a cette portée… 

9. Parce qu’on peut enfin jouer à la princesse

Cannes tapis rouge

Ben oui, évidemment… ! Je ne sais pas vous mais de mon côté, je n’ai pas l’occasion de porter tous les jours une robe de compet, des chaussures incroyables, ni de me faire coiffer, maquiller… chouchouter !

Snapchat Deedee

C’est drôle, d’ailleurs, j’ai posté la photo d’une de mes deux montées des marches, et j’ai reçu quelques SMS et messages de mes proches me disant combien ils étaient fiers de moi. Fiers de quoi, au juste ? J’ai eu du mal à comprendre le propos !

Et puis, en en parlant avec une amie, j’ai compris que j’étais sûrement un peu blasée, à mon corps défendant : oui, monter les marches du Palais des Festivals, c’est à faire au moins une fois dans sa vie. Et le fait de l’avoir fait trois fois en tout ternit probablement un peu mon enthousiasme : parce qu’en vrai le tapis rouge, ce sont des people à la pelle et un personnel qui vous engueule vous, pauvre quidam égaré, pour avancer plus vite : vous n’intéressez personne et vous créez des bouchons avec vos selfies débiles ! (c’est pas faux).

10. Parce qu’on est heureux de rentrer

Vivre Cannes, c’est savourer le retour à la maison et prendre conscience – si toutefois on ne le savait pas déjà – qu’après tout, la vie n’est qu’un immense Carnaval… !  (rep à ça Lao Tseu). La phrase qui résume à mon sens le mieux le Festival est celle de Valérie Donzelli : « Cannes, c’est comme un carnaval où se côtoient la superficialité totale et de grands esprits ». 

Voilà. Pour être tout a fait franche avec vous, je ne suis pas sûre d’avoir envie d’y retourner, mais je suis contente d’avoir vécu cette aventure cannoise.

Merci à toute la team Dessange ainsi qu’à Fanny et Eugénie ! 

Commentaires

J’avais eu la chance d’y aller une fois et c’est vrai que « l’envers du décor » casse un peu l’image glam’ que l’on se fait de Cannes. Les affiches des sponsors un peu partout et puis surtout, quelle déception de découvrir que les marches sont en fait montées de toutes pièces chaque année et ne sont pas en pierre. Après, je n’ai pas eu l’occasion de voir un film, ni des stars ce qui aurait peut être rendu ce voyage un peu plus enchanteresque. J’ai vu le « pire » et pas le meilleur. En tout cas, ton post change un peu ma vision très mitigée de ce festival.

Répondre

Tant mieux ! Je pense qu’il faut y aller au moins une fois pour comprendre vraiment l’envers du décor que tu évoques… Mais la première fois peut clairement piquer un peu 🙂

Je n’ai jamais eu l’occasion d’y aller, mais si on m’y conviait, j’irai. Pour voir, comme toi, avec toutes les réserves que j’ai sur ce festival.

Répondre

Voilà !

Mais oui, les films projetés sont accessibles au plus grand nombre, en s’organisant à l’avance et Cannes n’est pas réservé qu’aux midinettes en mal de célébrité. C’est un à côté mais ce festival reste surtout un endroit où de vrais cinéphiles peuvent découvrir et échanger.

Mais quel regard de biche Deedee !

Répondre

J’avoue : je n’étais pas fan des faux cils.. Mais je pourrais bien devenir accro. Ne serait-ce que parce que je ne me maquille plus du tout !

Et le troisième film, c était quoi alors ? (si j ai bien tour suivi ;-))

Répondre

Ah non, deux films ! Le 3ème c’était le 1er, en 2011 🙂 (mon commentaire est d’une limpidité exemplaire :p )

Tu dois vraiment être blasée alors ! Vivre un moment pareil, ça ne se refuse pas si c’est pour une bonne cause. Je crois bien que si DESSANGE t’a choisie c’est que tu as les qualités pour le job qu’ils te confient et non pas pour que tu mettes juste une robe de princesse (contrairement aux autres blogueuses). Tu le mérites, ce n’est pas donné à tout le monde et pour ça tes proches ont raison d’être fiers. Belle robe aussi !

Répondre

Cf. l’article, donc 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dolor quis consectetur elit. amet, vulputate, suscipit