Au bout du chemin…

Dimanche dernier. Un soleil aussi franc qu’hallucinemment agréable. Un brunch avec des amis chers que je vois trop peu. Une fin d’après-midi qui s’étire mollement. Et puis la promesse d’un jardin, ce jardin que j’affectionne tant.

A Bagatelle, il y a des paons, des canards, et des trucs qu’en bonne parisienne que je suis, je suis incapable d’identifier…. ce qui ne m’empêche pas d’apprécier ce petit bout de nature. A Bagatelle, il y a une roseraie de dingue, une gloriette ultra kitsh posée au milieu d’une vaste étendue, des enfants qui rient, qui pleurent, qui me saoulent un peu, aussi.

Et puis il y a des chemins qui se dessinent timidement, assez pour nous donner envie de les suivre et de partir à l’aventure… Et quelle aventure !

Commentaires

Merci pour ton blog qui m’inspire depuis la Suisse et qui me fait bien rigoler. Ta légéreté de ton et finesse sont des armes en ces temps difficiles…

Répondre

J’adore ce genre de dimanche d’automne. On rentre un peu fatigué à la maison quand la température commence à baisser et on boit un thé bien chaud avec les gens qu’on apprécie.
Ah, en tant qu’étudiant expatrié loin des siens, j’y pense avec nostalgie.

Répondre

Je me souviens avec tendresse de cette mariée si belle dans les jardins de Bagatelle un soir d’été il y a 3 ans!…

Répondre

ça donne envie de se promener à Bagatelle, charmant endroit…

Répondre

Bon. Si en donnant envie de découvrir ce parc à un parisien nullissime en parisianisme vous ne dites pas où ça se trouve, je vous jette par la fenêtre !
: )
(Bon, je trouverai quand même, hein.)
(Et si je vous jette par la fenêtre, je m’y jetterai aussi pour vous retrouver.)

Répondre

très joli ce petit coin de verdure. J’ai assisté à un mariage là bas il y a quelques temps et je dois dire que c’était très romantique. Un peu années 1900.

Bonne journée

Répondre

Pour moi, le jardin de Bagatelle n’évoque que parfums, celui de la sublime roseraie (en juin, formidable) et celui délicat du parfum de Guerlain qui a repris le nom.

Répondre

Tiens, je ne connais pas ce parfum…

Je ne connais pas ce magnifique jardin, j’aurais adoré continuer la visite en photo … suis triste là …

Répondre

Un pur moment de poésie, comme à chaque moment où tes mots viennent flirter avec les instants que tu fixes…
Je réitère ma volonté de pouvoir un jour posséder un joli book de cette fameuse Deedee de Paris, délicieuse entremetteuse du mot et de l’image.

Répondre

Je n’ai jamais mis les pieds à Bagatelle et tu m’as donné sérieusement envie d’y remédier !

Répondre

Cette photo est pleine de promesses… Elle invite à la ballade et le billet qui l’accompagne prolonge l’envie de s’y rendre. Pendant quelques minutes on s’y croirait et c’est dur parce qu’en fait on est au bureau…

Répondre

J’aime bien quand on pense lire un billet banal et qu’il se transforme en petit délire tout simple, juste comme ça, avec de l’humour un peu cynique , mais Dis Deedee, à quells aventures penses-tu ??? Parce que ces chemins ne sont pas très larges et plutôt bien isolés………alors?
Biz ;o))

Répondre

oui je veux le même :o)
mais bon dans mon appart ça fera désordre…quoique en poussant mon canapé
(non promis je ne fume pas la moquette)
Bibis verdure

Répondre

Oui, nous avons à l’automne le soleil qui nous a tant fait défaut au printemps & durant l’été… petite compensation. Et c’est bien agréable, enfin !!!

Répondre

Je ne connaissais pas du tout ce coin de Paris, mais en tout cas ça donne envie d’y faire un tour !

Merci pour l’idée de promenade ! 🙂

Répondre

Comment as-tu fait pour qu’il n’y ait personne sur la photo?

Répondre

J’ai attendu le bon moment 😉

hum, un peu de douceur, de torpeur et de la rêverie se dégagent de ton post.
J’adore cette ambiance qui pousse à la confidence et fait penser à deux amoureux mains dans la main, collés l’un contre l’autre…

oui, une douce torpeur.

Répondre

Bagatelle sera toujours plus qu’un simple jardin pour moi… Et surtout pour toi d’ailleurs! 🙂 Bises

Répondre

Yes 🙂 j’étais assez émue d’y retourner, pour ne rien te cacher.

Bagatelle c’est aussi un parc où il faut payer pour rentrer, beaucoup de choses y sont interdites et les gardiens sur les nerfs… Mais c’est vrai qu’une fois la désagréable impression d’apartheid qui règne dans ce parc, il est très agréable. Et bizarrement vide par rapport à tous les autres lieux parisiens où l’on se marche les uns sur les autres. Peut-être que c’est ça le prix du calme ? Dommage quand même… Peut-être en ai-je gardé un mauvais souvenir la dernière fois (les commentaires des personnes dans le parc valent le détour…enfin si on veut quoi).

Sinon j’aime bien ton blog hein 🙂

Répondre

et pendant ce temps là ton scooter attends toujours… :p

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Phasellus efficitur. mattis sem, ipsum mi, sit felis tempus dapibus