Comment j’entretiens mon blond

Il y a quelques jours, je prenais une photo en storie qui parlait initialement du bracelet de cheville que j’ai décidé de porter encore un peu pour jouer les prolongations estivales mine de rien, mais c’est sur un tout autre sujet que j’ai reçu pléthores de messages : mon blond. Beaucoup m’ont découverte très blonde (alors que ma colo n’a pas bougé depuis 3-4 mois et que comme toute bonne instagrameuse qui se respecte, j’ai déjà posté quantité de selfie pendant ce laps de temps !), m’ont demandé quelle couleur je demandais pour obtenir ce résultat et surtout, comment je l’entretenais pendant les vacances. Allez zou, sujet !

Mon blond

Je suis blonde, de plus en plus, oui. Avec Fabien, mon (j’adore le possessif qu’on utilise pour les gens qu’on aime bien !) coloriste chez Ismérie, on y a été très progressivement. Je suis châtain à la base. Il y a quelques années déjà, j’ai vu apparaître les premiers cheveux blancs avant que d’autres les rejoignent. Trop à mon goût pour les laisser prendre leur aise en toute impunité ! Comprenons nous bien : j’aime cette tendance du cheveu blanc assumé, voire revendiqué. Mais pour ma part, j’en ai trop pour les laisser faire leur vie, mais pas assez pour arborer une jolie crinière entièrement poivre et sel. J’ai pris le parti de les colorer, donc.

Au début, j’allais sur une coloration ton sur ton. J’aimerais vous dire que je suis une aventurière du cheveu, qu’ado, je suis passée par toutes les couleurs, faites à la maison avec de l’eau oxygénée ou autre produit qui flingue bien les cheveux mais… non, rien, j’ai toujours été très sage de ce côté là. Je restais donc en terra totalement cognita du côté de la colo. Jusqu’au jour où je me suis dit que quitte à colorer, autant s’amuser un peu ! Il y a quelque chose comme 3 ans, j’ai tenté le roux : j’aime tant cette couleur de cheveux..! Mais ce qui me plait à moi, c’est le beau roux vibrant que l’on appelle aussi « poil de carotte ». Pas exactement le genre de nuance facile à obtenir sur une base châtain. Sans trop savoir où on allait (du moins, moi !), on a commencé à éclaircir avec Fabien. De châtain, je suis passée à châtain clair, puis à blond foncé, avant d’arriver à ce presque blond blanc que j’aime passionnément !

Pour que ce soit plus clair, j’ai ressorti quelques archives (paye ton cafard !) :

De haut en bas et de gauche à droite :

  • Photo 1 : cheveux longs, brun, 2015, top départ. D’abord, je colore ton sur ton
  • Photo 2 : automne 2016, on coupe au carré avec Ismérie et on commence à introduire une légère nuance de roux. Gentiment.
  • Photo 3 : printemps 2018 (je ne suis pas une aventurière du cheveu, je rappelle !), on passe à la vitesse supérieure en accentuant le roux
  • Photo 4 : rentrée 2018, on introduit des nuances plus claires
  • Photo 5 : PAF, cet hiver, j’adopte un blond clair franc, même s’il est un peu jaune pour cause des autres colo successives
  • Photo 6 : aujourd’hui, et depuis le printemps, je dirai ? Un beau blond presque blanc dont je suis fan !

 

Evidemment, ça a flingué mes cheveux, qui sont de nature excessivement fragiles : j’en ai peu, ils sont fins, mousseux, cassants. Pas exactement la base idéale pour les décolorer à l’envi. Régulièrement, Fabien milite pour que je repasse au châtain mais brunette, c’est pas mon truc. Pas tout de suite ! J’aime trop être blonde.

Quelle nuance de blond je demande ? Le plus clair possible ! J’aimerais être blond-blanc mais Fabien refuse, il dit que mes cheveux ne le supporteraient pas (traduire : ils casseraient et on serait obligés de me tondre. Merci mais non merci).

Pour obtenir la nuance que vous souhaitez, le plus simple est encore, à mon avis, que vous choisissiez des photos qui vous parlent, que vous les montriez à votre coloriste et qu’ensemble, vous avisiez sur ce qu’il est possible de faire.

Comment j’entretiens mon blond au quotidien

Je ne suis pas la meilleure élève qui soit. Vous le savez, j’aime quand ça va vite, et si j’aime prendre soin de moi, je n’aime pas lambiner dans la salle-de-bain des heures durant. Si toutefois j’en avais le temps… !

Au quotidien, j’utilise donc des produits efficaces et adaptés.

Je vous en montre quelques-uns, ceux que j’ai eu l’occasion de tester, mes préférés. Il va de soi qu’il y en a BEAUCOUP et que vous n’avez évidemment PAS à les utiliser tous ! Je trouvais ça plus intéressant de vous sélectionner plusieurs produits qui permettent d’entretenir votre blond, et j’ai mis mes préférés un peu plus loin.

Les shampoings pour les blondes

Côté shampoing, j’alterne les formules hydratantes pour nourrir la fibre capillaire légèrement malmenée par les décolorations, vous l’aurez compris, et les shampoings qui protègent la couleur.

Bonne pioche :

 

Les Après-shampoings pour les blondes

Côté après shampoing, je n’en utilise qu’un 99% du cas, qui est un masque : le nuanceur de couleurs de Christophe Robin. Il permet au blond de ne pas jaunir. Je l’utilise 5 minutes max après chaque shampoing et j’essaye de le laisser poser 20 à 30 minutes une fois par mois. Outre la protection et l’équilibre de la couleur, il nourrit et répare les cheveux. Un peu cher, certes, mais le pot dure au bas mot deux mois de mon côté.

En back up et de temps en temps, j’utilise le masque au miel et à la propolis de Gisou. Je suis régulièrement attirée par les nouveautés beauté, surtout en matière de cheveux et même si j’essaye de me raisonner et d’adopter un mode de consommation plus raisonnable, il m’arrive encore de craquer de temps en temps ! J’aime bien ce soin qui nourrit en profondeur sans alourdir les cheveux. Comme il n’a aucune incidence sur la couleur, je l’utilise moins que le premier.

Bonne pioche : 

Les soins pour les blondes

Et les soins ? J’en utilise deux en alternance, que je vous ai déjà montré en stories : le sérum de soie de Léonor Greyl et le baume au santal de Christophe Robin, absent sur la photo car il faut que j’en rachète. Ils permettent l’un comme l’autre de redonner un peu de mouvement aux cheveux à J+1 et J+2 des shampoings en les nourrissant, là encore sans les alourdir.

Pour les démêler après le shampoing, j’ai souvent besoin d’un petit coup de pouce : j’utilise la brume hydratant à l’aloé Vera de Christophe Robin qui permet de démêler sans alourdir et sans graisser les cheveux.

Bonne pioche :

Si je ne devais en garder qu’un de chaque

 

Difficile de choisir parmi ces produits qui sont tous bien ! Ceux que je rachète le plus souvent sont les suivants :

 

Comment j’entretiens mon blond à la plage

Presque pareil, à la différence que je prends un shampoing plus léger et qui me permet de l’utiliser tous les jours, j’ai nommé le lait lavant à la banane, un fidèle allier depuis des années !

Un non moins fidèle allier depuis un paquet de temps aussi, l’huile de Léonor Greyl : j’en enduis mes cheveux avant de partir à la plage et on n’en parle plus.

En bonus mais néanmoins indispensable, je porte une casquette dès que je suis au soleil. Tout ça mis bout à bout, j’évite le blond qui jaunit, ternit, vire.

Bonne pioche : 

Comment obtenir le blond de vos rêves, on fait le bilan ?

Que vous ayez un blond naturel, coloré ou méché, un beau blond s’entretien, un tout petit peu, rassurez-vous.

D’abord, étudiez le sujet avec votre coloriste : discutez-en, apportez des photos, échangez sur ce qui vous irait le mieux et sur ce qu’il est possible de faire avec vos cheveux. Et écoutez-le : c’est parfois frustrant mais a priori, le coloriste connait mieux son job que vous 🙂 Je préfère mille fois qu’on me refuse une nuance plutôt que de sacrifier mes cheveux sur l’autel de mes caprices !

Soyez patiente ! Un beau blond s’il n’est pas naturel prend du temps à obtenir : dans mon cas, Fabien et moi avons mis plus d’un an à l’obtenir très progressivement. J’avais une base déjà colorée ce qui n’est pas idéal lorsqu’on veut changer de couleur. Si vous avez une base naturelle et des cheveux moins fragiles ou abimés que les miens, comptez 6 mois avec 2 rendez-vous chez votre coiffeur

Soignez-le : pas la peine d’investir un SMIC dans les produits, j’en ai beaucoup, parce que j’aime ça, parce que j’en achète et en reçois régulièrement, mais il suffit d’investir dans un bon shampoing, un bon après shampoing ou masque et un bon soin et le tour est joué !

Protégez votre blond : soleil, sel, chlore… Autant de catastrophes potentielles qui vont fragiliser vos cheveux mais aussi faire virer votre couleur ! Pour éviter ça, une huile (avec un filtre UV !), un bon shampoing et un bon soin et surtout, une casquette, un chapeau ou un foulard et on n’en parle plus.

Voilà, je crois que j’ai fait le tour du sujet ! #blondepower

Commentaires

A la base je suis blonde cendré peau très blanche avec quelques taches de rousseur mais l’été avec le soleil de plus en plus présent je devenais naturellement très très blonde ( voire presque blanche ) et je me trouvais cadavérique ….j’ai donc opté pour…du roux . Mes cheveux adorent, cela les a épaissi, peu d’entretien car la couleur a super bien adhéré et surtout j’ai meilleur mine !! comme quoi …je ne changerais pour rien au monde ( au grand désespoir de mon ado qui lui est roux naturellement ) c’était la première fois que je « faisais » quelque-chose avec mes cheveux ( moi qui n’aime pas qu’on me tripote les cheveux et qui ne va chez le coiffeur que 2 fois l’an ). Perso j’aime beaucoup la troisième et quatrième photo 🙂

Répondre

Merci pour cet article très intéressant et les pistes de produits que j’ai maintenant envie de tester!!
je suis également passée au blond pour les mêmes raisons… Comme cela n’est pas cité, je me permets de compléter qu’ en soin d’entretien, j’utilise de temps en temps les fameux shampoings « violets » pr cheveux gris, ils permettent de déjaunir le blond.
Olaplex n°3 quand j’y pense pour un soin profond. et depuis que j’utilise les shampoings sur mesure « Juste », je trouve mes cheveux et mon blond bien plus beaux. voili

Répondre

Oui oui tu fais bien ! Merci pour cette piste 🙂

Un grand grand merci pour ton article très complet, éclairant et qui dédramatise la question pour moi. Je suis châtain très clair à la base, avec beaucoup de cheveux blancs. Après avoir pratiquer le ton sur ton pendant quelques années, j’envisage de faire un « balayage » blond mais j’avais beaucoup d’interrogations, et tu réponds à beaucoup d’entre elles 🙂

Répondre

C’est exactement pour cette raison que j’ai sauté le cap, je ne peux que t’encourager !

Bon alors moi je vais être complètement Hors-Sujet pour l entretien du blond, mais tant pis :-p
Parce que je suis trop contente de lire que pour toi (comme pour moi) l’emploi du « mon » est une marque d affection. Je m explique: il se trouve que durant l été, j ai vu passer un tweet de Bernard Pivot dans lequel il ironisait sur l emploi de ce « mon », considérant que c était une marque de condescendance, dans l esprit de « mon petit personnel » en gros. Et ça m avait vraiment surprise, tant ce n est pas l idée que moi j y associe. Voilà, c etait juste pour exprimer mon plaisir de voir que je ne suis pas là seule 😉
[et au passage et pour revenir dans le thème, ta teinte actuelle (tout comme celles des étapes pour y parvenir), te va à ravir :-)]

Répondre

Bon de mon côté je ne suis pas concernée car j’ai les cheveux noirs et jamais teints (mais j’ai de plus en plus de cheveux blancs, ça va être un peu galère de trouver une coloration qui ne soit pas trop corbeau), mais j’ai beaucoup entendu parler du soin Olaplex sur intothegloss, notamment par Nadine Levy Redzepi, qui a THE blond blanc. En tout cas le tien est très joli et te va bien 🙂

Répondre

toutes les couleurs te vont bien. en voyant les photos que tu as poster je me dis que tu as de la chance tu peux changer de look facilement!

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elementum massa sed suscipit ut adipiscing vulputate, porta. mi, ante. ut