Interview | Brigitte Comazzi, directrice de la création de Comptoir des Cotonniers

Lundi dernier. Je suis invitée au défilé Comptoir des Cotonniers. Encore plus jouissif : je suis également invitée à découvrir les coulisses du défilé !

Petit compte-rendu de ce moment privilégié, à commencer par l’interview que j’ai pu réaliser de Brigitte Comazzi la directrice de la création de la marque.

Une personnalité ultra chaleureuse et spontanée dont je vous invite à lire les réponses, en attendant les quelques photos des coulisses du défilé que j’ai pu glaner et qui seront en ligne cet après-midi !

Bonjour Brigitte, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Brigitte, je suis styliste de formation. Je dirige l’équipe de création de Comptoir des Cotonniers : nous sommes une vingtaine en tout.

Je crois que si je devais me définir, je dirais que j’ai les pieds sur terre et la tête dans les étoiles !

Pour exercer ce métier, il faut bien sûr être créatif, mais aussi structuré.

J’aime la vie, j’aime les choses simples et naturelles, et j’abhorre le bling bling, comme, je crois, la plupart des gens qui travaillent chez Comptoir !

Depuis quand travaillez vous pour Comptoir des Cotonniers ?

Je suis entrée en juillet 2005, juste avant la revente de Comptoir au groupe de distribution japonais Fast Retailing.

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai fait les Beaux Arts ainsi qu’une école de style.

Ensuite, J’ai travaillé pour Plein Sud, le Printemps, Kookaï… J’ai également crée ma propre marque, et j’ai été consultante pour plusieurs bureaux de tendance.

Et puis j’ai eu envie d’intégrer Comptoir, la marque me plaisait.

Comment définiriez-vous le style Comptoir des Cotonniers ?

La marque propose une mode loin de l’ostentatoire, du bling bling. Des pièces qui ne sont pas « mode » à tout prix, qui sont le fruit d’un équilibre entre les tendances du moment et, le plus important, qui rendent les femmes jolies !

Et la femme Comptoir des Cotonniers, quelle est-elle ?

On dit souvent que par le biais du vêtement, on reflète ce qu’on est à l’intérieur.. Je crois que la femme Comptoir recherche le vêtement qui lui permettra d’exprimer pleinement sa personnalité.

La femme Comptoir n’est pas une fashion victime : elle est curieuse par rapport à la mode mais n’aime pas qu’on lui dicte ce qu’elle doit faire, porter ou aimer.

Cette femme aime jouer avec les tendances, elle aime se les approprier et créer sa propre silhouette. C’est une femme naturelle, simple et pour autant trendy et raffinée.

En définitive, la femme Comptoir est loin des caricatures des magazines : elle a son propre arbitre et aime s’approprier ce qu’elle va porter.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Je voyage beaucoup ! A Los Angeles, les boutiques de vintage sont légion et sont pour moi une source intarissable d’inspiration.

Je suis également fan de l’Asie. Je suis souvent allée en Inde, en Thaïlande, au Japon. Je me passionne pour l’histoire du costume, et pour la façon qu’ont les japonais de consommer, radicalement différente de la notre !

J’aime beaucoup les créateurs belges, enfin.

Quel est ou quel a été votre plus grand défi concernant la marque ?

Indéniablement, la réussite de la marque au-delà des frontières !

Un défi à relever à chaque collection…

Quelles sont vos pièces fétiches pour cette saison ?

Les leggings, toujours ! Le manteau oversize bouclette, le boyfit, que j’ai adoré porter cet été que et je vais continuer à porter cet hiver. Et puis les sandales à talon banane.

Et pour l’été prochain, quelles sont, selon vous, les 3 pièces que toute fashionista se damnera pour avoir ?

Le gros truc de cet été, c’est le trench en Cupro. On dirait de la soie lavée, la matière est magnifique, le résultat très sensuel. C’est le GROS coup de cœur en interne chez Comptoir !

Et puis aussi, un combi pantalon, une veste ou un gilet en lin lamé ou une robe à épaulette très 80’s chic.

Quand vous ne vous habillez pas chez Comptoir, quelles marques ont vos faveurs ?

Je mélange beaucoup : entre vintage et créateurs, je bidouille !

Je n’aime pas les marques ostentatoires. Pour moi, porter un vêtement qui affiche un gros logo de marque, c’est ne pas être sûre de soi. La griffe, on s’en fout !

Je ne suis pas une fashion addict. Je collectionne mes vêtements : quand j’ai un coup de cœur, j’achète. Et bien souvent, j’attends un peu avant de les porter.

J’aime les belles pièces, j’aime observer, repérer les petites marques inconnues, aller voir ailleurs.. ça fait partie de mon métier : pour être styliste, il faut être curieux !

Je suis aussi une grande fan de l’école Belge, notamment Martin Margiela, surtout pour les accessoires.

Quels sont vos bons plans shopping ?

Les friperies !

Je ne fais pas trop de shopping à Paris… Mais à Los Angeles ou à Bruxelles et Anvers, il y a des adresses formidables. Comme Resurrection, à LA. Cette friperie existe également à NY, d’ailleurs.

Et puis, comme vous êtes sur un blog parisien, quel est votre restaurant préféré ?

Un lieu pas du tout branché mais super bon : Sardegna a Tavola. La cadre n’a rien d’extraordinaire, mais on y mange divinement bien.

D’ailleurs.. c’est le restaurant préféré de Vincent Cassel, il y est très souvent !

Commentaires

Je me suis précipitée sur le lien de Resurrection pour voir pourquoi c’était spécial. Ce n’est pas la caverne d’Ali Baba du coin de la rue, et si ça ne peut pas être un lieu de shopping pour tout le monde, ça pourrait être un objectif touristique à NY.

Sinon, j’aime l’esprit Comptoir, j’aime même le non qui ne vieillit jamais.

Répondre

Je suis d’accord avec Anne-Sotte, être une "femme comptoir" n’est pas donné à tout le monde! Mais "l’esprit comptoir", par contre, on peut s’en approcher autrement, et si c’est simplicité + trendy, moi je dis oui!

Répondre

Super !
Merci Deedee pour cette interview menée tambour battant qui se lit facilement et nous en apprend plus sur l’enseigne.
J’avoue que j’ai hâte de voir ce fameux trench en cupro 😉
Bon lundi à toi !
Anne

Répondre

super sympa de découvrir un des créateurs d’une marque que j’aime assez. Je me reconnais finalement dans sa définition de la femme CdC 🙂

Répondre

C’est vrai que la description de la femme CdC par Brigitte Comazzi convient tout à fait à l’image que je m’en fais.

Répondre

pour moi cette marque c est la féminité la simplicité et elle a raison ce n est pas du fashion d ailleurs j aime ce genre de femme si toutes les filles pouvaient être comme ca !!!!
mais cela reste quand meme assez cher et c est bien dommage

Répondre

J’était une grande fan de la marque il y a quelques années, mais je me suis lassée, j’aurai voulu que tu lui demande pourquoi les collections tournent toujours autour des memes couleurs à savoir le gris, le beige, le noir, les coupes souvent les memes d’année en année. Pourquoi ne pas oser plus de couleur ? Par contre je trouve que la qualité dans l’ensemble s’est améliorée.
Bises

Répondre

Pour avoir eu la chance aussi d’assister au défilé, je vois de quels trenchs parle Brigitte Comazzi, mais je ne suis pas du tout emballée. On dirait un truc tout mou et informe, sorti d’une friperie, justement. (peut-etre que tu nous mettras des photos tout à l’heure ?).

Enfin.. je dis ça, je dis ça, mais je "crachais" aussi sur le slim, le legging et les imprimés "sauvages", et quelques mois plus tard, voilà à quoi ressemble ma penderie. Bref… 😉

Répondre

Ah ben moi ça m’attire, au contraire ! J’aime bien le côté faussement négligé. Mais j’aimerais vraiment voir ce que ça donne en vrai.. (pour le legging, j’dis rien…..Je ne suis pas la mieux placée pour te jeter la pierre, on va dire !)

La grande classe… J’adore tout ce que raconte Brigitte, la manière dont elle parle de son métier, ça sent le vrai, le vécu, l’expérience. Indéniablement cette femme à du talent et plus encore le talent d’en parler et de faire partager… Sans en rajouter, simplement… CDC a là une bien belle ambassadrice… Et une talentueuse créatrice. Ravie de la découvrir enfin.
Bravo pour cette interview.
Flore.

Répondre

Merci Flore. J’ai beaucoup aimé discuté un peu avec Brigitte, en effet..

Merci Deedee, c’est chouette de pouvoir mettre au moins un visage derrière une marque que j’adore 😉

Répondre

Jolie rencontre que tu as fais là ! Brigitte Comazzi est très exactement comme celle que j’imaginais à la tête de la création chez comptoir. Pas la grosse tête et l’idée qu’elle se fait de ce que se doit d’être la mode est on ne peut plus juste. Brigitte semble être simple et ses propos sensibles et savent faire mouche. A moi aussi il me tarde de voir la nouvelle collection qui s’annonce d’ores déjà très belle.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elementum leo. leo Aenean Nullam massa