La cuisine… et moi

Je suis une fille extrêmement mal élevée.

N’étaient les règles de bienséance que mes parents m’ont inculquées dès le plus jeune âge, je suis restée désespérément ignare en matière d’Arts Domestiques. Dans leur ensemble. Cuisine inclue. Ah ça, ça n’a pas été faut de prévenir mon mââââri avant le d day !

Si j’étais vraiment une fille ingrate, je pourrais blâmer ma mère, laquelle a passé mon enfance et mon adolescence à nos petits soins, préparant des repas à se damner, lavant notre linge, le repassant, voire, je l’avoue aujourd’hui, faisant nos sacs de pension le dimanche soir…

Aujourd’hui, je pare au plus pressé et si je confesse un intérêt très vague pour l’aspirateur, tâche qui m’apparait finalement la moins contraignante de toutes, le reste m’indiffère. Et quand je dis reste, j’inclus aussi la cuisine, j’insiste, parce que d’aucuns ont vite fait de vous certifier que non, pas du tout, la cuisine n’est pas une corvée. Tu parles.

C’est bien simple, mes « talents » culinaires pourraient se résumer à cette phrase, lâchée par une amie pendant un dîner : « mais deedee (ouais, je cache mon vrai prénom très éloigné de mon pseudo), on ne vient pas chez toi pour manger, on le sait ! »

Carrément. Et le pire, c’est que ça ne m’a même pas vexée. Parce que si j’aime manger, j’exècre l’art de cuisiner. Cette discipline m’ennuie. Et si je creuse, je crois qu’au fond, j’ai tout fait pour ne pas ressembler de près ou de loin à une mère au foyer. Oh la, on est à deux doigts d’une bonne petite séance de psychothérapie, là !

Si je vous raconte tout ça, c’est parce que j’ai participé à l’opération Tables Libres, et qu’à cette occasion, on m’a demandé de préparer une recette à base de St Morêt. A moi. La nulle aux fourneaux. Cette blague… !

J’ai cru mourir sur place. Et puis je me suis lancée… pas le choix. J’ai préparé, tenez-vous bien, des « Croques en bouche au St Morêt », recette que j’ai sobrement sous-titrée « une recette facile pour gourmet pressé ». Le pire, c’est que ça m’a pris du temps, c’t’histoire.

Je ne vous raconte pas la honte quand j’ai lu la recette de Mercotte, celle de Laetitia et celle d’Anne.

Je ne vous invite pas à lire ma recette, elle fait trop de la peine comme disent les djeuns.

En revanche, je ne peux que vous enjoindre à découvrir les recettes de mes copines, donc, mais aussi des chefs qui ont planché autour du St Morêt : l’idée, c’est que la marque a demandé à 5 chefs gastronomiques (Benoît Bernard, Eric Guérin, Alain Perrillat, Sébastien Richard, Laurent Rigal) et à 8 restaurants de créer des plats à base de fromage frais.

L’idée : proposer des rendez-vous tout au long du printemps, autour d’une formule à libre prix puisque c’est vous qui définissez le prix de votre repas. Si vous êtes comme moi, ce sera l’occasion de vous offrir votre premier restaurant étoilé pour une bouchée.. de St Morêt !

J’ai pour ma part testé les mets de Benoît Bernard (le Viking… Laissez-moi vous dire qu’il n’a pas usurpé son surnom), de Laurent Rigal et du cuisinier d’un bistrot lillois : tous ont vraiment joué le jeu, tous ont proposé des recettes époustouflantes. Je ne voudrais pas paraphraser Laetitia, mais je peux vous dire que je ne pensais pas qu’on puisse concocter des mets aussi fins avec du St Morêt.

Si vous voulez en savoir plus, notamment connaître les dates où vous pourrez déguster ces formules, consultez le site de Tables Libres.

Pour ma part, je m’en vais tartiner mon toast… !

Commentaires

Merci pour ce petit fou rire matinal…et la révélation de savoir que je ne suis pas seule: et oui, il parait que « 3/4 d’heures pour la cuisson des pâtes c’est bien trop », et que « QUAND ON CUISINE,ON NE FAIT PAS 36 CHOSES EN MEME TEMPS!!! ».. voui. pas faim.
Sinon, cette idée autour d’un produit, d’apparence simple, semble bien intéressante, et est à découvrir très vite.. Merci Deedee 🙂

Répondre

Hello Deedee !
Pour la cuisine je suis comme toi… C’est même la pire corvée qui soit… repassage à côté, j’adore !
Mais j’ai mis une alerte sur la marchandise et mon mari savait déjà que les invitations, ce serait au restau… en plus je ne supporte pas ces femmes (ou ou hommes mais franchement ce sont les femmes 95% du temps…) qui passent leur soirée en cuisine à rincer les assiettes entre les plats pour désencombrer et ratent toutes les blagues et même les moments de silence gêné d’un bon dîner entre amis ! Très peu pour moi.
Pourtant… depuis toujours, mon « plat » favori, celui qu’on ne trouve pas au restaurant et que je me fais toute seule à la maison, c’est pain frais, radis, et Saint-Morêt !!! Oui ! Seulement quand les rayons de mon shopi sont vides, je le remplace par du chavroux, mais c’est en désespoir de cause.
Alors ta recette, je vais aller la lire et si elle implique l’utilisation d’un four, je suis foutue 🙂
Bisous
Anne

Répondre

Moi j’adore, ça me détend, j’acoute la radio, je chante… Et le Saint-Morêt c’est génial à l’apéro on peut en faire plein de trucs ! je vais tout de suite voir les sites dont tu parles ! merci pour l’info !

Répondre

Whaou! Super plan!!!!! Me suis inscrite dans la foulée 🙂
Tu as bien de la chance de participer à ce genre d’évènement!
Peu importe la recette, tu as déjà tellement de qualité par ailleurs, que ce serait indescent pour le reste de la blogosphère si en plus tu étais un chef! 😉 Youpse, je vais trop loin dans le brossage de poil
Enfin, je trouve que tu l’assumes très bien
Merci pour l’info et les liens vers les recettes et bon tartinage! 🙂

Répondre

Pour ma part, je m’y colle avec plaisir à la cuisine!!
Toutes ces heures passées aux fourneaux me permettent de justifier le peu de temps consacré au reste, c’est à dire rangement, ménage, repassage, dépoussiérage et autre trucs en « age » qui, eux, me donne de l’urticaire…
Ma cuisine, c’est un peu Beyrouth quand j’y suis passée, et je ponctue toujours d’un « désolé, hein, déjà j’ai fait la bouffe, j’vais pas en plus nettoyer! »
Et tout ceci avec bonne conscience…
Je vais vite aller regarder tout ça pour préparer ma prochaine salve d’excuses…

Répondre

zut et crotte, je crois savoir qui t’a dit la fameuse phrase… J’avoue que je vais au restaurant – et chez ma grand-mère – pour bien manger, et chez mes amis pour d’abord plein d’autres raisons. C’est mieux là? gloups… Sinon le Saint Moret, j’adore. Rien qu’à y penser, j’ai aussi envie de m’en tartiner une!

Répondre

Apprendre à cuisiner fait partie de mes bonnes résolutions chaque année, mais visiblement, ça ne prend pas !
J’espère qu’avec l’arrivée du printemps je vais déjà avoir envie de salades composées, et là ça veut dire qu’il faut découper, au moins, pfiou quel effort !
Je file voir ton lien, ça me plait bien ça !
Bises

Répondre

moi je considére la cuisine comme une corvée la semaine pour le diner du soir etc… mais le week end ou en vacances, j’adore prendre le temps de cuisiner de jolis desserts !

Répondre

Je viens d’aller voir ta recette et je suis impressionnée, c’est vrai que là on touche à de la grande cuisine!!;-)dommage pas de table près de chez moi!

Répondre

Bel effort de participer à un truc pareil sans aimer ça !
pour moi la cuisine c’est de la rigolade comparée à d’autres activités « ménagères ». J’aime bien même quand je rate complètement. C’est toujours l’occasion d’un bon moment même quand il faut accommoder des restes. C’est dire !
En revanche le repassage, le lavage des sanitaires et le scapbooking, No way. C’est niet. Je passe mon tour. Je dé-teste ça.

Répondre

J’ai toujours adoré ça le St Moret ! ça me rappelle mon enfance !
C’est chouette d’avoir des idées recettes ! 🙂
Par contre, j’adore cuisiner moi, quand j’ai le temps…

Répondre

izzy derrière les fourneaux ce n’est pas la panacée mais toujours mieux qu’aux prises avec un fer à repasser !!
Bisous Deedee et toutes mes pensées vont vers toi ! c’est cool d’avoir mis son mâââri au diapason !!!

Répondre

Ah ben c’est pas tant que je l’ai mis au diapason. Disons que c’est juste que c’est comme ça, voilà quoi.

arff la cuisine c’est pas mon truc non plus pourtant j’adore manger ! mais j’ai la flemme et je sais pas gérer je fais toujours 50 trucs en même temps et puis j’ai un fin cuisinier à la maison qui aime ça et le fait bien donc pourquoi je me prendrai la tête !!
En tout cas je vais aller jeter un oeil aux autres recettes, j’adore le st morêt c’est un peu comme la cream cheese philadelphia miam !!

Répondre

Idem : j’aime manger, pas cuisiner 🙂

Ah la cusine….
A la base, c’est mon truc non plus, mais je me rends compte que si je reste dans des préparations faciles, à mon (petit) niveau, j’aime bien en fait et c’est vrai que si en plus les convives se régalent, c’est une belle satisfaction.

En fait, ce qui me gonfle vraiment, c’est la cuisine du quotidien. Les soirées sont courtes, et j’ai du coup jamais trop envie de passer du temps à préparer et nettoyer.
En revanche ce qui est sûr, c’est de vraiment se lancer dans des recettes à sa portée. Je trouve vachement décourageant et franchement gonflant de galérer lors d’une préparation trop complexe et trop sophistiquée quand on est pas très doué à la base.

Je me souviens quand j’ai voulu faire des macarons… mais quelle idée de me lancer dans un truc pareil !
Du coup maitenant, je laisse volontiers à mon mari le soin de faire les macarons qu’il réussi très bien (et en plus il s’éclate en faisant ça, dingue quand même) et je me contente de faire mes petites ganaches. Un vrai travail d’équipe !

Répondre

Oui, c’est vrai que la cuisine du quotidien est pénible.

Pour ma part, vu que la cuisine est à l’autre bout de l’appart et totalement isolée, je limite aussi la cuisine festive…!

L’autre jour ma mère, de passage à Paris, me disait « et ben, c’est bizarre, tes sœurs et toi vous avez un père cuisinier et vous êtes incapable de faire cuire un œuf! ». Tiens, prend toi çà dans les dents!! Surtout qu’elle exagère à peine…moi aussi c’est la cata niveau cuisine! Je m’y étais mise un peu quand j’en étais encore à séduire mon loulou, mais maintenant c’est plutôt « merci picard » qd je veux faire un truc un peu sophistiqué … c’te honte!!
Mais bon au final je vois que je ne suis pas la seule, ouf! 🙂

Répondre

T’inquiète, Picard, c’est mon QG. Et si j’en crois la queue aux caisses… Nous sommes loin d’être les seules !

c’est rigolo de lire le potager de Zoé, je t’ai reconnue moi aussiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Cela dit, Deedee, à chaque fois, tes brunchs et tes soirées sont délicieux. Et c’est pas parce que ce sont le boulanger, le fromager, le boucher et le maraîcher qui se sont occupés du miam que la logistique n’est pas brillante et gérée de main de maître !
Non mais, on a le droit de se reposer aussi, c’est pour ça que Picard existe !

Répondre

T’es chouquette.

ahahah j’adore!!!! et alors aucune honte à avoir ma belle!!! On ne peut pas être talentueuse dans tout les domaines!!!

Bon j’attends ma tartine hein?! 😉

Répondre

Et une tartine expresse, une ! Tu vas voir, elle déchire. C’est grâce à mon petit secret : quelques brins de ciboulette. Pfffff! 🙂

Je regrette franchement l’évolution de cette société où les femmes ne cuisinent plus, ou de moins en moins.

Je suis marié depuis 3 ans. Ma femme travaille comme moi et chaque soir elle fait la cuisine. Mais le week-end venu, elle refuse de faire la cuisine, elle me dit que toute la semaine elle a cuisiné, le samedi et le dimanche elle ne veut plus mettre le pied dans la cuisine ! Donc, c’est soit resto soit les plats à emporter…Pas super…

Je pense que ce changement de mentalité est conditionnée par la lecture de tous ces magazines féminins et ces films romantiques.

Je me rappelle de ma mère et de mes grands-mères qui justement les week-ends nous cuisinaient avec amour les meilleurs repas, elles se surpassaient ce jour là. Je regrette vraiment que les femmes aujourd’hui ont perdu ce sens du devoir et de la famille, tout ça soit par paresse ou dicté par le féminisme.

Je ne suis pas contre les restos et les repas à emporter, mais de temps en temps, car cela a un coût et franchement je préfère les bons petits plats de ma femme !

Répondre

C’est vrai ça : les femmes aux fourneaux, et plus vite que ça !!!

Au secours. Et bon courage à votre femme.

Et moi qui voulait m’inviter à diner chez toi…pfff !!!

Répondre

Ah mais tu peux, avec plaisir ! Mais tu es prévenu 😉 (vu ce que tu nous as concocté la dernière fois, je pense que tu es laaargement meilleur cuisinier que moi !)

mega lol !!!! Même Charles Hingalls il aidait Caroline à faire la cuisine, alors au boulot Anys!!!! 😉

Répondre

C’est bon hein ? (ou pas)

Encore ta maman Deedee ! Merci ma chérie pour ton commentaire, en effet j’ai adoré choisir les ingrédients au marché pour concocter des bons petits (et grands) plats et je suis heureuse que tu t’en souviennes. Mais je n’aime faire la cuisine que lorsqu’on est nombreux….A 2 c’est moins amusant ! Mais il faut aimer cuisiner pour être un bon cuisinier ! Ce qui peut être sympathique c’est quand on se complète, l’un prépare des desserts et l’autre les rôtis !

Répondre

oh ben mince alors…ils ont pas tous disparu les machos !!
‘tain ya encore des femmes qui supportent çà … non mais stop !

Répondre

Trop drôle et très bien écrit! J’adore cuisiner, mais je suis très lente et incapable de faire sans recette, même si j’ai déjà fait le plat 10 fois. Ça m’énerve parce que ça fait quand même 6 ans que je pratique et ça vient leeeentemeeeeent… À Montréal, il n’y a pas Picard, alors je bave devant leurs rayons à chaque fois que je viens en France!

Répondre

‘excellent’, le commentaire d’Anys !
Et tellement …sincère (?) !
On notera la rébellion du we, tout n’est pas perdu !

Répondre

Je n’aime pas cuisiner tous les jours, cependant je n’aimerai pas manger des plats tout prêts tous les jours, c’est plein de saloperie.
Le tout c’est de faire des trucs très faciles, et rapides . Et bons, d’où l’importance de faire un bon assaisonnement, ce qui relèvera les plats les plus simples. Puis ne pas hésiter à se simplifier la vie :acheter ail, oignon, persil, légumes bruts chez Picard (ceci évite les corvées d’épluchage)Par ex on peut faire du poulet sauce curry, avec oignon,ail, entrecôte de poulet trempé dans de la sauce soja (ça donne du gout), on fait revenir tout ça dans de l’huile d’olive, on rajoute un peu de curry et de la crème fraiche ou de la crème de soja ou même du lait de coco. On fait cuire du riz avec ça et le tour est joué.

Répondre

Idem….mais je crois que la plupart des filles trentenaires ont le même dégoût pour la cuisine….j’avoue que j’envie le blog de Requia…comme arrive-t’elle a trouver autant de plaisir à faire la popotte…Faut dire que ma maman adorée est une excellente cuisinière !!! D’ailleurs mes enfants l’ont classé en haut du podium et moi en deuxième Gloups !!!! Par contre depuis que j’ai eu mes « petits loulous  » , j’ai été obligé de faire le strict mimimum…Par contre, j’envie ma copine,avic son mari créateur d’entreprise, qui après une dure journée de travail, adore faire la popotte et c’est du costaud….Vélouté de brocolis au bleu etc etc…Moi j’ai le droit au plat cuisiné par Marie et rechauffé dans le four..

Répondre

Rhooo la honte deedee t’as oublié ton papa !!!

Répondre

J’ai pas lu tous les commentaires, mais mon expérience perso c’est : rien n’est perdu. Moi j’ai commencé à trouver du plaisir à cuisiner … après la naissance de mon 3ème fils.

Répondre

Ah… la cuisine… en voilà un art bien obscur…
Si obscur que le 68% des émissions de télé lui est consacré (et le reste c’est de la pub pour de la bouffe…)

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

felis libero in adipiscing id, risus. vel, quis diam