Une machine pour faire le thé… Chiche ?

(ayéééé, je suis de retour pour de bon… Ne m’en veuillez pas, hein, je ne vais pas sauter de joie tout de suite tout de suite).
(ce billet n’est PAS sponsorisé)
(ah, et la photo, elle est de Uccia Photography)

Tout a commencé par un mail qui tenait  à peu près ce langage « Bonjour deedee, nous voulions t’informer que Nespresso lance un machine à thé. Toi qui aimes le thé, voudrais- tu la tester ? »

D’entrée de jeu, mon moi profond, celui qui n’est absolument pas du tout têtu a dégainé un gros carton rouge. Rapport qu’une machine pour faire le thé, non quoi, impossible. Le thé étant, au-delà du goût, un moment un peu hors du temps, un plaisir qui se déguste autant dans la tasse que dans le geste qui accompagne son élaboration.

Autant dire qu’annihiler cet acte au profit d’une machine n’était pas exactement pour me séduire. Sans parler de la qualité du thé à proprement parler. Si, par flemme, j’achète parfois du thé de supermarché pour agrémenter mes petits déjeuners, un de mes plaisirs « de grande » est de m’offrir régulièrement des bons thés. Rien ne me plait plus que d’aller me perdre au beau milieu des thés en vrac et demander à un vendeur un thé vert « fruité plutôt accord fruits rouges avec une pointe d’épices pour relever le tout » et de repartir avec mon précieux breuvage. Et bien sûr, préparer ledit breuvage.

C’est dire si l’idée d’une machine à thé me paraissait quelque peu incongrue !

Et puis, mon moi un peu moins profond, celui qui réfléchit deux secondes trente après la première impulsion pour considérer un tant soit peut les choses avant d’apporter une réponse définitive me souffla tout à coup d’essayer. Juste pour voir. En vertu du fait que le mieux n’est pas systématiquement l’ennemi du bien… et qu’après tout, pour asséner un avis tranché, il peut être judicieux avoir quelques arguments en sa possession.

Dont acte.

Un soir du mois d’août, me voilà donc attablée non pas à la terrasse d’un café mais à une table de réunion, devant une équipe soucieuse de me démontrer poliment que j’avais tort, à grand renfort de powerpoint et de dossier de presse. Et de thé.

Leur discours bien rodé me fait partir au quart de tour : évidemment, ils ne vont pas me dire que leur thé est infect, ils sont payés par le grand méchant capital pour lancer une nouvelle machine de guerre et ils cherchent  à m’embrigader pour répandre la fausse bonne nouvelle…  Perdu, je ne céderai pas ! Hinhinhin.

A moi le bataillon de questions : et comment ça marche concrètement, quid du stockage des thés, de la sélection opérée par Nespresso, de la durée et de la température d’infusion, et il se passe quoi si moi même j’ai envie de gérer tout ça, et combien ça coûte, la machine, les thés, toussa.

Pan, dans les dents, mes arguments ont été quasiment tous démontés en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire…

Restait le plus important, la dégustation.

Premier coup d’œil à la machine : elle est belle, rien à dire là dessus. Nespresso n’en est plus à son coup d’essai en terme de design et ça se voit.

J’insère la capsule, referme le capuchon et psssshhhhht, mon thé infuse. A peine une petite minute plus tard, il est prêt.

Pas du tout impressionnée par les paires d’yeux pendues à mes lèvres, je teste un thé noir du matin, puis un thé noir aux fruits rouges.

Le premier m’étonne par sa qualité… Corps, saveur ample, le thé que je goûte (j’ai oublié son petit nom, mais de mémoire, c’était un Earl Grey assez chargé en Bergamote) est franc et subtil à la fois. Je dois avouer que je n’y ai vu que de maigres différences avec mon chouchou absolu, le Earl Grey Imperial de chez Mariage. Et croyez-moi, ça me fait assez mal d’écrire ça.

Je suis beaucoup moins convaincue par le thé noir fruité : un peu trop facile, un peu trop fruité pour l’adopter et honnêtement, pas de quoi fouetter un chat. Là, on joue plutôt dans la cour d’un Lipton-like.

In fine, j’avoue être partagée…

Du côté des « + » :

  • le design et l’aspect pratique de la machine
  • la qualité de sélection et de conservation des thés, le mode intuitif de la température d’infusion avec possibilité de reprendre la main sur cet aspect.
  • la politique de recyclage des capsules
  • L’offre de lancement : la machine est vendue 89€ au lieu de 129€ jusqu’en décembre, si j’ai bien tout compris.
  • Et puis le filtre à eau, aussi, dont la machine est équipée et qui préserve la qualité du thé (ma bouilloire n’en fait pas tant…!).
  • Et aussi le nombre de thés : seulement 25, certes, mais la gamme compte de belles références, notamment un thé blanc et un Genmaicha, le vrai thé vert japonais au riz torréfié.

Côté « -«  :

  • le prix (une capsule = 35 cts vs un thé de supermarché genre Twinings ou Lipton = 10 cts. En revanche, même prix grosso modo qu’un thé Mariage Frères).
  • l’achat qui se fait exclusivement on line. Pas évident de pouvoir appréhender la machine ce faisant…
  • Et puis, indéniablement, insérer une capsule dans une machine pour se faire un thé n’induit pas le même plaisir que de sortir son thé en vrac, remplir une boule à thé, verser l’eau frémissante dans sa tasse et tourner distraitement la boule en attendant patiemment que les saveurs se révèlent. Mais si je suis vraiment honnête, soyons clairs : le matin, ce plaisir là m’est totalement étranger…

Alors ?

De toute évidence,  j’ai un avis bien moins péremptoire sur la question et l’idée d’associer le thé à une machine ne me semble plus si incongrue maintenant que j’ai pu voir concrètement de quoi il retournait.

Je crois que je suis finalement assez bluffée par la qualité de cette machine, la manière dont elle a été pensée pour répondre aux désirs des névrosés du thé dont je fais partie… (était-il vraiment besoin de le préciser ?!), la qualité globale des thés sélectionnés.

Après tout, si la Special-T, de son petit nom, peut démocratiser intelligemment le breuvage, pourquoi pas… même si au fond de moi, je le pressens : cette machine ne remplacera pas le plaisir que je peux avoir à me préparer un bon thé, que j’aurais été choisir moi même parmi des milliers de références et avec les conseils d’un connoisseur.

L’idéal étant peut-être de disposer d’une telle machine au boulot, par exemple, où le plaisir inhérent à la préparation d’une tasse de thé est, comment dire…. moins évident ?!. Ou bien chez soi, uniquement pour les moments de flemmes aigües… au hasard le matin en ce qui me concerne. Et si Nespresso décide de livrer George avec la machine… là, évidemment !

Si vous avez envie d’en savoir plus, rendez-vous sur www.special-t.com : le site est lancé aujourd’hui.

Commentaires

Salut Deedee, bon retour…sous le soleil quand même et c’est un miracle!!
Concernant ton billet, cette machine ne me conviendrait pas perso car en effet, le thé comme le café selon mes envies, je les bois par litres (euh n’exagérons pas) mais au moins, 3 bons mugs le matin ou pour le goûter (oui, oui, je goûte toujours et encore à 29 ans)!
Mais effectivement, je trouve que c’est une bonne option pour le bureau….
Bonne journée!

Répondre

Au départ septique, en rapport à, comme tu l’expliques, tout le rituel autour du moment du thé, je me dis que ça peut être sympa en complément. La diversité des thés proposés est alléchante. L’offre du moment pourrait bien me convaincre aussi… Va falloir pousser la machine de Georges qui est dans ma cuisine déjà fort encombrée!
Bonne rentrée à toi!

Répondre

Ils sont forts, comment créer un nouveau besoin. Je bois trop de thé pour utiliser ce type de machine ouf

Répondre

Ah non non non, le thé c’est sacré! 😉 Non mais par contre, pour le bureau, je dis oui, plutôt que d’avoir droit uniquement au thé vert ultra sucré de la machine à café!

Répondre

Laisser son thé infuser le temps que l’on veut n’ a pas de prix 😉

Répondre

Bon courage pour ta rentrée … moi j’ai fait ça lundi et je n’arrive toujours pas à sortir la tête de l’eau.

Je suis allée voir cette nouvelle machine, alléchée par ton billet, mais je suis vite redescendu sur terre. Quand je bois du thé, je me fais une pleine théière (donc 3 mugs) et je fais infuser de bons thés que j’ai acheté la peau des fesses (Mariage ou le palais des thés) … Je me pose et je déguste.
De plus pour l’instant l’offre de thé est trop réduite pour me séduire.

Par contre, je vais suivre l’évolution de la carte avec attention.

Ps : dans le genre théière ultime, j’ai investi dans la Magic Tea de Téfal. Seul hic : elle est chiante à nettoyer car la théière ne va pas au lave vaisselle (bah oui, le moteur est inclut dans la théière).

Répondre

J’avoue que quand on m’a parlé de cette machine, j’ai été plus que perplexe. Mais je pense, comme toi, que l’usage est plus intelligent dans un bureau que chez soi, où le plaisir de verser l’eau frémissante reste primordial.
Et puis vu que j’ai pas une cuisine extensible, ET DEJA une machine à café, on va s’en tenir à la théière classique, hein ?!!

(en revanche, je me permets juste de signaler que Nespresso et Georges n’ont rien à voir dans l’affaire special-T. La machine est lancée par Nestlé, certes, mais via une toute autre division que Nespresso) (Désolée, ta livraison de Georges, c’est pas pour demain…) 😉

Répondre

Bonjour,
en complément d’information, il est intéressant d’aller lire l’article de rue 89 sur ce produit ….
Bonne journée !

Répondre

Libé, le parisien et le Figaro aussi 🙂

Je pense que la machine peut trouver son public mais moi comme toi qui suis un amoureux du thé ne pourrait céder je pense pour plusieurs raisons : c’est un moment hors du temps pour moi aussi, j’aime pouvoir sélectionner mes thés à l’odeur et je ne crois pas que Nespresso puisse avoir une offre aussi large que mariage + Palais des thés et puis le prix car je suis gros consommateur :p

Répondre

Une deedee à moitié convaincue par une machine à thé, c’est probablement une grande victoire pour la marque!
Nous les hommes avons le même problème avec la machine à bière;-)

Répondre

Il va falloir multiplier les machines alors… une pour le café, une pour le thé, bientôt une pour le chocolat j’imagine. La prochaine étape sera peut-être le vin ou le jus d’orange qui sait??!!
Si on fait abstraction du prix, si la qualité est au rendez-vous, cela me semble une possibilité viable. Je suis juste attristée du glissement vers la consommation d’emballage et de technologie, même si dans le cadre du bureau cela semble en effet plus pratique.

Répondre

Franchement je suis dubitative, car se faire un the, et d’un, c’est quand meme moins complique que de se faire un bon cafe, et de deux, avec une bonne bouilloire, ca va quand meme a la vitesse de l’eclair (en plus, j’utilise de l’eau filtree, comme ca, tout va bien !).
Chez moi, on fait une consommation enorme de the, si bien qu’on visite le Palais des The tous les 10 jours, et c’est a chaque fois un tel plaisir que je ne changerai ca pour rien au monde (d’autant que rapidement tu as une carte 10% de reduc, ca vaut le coup !)
Dans tous les cas, bonne reprise (quelques tasses de the vert Kukicha dans la journee et tu vas garder ton energie et ton zen des vacances !)

Répondre

Ca m’intrigue… fan de thé moi aussi… mais j’me dis que ça peut être une bonne idée cadeau pour Noël (Chouette un nouveau gadget dans ma cuisine High Tech !)

Répondre

Le vrai vrai problème me semble être : mais que fait-on alors de notre collection de théières ?????
C’est intéressant de voir qu’une maniaco-depressive du thé comme toi (ça n’a rien de préjoratif hein !! au contraire !!) puisse avoir un avis nuancé mais j’avoue que rien que la vue de la machine me fait froid dans le dos.
A vrai dire, la seule chose positive est sans doute que certaines entreprises pourraient en acheter, ce qui permettrait de couper à l’infââââme thé de la machine à café …

Répondre

Je suis un peu comme toi… le thé, c’est tout une histoire de temps, de préparation, d’odeur qui émane du sachet noir Mariage Frères, le bruit de l’eau qui bout, je ne sais pas si j’adopterais un tel type de machine, mais ya de l’idée et personne d’autre que Nespresso ne saurait mieux convaincre sur ce terrain là.

Merci pour ton retour sur le produit et bonne reprise 🙂

(même au boulot, je trimbale ma boule à thé et mes sachets, c’est dire…)

Répondre

ah je vais tenter le coup de demander à mon chef d’en acheter un… (à mon avis, ça sera non mais si on peut plus rigoler au bureau, hein…)

Répondre

Moi je rêve du concept écologique de la nesspresso mais faut pas rêver … pour le thé moi j’adore aller le sentir avant donc là bon ben c’est raté !

Répondre

Nooooooonnnnn! ou bien juste pour le bureau…
Je ne bois du thé QUE l’après-midi ou le soir, c’est vraiment un moment de pause détente-plaisir. Arrêter l’eau quand elle frémit, juste avant qu’elle bout, choisir dans mon large choix de thés celui qui me tente le plus à cet instant, l’agrémenter d’écorce d’orange, de gingembre, de canelle si ça me chante… L’infuser plus ou moins, selon que je veuille de la légèreté ou du lourd…
Bref. Non, je suis trop une AMATRICE pour cette machine plutot faite pour les drogués, non?

Répondre

c’est gentil tout ça.. mais n’est-ce pas un peu bobo justement toutes ces futilités ?

mais je n’ai lu qu’une page…donc.

Répondre

Donc.

J’avoue que le marketing a fait fort, joli site, choix intéressant, machine design (le thé bleu tout de même!) mais comme beaucoup ici j’aime le « moment thé » qui est synonyme de pause, de temps pour soi…Quel plaisir de s’arrêter le temps de choisir son parfum, remplir la boule ou les sachets avant de décider ce que ce thé accompagnera: quelques biscuits, un morceau de chocolats, un magazine ou encore un peu de travail?
PS: courage Deedee moi pas de vacances alors pas de retour mais un exam J- 26

Répondre

Tout de suite quand on me parle de machine à thé j’imagine l’infame « thé » citron des distributeurs qu’on trouve si souvent dans les bureaux… Toutefois le coup du matin est assez convaincant puisque je HAIS laver les boules à thé (j’en ai que deux en plus…) et que de toute façon je fais chauffer mon eau au micro-ondes!
Par contre ils se sont associés à une marque de thé? Personnellement je suis plutôt kusmi…

Répondre

Pour moi, l’idée de me faire du thé qui ne soit pas en feuilles mais en capsule c’est juste inconcevable.

Répondre

etant amateur de thé mais relativement peu de temps (meme si j’aime me faire un gong fu cha…) j’ai recu ma machine ce matin. Alors certes il y a plus qualtitatifs MAIS la qualtité est bluffante !!! leurs blanc/bleu/jasmin sont juste geniale !!
JE suis reelement etonner par la qualité dnas la tasse… alors oui c’est pas tres glamour de le preparer comme ca… Mais moi je pense au bureau ou quand j’ai des amis qui veulent tous un autre thé… Je suis enthousiaste… ;o)

Répondre

COMBonjour,

Pour moi nespresso c’est purement du marketing, déjà qu’il propose un café bas de gamme à un prix exorbitant mais en plus maintenant il fait la même chose avec le thé. Il serait temps d’arrêter d’enrichir toujours le même. C’est peut être plus pratique mais nous sommes en train de détruire le peu qu’il nous reste de traditionnel. Du café moulu ou en grains ou du thé en vrac valent mieux que des capsules qui polluent. Ils sont très forts pour convaincre le client mais on a des valeurs qu’il faut conserver et protéger. Un entreprise qui investit dans ce genre de machine, ça passe encore, mais un particulier, ce ne serait pas un vrai amateur de thé dans ce cas.

MENTAIRES…

Répondre

moi aussi je suis une adepte de la magic tea de Tefal ( je ne sais pas si elle se fait encore, des ersatz sont apparus mais aucune comparaison possible !). Le thé est infusé juste ce qu’il faut, et j’utilise le produit que je veux (en l’occurrence Mariage Frères ou Fortnum&Mason car mon chéri voyage souvent en UK). Au bureau, j’utilise des sachets (tjs Fortnum). Pas vraiment emballée par la machine de Nespresso…

Répondre

Tiens, je ne connais pas cette magic tea !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

adipiscing sed in Donec odio ante.