6 mois ! Et 7 conseils pour se lancer

Capture d’écran 2015-04-06 à 17.12.20

6 mois. Voilà 6 mois que j’ai plongé dans le grand bain sans les bouées. 6 mois que j’ai dit adieu au confort du salariat pour embrasser la folle carrière de blogueuse et consultante en stratégie digitale. Ça valait bien un point !

En réalité, j’ai tellement attendu pour me lancer que je savais à peu près à quoi m’attendre. Je savais qu’il est difficile de se projeter sans avoir une vision très claire de ce qui va se passer après-demain, ni même demain. Je savais que déposer des statuts prenait du temps. Je savais que trouver un nouvel équilibre et une nouvelle organisation au quotidien allait me prendre là aussi un peu de temps. En revanche, je ne savais pas encore les joies de l’URSSAF même si sa réputation la précédait, et de loin ! (et encore, je n’ai pas à me plaindre, pas encore), les relances pour être payée péniblement au bout de 120 jours. Et je sais aussi que je n’ai pas encore goûté à tout un tas de joies administratives… Mais enfin, on n’est pas là pour chouiner, ah ça non !

Au contraire. Si je devais retenir quelques conseils à vous livrer, peut-être, au bout de ces 6 mois si petits et si grands à la fois, ce serait ceux-ci :

1. Bien s’entourer

Un bon expert comptable (je peux vous donner les coordonnées du mien si besoin, n’hésitez pas), déjà, pour vous aider à y voir plus clair, savoir quel statut vous convient vraiment à vous et pas à la voisine, savoir comment envisager un revenu, comment fonctionnent les charges, comment vous pouvez essayer de vous projeter et d’encadrer tout ça.

Savoir s’entourer, c’est aussi trouver les bonnes personnes avec qui travailler. Pour ma part et même si je reste seule maîtresse à bord de ce blog, je travaille avec un webmaster pour arrêter de déranger ma soeur toutes les deux secondes, avec une consultante, en freelance elle aussi, pour une partie des missions de conseils sur lesquelles je suis amenée à intervenir. Je travaille également avec une graphiste (ouiiii, bientôt un nouveau blog, SCOOP !), une commerciale, toujours en freelance elle aussi et un studio de production pour les vidéos. J’adorerais recruter un stagiaire mais je n’ai pas les moyens aujourd’hui de lui octroyer ne serait-ce que 30% du SMIC. Bientôt, peut-être…

Bien s’entourer c’est aussi avoir des shoots d’ondes positives… et pour ça, je crois que je ne vous remercierai jamais assez !

 

2. Déléguer

Quand on est blogueur, on est sans cesse au four et au moulin : on cherche de nouveaux sujets, on écrit, on prend en photo, on crée des vêtements, des chaussures, des bijoux, on fait du community management, de la communication et un peu de stratégie digitale et sociale. Sans parler de la comptabilité. C’est je crois un des points qui m’a le plus radicalement séduite quand j’ai découvert cet univers, il y a 10 ans (call me mamie Deedee !). Et en même temps… c’est bien, mais force est de constater qu’on ne peut pas tout bien faire. J’en veux pour preuve cette mission sur laquelle j’ai bossé récemment et qui a posé problème parce que j’ai manqué d’un bon chef de projet. D’où l’importance de bien s’entourer.

 

3. Poser des limites

Avant, je bossais comme une dingue la journée pour mon boulot et j’enchainais le soir, le vendredi (j’avais posé un 4/5ème) et les week-ends. Aujourd’hui… Je bosse comme une dingue la journée, le soir et les week-ends. Parce que c’est mon business, parce qu’il est incertain, parce que j’ai besoin de me rassurer et d’accepter toujours plus de missions. Résultat ? Je suis connectée en permanence, même quand je sors avec des amis, même quand je passe un week-end avec l’homme, même quand je me couche. J’ai l’air de donner des conseils… mais c’est d’abord à moi-même que je devrais appliquer celui-ci : apprendre à lâcher un peu mon ordinateur et mon smartphone pour profiter un peu plus de la vie, la vraie… J’ai beau savoir que la Terre ne va pas s’arrêter de tourner parce que j’aurais cessé de suivre le nombre de likes sur mes photos Instagram ou checké une énième fois les mails que je reçois, j’ai encore trop de mal à déconnecter ne serait-ce qu’un peu.

 

4. Apprendre à dire non

Dans la même veine que le conseil précédent, je crois qu’il est primordial d’apprendre à dire non. Quand je me suis lancée, j’ai tout accepté, à quelques détails près. Des missions de conseils qui n’étaient pas si bien payées que ça ou qui me gonflaient un peu, à bien y regarder de plus près, des piges mal rémunérées et là encore pas franchement passionnantes, des rendez-vous avec des marques ou des bureaux de presse opportunistes ou pas très sérieux et dont j’aurais pu m’apercevoir que rien ne découlerait si j’avais creusé un peu plus. Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis retrouvée à trimer comme une dératée jusqu’à des 1h, 2h du mat pour tenter de rendre cette reco ou cette mission à temps.
Il y a 3 semaines, j’ai ENFIN réussi à refuser une mission. Une belle, très belle mission, qui m’intéressait énormément et qui aurait probablement été très bien rémunérée. Mais je savais que ça aurait été de la folie de l’accepter, parce que je n’aurais pas eu le temps de la réaliser convenablement. Ça a été compliqué de dire non, mais j’ai réussi. Et j’en suis fière, je crois ! (*APPLAUSE*)

 

5. Oser

Ahah, j’adore jouer les maîtres spirituels quand je n’arrive pas à appliquer moi-même ce que j’écris… Parce que oui, j’ai encore énormément de mal à demander, frapper aux portes, relancer, me vendre.

Typiquement, je cherche des annonceurs pour financer la suite de DeedeeFactory. Ce programme, c’est un pari complètement fou, un contenu qu’on veut très quali, intéressant, différent. C’est une aventure géniale et archi difficile à la fois pour tout un tas de raisons que je vous épargne, sauf une seule, et non des moindres : l’argent. Un épisode de DeedeeFactory coûte la bagatelle de 3000 euros, en gros. Si je veux que le programme perdure, il faut que je trouve un financement. Je suis donc bien obligée de prendre mon bâton de pèlerin et de frapper aux portes… Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me coûte ! Pourtant, je sais que c’est à ce prix là que je pourrais éventuellement continuer… Alors j’y vais… (WHISH ME LUCK).

Et à ce sujet, si un(e) commercial(e) en free passe par là et est motivé pour me donner un coup de main moyennement pourcentage d’apport de business, qu’il n’hésite pas à se faire connaître ! 

 

6. Prendre un bureau

Je n’étais même pas lancée depuis 1 semaine que j’ai pris des locaux : 200 euros par mois pour un bureau partagé, c’est clairement une petite folie quand on débute. Pourtant, je ne le regrette pas : d’abord, parce que mes collègues sont géniaux, adorables, super dispos. On est issus d’univers radicalement opposés, nos personnalités le sont tout autant, mais on se soutient, on se conseille, on se dépanne (enfin, surtout eux^^) Et ensuite parce que ça rythme mes journées, que je pourrais passer sans problème en peignoir, les cheveux gras derrière l’ordi si je m’écoutais. Il existe tout un tas de solution, du bureau partagé aux espaces de coworking. Un temps, j’avais même envisagé de faire du troc d’appart avec une copine pour changer d’horizon le temps d’une journée.
En bonus, il m’arrive régulièrement de délocaliser mon bureau, cf. la photo qui illustre cet article^^

Good to know : si vous cherchez des bureaux, j’ai trouvé les miens via Bureaux à Partager (enfin, via ma soeur qui les a trouvés via Bureaux à Partager ^^) 

7. Profiter

Le vernissage de cette expo trop géniale lundi matin à 11h ? Je peux. Rentrer de week-end mardi matin quand les bouchons sont passés ? Je peux aussi. Faire du shopping ou faire couper ma frange en plein milieu de la journée pour éviter la foule du week-end ? Check. Ça ne veut pas dire que je ne fais rien, mais que je m’organise comme je le souhaite. Quand on a goûté exclusivement au salariat toute sa vie, c’est un plaisir difficilement descriptible, à tel point qu’il en serait presque coupable… Presque… ! Et je peux vous dire que j’espère ardemment ne pas avoir à retourner dans une entreprise…

Voilà. Je fais la maligne mais si vous avez vous même des conseils à me donner en tant qu’entrepreneur, n’hésitez pas !

Commentaires

en tous les cas je donne les mêmes conseils au quotidien… après y a plus qu’à, n’est ce pas ?! bonne continuation surtout…

Répondre

Voilà…! Merci^^

Tous ces conseils sont précieux et complètement vrai quand on démarre une activité à son compte. J’ajouterai « intégrer un réseau professionnel » d’entrepreneurs lié ou non à son activité. C’est toujours un moyen assez intéressant de rencontrer d’autres entrepreneurs, d’échanger avec eux, de continuer à élargir son réseau, de participer à des formations et/ou conférences…

Répondre

Oui, tu as raison ! C’est vrai que pour moi c’est un peu différent, mon réseau, je l’ai depuis 10 ans… Mais quelle que soit la manière dont on l’intègre, l’avoir est essentiel.

Je crois que tu as parfaitement résumé la situation … et je crois que les free-lance travaillent souvent plus. Ca fait des années que je suis indépendante, et j’ai surtout eu plus de mal à lâcher prise, à me déconnecter de tout. Mais lorsque tu t’imposes de lâcher ton foutu portable, de vivre le présent, de savourer le partage avec les gens qui t’entourent, tu as vraiment gagné ton pari de faire cohabiter ta vie pro et ta vie perso. Bon je file, je dois téléphoner au RSI 😉

Répondre

Ahahah, BON COURAGE !!!!

Pas mieux. Je donnerais cher pour suivre le point 6 mais pas de co-working dans ma campagne. Et clairement, le plus dur à vivre est d’être seul dans les moments de doutes. L’émulation que génère le fait d’avoir des « collègues » me manque souvent.

Répondre

Je comprends. Je crois que je ne pourrais pas me passer de collègues… Tu n’as aucun voisin(e) en free qui serait ok pour partager une pièce ?

10 ans que je suis free. Je partage l’avis d’Isa-monblogdemaman car je travaille seule à la maison et cela me pèse parfois. En revanche, je trouve cela dur, mais confortable de gérer son temps comme on le souhaite. Revers de la médaille, il n’est pas possible d’être malade. Une semaine de grippe, c’est moins de salaire à la fin du mois et l’année de ma grossesse, je n’ai pas pris de vacances car mon congé maternité m’avait déjà coûté cher.
Enfin, chaque statut a ses avantages et ses inconvénients.

Répondre

Oui, c’est moins confortable peut être d’être free. Pour l’instant (je touche du bois !) je n’ai pas été trop malade ni empêchée de bosser… Il faut se réserver des surprises pour la suite, pas vrai ?!

encore novice, je voudrais bien appliquer tous ces bons conseils… Merci pour l’inspi !

Répondre

Bonne chance 😉

Ah …pareil qu' »Isa monblogdemaman »… Moi il me manque que les « collègues » 😉
Sinon pour le reste tout pareil que toi !
Bisous

Répondre

Nan mais attends tridou, tu ne vas pas me dire que là où tu habites tu ne peux pas partager un bureau !

Oui ça doit certainement exister 😉
Je pense prendre un local à part quand les filles
auront un peu grandi, c’est quand même une solution idéale
pour l’instant.
En attendant, je suis ravie de dire bonjour à la maitresse, la seule personne que je vois de la journée !

Bravo pour cette rubrique….très intéressante!!

Répondre

Merci !

libérale et free meme combat? !
je te rejoins, c’est top d’etre son propore patron…perso, ce sont les vacances qui me manquent le plus…!
Bisous etKEEP GOING DEEDEE JOLIE !
Fantastic So

Répondre

Ahah oui, les congés PAYES. Truc de dingue quand on y pense… !

je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis moi l’aventure a commencé il y a 3 ans et malgré des concessions je ne regrette pas du tout.
tu es bien entourée quand tu parles de commerciale elle fait quoi exactement pour une blogueuse c’est intéressant d’en savoir plus? je suis en freelance en marketing et commerciale et du coup je m’intéresse à tous ces métiers en freelance qui concernent la partie commerciale/marketing.
ce qui me manque le plus c’est les vacances car quand tu es à ton compte tu paies le double.
aussi la mutuelle pense à prendre une bonne mutuelle car celle d’entreprise est toujours mieux quand on est salarié et à moindre coût.
bravo en tout cas.
belle journée.

Répondre

Merci pour le conseil 🙂

La commerciale avec qui je travaille m’apporte des opés spés sur lesquelles elle prélève sa dime (normal 🙂 ), elle m’apporte des missions pour le blog ou autour du blog.

J’en cherche un(e) autre qui pourrait commercialiser exclusivement DeedeeFactory et ça n’est pas évident : le marché du blog est très spécifique !

1 bureau à 200 €/mois ? J’en rêve !!! Car si j’adore travailler chez moi, ça devient de plus en plus ingérable avec la famille, et puis surtout, j’en ai un peu marre de brainstormer toute seule devant mon ordi 😉

Répondre

J’adorerai me lancer en free en tant que consultante pour gérer mon temps, choisir mes missions… mais je pense qu’il faut se faire ses armes en agence quelque temps. Je ne me sens pas les épaules encore (trop jeunette) mais ton article me conforte dans l’idée que c’est ce que je veux pour plus tard… (aller avant 30 ans! faut se fixer des objectifs 🙂 )
Merci deedee!

Répondre

Faire ses armes ET construire son réseau ! C’est essentiel pour se lancer 🙂

déjà 6 mois?! le temps passe si viiite!
bravo!! en tout cas, je suis ravie de te lire tous les jours 🙂
se lancer dans son propre business, j’en rêve aussi à force d’être entourée d’amis qui sautent le pas..mais pour le moment, j’ai dû mal à renoncer au confort du salariat, je pense qu’il faut vraiment être passionnée par ce qu’on fait pour voir tous les bons côtés que tu décris ici…! peut-être un jour..quand j’aurais trouvé ma voie! bonne continuation et hâte de découvrir le nouveau look du site hihi!

Répondre

Merci Mi-na 🙂

Etre freelance n’est ni une fin en soi, ni donné à tout le monde. Moi même je ne suis pas encore sûre d’avoir fait le bon choix ! Mais je suis heureuse de tenter 🙂

Deedee, comme je te rejoins ! Et je me sens un peu moins seule.
Je me suis lancée dans la grande aventure de l’entreprenariat en créant Saūl, une toute jeune marque de vêtements pour femme, et je dois dire que j’éprouve les mêmes difficultés, les mêmes doutes, les mêmes appréhensions que toi… Savoir s’entourer, mais trouver les bonnes personnes, à qui demander ? qui aller voir ? Se créer un réseau, pousser des portes, que d’efforts immenses à déployer!
Déléguer, oui, on ne peut pas tout faire et on n’est pas nécéssairement doué en tout, mais il faut pourtant être sur plusieurs fronts en même temps… Quelle équation !

Essayer de jongler avec la subtile frontière qui sépare notre vie personnelle de notre travail, lui qui nous suit tout le temps… Savoir profiter…C’est un numéro d’équilibriste toute cette aventure !

J’ai très peur des lendemains,je ne sais pas ce qu’ils seront, souvent je me dis que je suis folle de m’être lancée là dedans mais comme tu le dis, et je crois que c’est le plus important, il faut oser ! (gros travail sur soi pour se dire ça!)
Mais finalement l’échec c’est quand on n’a pas essayé!

Croisons les doigts pour la suite!

Merci Deedee !

Répondre

Je te comprends parfaitement… ! Moi aussi je me dis que je suis folle, souvent.

Mais je me dis aussi que je n’ai pas grand chose à perdre… et que si ça ne marche pas, j’aurais au moins essayé.

Bon courage à toi et oui, croisons les doigts, touchons du bois etc. ! ^^

Mon fils est en dernière année de communication/évènementiel et a déjà évoqué l’idée du free-lance. Je lui montrerai ton billet dans lequel on sent toute ta belle énergie.
Merci pour ces conseils et bonne continuation.

Répondre

Merci Chris, et bon courage à lui !

Et bien je te dis BRAVO pour tout ce travail accompli ! Moi qui ne suis qu’étudiante mais qui me consacre pleinement à mon blog je comprend ce que soit pas facile tous les jours! En plus une blogueuse c’est plusieurs métier à la fois, ça les gens l’oublient vite ! En tout cas je trouve ça bien que tu es réussi a faire ce que tu voulais et tu te sois lancée en freelance. Si un jour je me lance je reviendrais vite lire tes conseils ! (.. moi j’ai du mal à déléguer) . Et encore courage pour la suite 😉

xx, Clémence

Répondre

Blogueuse, c’est beaucoup de boulot, et pas uniquement les paillettes qu’on montre sur les internets 🙂

Tout à fait !

Bonjour, merci pour tes conseils sérieux, mais truffés d humour. Ça fait du bien d’ entendre parler de ce sujet de façon rigolote. Je prépare un projet en freelance. Merci

Répondre

Bon courage 🙂

Merci pour tous ces conseils précieux. j’en rajouterai un si tu me le permets : rester positive malgré les embuches et toujours croire en soi et en son projet !
Très belle journée ensoleillée!

Répondre

Oui oui ajoute, au contraire, les commentaires sont faits pour ça !

Bravo de t’être lancée et bon demi-anniversaire de free ! Et merci pour ces bons conseils, je vais les apprendre par coeur et surtout, les appliquer ! Tu as eu raison de prendre des bureaux : travailler de la maison, c’est vraiment difficile, je me sens bien souvent très seule, je vais vite aller voir le lien des bureaux à partager…

Répondre

Merciii !

J’espère que tu trouveras ton bonheur sur le site 😉

comme je me reconnais dans ton billet…6 mois aussi de recul pour nous, les bureaux j en rêve …mon appart me sort par les trous de nez, …ajoute à cela 2 gosses, un dans les pattes la plupart du temps et l autre à récupérer apres l école…total je travaille la nuit …le week end et en vacances …tu as raison, je commence a me dire de freiner un peu, tant pis si je loupe un truc la terre ne va pas s arrêter de tourner hein …on vivait bien sans » l internet  » avant…:) au plaisir de te rencontrer à l occasion pour échanger (j ajouterais un 8e conseil à la liste : bien préparer son speech pour justifier ses honoraires qui ne sont ni du vent ni de la geekerie..:)))bonne continuation Aude (on s est croisée chez Apple la semaine dernière)

Répondre

« bien préparer son speech pour justifier ses honoraires qui ne sont ni du vent ni de la geekerie »

TELLEMENT !

Bonne continuation à toi aussi 🙂

Félicitations ! Quelle belle aventure ! Tu es une véritable inspiration ! bravo et merci !!

Répondre

Merci Perrine !

Bravo Delphine !
J’approche de ma 4e année. Je ne sais pas combien de temps cela va continuer car la période est un peu difficile, mais je mets toute mon énergie pour que cela fonctionne.

Quoiqu’il en soit, c’est une formidable aventure.
En effet, difficile de s’imaginer à nouveau salarié quand tu as gouté à cette forme de « liberté ». Gérer son temps, ne pas avoir un boss à convaincre avant d’aller convaincre ton client… Je rejoins donc l’ensemble de tes points. L’entourage, l’audace, un bureau (j’ai fait 1 an 1/2 dans mon salon. Prendre un bureau a changé mon quotidien), prendre le temps et savoir déconnecter un peu (j’ai encore du mal…)

Je te souhaite de nombreuses années de succès !

Répondre

Merci mille fois Xavier ! (c’est chouette de te voir ici^^)

Merci pour cet article qui respire l’authenticité et l’honnêteté.

Ca me rappelle l’article que tu avais écrit au moment d’annoncer ton départ de Cosmo et ton entrée dans la nouvelle vie de blogueuse…La partie où tu disais qu’il fallait se méfier du YOLO, avoir une bonne dose de folie sans tomber dans l’inconscience 🙂

J’ignore si, un jour, j’aurai la chance de vivre de ma plume (et d’être donc free-lance), mais, en tout cas, je garde précieusement tes conseils au cas où 🙂

Répondre

Merci Liberty 🙂

Je te souhaite de trouver ta voie, quelle qu’elle soit !

Merci pour cet article !

Je suis en free depuis 15 ans, statut que je n’ai pas choisi à la base mais aujourd’hui je ne me vois pas du tout travailler en entreprise. Ce que je trouve le plus dûr, c’est les tâches administratives et les taxes qui vont avec. Parfois, c’est bien décourageant ! Depuis toutes ces années, mes amis plus les gens que je rencontre me demandent comment je fais pour travailler à la maison. Je ne trouve pas que ce soit si difficile ! Je travaille beaucoup mais à mon rythme…

Good luck pour la suite !

Répondre

Han la la, ne m’en parle pas… Je suis réfractaire à toute tâche administrative, ça fait partie de mes plus gros défis…

Merci pour tes encouragements et bonne continuation à toi (15 ans… WOW !)

Moi aussi je me suis lancée il y a peu de temps, merci pour tous ces conseils inspirants…
Comme tu le proposais je suis preneuse pour le contact de ton expert comptable, beaucoup de difficultés à en trouver un de confiance!
Merci!

Répondre

Je t’envoie ça 😉

C’est fou, je viens moi aussi de plonger tête la première dans un grand bain, mais celui du non emploi (pour l’instant)(mais suis en train de nager lentement mais sûrement vers celui de l’entrepreneuriat).
Tes conseils me seront très utiles, en tous cas ce sont ceux que j’essaie d’appliquer au quotidien en ce moment !

Répondre

Merci et bon courage à toi pour la suite !

Tu motives vraiment à dire vrai! Cela je me pose des questions quant à ma propre situation, je suis travailleur handicapé, salériée dans une grosse boite qui m’offre pas mal d’avantage mais je travaille a 1h30 de chez moi. J’ai envie de me lancé mais finalement est ce les bonnes raisons? je dois encore me poser les bonnes questions je suis frileuse. A un moment ma santé m’obligera à sois me rapprocher ou me bouger les fesses et me lancer. En tout cas je suis fasciné par ton courage car tu sais et tu savais que cela n’allait pas être facile mais t’y es allé! Et ça c’est cool! 😉

Répondre

Ah oui… 1h30 c’est clairement compliqué. J’ai mis 4 ans au bas mot à me lancer, prends le temps de mûrir ton projet, de prendre du recul… La décision finira par s’imposer à toi 😉

Super article !! Je m’y retrouve bien . Je suis photographe en AE et c’est vrai que se mettre à son compte c’est se lancer vers l’inconnu car tu ne peux jamais savoir exactement comment tu vas travailler et ce que tu vas gagner . Et quand tu as un prêt maison et des enfants tu n’as pas envie de faire n’importe quoi ! Ça fait 3 ans 1/2 que je suis installée et franchement je ne regrette pas une seconde ! C’est sûr il y a ces périodes de doute où tu bosses moins et où tu te poses 1000 questions , il y a ces mois où tu bosses comme une folle et où tu te sens dépassée , lessivée , complètement crevée ! ( en tant que photographe c’est en rapport aux saisons ). Mais il y a ce bonheur immense de te lever pour faire LE job que tu aimes , rencontrer des gens , toujours chercher à te dépasser , à évoluer . Il y a tous ces avantages de gérer tes journées comme tu l’entends ! Plus de souci pour prendre un Rdv , devoir demander au chef pour prendre un congé . Un enfant malade ? C’est moins galère pour le garder . Bref tu es libre ! Perso je gagne mieux ma vie que quand j’étais salariée donc c’est vraiment le pied jusqu’au bout .
Je te félicite pour ce que tu entreprends !
Tu as quel statut ? Tu es en AutoEntrprise comme moi ?

Répondre

Mon expert comptable m’a conseillé de choisir une EIRL. Je ne pouvais pas rester Auto Entrepreneur… MALHEUREUSEMENT.. !

Pour le reste, c’est bien résumé (même si j’enlève la partie enfant me concernant^^)

Bravo pour ces 6 premiers mois ! Tu es un exemple pour moi, je te suis depuis longtemps et je suis admirative de ton parcours 🙂
En fait je me retrouve au chômage depuis le 1er avril, et je le dis « pourquoi pas en profiter de me mettre à mon compte…? ». Du coup tes conseils me sont précieux !
Le plus difficile je trouve c’est où trouver des clients et des missions… Ta commerciale freelance elle prend d’autres clients ? 😉
En tout cas je te souhaite une très longue carrière en tant que freelance ^_^

Répondre

Ben, justement, j’en cherche une de commerciale freelance 🙂

Merci pour tes encouragements (même si je ne crois pas être un exemple !) et bonne chance pour tes projets, surtout.

Je me retrouve assez dans ce que tu dis. Pour ce qui est d’apprendre à relacher ou dire non, pour part, j’ai lu comme beaucoup La semaine de 4h, même si je ne me retrouve pas dans une bonne partie de ses méthodes je ne peux pas nier que ce livre m’a permit de me remettre en question. Maintenant je respecte mes compétences, je peux dire non et je me prend du temps et je m’en sors mieux financièrement qu’avant !

Répondre

Je n’ai pas encore lu ce livre, qui trône pourtant sur ma table de chevet depuis au moins 3 ans…! Mais tu me redonnes envie de le faire 🙂

Belle aventure que je suis de près car également tentée par le modèle pour plusieurs projets 🙂
Bonne chance, courage et tiens nous au courant c’est très intéressant

Répondre

Merci Bambi ! (j’adore ce pseudo^^)

Merci pour ce billet! Je trouve qu’il fait suite à la conférence de chez Apple sur les blogueurs! (Nous avions échanger lors de cet event)
Pour l’expert comptable, je ne savais pas qu’il pouvait aussi nous aider à choisir les statuts et nous aider à définir notre salaire… Je demanderais prochainement ces coordonnées alors!
Et l’espace de coworking tu as diablement raison, car je fais l’alternance entre bureau et canapé à la maison, et la case douche, vaisselle et autres reste secondaire… (Pas bien je sais!)
Merci pour cette franchise sur entrepreneuriat!

Répondre

Je t’en prie ! Bonne chance dans tes projets 🙂

Oh chouette cet article!!
C’est dur d’être en freelance..et le fait de bosser chez moi est un handicap. Je pense aussi à louer un local car je suis toujours tentée de faire autres choses. Mais bon financièrement je peux pas encore…On verra.
Merci et félicitation à toi!! Good luck pour le financement de DeedeeFactory 🙂 continue car c’est super!!

Répondre

Bon me revoilà, après la belle découverte de la Deedee Factory!
Encore un petit commentaire pour te féliciter du coup, j’avais pas du tout suivi!
Je le trouve parfait ton timing. Avec tes 10 ans d’expérience, ta plume, tes idées et ton réseau, ne t’en fais pas, ça va cartonner:)
Deedee Toujours indispensable même en temps de crise:)
Mille bises bichette!

Répondre

MERCI MILLE FOIS ma poulette ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram