Quand les grandes marques pillent les créateurs… Chapitre 2

L’année dernière, je vous parlais de cette regrettable affaire qui opposait une créatrice contre un géant de la grande distribution : Mango avait littéralement et impunément copié deux modèles de Velvetine sans autre forme de procès. La créatrice de la marque était bien entendu montée au créneau et avait tenté tant bien que mal de faire valoir ses droits. Las ! Anne-Cécile Couétil avait été condamnée à payer 6000 euros à Mango pour les avoir attaqué abusivement… In fine, je ne sais comment l’affaire s’est terminée.

Ce que je sais, en revanche, c’est que les exemples de plagiats sont de plus en plus nombreux. Bien malin qui ne s’y fait pas prendre : la semaine dernière, je repère un joli maillot sur le site de Jennyfer : une pièce, imprimé un peu barré, 19,99 euros. Hop, en quelques clics, il était mien. Je le reçois tout à l’heure, le déballe et toute à ma joie de découvrir cette pièce qui fleure bon l’été, l’immortalise sur Instagram et sur Facebook.

Et là, c’est le drame. Les réactions de plusieurs contacts sont sans appel : Jennyfer a copié un modèle initialement proposé par Albertine, un duo de créatrices de maillots de bain. Je suis sonnée, googlise immédiatement pour en avoir le coeur net et tombe nez-à-nez avec l’original :

Même forme, fronces incluses, imprimé très similaire… Avouez que la copie est plus que flagrante !

Alors bien-sûr, vous allez me dire que tout le monde ne peut pas débourser 170 euros, le prix du modèle signé Albertine, pour un maillot de bain. Moi la première ! Est-ce une raison suffisante pour copier impunément un modèle et le proposer à un dixième de son prix, brouillant tous les codes et piétinant ainsi le travail de création et de façon d’une jolie marque française ?

Ne nous y trompons pas, je n’ai pas eu le modèle Albertine (Biarritz, de son petit nom) entre les mains. Mais pour connaitre un peu la marque, même de loin, je sais que la qualité, l’usine dans laquelle il est fabriqué et le travail de création justifient ce prix.

Proposer un modèle largement similaire à 19,99 euros est une insulte à la création. Jennyfer emploie des stylistes… Dommage que ceux-ci copient plutôt que d’inventer d’autres jolis maillots à la façon et à la qualité certes moins haut de gamme mais propres à contenter celles, dont je fais partie, qui cherchent du petit prix inventif…

Commentaires

J’ai moi même vu ce maillot Jennyfer pas plus tard que vendredi, mais il n’y avait plus ma taille, et voilà que je tombe sur ton article…….

Répondre

Au-delà de l’esthétique que je trouve plus valorisante pour les femmes sur le modèle d’Albertine (qui prouve qu’elles y ont réfléchi, regardez où est la plage et où est la mer…) le procédé est du copiage est un mal infini et concerne tous les créateurs… La protection est très insuffisante et le public mal informé des dégâts que cela peut représenter y compris pour le moral.
Cependant les réseaux sociaux sont à date la meilleure arme pour décourager ce genre de pratique…. Clientes, modeuses, amatrices de création postez sur le réseau l’article ci-dessus, partagez-le puisqu’il fait justice aux créatrices. Puisque l’image est reine, copieur et créateur ne font pas bon ménage !

Répondre

C’est gerbant! BOYCOT. On a ce pouvoir, il faut l’utiliser, il faut défendre les jeunes créateurs, c’est un geste politique. et oui acheter ou ne pas acheter un maillot peut aussi etre un geste politique! Bravo Deedee de dénoncer ce vol!

Répondre

Je suis d’accord avec toi, c’est dommage que les stylistes de Jennifer n’aient pas plus d’imagination…

Répondre

ce maillot biarritz, j’en ai rêvé l’été dernier, vu à Hossegor dans les landes, mais je n’avais pas les moyens… Je dois avouer que souvent, je cherche les imitations des marques chez H&M et autre Zara, les dernières en date, les sneakers d’Isabelle Marrant que je ne peux me payer, trouvées à 35€ sur le web…. C’est mal? C’est toute une industrie de la mode qui fonctionne comme ça, surement très injuste pour les créateurs… mais comment faire?

Répondre

Je suis bien d’accord avec cet article mais en même temps c’est un modèle de l’année dernière introuvable moi même j’essaie en vain de le trouver même au prix de 170€ alors désolé comme Albertine ne le fait plus j’irai voir ailleurs…marre des modèles sold out

Répondre

D’après ce que j’ai compris ce soir, il est reconduit cette année.

La copie est flagrante, et je pense qu’elle va rencontrer un franc succès en profitant du large réseau de distribution de Jennyfer. Je n’achèterai pas, je n’ai pas les moyens d’acheter l’original mais je boycotte ces procédés, qui comme tu le fais remarquer, se multiplient.

Répondre

Tu a raison de profiter de cet espace pour dénoncer haut et fort ces abus. C’est inadmissible et le pot de terre contre le pot de fert perd toujours … Malheureusement
Merci pour elles en tout cas

Répondre

Je suis d’accord sur le fait que c’est trop facile de copier et irrespectueux vis à vis de la création. Cependant, pour être totalement honnête et pas hypocrite pour un sou, en tant que consommatrice à petit budget, je serais bien contente de pouvoir me procurer ce joli modèle, sur lequel j’avais par ailleurs craqué avant de savoir qu’il était une vilaine copie, pour une somme riquiqui. Et puis si on pousse le raisonnement jusqu’au bout, si je ne parle que pour mon cas, mais qui ne doit pas être un cas unique, si Jennyfer n’avait jamais copié et sorti ce maillot, je n’aurais de toutes façons jamais acheté le modèle original, trop cher pour moi. C’est pourquoi je pense que cela ne concurrence pas vraiment la marque d’origine selon moi.
Cela dit je conçois très bien que les créatrices défendent leurs droits et comprends aisément qu’elles puissent être en colère d’être ainsi « pillées ». Je les soutiens donc dans leur bataille.
De toutes façons j’ai trop grossi pour que ce maillot m’aille bien! ^^

Répondre

ça n’est pas l’achat qui concurrence in fine puisque, comme tu le soulignes, on achète pas un maillot à 19 euros comme on achète un maillot à 170 euros. C’est le principe de la copie qui me hérisse le poil : s’inspirer, c’est le jeu de la mode. Copier-coller, ça ne sert personne, en fin de compte. Et certainement pas les copieurs..

Vous savez comment et par qui s est fabriqué pour que ça arrive en France à ce prix là??? par des momes et des femmes traités comme de la merde et sous payé. On défile dans nos rues pour conserver nos » acquis » et on accepte qu à l autre bout du monde cette forme d’esclavage perdure. Alors oui c est cher , moi non plus je n ai pas les moyens de m offrir un maillot à 200 euros, et il faut dire qu il est bien joli ce maillot copié. Mais soyons réaliste, les marques font leur marge sur le dos de jeunes créateurs sur le dos d ouvriers esclaves. A t on vraiment envie d un maillot ou d’un jean à ce prix?

Répondre

Euh, moi, je me souviens que quand j’ai vu le maillot Albertine, j’ai pensé que c’était une copie des maillots d’une marque australienne (We are Handsome : wearehandsome.com/) qui a été la première à faire ces maillots avec impressions photo, notamment de plages… Alors, bon, la créativité, c’est très relatif. Bon, c’est vrai que là, le maillot est vraiment copié mais l’idée en tout cas n’appartient pas à Albertine…

Répondre

La photo sur maillot, non, sûrement pas. Mais en l’occurrence, les pièces se ressemblent beaucoup, quand même !

C’est un grand classique du genre, ce type d’histoire dans le prét-à-porter.C’est très très fréquent et un peu inévitable Delphine.
C’est très dur pour un styliste de ne pas être inspiré par un vêtement qu’on aperçoit dans une vitrine un jour, qui imprègne notre subconscient et qu’on ressort quelques semaines plus tard sur une feuille de papier sans se souvenir qu’on l’a vu quelque part en fait. Autant chez les créateurs, le temps passé à mettre au point des idées et des prototypes est long et sérieux, autant dans la fast fashion, les collections sont tellement énormes que les stylistes produisent à la chaine des idées sans avoir le temps d’ y réfléchir à 2 fois. Et souvent c’est le boss qui arrive avec les bras chargé de « shopping » pour inspiration.
Cependant, pour ce maillot, à décharge pour Jennyfer de reconnaître que ce n’est pas la première fois qu’il y a un maillot une pièce bustier à imprimé photo dans l’histoire du beachwear. Il n’y a rien de vraiment « original » dans ce modèle. De plus, ce type d’imprimé est proposé depuis plusieurs saisons dans les salons de tissus professionnels. Facile de faire imprimer des métrages de paysages sur un Lycra en Chine (car le tissu n’est certainement pas le même que celui d’Albertine à ce prix) et de faire un maillot une pièce avec.
Cela ne va pas être facile de prouver qu’il y a eu copie, il me semble.
Mais du coup, je découvre Albertine. Quelle jolie marque! J’ai vu qu’elle est présente à Nice, j’irai faire un tour.

Répondre

Merci pour ton commentaire Isabelle 🙂

Toutes les grandes marques copient en toute impunité, et c’est inadmissible. Certes, tout le monde n’a pas les moyens d’acheter les originaux, mais toutes ses marques ont des stylistes qui pourraient se creuser un peu la tête !

Répondre

@fredisblog non ça n’est pas un acte politique je regrette, il ne faut pas exagérer… Il s’agit d’une vulgaire histoire de vêtements, deux modèles très ressemblants probablement fabriqués dans un pays où la main d’œuvre est « bon marché ». Je ne fais pas l’apologie du copiage mais reconnaissons que la marque Albertine n’a rien inventé en créant ce modèle, conclusion : tout le monde imite tout le monde, c’est comme dans l’art, tout a déjà été fait. A méditer… En attendant, Dedee, j’apprécie tes prises de position. Bonne soirée. Des bises.
PS : et ton maillot « Jennyfer » tu vas le garder ? Nan je déconne désolée oups !

Répondre

Euh… Ouais, ce n’est pas bien du tout ! Je suppose que tu vas jeter ton maillot de bain Jennyfer à la poubelle, non ?!

Répondre

Je dois vraiment rendre des comptes ou bien ? …

Je comprends tout à fait ta démarche ! Je trouve ça complètement naz.
J’ai un autre exemple à te citer histoire d’en rajouter une couche : une fille qui s’éclate à reproduire à l’identique les bagues FRIANDISES de chez Morganne Bello. Elle vient carrément d’oser lancer sa boutique en ligne… Sans que personne ne remarque quoique ce soit.
Ayant déjà pas mal craqué pour les originales, je trouve ça effarant. La marque perd tout son charme… Puis surtout de sa valeur.
Je ne comprends pas que personne ne réagisse ou lui dise que ce n’est pas normal…

Répondre

Je suis tout à fait d’accord avec Isabelle, difficile de prouver la copie …d’autant plus que j’avais déjà vu fleurir ce type d’imprimé sur les plages australiennes depuis 2011 suite à la collaboration entre Speedo et un photographe de surf de Sydney (http://speedo.com.au/australia/categories/aquabumps-new-collection). C’est le premier exemple qui me vient à l’esprit, mais je ne serais pas étonnée si eux-mêmes ne s’étaient pas « inspiré » de qqun d’autre! Difficile de savoir qui a eu l’idée en premier dans certains cas, question que l’on pourrait bien évidemment aussi poser aux créateurs/trices de la marque Albertine 😉

Répondre

La question ne se pose même pas pour moi : pas les sous pour partir en vacances..
Et puis Paris plage en maillot, hein..ça la jamais fait 😉

Je suis d’accord avec toi Deedee mais malheureusement comme le cas de velvetine rien ne pourra empêcher les marques d’entrée de gamme de sauter sur le bon filon.
J’exerce cette industrie du plagiat mais je pense que la consommatrice lambda ne se pose même pas la question – une marque française confidentielle est inconnue d’elle.

Et les stylistes ont bien compris le principe.

Enfin, jelargirai le débat a beaucoup de choses en fait : la musique par exemple.

Mais bon je fais ma psy de comptoir la 😉

Gros bisous!
J’espère que tu vas bien!

Répondre

Si je ne me trompe pas les organisateurs du Big Festival à Biarritz avait pris le maillot comme affiche pour le programme. Et j’avais adoré cette affiche, elle a tellement été vu que c’est surement pour ça que les styliste de Jennyfer ont pris le filon et se sont jetés sur ce magnifique maillot. Mais bon de là à le plagier complètement faut pas exagérer … Je garderais le maillot en affiche vu le prix ^^ En tout cas j’aime bien ce genre d’articles, on fait plus attention quand on voit des copies conformes …
Bisous 🙂

Répondre

Je suis d’accord avec toi sur le principe…
Mais souvent les grandes marques proposent des prix bien trop chers aussi que toutes n’ont pas les moyens de s’offrir et qui dépassent souvent largement l’entendement. Même si la qualité est bonne ect ils sont toujours vendus bien plus chers qu’ils ne coutent. C’est le principe du commerce bien sur, mais il faut pas s’étonner que d’autres marques s’inspirent de leurs modèles pour les proposer moins chers. Je ne dis pas que c’est bien. Je dis juste que tant qu’il y aura de la demande, il y aura de la fabrication.

Coline ♡

Répondre

Et elle aussi, si elle monte au créneau, elle devra finalement débourser 6000€ pour avoir osé défendre ses droits contre une grande marque ?
C’est lamentable.

Répondre

Je rejoins complètement ce qu’a dit Isabelle.
Ce sont les créateurs qui font la mode… et il est normal que le prêt à porter s’inspirent. C’est le jeu, sinon les pièces hit et mode ne seraient jms dans ces enseignes.
Il en a été de même avec les sneakers ou les autres pièces hit Isabelle Marrant, les escarpins Gladiator etc…
Là, effectivement il y a très très grosse inspiration, mais la photo est différente, donc je ne pense pas que l’on puisse appeler ça copiage.
Je comprends tt à fait que les créateurs soient en colère, mais c’est la rançon du succès. Et puis, les pièces des créateurs ne s’adressent pas à la même clientèle.
Par contre, il est clair que d’un côté, le produit est fabriqué en France, avec de belles matières premières. Et de l’autre, c’est fabriqué en Chine, par des petits gamins exploités, avec des produits de mauvaises qualités…
D’un côté, ce sont des pièces que l’on garde à vie… de l’autre, c’est de la mode jetable !

Répondre

Fabriqué en France ca veut pas dire grand choses, beaucoup de marques francaises disent fabriquer en France mais font printer en chine leurs produits. Et puis ca me fait bien rire, on dirait que vous découvrez tous la mode. la grande distribution s’est toujours inspirée des créateurs. Les créateurs sortent un produit nouveau, et chere, et la saison d’après la grande distribution sort le meme ou quasi, bien moins chere. Comme dit par Annesofi, ca ne s’adresse pas a la meme clientele. Quand a l’histoire de la fabrication des produits par des petits chinois, ne vous y trompez pas les produits de grandes marques y font appel tout autant que la distribution, et meme certain créateurs !

Répondre

Bien vu…
J’ai récemment réalisé un article du même genre sur Zara, donc je lis avec attention ce que tu dis !
J’adore ce maillot de chez Jennyfer, mais j’avoue que même si les clientes, nous, ca nous arrange bien, c’est quand même pas très sympa de la part des marques de copier des jeunes designers… Mais j’imagine que c’est le business qui veut ça…

Annaïs

Répondre

Tout à fait d’accord ! Les petits prix ne devraient pas rimer avec petit (sans?) esprit créatif !

Répondre

mais tu vois du coup grace à ton article je découvre « albertine » 🙂 très très jolie marque et je me laisserai bien tenter…

Je suis d’accord avec @fredisblog, nos achats peuvent aussi etre « politiques » en tant que consommateur on a au moins ce pouvoir-là. Moins (beaucoup) de cochonneries chinoises à 19,90 et plus de jolies choses peut-être plus chères mais fabriquées en France. Facile à dire sur le papier et puis après il y a le principe de réalité….

bonne journée (et félicitations pour ton livre, il est chouette)

Répondre

Merciii ! <3

Pour le reste, bien sûr qu'on a une responsabilité en tant que consommateur. Mais ça n'est pas une raison pour que les grandes marques agissent à tort et à travers. L'exemple d'Albertine est assez éloquent à ce titre : combien de clientes de Jennyfer connaissent Albertine et donc, refuserons d'acheter ce maillot ? (je ne parle même pas de celles qui connaissent la marque et qui achèterons quand même le maillot parce qu'elles ne peuvent pas se permettre de débourser 170 euros pour un maillot).

Ce qui est dommage je trouve c’est surtout que Jenyfer aurait pu avoir un comportement plus élégant en proposant par exemple une collaboration à Albertine et une mini ligne spécialement pour leur marque comme HM le fait parfois…
C’est une façon plus juste je trouve d’offrir aux consommateurs un peu du rêve et du savoir faire des créateurs à un prix abordable…

Répondre

le plus dommage à mon avis, c’est que les créations « originales » sont souvent inabordables! Le vrai problème et je suis ‘accord avec toi ce sont les stylistes qui doivent trouver des choses innovantes à moindre coût! un vrai challenge!

Répondre

Tout simplement scandaleux! Merci de rétablir la vérité à propos de ce maillot, que j’aurais pu acheter s’il n’avait pas été un plagiat malhonnête …

Répondre

Je l’ai acheté il y a un mois, super contente de ma « trouvaille ».
Et puis finalement la raison l’a emporté sur l’envie et je l’ai ramené hier chez Jennyfer.
En fait j’avais eu l’occasion d’essayer le Albertine l’année dernière et je l’avais trouvé très bien coupé et d’une belle qualité … rien à voir avec le Jennyfer qui brille trop et qui aplatit la poitrine malgré la coque rembourrée 🙁
Du coup pas de regret.

Répondre

Ton coup de gueule aura permis le retrait du maillot sur le site, il n’y est plus ! Bravo Deedee ! 😉

Répondre

N’est ce pas ce que Zara ou H&M font avec les collections de grands couturiers !? je vois pas trop le problème en fait…Par contre quand Zara justement, utilise des photos de blogueuses pour un imprimé de tee shirt sans leur accord, ça c’est vraiment dérangeant !
Après pour ce qui est du sujet, pour moi, on tombe dans un autre domaine, qui est celui de l’éthique : acheter français, préférer la qualité à la quantité ( s’acheter un seul maillot par exemple), soutenir les créateurs qui font du bel ouvrage, etc…

Répondre

Je lis plus haut un com : jette ton maillot : si tu le fais tu me mailes avant !!!
Moi non plus je n’ai pas les 170 euros à mettre dans un maillot que je porterais à la mer 7 jours, et le reste à la piscine municipale couverte : les glandes non ??
Alors 20 euros why not, d’ailleurs je cherche un dans cet esprit pas de bol y’en a plus chez jennyfer en ligne !!!
Merci pour ton com’ !!

Répondre

OUI à l’achat « politisé » ! les filles, pitié, achetez moins mais mieux ! Recyclez ! Troquez ! Fouinez ! Cherchez surtout plus loin que le bout de votre nez ! (et que les enseignes de high street)!
Sinon, je me permets de corriger un point de l’article : ce ne sont pas les stylistes qui manquent de créativité… ce sont les « boss » des grosses enseignes qui les obligent à copier… être styliste dans le fast fashion, c’est être réduit, sous ordre, à acheter une pièce sympa et l’envoyer dans une usine asiatique avec un post-it « please copy exactly this » 🙁

Répondre

Chez Jenyfer justement j’ai retrouvé la copie conforme de mon maillot de bain Victoria’s Secret qui m’a coûté un oeil. Je trouve ça honteux !

Répondre

Bonjour,
Je ne me manifeste jamais, mais je te lis régulièrement…
Je ne suis pas créatrice, mais une folle de diy. Bref, j’avais fait un T-shirt il y a deux ans, rien de très original si on n’en regarde que le thème (une déclinaison de drapeau américain) avec feutres pour tissu et teinture technique batik. J’ai réitéré l’expérience en septembre dernier, et j’ai posté le résultat sur Instagram dans la foulée.
Et voilà qu’il y a quelques jours, je retrouve le même rendu sur un T-shirt Cache-Cache !!!!! Absolument identique ! La fabrication n’est pas artisanale et les techniques utilisées ne sont pas les mêmes que les miennes, mais tout de même, cela m’a fait très bizarre…
Bon, je ne suis pas parano, ni créatrice, ni procédurière, et je ne suis bien sûr pas certaine d’avoir été copiée (je n’ai pas cette prétention, en fait), mais je suis mal à l’aise quand je pense à ça. J’imagine que vu que je ne suis personne, je n’aurai pas gain de cause, le thème est qui plus est tellement vu et revu… Mais bon, je rejoins d’autant mieux ta dénonciation !

Répondre

Je ne pense pas que Jennyfer ai enlevée le maillot de bain a ton article mais plutôt parce qu’il sont en justice avec la créatrice, de plus une vendeuse m’a dit que le maillot n’est plus produit donc les seuls qu’il reste sont en boutique et ils n’en recevront plus aucun.

Répondre

Bon là permettez moi de rigoler….Albertine a pompé ce maillot à We are Handsome, la marque australienne de maillots de bain qui a clairement remis sur la carte les maillots une piece imprimé avec …une plage et un bord de mer..

Alors coté foutage de gueule, je préfere encore celui qui le vend a 19 euros qu’a 170.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram