14 livres à glisser dans votre été

©Thought Catalog

Tadaaam ! Comme chaque année, j’attends de pieds fermes les vacances entre autres parce qu’elles me permettent de lire, enfin, jusqu’à la lie ! Essais, romans, bédés, livres pratiques… Je  m’adonne facilement à tous les genres pour peu que le sujet m’intéresse. Je n’ai pas non plus envie de céder à trop de facilité, je ne vois pas en quoi se détendre la couenne rimerait avec se détendre de l’intellect… au contraire : avoir enfin du temps pour soi permet justement d’aborder des lectures peut-être moins légères !

Voici donc quelques lectures que j’avais envie de partager avec vous : j’ai lu certains de ces livres, d’autres pas encore. Ce sont donc des pistes à ajouter à vos envies plus que des recos !

Le cas Zero, Sarah Barukh

Ce que dit la Quatrième de couverture :

Tout commence par un cas. Incompréhensible et inquiétant. Une série de symptômes incohérents et d’une gravité extrême. Laurent Valensi, médecin à l’hôpital Saint-Louis, ne sait comment soigner son patient, un certain Ali Benyoussef.
Déchiré entre sa famille qui veut le protéger d’une éventuelle contamination et un chef de service sans scrupule, il se lance dans une course contre la montre. En dépit de ses doutes, et face aux menaces qui pèsent chaque jour un peu plus sur lui, il va se battre pour sauver cet homme et faire éclater la vérité : si ce patient était le cas zéro de la  terrible épidémie qui fait rage aux Etats-Unis et que l’on appelle « le cancer homosexuel » ?
Un thriller angoissant où Sarah Barukh, l’auteur de Elle voulait juste marcher tout droit, nous tient en haleine de la première à la dernière page.

MON AVIS : 

J’ai adoré ce récit parfaitement maîtrisé, j’adore la plume de Sarah, une connaissance des internets !, simple mais jamais simpliste et toujours super bien documentée. J’avais déjà dévoré son premier roman, Elle voulait juste marcher tout droit.  Ici, elle aborde le sujet des premiers cas de malades du Sida sous forme d’intrigue quasi policière : lisez-le, vraiment, vous passerez un bon moment !

Le Cas Zéro, Sarah Barukh

Dans la combi de Thomas Pesquet, Marion Montaigne

Ce que dit la Quatrième de couverture :

Le 2 juin dernier, le Français Thomas Pesquet, 38 ans, astronaute, rentrait sur Terre après avoir passé 6 mois dans la Station spatiale internationale. La réalisation d’un rêve d’enfant pour ce type hors-norme qui après avoir été sélectionné parmi 8413 candidats, suivit une formation intense pendant 7 ans, entre Cologne, Moscou, Houston et Baïkonour? Dans cette bande dessinée de reportage, Marion Montaigne raconte avec humour ? sa marque de fabrique ? le parcours de ce héros depuis sa sélection, puis sa formation jusqu’à sa mission dans l’ISS et son retour sur Terre.

MON AVIS : 

Je l’avais vu passer plein de fois déjà ici et là. Le sujet ne m’inspirait pas spécialement. Au hasard d’un week-end dans ma famille, le livre trainait sur la table basse. Je commence à le feuilleter, pour voir.. Je n’ai pas réussi à m’en décrocher ! C’est drôle à tendance hilarante, intelligent mais pas chiant ni prétentieux. Grosse grosse fan !

Dans la combi de Thomas PesquetMarion Montaigne

Et toi tu t’y mets quand ? Myriam Levain

Ce que dit la Quatrième de couverture :

A travers un texte autobiographique, drôle, engagé et parfaitement documenté, Myriam Levain nous plonge dans une expérience singulière et ultra contemporaine : la congélation de ses ovocytes. Par le biais de son parcours, elle aborde ses questionnements de trentenaire sans enfant mais également ceux, parfois très différents, de ses proches. Son témoignage puissant mêle réflexion personnelle et enquête sur l’injonction à la maternité qui pèse toujours autant sur les femmes. Le récit émouvant de son aventure de PMA en France et à l’étranger, est enrichi d’interviews de spécialistes qui éclairent d’un jour nouveau les modèles très normés de la maternité et de la famille : une femme peut être épanouie sans enfant, toutes ne sont pas prêtes pour être mères au même moment, il existe d’autres chemins de vie et, surtout, les femmes devraient être libres de faire leurs propres choix. Toujours.

MON AVIS : 

J’ai commencé à le lire, le sujet m’interpelle. Je vous dirai quand j’aurais terminé !

Et toi tu t’y mets quand ? Myriam Levain

Vernon Subutex (Tome 2), Virginie Despentes

Ce que dit la Quatrième de couverture :

On retrouve Vernon, toujours SDF, et mal en point. L’ancien disquaire est déconnecté du monde réel, sans ambition ni projets. Il apprend à vivre dans la rue, au côté de Charles, un poivrot collant. Les anciens amis de Vernon continue de le traquer comme il possède l’interview inédite du rockeur Alex Bleach, enregistrée peu avant sa mort…
Une formidable suite après un premier tome salué par une presse unanime et plusieurs fois primé.

MON AVIS : 

Je n’ai pas encore lu le tome 2 mais j’ai pris une grosse claque avec le tome 1 ! J’ai adoré la fresque dépeinte par Despentes (eh bim l’allitération !) (la meuf se la pète) (moi hein, pas l’auteure) (notez que je n’en sais rien, au fond) (comment ça GET TO THE POINT ?!) et que j’ai hâte de retrouver Vernon et sa clique.

Vernon Subutex (Tome 2)Virginie Despentes

La domination masculine, Pierre Bourdieu

Ce que dit la Quatrième de couverture :

La domination masculine est tellement ancrée dans nos inconscients que nous ne l’apercevons plus, tellement accordée à nos attentes que nous avons du mal à la remettre en question.La description ethnographique de la société kabyle, conservatoire de l’inconscient méditerranéen, fournit un instrument puissant pour dissoudre les évidences et explorer les structures symboliques de cet inconscient androcentrique qui survit chez les hommes et les femmes d’aujourd’hui.Mais la découverte des permanences oblige à renverser la manière habituelle de poser le problème : comment s’opère le travail historique de déshistorisation ? Quels sont les mécanismes et les institutions, Famille, Église, École, État, qui accomplissent le travail de reproduction ? Est-il possible de les neutraliser pour libérer les forces de changement qu’ils entravent ?

MON AVIS : 

Je l’ai lu il y a bien longtemps, j’ai envie de m’y atteler à nouveau. Parce que le sujet mérite bien qu’on le nourrisse régulièrement… !

La domination masculinePierre Bourdieu

Ce que la vie m’a appris, Perla Servan-Schreiber

Ce que dit la Quatrième de couverture :

Je sais peu de choses. À 73 ans, j’ai juste acquis ce qu’il faut de sérénité pour conclure tardivement : la vie est plus simple qu’on le croit. Ce petit livre est né de conversations avec de jeunes amies dont je pourrais être la grand-mère. Leurs questions étaient nombreuses, pratiques, émouvantes, neuves et éternelles à la fois ; leur curiosité de « la vie d’avant », sans limites. Ici, je partage avec elles, et avec vous, ce que la vie m’a appris. Sur une quarantaine de sujets, je transmets quelques « points d’or », mes essentiels, esquissés dans le désordre, comme des instantanés stockés dans une boîte à chaussures que l’on découvre un jour où l’on cherchait autre chose. Surgissent quelques réponses, des découvertes, tant de sensations… mais des mystères demeurent. Aujourd’hui, je poursuis ma route, celle qui me rapproche de mon ambition intime : l’acceptation joyeuse de la réalité.

MON AVIS : 

Acheté cet hiver et pas encore ouvert, hâte de lire ce qui passe pour être une bible sans prétention.

Ce que la vie m’a appris, Perla Servan-Schreiber

Mistral perdu ou les évènements,  Isabelle Monnin

Ce que dit la Quatrième de couverture :

C’est une histoire intime, deux sœurs grandissent ensemble dans la France provinciale des années 1980  ; et puis l’une meurt.
C’est une histoire politique, on croit qu’on appartient à un tout  ; et puis on ne comprend plus rien.
C’est l’histoire du je et du nous, ces deux-là s’intimident, ils se cherchent, parfois ils se trouvent  ; et puis ils se déchirent.
C’est l’histoire de valeurs, elles disent qui on est  ; et puis elles se laissent bâillonner.
C’est l’histoire d’un chanteur préféré, tendre et rebelle  ; et puis il finit par embrasser les flics.
C’est l’histoire d’un hier, où ne comptait que le futur  ; et puis des aujourd’hui, malades du passé.
C’est l’histoire d’un monde qui se croyait fort et paisible  ; et puis il réapprend la haine.
C’est l’histoire qui nous arrive  ; et puis l’impression de ne plus y arriver.
C’est une nostalgie, sans doute, mais pas seulement  : dans la mémoire de ce qui fut, demeurent peut-être les graines de ce qui renaîtra, après la catastrophe.

MON AVIS : 

Pas encore lu !

Mistral perdu ou les évènementIsabelle Monnin

La disparition de Stéphanie Mailer, Joël Dicker

Ce que dit la Quatrième de couverture :

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses.
Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer ?
Qu’a-t-elle découvert ?
Et surtout ? : que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?

MON AVIS : 

Pas encore lu, mais l’auteur m’avait bien plu.

La disparition de Stéphanie MailerJoël Dicker

S’habiller (avec) éthique, Redress

Ce que dit la Quatrième de couverture :

Parce qu’il est possible d’allier la mode à l’éthique, ce guide fait réfléchir le lecteur à ses comportements dans le domaine vestimentaire, et lui donne les clés pour les améliorer.

Avec ses conseils pratiques et les avis inspirants d’entrepreneurs, mannequins et influenceurs, S’habiller (avec) éthique guidera chacun sur le chemin d’une consommation responsable.

ACHETER mieux et faites des choix plus responsables en magasins.

PORTER ses vêtements de manière plus créative et réutiliser les trésors perdus dans les profondeurs de sa garde-robe.

ENTRETENIR plus éthiquement ses vêtements, grâce à des techniques plus vertes.

ÉLIMINER certaines tenues par le don, le recyclage, l’échange, mais sans passer par la case poubelle.

MON AVIS : 

La BIBLE de la mode éthique et responsable, qui propose énormément d’outils, des conseils et astuces toutes mâtinées de bon sens et pas moralisatrices pour un sou. Le tout est servi par une maquette parfaite : A lire absolument !

S’habiller (avec) éthiqueRedress

Libérées, Titiou Lecoq

Ce que dit la Quatrième de couverture :

« Un jour, je me suis demandée  : pourquoi est-ce moi qui ramasse les affaires qui traînent  ? Je n’ai trouvé qu’une seule réponse. Parce que je suis une femme qui vit avec un homme et deux enfants et que, conséquemment, les corvées, c’est pour ma gueule.
Être une femme, ce n’est pas seulement l’idéal de minceur et de cheveux qui brillent, c’est le souci permanent des autres et du foyer, c’est être sans cesse ramenée à la saleté, aux taches, à la morve.  L’égalité serait déjà là, mais les femmes conservent la conviction intérieure qu’elles doivent s’occuper de tout et tout le monde, et d’elles en dernier, s’il reste cinq minutes à la fin de leur triple journée.
Cette féminisation de la sphère privée implique une autre conséquence  : l’espace public est toujours masculin. Peut-on se dire égaux quand la moitié de la population adapte ses vêtements en fonction des transports et fait attention à ne pas être seule la nuit dans la rue  ? Et si le combat féministe devait encore et toujours se jouer dans la vie quotidienne de chacune et chacun, chez soi, dans sa propre maison, devant le panier de linge sale  ?

MON AVIS : 

Pas encore lu, mais le sujet me chatouille, vous vous en doutez 🙂

LibéréesTitiou Lecoq

My Absolute Darling, Gabriel Tallent

Ce que dit la Quatrième de couverture :

À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie. My Absolute Darling a été le livre phénomène de l’année 2017 aux États-Unis. Ce roman inoubliable sur le combat d’une jeune fille pour devenir elle-même et sauver son âme marque la naissance d’un nouvel auteur au talent prodigieux.

MON AVIS : 

Pas encore lu !

My absolute darlingGabriel Tallent

Une vie, Simone Veil

Ce que dit la Quatrième de couverture :

Simone Veil accepte de se raconter à la première personne. Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée, en France et à l’étranger ; son autobiographie est attendue depuis longtemps.
Elle s’y montre telle qu’elle est : libre, véhémente, sereine.

MON AVIS : 

Au rayon des « livres à avoir lu au moins une fois de sa vie », celui-ci tient évidemment une place de choix.

Une VieSimone Veil

 

Un été avec Homère, Sylvain Tesson

Ce que dit la Quatrième de couverture :

« Au long de l’Iliade et de l’Odyssée chatoient la lumière, l’adhésion au monde, la tendresse pour les bêtes, les forêts – en un mot, la douceur de la vie. N’entendez-vous pas la musique des ressacs en ouvrant ces deux livres ? Certes, le choc des armes la recouvre parfois. Mais elle revient toujours, cette chanson d’amour adressée à notre part de vie sur la terre. Homère est le musicien. Nous vivons dans l’écho de sa symphonie. »

MON AVIS : 

Pas encore lu mais j’aime là encore les écrits de l’auteur !

Un été avec HomèreSylvain Tesson

 

Fatigue, et si on apprenait vraiment à se reposer ?, Léonard Anthony et Adrian Chaboche

Ce que dit la Quatrième de couverture :

30 000. C’est en moyenne le nombre de jours que nous passons sur terre. En connaissance de cause, souhaitons-nous vraiment continuer à épuiser nos journées en les enlisant dans des habitudes contraires à notre épanouissement ?
Nous sommes fatigués de trop travailler ; fatigués de ne pas trouver le sommeil ; fatigués de chercher l’âme-sœur ; fatigués d’élever des enfants qui deviendront des adolescents épuisants ; fatigués de lutter contre les maux et les douleurs ; d’être disponible en permanence, smartphone à la main… Et si nous faisions de notre fatigue une alliée ?
Dans ce voyage au cœur de la fatigue, Léonard Anthony, avec Adrian Chaboche, propose d’aller à sa rencontre plutôt que de la combattre

MON AVIS : 

Reçu en service de presse cet hiver, il m’a un peu laissée indifférente avant que je le vois passer ici ou là. Je compte bien profiter de ces jours de relâche pour m’y atteler.

Fatigue, Et si on apprenait vraiment à se reposer ? Léonard Anthony et Dr Andrian Chaboche

Voilà, c’est tout pour le moment ! J’avais déjà fait plusieurs listes de livres si vous cherchez encore de l’inspiration, notamment :

bref, deux trois choses à vous mettre sous la dent.

Et vous, qu’allez-vous lire cet été ? En tant que lectrice estivale compulsive, je prends toutes vos pistes !

Commentaires

Excuse moi mais je ne vois pas l’interêt denous « recommander » des livres sur lesquels tu n’as pas d’avis puisque tu ne les as pas lu….

Répondre

J’en ai lu une partie. Les autres constituent des pistes, comme indiqué 😉

Tu trouveras en outre au moins une bonne 50taine de livres lus et recommandés dans les liens que j’ai indiqués un peu plus bas.

Bonne lecture !

parmi les livres que tu présentes je n’ai lu que Une vie. je le recommande à qui je peux, dès que je peux !

Répondre

J’ai lu My absolute darling qui est très violent et que j’ai aussi beaucoup aimé.
Le tome 2 de Vernon Subutex m’a déçue.
Liste très éclectique de Bourdieu à Dicker…
Je viens de finir American Girl dont je ne dévoilerai pas toute l’intrigue mais qui aurait pu trouver sa place ici (entre #metoo et Columbine).

Répondre

Moi aussi j avais été plutôt déçue par le 2e tome de Vernon… Mais pas par le 3, qui m a re-embarquée ! Et comme c est apparemment l inverse de beaucoup de lecteurs (de ce que j ai pu lire de ci de là), tente le 3 quand même, si ça se trouve c est propre aux Sophie 😉

Dans ta liste, avant même d’en prendre connaissance, j’ai déjà lu l’un d’entre eux : Ce que la vie m’à appris de Perla Servan Schreiber. J’avoue que j’aime bien ce livre, parce qu’il se lit relativement facilement mais également il n’est pas trop prise de tête. Je trouve que perla amène facilement, et à sa manière, à réfléchir sur différents aspects de la vie

Répondre

Je te recommande vivement « L’homme craie » de C.J Tudor, un thriller drôlement bien ficelé que tu devrais dévorer, si tu aimes les nouvelles, « Microfictions 2018 » de Régis Jauffret, 1000 pages de nouvelles courtes délicieusement cinglantes ou encore « Underground railroad » de Colson Whitehead, c’est vraiment passionnant. J’ai comme toi « My absolute darling » à lire, je te dirai si j’ai apprécié, les avis sont partagés. Bisous et bel été en lecture
Caro

Répondre

Liste très intéressante et enrichissante…

Répondre

Je viens de terminer le livre Sapiens de Yuval Noah Harari et j’ai adoré ! Ce n’est pas un livre que je conseillerai à tout le monde car il ne tourne pas autour d’une histoire avec un personnage, c’est plutôt un condensé de connaissances mélangé à de la psychologie (pourquoi réagissons-nous comme ça maintenant ? car à cette époque nous étions comme ceci ..). Au vue de tes lectures je remarque que tu aimes bien ce qui traite de la place de la femme dans la société, non ? L’auteur traite aussi cette question en partant de loin ! Enfin bref c’est un livre que je recommande 🙂 ,
Et de ta sélection, je pense que celui de Sylvain Tesson me plairait beaucoup !!

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Praesent ipsum fringilla id, mi, Praesent nunc tempus luctus mattis sed