Le bonheur, c’est parfois aussi simple qu’un vieux pot de colle

Regardez bien ce petit pot, là, sur la photo. Il ne vous dit rien ? Vraiment rien ? Vous ne sentez pas l’odeur indéfinissable et pourtant totalement addictive qui s’en dégage ?!

Ah, nous y voilà : oui, il s’agit bien d’un pot de colle Cléopâtre ! Celui-là même qui nous accompagnait sur les bancs de l’école et qui nous offrait des moments d’évasion pendant les heures de cours, à grand renfort de sniffage intense.

A l’instar des Balistos, ce petit pot de colle est l’une de mes nombreuses madeleines. Il est venu à moi, l’air de rien et au hasard de mes pérégrinations dominicales. D’un seul coup d’œil, nous nous sommes reconnus.

D’une main experte, j’ai tourné le capuchon et j’ai guidé le pot jusqu’à mon nez. Fébrilement, j’ai porté le pot à mes narines : tant d’années s’étaient écoulées… Serait-il toujours aussi séduisant ? Me permettrait-il de le flairer à nouveau jusqu’à plus soif ?

Le cœur lourd d’un espoir mêlé d’appréhension, j’ai sniffé mon petit pot. Tout doucement, d’abord. Pour vérifier. Et puis, aux prises avec une émotion grandissante, je l’ai humé à pleines narines, jusqu’à m’en étourdir : c’était bien lui, intact, tout droit issu de ma mémoire.

Et, d’un coup, mes jeunes années ont refait surface. Madame George, les pupitres, la cour et son préau, la Shiraz qu’on m’avait volé à mon anniversaire, l’immense rampe qui menait au premier étage, cette odeur un peu rance qui émanait de la classe, Pascaline la morue qui distribuait les coups de pieds et tellement de choses encore…

Alors, je l’ai refermé. Et je l’ai glissé dans mon sac pour me faire un shoot de bonheur à tout moment.

Commentaires

Vraiment mignon tout plein ce petit billet !
Et tu l’as dégoté où ce petit pot de colle que je puisse à mon tour aller refaire un tour dans ma chère école élémentaire ?

Répondre

Dans une boutique à Toulouse !

Ah ! Cette odeur inoubliable de frangipane…..

Répondre

Je te conseille le parfum de Jean-Charles de Castelbajac. Il s’est inspiré de cette colle pour le créer. C’est étonnant !

Répondre

oh ouiiii, moi aussi il me faut un petit pot de colle, mais après tu te souviens, elle sèche et craque…..la mémoire olfactive, c’est dingue, ça transporte…..je vais suivre le conseil de Naïma et aller sentir ce castelbajac que je ne connais pas….

Répondre

Très joli billet… On ne peut que se reconnaître ! (J’espère que tu l’as récupérée, ta Shiraz…)

Répondre

Bien sûr que je l’avais récupérée ! Manquerait plus que ça, tssssss !

Moi aussi, j’adore cette odeur… Et d’ailleurs, l’odorat est le plus régressif de nos sens, c’est pour cela que nombre de très vieux souvenirs nous reviennent par l’odorat, comme Proust le décrit extraordinairement dans le premier tome de la Recherche du temps perdu. Désolée de ramener tout à Proust, mais si tu parles de souvenirs olfactifs, je ne peux pas m’en empêcher. Moi aussi, j’ai vécu ce que tu évoques… avec du chocolat Poulain…

Répondre

Ne sois pas désolée, je partage ton penchant pour l’écrivain 😉

Ah!! Que de souvenirs effectivement 🙂
Par contre, le pot n’était pas bleu à l’époque avec une petite Cléopâtre dessinée dessus?

Répondre

J’suis née un peu tard pour connaître la colle Cléopâtre, mais en revanche, des madeleines j’en ai aussi, notamment une vieille boîte de cirage à chaussure… que j’ai eu dans mon sac à main un certain temps pour pouvoir me shooter quand je le voulais… Du grand kiff !

Répondre

Aaaaah cette délicieuse odeur d’amande. Je confirme les dires de Naima, j’ai eu Doudou de Castelbajac et il porte très bien son nom (par contre je ne le retrouve plus…)
Sinon, dans le genre Madeleine, les polycopiés à l’alcool c’est pas mal non plus, je ne sais plus en quelle occasion j’en ai eu dans les mains récemment mais ce fut instantané! ^^

Répondre

Y a toujours une morue pour refiler des coups de lattes pendant la récré ! ^^
Cléopâtre addict comme toi sinon…

Répondre

L’odeur de ce pot de colle est trop trop addictif !
Je me souviens que certains de ma classe le sniffaient réellement 😀

Mes petites madeleines olfactives sont sans conteste la colle cléopatre et la pâte à modeler Play Doh 😀

Répondre

Ah ça existe encore ??!!! Trop cool.
Dans le même registre : les photocopies à l’alcool un peu humides. Ça c’était carrément un shoot : ça faisait tourner la tête !!
Tu as connu ça ou tu étais un peu jeune ?

Répondre

Exact ! Je me souviens aussi de ces polycopiés 🙂

Comme Miss Brownie, j’ai des souvenirs émus de la pâte à modeler et du petit pot de colle. Ce qui est encore plus chou, c’est de voir nos enfants commencer à jouer avec, comme nous 😉

Répondre

Effectivement, ils ont dû changer le design du pot, parce que celui-ci ne rappelle rien.
Sinon, c’est bien vrai que l’odorat peut nous faire replonger à une époque en une demi-seconde. Pour ma part, j’ai gardé des fonds de bouteilles de parfum du collège et du lycée, j’adore les renifler de temps en temps, tous les souvenirs déboulent d’un coup !

Répondre

Je m’en suis avalée des tonnes de la colle Cléopâtre…
Je regrette ce design de pack bien éloigné de mon enfance, mais bon il faut vivre avec son temps (Tiens on dirait ma grand-mère qui parle:s)

Répondre

Idem, dans ma mémoire, il était bleu (Sardou, sors de ce corps…). Mais en la matière, peu importe le flacon tant que l’odeur, elle, est bien là !

haaaaaaaa!! il me le faut (à mon époque il etait bleu!)….

son odeur…. ma madeleine de proust…

Kiss deedee

Répondre

Idem, bleu également à mon époque 🙂

mpff le coup marketing de marquer sur le pot " avec l’odeur d’amande " c’est naze.. mais raaa ça sentait bon cette colle dis donc

Répondre

En suisse on avait la colle Pélikan… odeur amande aussi… que de souvenirs!

Répondre

halala !! on en mangerait (presque) ^^ mais ou as-tu dégotté cette petite merveille ?

Répondre

Ahhh, cette odeur. Je me rappelle aussi que cette colle ne collait pas… Je me rappelle l’avoir goûtée tant son odeur était magique. Mais le goût n’avait rien à voir : beurk !

Répondre

Bravo à ceux qui se souviennent du bleu ! Maintenant ça me revient : un bon vieux bleu Frrrrrrance. Vive la République et vive l’école laïque !! (Ou comment "pourrir" ton blog, Deedee, d’excités qui vont partir sur un débat privé / public à la Sardou justement… )

Répondre

Rooh et vous vous rappelez à quel point ça faisait dégueu quand on en mettait trop que c’était tout humide,et que la feuille gondolait 😀 ?

Répondre

Il s’agit d’un pot de colle, a rappelé l’école et les classes de dessin et de falsification. Oui combien d’années se sont écoulées déjà! Heure juste mouches.

Répondre

hummm cette odeur ! elle nous replonge dans l’univers des découpages-collages (immondes) que l’on faisait à la maternelle !

Répondre

t’as omis un truc: nous dire ou tu l’avis trouvé….j’ai aussi besoin de sniffer ;-)))

Répondre

Oh la la que des souvenirs !!!
Merci pour ce retour vers le passé.

A.

Répondre

jen parlais ce midi meme, apres m’etre prepare un the à l’amande, meme odeur, memes reminiscences…
mais moi, yavait une mini spatule a linterieur du pot 🙂

Répondre

Une odeur inimitable ! et des paquets de colle immondes sur les feuilles également inimitables ! O.o

Répondre

ahhhhhhh mais ouiiiiii, parfait ce billet Deedee!! je range ces souvenirs au même rang que celui de la collec’des billes transparentes des cartouches d’encre!

Répondre

C’est trop mignon. Moi aussi je veux sniffer de la colle! Tu te fournis où :-))

Répondre

Suis je la seule personne a ignorer ce qu’est une Shiraz…?

Répondre

non, lola, t’es pas la seule ?
pour moi c’est du vin, ou encore une ville, mais je doute que ce soit ce dont parle Deedee …

Répondre

Aïe aïe aïe, je vais en frustrer plus d’une…. Car ce petit pot de colle ne vient pas de Paris, mais de Toulouse !

J’essaye de retrouver l’adresse pour ceux et celles que ça intéresse (rapport que j’ai vu à peu près 300 boutiques plus chouettes les unes que les autres) et je vous tiens au courant !

Répondre

Quand j’étais petite j’ai toujours trouvé que cette colle avait le goût de glace à la pistache et maintenant c’est le contraire : je trouve que la glace à la pistache a le goût de colle cléopatre!
lola moi non plus je ne sais pas ce qu’est une Shiraz…

Répondre

Je m’en suis acheté un pot il y a quelques mois juste pour le plaisir de renifler cette odeur!

Répondre

ah, l’odeur d’amande amère. Ca me rappelle la cuisine de ma grand-mère dans laquelle je faisais des collages. Mince, je ne pensais pas que cela avait dépassé ma génération…

PS: une Shiraz c’est quoi ici???
(pour moi aussi c’est un vin ou une ville d’Iran mais sinon, rien de plus)

Répondre

Juste pour te dire qu’une spéciale cacedédi à toi dans mon dernier billet 😉

Répondre

Tu l’aurais pas acheté à La Mucca rue des Lois à Toulouse,une chouette papeterie où je l’ai vu?
Sinon la colle Cléopâtre bleue existe toujours(je l’ai achetée),dans les papeteries classiques comme Castella pour les toulousains…

Répondre

Moi je peux vous citer une Madeleine de Proust qui n’est liée ni à l’odorat, ni au goût et qui m’est arrivée dernièrement.

Il y a de cela peut-être deux ou trois semaines, un soir après le travail, j’ai fait un saut éclair dans un magasin que je ne connaissais pas, peu avant sa fermeture. J’y cherchais un article précis pour la maison. J’ai demandé mon chemin à une vendeuse et je m’y suis précipité le plus rapidemment possible. Donc comme à mon habitude, j’ai couru dans la magasin parce que les magasins, moi j’aime pas. Et oui je suis un homme, personne n’est parfait. Dans ma course effrénée, pour y passer le moins de temps possible, mon regard a traversé un des rayons latéraux. Et là je me suis arrêté net. Ebahi, j’ai détourné mon chemin et me suis avancé vers le rayon. Il y avait là un service à café (genre tasses, sous-tasses) aux motifs fleuraux surannés (genre Villeroy & Boch) et… en porcelaine. J’ai une pris une des tasses dans mes mains. La porcelaine. Ca faisait bien longtemps que je n’avais plus entendu quelqu’un mentionner cette matière pour quelqu’objet que soit. J’ai alors revu ma grand-maman adorée (maintenant malheureusement disparue) nous parler à ma grande soeur et moi, alors que nous étions encore enfants, tout en la coiffant, de sa poupée de collection. Vous l’avez bien compris, ce genre de poupée ancienne était en porcelaine. J’ai bien sûr pensé encore à plein de choses : à ma grand-maman, à moi enfant… Puis j’ai reposé la tasse sur l’étagère. Tout surpris, de ce qui s’était passé, j’ai continué mon pas dans les rayons, mais plus lentement cette fois.

Répondre

Mais oui !
She-ra princesse du pouvoir et soeur de Musclor !

Répondre

Que de souvenirs… Il y avait une Cléopatre dessinée dessus… de mon temps. Cette odeur on la retrouve dans le parfum de castelbajac, la frangipane et l’extrait d’amande amères (patisserie)… Pour info : ce n’était pas une vraie colle. Pour nous éviter de sniffer des composés toxiques, ils avaient fait cette colle exprès pour qu’on puisse l’ingérer ou l’inhaler sans intoxication. Celà dit, ce qui était sans danger au début des années 80 S’avère cancérigène, tératogène, stérilisant etc aujourd’hui.
merci pour le souvenir… ca me fait encore plus ressentir que je suis une vieille peau ( excuse moi c est la déprime du dernier trimestre avant mon anniversaire)
des bise

Répondre

OUI… une Vraie petite MADELEINE… proustienne à souhait… merci pour cette bouffée d’Enfance ! C’est MERVEILLEUX… une terrible envie de trouver un pot et de le re-sentir souvent…

Répondre

Wow !! Quel plaisir de repenser à tout cela ! Des années de pur bonheur. Perso, je me souviens aussi (mais là c’est mon grand âge qui parle car vous êtes toutes des tites jeunes ;)) de l’odeur de l’encre de Chine. Et oui, j’ai connu très brièvement dans une école Catho les pupitres avec réservoir d’encre et les plumes qui vont avec. Nostalgie quand tu nous tiens…

Répondre

g conservé mon tout premier cahier de lecture du CP j’aime passer ma main sur les pages que j’ai collé avec cette colle, c condolé..
c petits pots de couleur, avec cette odeur, c t tellement ludique de coller..
mort à UHU qui a sorti les bâtons!

Répondre

Jolie note – t’as vu mon twitt su rle sujet d’ailleurs ?

Répondre

Je twitte peu.. ! Tu disais quoi ?

Même pas besoin de la sentir. Juste lire ton billet, et je retombe en enfance (ce temps béni où … je sniffais donc de la colle !)

Répondre

C’est fou cette mémoire olfactive ! Ca me fait pareil …. mais avec le tube d’arnica
! Va comprendre Charles :o)

Répondre

Que de souvenirs,
cette odeur d’amande, hum, j’en ai même mangé, c’est dire….

Répondre

Qu’il est bon parfois de se retourner et se souvenir… une image , une chanson , un texte ou comme toi , une odeur.. Et le papier buvard ? tu te souviens du papier buvard rose ????

Répondre

Mais oui !!!! Tu viens de le rappeler à mes souvenirs. Merci !

Moi aussi ai craqué ya qqs semaines sur un de ces petits pots dispo au mag Les fleurs
Tant de souvenir en otant ce capuchon, c’est tellement bon …

Répondre

Euh… c’est pas un truc de drogué la colle? Moi j’ai beau avoir aimé cette odeur aussi (pas étonnant, vu les produits chimiques foutus dedans), si je vois mes enfants commencer à sniffer un pot de colle, je vous assure que je flippe!!…

Répondre

Si ca te dit, Lush a une gamme de produits qui sent la colle cléopatre 😉 le savon snowcake (mais je crois que c’était une e.l et certains en on fait des gros stocks..) et la crème volupté… 🙂

Répondre

donc si tu lis : essaie le gel douche de korres (à l’amande), boutique dans le 9ème !

Répondre

Bien-sûr que je lis 🙂 Merci pour cette suggestion !

merci pour ce retour à l’enfance !

Répondre

Que de souvenirs…. Mais elle était pas tres pratique cette colle (c’était peut être moi qui était pas très doué aussi…)

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

eleifend adipiscing commodo mattis vulputate, vel, sem, neque. ipsum mattis id