Espadrilles… Le retour !

Il y a quelques semaines, je poussais un grand cri de fashion absolument pas victime pour les espadrilles. Vous aviez été nombreux, à ce moment là, à me suggérer tout plein de marques que je ne connaissais pas encore. Comme si je n’avais pas assez d’envies à moi toute seule, j’vous jure !

De fil en aiguille et de lien en lien, j’ai ainsi découvert les espadrilles Zespà. Et là, comment vous dire… Le drame. J’aime tout. TOUT. Le principe de l’espadrille revisitée, la philosophie affichée de la marque, les couleurs et les matières…

Tant est si bien que j’ai contacté les créateurs dans le but secret de me faire arroser d’espadrilles ad vitam eternam. Si mon plan diaboliquement génial a échoué, ils se sont adorablement prêté au jeu de l’interview.

Pourquoi se lancer aujourd’hui sur le marché de l’espadrille ? Jérémy Amar, Jonathan Agrifoglio et Frédéric Blas. Ils sont trois, trois créateurs, trois passionnés, trois amis qui, vous allez le voir, sont réellement fondus de cette chaussure.

Quant aux espadrilles à proprement parler… Gaston risque fort de bêler une fois de plus. Vous voilà prévenus !

Pourquoi vous lancer aujourd’hui sur le marché de l’espadrille ?

C’est aujourd’hui que le grand public découvre Zespà® mais cela fait déjà presque 2 ans que nous travaillons sur ce projet. Nous avons voulu travailler l’espadrille car c’est un produit tout d’abord que nous aimons beaucoup à son état initial. Et à force de le porter, nous avons voulu l’améliorer. Vraiment l’améliorer.

En même temps, nous avons aussi identi?é 2 caractéristiques fortes que rassemblait l’Espadrille :
– Un savoir faire ancestral et une fabrication artisanale – en voie de disparition –
– Et l’utilisation de matières naturelles

Caractéristiques auxquelles nous sommes sensibles et qui prennent tout leur sens dans l’époque que nous traversons.

D’un point de vue technique et conception, l’espadrille est un produit formidablement efficace dans le sens où en 2 morceaux de tissu, on parvient à  » habiller le pied « . Nous aimons beaucoup cette simplicité, cette efficacité. Et cette faculté que cette chaussure a à mettre en évidence la matière. (La sélection des matières a été une étape importante de notre projet)

Et c’est d’ailleurs cette apparente simplicité qui a fait qu’à un moment, nous nous sommes dits : « On peut y arriver !  » même si nous sommes tous extérieurs au monde de la chaussure et de la mode.
Finalement, cette idée de simplicité – du point de vue de la réalisation – s’est avérée fausse. Mais nous y sommes arrivés…

Aussi, l’espadrille offre une possibilité de déclinaison en termes de matière et de couleur in?nie. C’est un point qui nous a beaucoup intéressés même si toutes les pistes ne sont pas aussi intéressantes à explorer… au risque de s’éparpiller.

En?n, il y a aussi une véritable curiosité que nous avions et l’envie d’entreprendre, qui sont indispensables au moment de se lancer dans tout projet.

Il y a aussi et surtout l’association de 3 potes qui se sont lancés dans un projet un peu fou de lancer une espadrille de luxe pour femme …. Nous nous sommes tant de fois retrouvés dans des galères pas possibles et des situations absolument improbables… Et nous pleurions de rire.

Voilà un petit concentré des raisons pour lesquelles nous avons créé Zespà …

En quoi vos espadrilles sont elles meilleures que les autres ?

La réponse risque d’être loooooooooooongue.

Dans la réponse précédente, nous vous disions que nous souhaitions – vraiment améliorer – l’espadrille.
Et nous sommes allés au-delà de tout ce qui a été fait par les précédentes marques qui se sont attaqués au monument qu’est l’espadrille plate, traditionnelle. La quasi-totalité des projets se contentaient de sérigraphier la tige, ou de réduire la partie avant… et de vendre l’espadrille 10 fois son prix ….

Notre approche a été totalement différente. Nous sommes partie d’une feuille blanche. Nous avons noté tout ce que nous souhaitions modi?er sur l’espadrille. Nous avons redessiné la chaussure. Et nous avons ensuite chercher à réaliser nos idées, avec la volonté de moderniser tout en conservant l’authenticité du produit, et en apportant une vraie valeur ajoutée.
Voici les axes sur lesquels nous avons travaillé :

1/ Le dessin de la chaussure : Les lignes sont plus tendues et plus féminines. Le bout est rond. Les lignes, droites. Le décolleté, plus profond.

2/ Le confort : une première de propreté (semelle intérieure en cuir + mousse) a été insérée dans la chaussure. Un contrefort cuir maintient le pied. Et un bout souple permet de Elle supprime aussi considérablement les odeurs. La semelle extérieure en jute a été nettement affinée a?n de conférer une meilleure souplesse à la chaussure et une silhouette plus féminine.

3/ La qualité et la durée de vie : Au sens technique du terme, la Zespà  n’est plus vraiment une espadrille traditionnelle (une semelle en jute tressée sur laquelle est cousue une tige en coton). La Zespà® est une véritable chaussure, montée sur forme. Le confort, la durée de vie, la tenue de la chaussure sont donc sans commune mesure avec une espadrille traditionnelle.

4/ Les Matières, la ?nition et le packaging : Nous avons sélectionné des matières qui ont du caractère :
– Des toiles 100% Coton, tissées en France – 14 nuances-
– Des Agneaux Plongés – 15 nuances issus de la très réputée peausserie parisienne : La Peausserie Poulain, fournisseur des Maisons Hermès, LVMH, Massaro, Manolo Blanik,
– Des mailles Lin-Lurex : 2 nuances
– Nous avons développé des modèles python pour certains points de vente.

Et évidemment, nous avons une ?nition â la hauteur des matières que nous utilisons.
Chaque paire de Zespà® est emballée dans un papier de soie bleu, et présentée dans un véritable coffret à chaussure. Coffret habillé d’un craft brun issu des forêts landaises.

5/ MADE IN FRANCE : A l’heure où des marques comme PARE GABIA délocalise silencieusement et sans raison  toute leur production en Tunisie et continue d’avoir un double discours auprès de leur clients, où toute l’activité économique de la région, relative à l’espadrille est sur le point de disparaître, plus de 95% des espadrilles du commerce sont fabriquées au Bangladesh, en  Tunisie, en Chine, ou encore en Inde, nous avons fait le choix de conserver notre fabrication en France. C’est aussi ça conserver l’authenticité de l’espadrille.

6/ Rapport Qualité / Prix : Et nous proposons nos modèles à des prix extrêmement abordable. La Zespà est une véritable chaussure, confortable, féminine, au design intemporel, faite en France, avec des matières d’une qualité exceptionnelle. Et donc en ce sens, de l’artisanat de luxe, à un prix très abordable.

Que répondez-vous aux puristes qui vous disent que l’espadrille ne se produit qu’au Pays Basque, et uniquement avec une semelle de corde et de la toile ?

L’espadrille est associée depuis toujours à la région basque, c’est vrai.

Mais elle est loin d’être la seule à être historiquement liée à l’espadrille. D’autres régions, notamment en Espagne, ont été de grand bassins de production : La Catalogne, la région de Murcie, ou encore la Rioja.

Lorsque nous avons présenté notre projet, beaucoup ont eu cette ré?exion : « Mais comment se fait il que cela n’ait pas été fait avant ?››

Et c’est vrai, ce que nous avons fait, beaucoup aurait pu le faire avant nous, et plus facilement que nous. Mais ils ne l’ont pas fait.

Et c’est justement ce nouveau regard, cette approche complètement nouvelle qui nous a permis d’apporter du sang neuf au paysage de l’espadrille française. C’est vrai que la Zespà n’est pas une espadrille traditionnelle. Elle en est une réinterprétation. Une réinterprétation légitime.

Autres constats malheureux : Pare Gabia, marque historique de la région de Mauléon a récemment délocalisé sa fabrication en Tunisie, laissant sur le carreau de nombreux artisans et fournisseurs. Beaucoup d’ateliers ont fermé, rachetés par des sociétés étrangères (notamment bangladaises), et se contentent d’importer des espadrilles bangladaises pour les revendre.
Très peu d’espadrilles distribuées sur le marché sont encore fabriquées en France.

L’espadrille a absolument besoin de se réinventer pour durer.

Quel est votre rêve le plus fou en matière d’espadrilles ?

Une cliente nous a demandé s’il était possible de faire réaliser un modèle dans un cuir incrustée de strass Swarowski …. Nous sommes en train de le développer.

Sinon, il y a énormément de matière que nous allons développer : des matières de caractères, des matières qui ont quelque chose à dire.

1. Pourquoi vous lancer aujourd’hui sur le marché de l’espadrille ?

C’est aujourd’hui que le grand public découvre Zespà® mais cela fait déjà presque 2 ans que nous travaillons sur ce projet. Nous avons voulu travailler l’espadrille car c’est un produit tout d’abord que nous aimons beaucoup â son état initial. Et à force de le porter,
nous avons voulu l’améliorer. Vraiment l’améliorer.

En même temps, nous avons aussi identi?é 2 caractéristiques fortes que rassemblait l’Espadrille :
– Un savoir faire ancestral et une fabrication artisanale – en voie de disparition –
– Et l’utilisation de matières naturelles
Caractéristiques auxquelles nous sommes sensibles et qui prennent tout leur sens dans l’époque que nous traversons.

D’un point de vue technique et conception, l’espadrille est un produit formidablement ef?cace dans le sens où en 2 morceaux de tissu, on parvient à  » habiller le pied « . Nous aimons beaucoup cette simplicité, cette ef?cacité. Et cette faculté que cette chaussure a à
mettre en évidence la matière. (La sélection des matières a été une étape importante de notre projet)

Et c’est d’ailleurs cette apparente simplicité qui a fait qu’à un moment, nous nous sommes dits : « On peuty arriver ! ›› même si nous sommes tous extérieurs au monde de la chaussure et de la mode.
Finalement, cette idée de simplicité – du point de vue dela réalisation – s’est avérée fausse. Mais nous y sommes arrivés…

Aussi, l’espadrille offre une possibilité de déclinaison en termes de matière et de couleur in?nie. C’est un point qui nous a beaucoup intéressés même si toutes les pistes ne sont pas aussi intéressantes à explorer… au risque de s’éparpiller.

En?n, il y a aussi une véritable curiosité que nous avions et l’envie d’entreprendre, qui sont indispensables au moment de se lancer dans tout projet.

Il y a aussi et surtout l’association de 3 potes qui se sont lancés dans un projet un peu fou de lancer une espadrille de luxe pour femme …. Nous nous sommes tant de fois retrouvés dans des galères pas possibles et des situations absolument improbables… Et
nous pleurions de rire.

Voilà un petit concentré des raisons pour lesquelles nous avons créé Zespà ….


2. En quoi vos espadrilles sont elles meilleures que les autres ?

La réponse risque d’être loooooooooooongue.

Dans la réponse précédente, nous vous disions que nous souhaitions – vraiment améliorer – l’espadrille.
Et nous sommes allés au-delà de tout ce qui a été fait par les précédentes marques qui se sont attaqués au monument qu’est l’espadrille plate, traditionnelle. La quasi-totalité des projets se contentaient de sérigraphier la tige, ou de réduire la partie avant… et de vendre
l’espadrille 10 fois son prix ….

Notre approche a été totalement différente. Nous sommes partie d’une feuille blanche. Nous avons noté tout ce que nous souhaitions modi?er sur l’espadrille. Nous avons redessiné la chaussure. Et nous avons ensuite chercher à réaliser nos idées, avec la
volonté de moderniser tout en conservant l’authenticité du produit, et en apportant une vraie valeur ajoutée.
Voici les axes sur lesquels nous avons travaillé :

1/ Le dessin de la chaussure : Les lignes sont plus tendues et plus féminines. Le bout est rond. Les lignes, droites. Le décolleté, plus profond.

2/ Le confort :
Une première de propreté (semelle intérieure en cuir + mousse) a été insérée dans la chaussure. Un contrefort cuir maintient le pied. Et un bout souple permet de Elle supprime aussi considérablement les odeurs. La semelle extérieure en jute a été nettement affinée a?n de conférer une meilleure souplesse à la chaussure et une silhouette plus féminine.

3/ La qualité et la durée de vie :
Au sens technique du terme, la Zespà  n’est plus vraiment une espadrille traditionnelle (une semelle en
jute tressée sur laquelle est cousue une tige en coton). La Zespà® est une véritable chaussure, montée sur forme. Le confort, la durée de
vie, la tenue de la chaussure sont donc sans commune mesure avec une espadrille traditionnelle.

4/ Les Matières, la ?nition et le packaging :
Nous avons sélectionné des matières qui ont du caractère :

– Des toiles 100% Coton, tissées en France – 14 nuances-
– Des Agneaux Plongés – 15 nuances issus de la très réputée peausserie parisienne : La Peausserie Poulain, fournisseur des Maisons Hermès, LVMH, Massaro, Manolo Blanik,
– Des mailles Lin-Lurex : 2 nuances
– Nous avons développé des modèles python pour certains points de vente.

Et évidemment, nous avons une ?nition â la hauteur des matières que nous utilisons.
Chaque paire de Zespà® est emballée dans un papier de soie bleu, et présentée dans un véritable coffret à chaussure. Coffret habillé d’un craft brun issu des forêts landaises.

5/ MADE IN FRANCE :
A l’heure où des marques comme PARE GABIA délocalise silencieusement et sans raison  toute leur production en Tunisie et continue d’avoir un double discours auprès de leur clients, où toute l’activité économique de la région, relative à l’espadrille est sur le point de disparaître, plus de 95% des espadrilles du commerce sont fabriquées au Bangladesh, en  Tunisie, en Chine, ou encore en Inde, nous avons fait le choix de conserver notre fabrication en France. C’est aussi ça conserver l’authenticité de l’espadrille.

6/ Rapport Qualité I Prix :
Et nous proposons nos modèles à des prix extrêmement abordable. La Zespà est une véritable chaussure, confortable, féminine, au design intemporel, faite en France, avec des matières d’une qualité exceptionnelle. Et donc en ce sens, de l’artisanat de luxe,
à un prix très abordable.


3. Que répondez-vous aux puristes qui vous disent que l’espadrille ne se produit
qu’au Pays Basque, et uniquement avec une semelle de corde et de la toile

L’espadrille est associée depuis toujours à la région basque, c’est vrai.
Mais elle est loin d’être la seule à être historiquement liée à l’espadrille. D’autres régions, notamment en Espagne, ont été de grand bassins de production : La Catalogne, la région de Murcie, ou encore la Rioja.

Lorsque nous avons présenté notre projet, beaucoup ont eu cette ré?exion : « Mais comment se fait il que cela n’ait pas été fait avant ?››
Et c’est vrai, ce que nous avons fait, beaucoup aurait pu le faire avant nous, et plus facilement que nous. Mais ils ne l’ont pas fait.
Et c’estjustement ce nouveau regard, cette approche complètement nouvelle qui nous a permis d’apporter du sang neuf au paysage de l’espadrille française. Cest vrai que la Zespà n’est pas une espadrille traditionnelle. Elle en est une réinterprétation. Une réinterprétation légitime.

Autres constats malheureux : Pare Gabia, marque historique de la région de Mauléon a récemment délocalisé sa fabrication en Tunisie, laissant sur le carreau de nombreux artisans et fournisseurs. Beaucoup d’ateliers ont fermé, rachetés par des sociétés étrangères (notamment bangladaises), et se contentent d’importer des espadrilles bangladaises pour les revendre.
Très peu d’espadrilles distribuées sur le marché sont encore fabriquées en France.

L’espadrille a absolument besoin de se réinventer pour durer.

Votre rêve le plus fou en matière d’espadrille ?

Une cliente nous a demandé s’il était possible de faire réaliser un modèle dans un cuir incrustée de strass Swarowski …. Nous sommes en train de le développer.

Sinon, il y a énormément de matière que nous allons développer : des matières de caractères, des matières qui ont quelque chose à dire.

Commentaires

En tant que Basque, l’espadrille pour moi est le passage de début d’été à la boutique Bayona de St Jean de Luz depuis grosso 30 ans…et gnagnagna. Mais là, jolie histoire, joli projet, très, très intéressant! Merci pour cet article, même si du coup, cela sent bon l’infidélité au rituel estival, bonne journée 🙂

Répondre

Attends, avec un peu de chance, Zespà sera distribuée au Pays Basque. Le beurre ET l’argent du beurre ! 😉

bon, une chose est sure, ils croient à leur produit et à ses multiples qualité ! Je ne suis pas vraiment espadrilles, mais ils m’ont presque convaincue ;)Et puis j’aime le concept de semelle intérieure qui protège le pied. Et la version compensée, elle existe, parce que là , ce serait l’argument massue 😉

Répondre

Nan, je ne crois pas !

Mais le coup de la semelle, oui, c’est aussi ce qui m’a séduite. Entre autres. Cf. la chanson des nuls 🙂

Oh le joli piège à carte bleue 😉 Les lin/lurex sont magnifiques

Répondre

Il fallait bien que je partage mon craquage, hein ! Ya pas d’raison, après tout 🙂

Super découverte. Merci Deedee de nous aider à plonger de l’autre côté de la raison. J’adhère.

Répondre

Elles sont tellement canons ces espadrilles, je te jure…!

Je n’ai jamais été espadrilles… mais, pourquoi pas, un jour je me laisserai tenter 🙂

Répondre

Au finale, est-ce que ces belles espadrilles ne se rapprochent pas plus des ballerines ?

Répondre

Ben pas vraiment. Enfin peut être au niveau du style, et encore. Mais la semelle, même si elle est plus quali, reste en corde.

La question qui se pose maintenant est : peut-on encore considérer ça comme une espadrille ? avec toutes ces modification, il n’en reste pas grand chose… ceci dit, elles ont l’air pas mal du tout !

Répondre

Pas totalement faux !

Y’a rien à faire, les espadrilles, je peux pas. Ca me rappelle trop mes vacances quand j’étais petite et le no look absolu des espadrilles de l’époque. Et puis quand je vois des espadrilles, je pense irrémédiablement à celles de mon père, en cuir vert, toujours impeccables après tant d’années (c’est qu’il est soigneux avec ses chaussures, contrairement à moi)

Répondre

Des espadrilles en cuir ? Je veux dire, modèle classique en cuir ? T’as pas une photo par hasard ? ça m’intrigue !

je suis assez d’accord avec Melibu, elles sont vraiment très belles (comment choisir, tant de choix !) mais leur sophistication les éloigne de l’idée que je me fais de l’espadrille classique (et leur prix aussi !!)
As-tu craqué Deedee ?

Répondre

Not yet. Mais c’est prévu 🙂

euh… et ils sont charmants en plus (rien à voir avec le sujet, mais plaisir des yeux !!!)…

Répondre

Alors j’avoue, je ne les connais pas en vrai. Je ne sais pas qui est qui sur la photo 🙂

Si le confort est vraiment là, je signe le chèque immédiatement…
Merci Deedee
Anne, ampoulée !

Répondre

Crème NOK, crème NOK !

et voilà: j’ai passé 1h hier à me « fabirquer » un pull et là, j’adore ces espadrilles revisitées!! toutes ces couleurs et leur site est très beau… sais-tu le prix d’une paire? dommage (ou heureusement 😉 que la vente en ligne ne marche pas encore…
merci en tous cas de partager cette découverte avec nous!

Répondre

Je crois que c’est 70€ la paire en toile et 100€ la paire en cuir. A vérifier !

quand même, des espadrilles à 70€, même belles, même bien faites, même branchées… c’est pas un peu too much ?

Répondre

ça c’est ton petit côté rabat joie, hein, tu peux pas t’empêcher ! 🙂

Alors, en vrai, moi aussi je trouve ça cher. Plutôt trouvais. Honnêtement, ça n’est pas une espadrille que tu portes quelques semaines et que tu balances à la fin de la saison. C’est une vraie chaussure, vraie semelle extérieure ET intérieur que tu peux garder d’une saison à l’autre. Sans parler du travail de stylisme derrière qui me parle. Et les matières… J’ai touché le cuir, il tue.

Mais 70€ en soit, oui, c’t’une somme ! Je te l’accorde 🙂

Je reste bien trop attachée au Pays Basque et à l’espadrille traditionnelle pour adhérer… mais je dois reconnaître que cette interview est super intéressante ! merciii

Répondre

Merci à toi !

Perso, j’ai trouvé les espadrilles françaises chez Carrefour à moins de 7euros et j’en suis très contente ! Ce sont les vraies espadrilles artisanales unies et je suis trop bien dedans ! Après, pô sûr que j’irais bosser avec…

Répondre

Et elles sont sûrement très bien !

Je ne suis pourtant pas une adepte des espadrilles mais là ! Quelles sont belles et bien coupées. ‘Aime bien

Répondre

Truc de dingue, hein ?! 🙂

Ca fait deja plusieurs semaines que je repense a ton 1er post sur le sujet, me disant que moi aussi je craquerai bien pour des espadrilles. D’ailleurs chez Franck et fils, ils en ont des tres belles… pour homme. Je vais eplucher leur site pour me mettre des etoiles dans les yeux, tiens ! Merci !

Répondre

M’en parle pas. Je lutte moi même contre mes envies… Chez Franck & Fils, c’est un chapeau qui me fait littéralement baver… Rhaaaaaaaaaa !

Eh! Mais en plus ils sont de chez moi les bougres!!:)

Répondre

ça doit être pour ça qu’ils sont sympas 🙂

Ouh lààà ça balance sur Pare Gabia! Quant à Zespà, je ne connaissais pas, mais leur modèles sont vraiment beaux, et si en plus tout est fait en France… alors leurs modèles sont magnifiques!
Ps, j’ai mis en ligne mes chapeaux du prix de Diane.
Bon weekend!

Répondre

J’ai été voir, j’aime beaucoup !

je vais rester sur la maison de l’espadrille que j’achète à Hossegor moins cher et avec une semaine aussi

Répondre

une semelle, nan ? 😉

Je viens d’aller faire un tour sur le site Zespà. Elles sont très sympas ces chaussures. Sont-elles vendues en Suisse?
BiZ
Caro

Répondre

Je ne sais pas Caro. Tu as regardé sur le site ?

Interview intéressante. et ces petites Zespà sont trooop jolies…
Pourtant, pas fan de l’espadrille à la base. Toutes ces couleurs, on aurait presque envie de les manger 😉

Répondre

Je reste sceptique et de l’avis de Monsieur le Maaarrriiii :p

Répondre

La solidarité masculine, c’est scandaleux.

Depuis des années, je passe mes vacances à la campagne en espadrilles (les plates les plus basiques) ; je les achète sur le marché et je ne prends que des « made in france » (‘tain des espadrilles made in china c’est pas possible !!!) ; mais celle-là me plaisent beaucoup beaucoup…

Répondre

l’espadrille telle que sur les photos, c’est un peu le col roulé de la ballerine!
alors on croit à son succès!

Répondre

These are so lovely. Thank you for the post! I love espadrilles, but the ones from the stores in Hossegor and Carrefour always fall apart too quickly. I’m so happy Zespà is making pairs with a quality sole! I’m already planning a trip to Paris tomorrow to get a pair of Zespà shoes. Merci!

Répondre

My pleasure !

Deedee,
Pour ma part, je te recommande la marque French Soule, 100% french et 100% bio!

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

felis leo Lorem libero Donec venenatis, libero. quis ut Praesent eget