Grandir, de Sophie Fontanel

J’ai acheté ce livre il y a quelques mois. Pas parce que c’était une nouveauté de la rentrée littéraire (j’abhorre les « nouveautés » qu’il « faut lire » pour en être), mais parce que le titre du livre ainsi que sa jaquette !, m’interpellaient.

Grandir. Ce mot résonne en moi plus que je ne l’aurais pensé à l’heure où je referme ce livre.

Grandir, c’est pour Sophie Fontanel accompagner sa mère dans cette vieillesse dégradante et avilissante. Celle qui efface les souvenirs juste ce qu’il faut pour souffrir. Et faire souffrir.

Grandir. C’est réaliser que ses parents ne sont pas infaillibles. Et le leur pardonner.

Grandir. Profiter de chaque instant comme si c’était le dernier. Rire de l’absurde, accompagner la souffrance, continuer à rêver.

Il y a beaucoup d’émotions dans ce Grandir de Sophie Fontanel. Et si l’écriture ne m’a pas toujours mmmm séduite, j’ai été touchée par les propos de l’enfant qu’elle n’est plus pour cette maman qui le restera envers et contre tout.

Un livre touchant, vous l’aurez compris !, et pourtant loin d’être larmoyant. Même si je l’ai trouvé peut être un peu trop personnel peut-être pour adhérer pleinement au propos.

Ce que dit la 4ème de couv’ : La longue histoire d’amour d’une fille pour sa mère. A 8 heures du matin, ça y est, j’avais accepté. Je me levai, je filai chez ma mère. je m’assis sur une chaise près du lit: « Maman, je lui disais pour la première fois depuis l’enfance: je t’aime. Tu es ma vie. Et comment, si je t’aime. toi qui es ma vie. je pourrais te laisser là dans ce lit, à l’abandon? Je ne le pourrais pas. Ecoute, je veux que tu me donnes l’autorisation d’appeler le docteur. qui appellera l’ambulance, et tu seras dans un hôpital mais tu seras soignée, et je t’aime. Et je te donnerai du courage, je le pourrai. Tu veux bien ? » La seconde inoubliable où je fus suspendue à sa réponse. « Oui à tout », elle avait annoncé. Et plus tard, dans l’ambulance, le sublime sourire retrouvé malgré les souffrances qu’elle endurait: « Sophie. tu me surprends. » Grandir, c’est bien après la croissance, on dirait.

Commentaires

Ton commentaire est si juste..et avec une très jolie plume !
On a envie de te lire Deedee ! ( roman, nouvelle à venir ?)
ce serait chouette !!

Répondre

Rhoaa tout ça pour moi ? Merci !

Ce livre pourrait me plaire, merci pour cette critique!
Je suis particulièrement d’accord avec la fin de la quatrième de couv’. « Grandir, c’est bien après la croissance, on dirait »: ça c’est sûr!!!
Bonne journée ;o)

Répondre

J’aime bien la citation de la jaquette, aussi.

Je l’ai lu et, tout comme toi, trouvé très touchant. C’est une belle déclaration d’amour à une maman

Répondre

C’est marrant, je ne le vois pas comme une déclaration d’amour, ce livre.

Pour moi, il rentre dans la case des « à ne pas manquer » tant j’aime la façon dont Sophie a écrit cette difficile période de la vie.

Répondre

Alors, autant j’aime plus que tout sa plume dans le Elle, autant là, je ne sais pas… c’est peut être le sujet qui m’a empêchée d’adhérer pleinement, peut être.

Il est en route vers chez moi, enfin ! depuis le temps où je veux le lire, l’offrir à une tante qui connait une situation similaire mais avec son mari, et puis car j’aime beaucoup Sophie Fontanel (j’ai refermé hier soir l’amour dans la vie des gens).
Bonne journée

Répondre

Il faudrait que je lise d’autres livres de l’auteur, ça me tente malgré tout.

Et je note pour l’amour dans la vie des gens, alors 🙂

Tu m’as donné envie de le lire d’autant plus que je me reconnais dans ce que tu dis (prendre conscience que nos parents ne sont pas infaillibles).. Merci pour ton avis 😉

Répondre

Je t’en prie !

comme toi je n’ai pas trop aimé l’écriture, d’ailleurs autant j’aime son blog et la lire dans le Elle, autant je n’aime pas ces livres. Mais, le sujet m’a beaucoup touché, peut-être parce que j’ai perdu ma maman il y a deux ans après une maladie implacable qui l’a tué bien avant la mort.

Répondre

J’avoue ne pas avoir lu d’autres romans de Sophie Fontanel. J’ai envie de pousser plus loin, du coup.

Merci pour ton commentaire très touchant.

Pour avoir connu ce sujet, et vu entre ma mère et gd-mère, je ne lirai pas ce livre. Nous avons assez souffert de cette situation. Mais pour ceux qui veulent comprendre, lisez le livre.

Répondre

Merci à toi aussi pour ce commentaire.

Je l’ai lu moi aussi et quelque chose me dérangeait un peu, mais je n’arrivais pas à mettre de mots dessus. Tu viens de le faire : cette histoire est trop personnelle pour pleinement adhérer au propos. C’est tout à fait ça en fait!

Répondre

J’ai mis du temps à cerner ce qui m’avait un peu bloquée (15 jours !).

Tu as lu d’autres livres de Sophie Fontanel, toi?

Je l’ai lu voici quelques jours et j’ai aimé cette femme qui se livre sans que ce soit impudique, très loin de l’image assez superficielle qu’elle a sur les plateaux ou dans les journaux.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

diam elit. ut ut Lorem sed