Ma vie pour la tienne, de Jodi Picoult

Ce livre est une bombe. Une BOMBE !

Comme souvent, il est venu à moi au hasard d’un rayon. Le titre pique ma curiosité, la 4ème de couv’ achève de me convaincre. Hop, je m’y plonge déjà.

Comment exprimer ce que j’ai ressenti à la lecture de ces 444 pages ?

La plume de Jodi Picoult est extrêmement agréable, ce qui joue certainement énormément dans l’appréhension d’un sujet oh combien difficile. Celui d’Anna, une adolescente de 13 ans, qui a été conçue pour être génétiquement compatible avec Kate, de 3 ans son aînée et accessoirement atteinte d’une forme rare de leucémie. Anna réclame le droit de disposer de son corps, et pour ce faire, elle intente un procès à ses parents.

Les parents, parlons-en. Sont-ils inhumains au point d’avoir conçu Anna uniquement dans le but de sauver sa sœur ? Sont-ils à ce point aveuglés par la santé de l’aînée qu’ils en négligent la cadette ? Sont-ils à ce point fermés au dialogue que leur propre fille doit passer par la case procès pour se faire entendre et respecter ?

Pas le moins du monde… Et l’on comprend, à travers la plume de Jodi Picoult, combien il est difficile d’avoir un avis tranché sur la question.

J’ai beaucoup, beaucoup aimé ce livre. Bien qu’extrêmement dur et émouvant, il évite à peu près bien le côté « sortez les violons » qui m’est tout a fait insupportable. A travers cette famille aux prises avec une telle tourmente, Jodi Picoult invite le lecteur à répondre à cette question : « et moi, qu’aurais-je fait dans cette situation ?« .

Comme souvent lorsqu’il est question d’éthique, on s’aperçoit bien vite qu’il est impossible d’avoir une réponse. Comme dans ces débats très souvent stériles autour des grands sujets de société, l’avortement en tout premier lieu. Qui peut avoir un avis péremptoire sur la question sans avoir été confronté à cette épreuve ? Oh bien sûr, je ne dis pas qu’on a pas le droit d’avoir et même, d’émettre une opinion. Mais rien ne m’énerve plus que ces grandes gueules qui parlent sans savoir et s’insurgent au nom de… de quoi exactement ? On se le demande !

Mais je divague, là.

Lisez Ma vie pour la tienne. Le livre n’est pas triste. Il est incroyablement fort malgré cette fragilité sur laquelle il semble être construit. Un peu comme les étincelles à l’origine des incendies, pour reprendre la métaphore si souvent utilisée par l’auteure comme parallèle à l’histoire de cette famille.

Ce que dit la 4ème de couv’ : A treize ans, Anna a déjà subi de nombreuses interventions et transfusions afin que sa sœur aînée Kate puisse combattre la leucémie qui la ronge depuis son enfance. Anna sait qu’elle a été conçue pour être génétiquement compatible avec Kate et qu’elle est son seul espoir. Cependant, lorsqu’on lui demande de faire don d’un rein, l’adolescente refuse. Elle veut disposer librement de son corps et ira jusqu’au bout pour se faire entendre…

S’inspirant d’un fait réel, Ma vie pour la tienne est un récit choral, qui donne la parole à tous les protagonistes. Ce roman subtil et profondément humain a déjà touché des millions de lecteurs dans le monde.

Jodi Picoult est devenue une star de la littérature américaine avec Ma vie pour la tienne. Salué par la critique, ce roman s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires aux Etats-Unis.

Je ne savais pas que le livre avait inspiré un film sorti au mois de septembre dernier. Je ne suis pas certaine d’avoir l’envie (et le courage !) de le voir… Mais je suis assez curieuse de voir comment un tel roman, paru en décembre 2006, peut être adapté à l’écran.

Commentaires

Merci de partager ce bon plan lecture : typiquement, c’est le genre de livres que j’évite… non que je les pense mauvais, mais parce que le sujet me touche trop et j’envisage la lecture plus comme une évasion d’un quotidien où beaucoup trop de questions se posent.
Cependant je suis très heureuse d’avoir ton avis là-dessus, au moins je n’aurais pas l’air débile si on m’en parle 😉
Et puis je suis d’accord avec toi sur l’impossibilité d’avoir un avis tranché et borné sur des questions tellement complexes que chaque cas est un particulier à inscrire dans une histoire, un environnement.
Bonne matinée Deedee !
Anne.

Répondre

si si… je ne connaissais pas le livre mais le film était déjà bouleversant… c’était avec Cameron Diaz dans le rôle de la mère Abigail Breslin (Little miss sunshine) dans le rôle d’Anna. J’avais écrit un article là-dessus (leblogdelili.hautetfort.c…

Répondre

Je ne sais pas si j’aurais le courage d’entamer la lecture d’un livre au sujet si poignant…

Répondre

WOW le sujet… rien qu’à lire le résumé j’ai la chair de poule. C’est clair que ça donne envie de le lire, mais on s’attends déjà à de l’émotion, des moments forts. Une bonne piste de lecture en ce qui me concerne !

Répondre

Ne vas surtout pas voir le film !!! Dans le genre "sortez les violons", il n’y a pas mieux ! On est obligés de pleurer de la 1ere à la dernière minute! Ca en devient fatiguant ! Moi qui avait lu le livre avant,j’ai été profondement decue !

Répondre

Je n’ai pas lu ta critique jusqu’au bout (je me suis arrêté avant que tu ne donnes ton avis) … Parce que le sujet m’interpelle et que je voudrai me faire ma propre opinion.

Merci pour cette découverte.

Répondre

Vaste sujet que celui-ci, je me cherchais justement un nouveau bouquin, ta critique m’a convaincue de choisir celui-ci !

Répondre

il paraît que le film est très beau aussi.
Je crois que je vais le lire avant tout, ça m’intrigue !

Répondre

Ah oui j’en ai déja entendu parler, il faudrait que je me le procure …

Répondre

j’aurais enormement de mal à le lire puisque maman…bon ok je suis la vraie mère du sud…

Répondre

J’ai vu le film..bouleversant,mais pour une fois je n’ai pas pleuré avant les 5 dernières minutes. Beaucoup pleurent, c’est très sentimentale la version film mais c’est bien fait, vraiment. Peut-être pas un grand chef-d’oeuvre ni le film de l’année mais le sujet m’avait donné envie de le voir. Je n’ai pas encore lu le livre.À voir

Répondre

Hum, ca m’a l’air torturé ca me rappelle une discussion de ce WE avec une amie – pour le moment j’ai besoin de plus de légèreté :p

Répondre

Ca fait un moment que je me tâte de le lire. En Australie, les livres de Jodi Picoult sont très populaires. Pour info, My sister’s keeper est sorti en 2004 et pas 2006 (ça n’aurait pas laissé beaucoup de temps pour produire le film !).

Répondre

Ce doit être la traduction qui a été faite en 2006 alors, à moins que la Fnac se trompe 😉

J’avais vu l’affiche du film mais j’en ignorais le thème. Rien qu’à lire ton billet, on en a les tripes remuées alors j’imagine à la lecture du livre !

Répondre

Ce livre est une une très belle découverte, qui m’a touchée d’autant plus qu’il est inspiré d’une histoire vraie. On me l’avait prêté il y a quelques temps déjà, et j’avoue ne pas m’être pressée pour le rendre à sa propriétaire 🙂
Les personnages sont vrais, entiers, plein d’interrogations et de tortures, et pourtant pleins de vie et d’énergie. On les apprécie chacun à leur manière, on les comprend et on a envie de les accompagner chacun dans leur quête, mais si les quêtes en question se révèlent parfois être des obstacles les unes aux autres.
Malgré les différents thèms délicats qu’elle aborde (le combat contre la maladie, la conception d’un enfant « thérapeutique », l’émancipation, etc) Jodi Picoult ne se perd pas dans le mélo, comme vous l’avez mentionné, et c’est très important car c’est ce qui permet de rendre l’histoire crédible. Même dans les moments les plus noirs, il y a de l’espoir, même dans la traversée de la maladie, on est entouré d’amour, même lorsque la mort décide de s’en mêler, la vie continue à côté.
Mais d’un autre côté, les questions éthiques viennent bousculer ce qui pourrait être un étalage de bons sentiments : les revendications de chacun perturbent, conviennent, étonnent, attristent, révoltent, mais ne laissent pas de marbre.
La fin du roman est tout simplement belle (les litres de larmes n’ont pas pu être évités ^^). Tragique, elle est inattendue et montre à quel point rien n’est écrit d’avance. Le choc est brutal, la douleur est palpable, et si le présent s’est brutalement arrêté pour un personnage, l’avenir est face aux autres, et il leur souriera.

Répondre

Effectivement ce livre fait pas mal réfléchir …
A LIRE ABSOLUMENT !…

Répondre

magnifique livre qui parle avec respect de l’opinion de tous dans ce combat journalier.
La maladie mène une famille dans un chaos indescriptible qui peut créer des liens très forts .
mais chacun y trouve-il sa place ?
Comme donneuse pour mon frère j’ai été touchée par les interrogations d’Anna. Je me suis trouvée une ‘soeur’ en quelque sorte…
..à lire !

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram
This error message is only visible to WordPress admins

Error: No connected account.

Please go to the Instagram Feed settings page to connect an account.

Sed consectetur ut sem, in vel, venenatis, ipsum sit elementum leo