Putain… 15 ans !

En mai dernier, le blog a fêté ses 15 ans… QUINZE ANS !

Je n’ai rien écrit sur le sujet, rien publié, je n’ai pas organisé de giga jeu concours ou de soirée comme j’avais pu le faire pour les 10 ans du blog. Pas que je ne sois pas reconnaissante à vous de me suivre, que ce soit depuis 15 ans ou moins, de cette communauté qui existe bel et bien et qui, même si elle glisse petit à petit sur Instagram, continue à échanger avec intelligence et bienveillance ici et là. Croyez bien que je sais tout ce que je vous dois ! Pas non plus que je ne sois pas au moins un peu fière de ce chemin parcouru… 15 ans, qui l’eut cru ? Certainement pas moi !

Ce blog, au départ, c’était un moyen pour moi d’exercer ma plume pendant mes études au Celsa et à Sciences Po. J’écrivais déjà pour un magazine en ligne étudiant, Paris Etudiant (depuis racheté par Le Parisien) grâce à Gab que j’avais rencontré pendant mon stage de Licence chez Yahoo. Mais j’écrivais alors principalement pour la rubrique culture – des chroniques de livres et de films principalement – et j’ai très vite éprouvé l’envie d’écrire sur ce qui composait mon quotidien : de la lecture et des sorties ciné, oui, mais aussi des découvertes en matière de mode, de beauté, des bonnes adresses que j’avais envie de partager. Et des pistes pour organiser son mariage puisque 2005 était aussi l’année à laquelle je me suis mariée (ne cherchez pas ces contenus, je les ai supprimés après avoir réalisé que certains étaient bien trop intimes !).

Très vite, le blog a connu son petit succès. Il faut dire que nous étions si peu, en 2005… Moins de 10 ? La première grosse vague de blogueurs est apparue un peu plus tard, en 2007. Le phénomène intriguait les journalistes et les articles essaimaient comme des petits pains, articles dont le contenu n’était pas toujours bienveillant : très vite, on a compris qu’on était les mécréants de l’écriture sur Internet, les beaufs d’une certaine forme de « journalisme », les nouveaux concurrents qui venaient incidemment croquer le même gâteau et qui devenaient dès lors une cible à abattre. Je me souviens en particulier de cet article des Inrocks qui avait osé inventer et écrire que je gagnais des mille et des cents en me citant dans le texte, moi qui n’ai pu envisager d’essayer de vivre de mon blog (et encore, seulement en partie) que beaucoup, beaucoup plus tard !

Je garde pourtant ce regard ému sur ces débuts. Ça n’était pas mieux avant, certainement pas, je ne suis pas du genre à cultiver une nostalgie teintée de regrets ! C’était simplement différent. On se connaissait tous, on organisait des apéros au débotté pour se rencontrer, échanger nos avis, nos envies, nos bonnes pratiques. On créait des blogrolls pour soutenir les blogs amis, on se soutenait tout court, on se dépannait (je pense notamment à Julien qui pendant longtemps a mis les mains dans la cambouis pour assurer les mises à jour, sauvegardes et les dépannages sur Dotclear que j’utilisais à l’époque !).
On se prenait la tête aussi, parfois, voire on devait en découdre pour éloigner des personnes toxiques qui nous voulaient du mal à nous, les « dindes décérébrées qui gagnent des millions en parlant chiffons ». Je ne reviens pas sur cette affaire de harcèlement que j’ai subie de la part d’une influenceuse et d’un acteur du web d’alors, elle est toujours en cours, aussi incroyable que cela puisse paraître.

15 ans plus tard, je ne veux retenir que le meilleur

Les liens que j’ai noués avec d’autres blogueuses qui sont aujourd’hui des amies, l’entraide et la sororité qui sont bien présentes, si tant est qu’on sache s’entourer des bonnes personnes ! Les projets toujours enthousiasmants sur lesquels j’ai la chance de travailler, les risques que j’ai pris et qui m’ont tellement appris : en 15 ans, j’ai créé ce blog, un compte IG qui tourne depuis 2011 ou 2012 je ne sais plus, un programme vidéo qui n’a pas eu le succès que j’aurais voulu mais qui m’a bien éclatée pendant 2 ans, un lieu qui m’a apporté beaucoup de joie pendant près de 2 ans, une petite équipe aujourd’hui bien rodée sur laquelle je m’appuie pour continuer à travailler, une petite structure de conseil…

J’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables, des talents innombrables, des petites entreprises incroyables, d’approcher des personnes au savoir-faire séculaire, des personnalités pas piquées des hannetons…! Le blog m’a aussi amenée à découvrir quelques destinations de rêve, je pense notamment à la Tanzanie…

Pourquoi je n’ai rien écrit sur ces 15 années de blogging, alors ?

Indépendamment de la période actuelle qui n’est pas des plus faciles pour rester léger, je crois que si je n’ai rien écrit sur ces 15 années de blogging, c’est que pour la première fois de ma vie, j’ai fait passer le perso avant mon boulot. Il était temps, hein ? J’ose à peine vous l’avouer mais par exemple, pour les 10 ans du blog, j’ai déplacé des montagnes pour pouvoir organiser la soirée et l’énorme concours dont je vous parlais un peu plus haut. 2 mois plus tard, nous fêtions nos 10 ans de mariage. On avait prévu d’organiser une fête avec notre cercle intime, on avait tout en tête : la guinguette en bord de Marne, l’orchestre, les danses endiablées pieds-nus, les rires qui fusent, le dîner sur des nappes à carreaux, les lampions qui brillent fort et loin dans la nuit et puis… on n’a rien fait du tout. Même pas un apéro. Parce que c’était trop d’argent qu’on n’avait pas, oui, mais aussi parce qu’après les 10 ans du blog, j’étais sur les rotules et que je n’ai pas eu le courage de m’atteler seule (monsieur a énormément de qualités mais pas celle de l’organisation !) à cette tâche titanesque… Aujourd’hui, je le regrette. On fêtera… nos 16 ou 17 ans de mariage, pour les 15 ans avec le COVID c’est râpé !, mais je sais déjà qu’on fera une belle fête et je m’en réjouis. Le meilleur est à venir 🙂

C’est un fait : quand on est entrepreneur et surtout sur les internets avec un métier « passion », on ne compte pas et on n’arrête jamais. Combien de fois ai-je répondu à vos messages le soir, le week-end, en vacances, combien de fois ai-je mis monsieur à contribution pour m’aider à prendre cette photo à poster là, maintenant, tout de suite. C’est difficile (le mot est faible !), de poser des limites lorsqu’on a un métier passion, un métier qui envoie de surcroit de la paillette et pourtant, c’est ô combien nécessaire : à la fin du fin, lorsqu’on fait les comptes, ce n’est pas notre travail qui restera. C’est ce que nous aurons construit avec nos amis, notre famille. J’ai mis un peu de temps à le réaliser, mais je crois (j’espère !), qu’il n’est pas trop tard pour revoir quelques priorités. Ça ne veut pas dire que je vais vous laisser tomber, hein, juste que je vais essayer de prioriser un peu plus ma vie privée, mieux m’organiser, arrêter de répondre aux MP le soir. Vaste sujet…! (Je vous dis ça et je rédige ce billet un samedi, NORMAL hahaha).

 

Les leçons que je tire de ces 15 ans de blogging

Savoir bien s’entourer et ne pas accorder trop vite sa confiance.

J’en ai fait les frais pas plus tard que l’année dernière, en mode double uppercut dans la gueule à 6 mois d’intervalle. BAM ! Je crois en la sororité, pas uniquement celle de façade qui est prônée par les magazines, je crois au soutien entre les femmes et entre les entrepreneurs. J’ai appris, à mes dépends, que « sororité » est un mot très galvaudé et que beaucoup ne l’interprètent qu’à sens unique, pour nourrir leurs intérêts avant tout. Ça fait mal de voir qu’on n’est qu’un vulgaire pion sur l’autel d’un intérêt tiers mais en ce qui me concerne, ça m’a aidée à ne plus rien attendre de personne : si du bon découle d’une relation, tant mieux, c’est du bonus. Attendre quelque chose de quelqu’un finalement, c’est aussi une forme d’intérêt, non ? Et ça ne m’empêche pas de continuer à croire que toutes les femmes ne sont pas des connasses entre elles, loin s’en faut.

Affronter, dire les choses désagréables

Si je n’ai pas de problème à dire les choses, je déteste le conflit. Par le passé, j’ai souvent tu des sujets qui me contrariaient au quotidien pour éviter d’aller au clash : la réaction potentiellement colérique de l’autre me paralyse. Ou plutôt, me paralysait : affronter m’a aidée, par exemple, à mettre un terme il y a quelques semaines à une colocation de bureau très très mal engagée. Avant, j’aurais sûrement pris sur moi en me disant que financièrement, je n’avais pas d’autre choix que d’accepter cette coloc et je l’aurais subie jusqu’à péter un câble et terminer de manière dramatique. Là, j’ai réussi à mettre le holà avant que ça ne dégénère. Ce n’est clairement pas la meilleure décision financière que j’ai prise, mais humainement, c’est celle qui me coûte le moins. Et c’est je crois le plus important !

Essayer, se tromper, recommencer !

Savoir prendre des risques, muscler ses ambitions : lancer Chez Deedee, recruter un contrat pro, payer un Webmaster à l’année, prendre un bureau…sont autant de défis qui me paraissaient hors de ma portée et pourtant…! Prendre des risques permet d’avancer, de se projeter un peu plus loin, de pérenniser une petite entreprise. Bien-sûr, il faut mesurer lesdits risques a minima, il ne s’agit pas de faire n’importe quoi, n’importe comment. Mais au pire, on risque quoi ? De se planter. Et croyez-moi, ça n’est pas si grave que ça.

Etre sincère et transparente

Je m’y astreins depuis 2005, ça n’est pas près de changer ! J’ai toujours refusé les propositions qui ne me semblaient pas en adéquation avec mes envies, évidemment, mais aussi avec le positionnement du blog. Au-delà de la sincérité de la marque, de son positionnement, de ses produits, j’essaye, aujourd’hui encore, d’envisager en premier l’intérêt de vous parler de telle ou telle marque, de tel produit. Je ne dis pas que je ne me plante jamais, hein, je reste comme vous, humaine avant tout. Mais j’essaye vraiment de conserver cette sincérité chevillée au corps, tout au nord de ma boussole !

Faire les choses avec coeur… mais ne pas oublier que le mieux et l’ennemi du bien !

Je suis du genre perfectionniste, je peux mûrir une idée ou un projet pendant des mois avant d’oser lui donner corps : pas assez bien, déjà fait ailleurs… et alors ? Si on part du principe que tout existe, on ne fait plus rien. Et ça m’amène au point suivant :

En finir avec le syndrome de l’imposteur

Me concernant – et bien que je travaille sur le sujet depuis des années – je sais que j’aurais du mal à m’en affranchir totalement. Je parle de plantes vertes moi qui suis tout sauf une experte en la matière ? Il y a tellement de gens plus calés que moi pour le faire ! Je veux lancer un podcast depuis 2 ans ? Qu’est-ce que je peux apporter de plus à une offre déjà pléthorique ! Je ne supporte pas les experts auto-proclamés des Internets, je les trouve dangereux (en plus d’être des imposteurs mais ça, ça les regarde). En revanche, je m’inspire de certaines personnes qui ont un bagout et une tchatche incroyable pour défendre leurs idées et leurs projets, lesquels ne sont pas toujours wow : oui, et alors ? Elles/ils y croient et souvent, ça marche ! Il  y a tellement de façons de traiter d’un sujet sans empiéter sur les platebandes des autres…

Faire confiance à son intuition

Non, ce n’est pas quantifiable et même quand on n’aime pas les chiffres, quantifier rassure. Mais in fine, j’ai appris qu’il fallait que je laisse parler cette petite voix que j’ai tôt fait de museler.

Arrêter de se comparer

Je me dis souvent que tel ou tel compte IG est vraiment beaucoup mieux que le mien, que tel blog est plus intéressant, qu’en comparaison bla-bla-bla : STOP ! Si on ne devait faire que des choses novatrices, PERSONNE ne ferait plus rien à l’exception d’une poignée de personnes ! Dans le milieu de l’entrepreunariat, on dit souvent que ce n’est pas l’idée qu’on a qui compte mais la manière dont on la met en oeuvre. Il y a mille façons d’interpréter un sujet, de se l’approprier, de lui donner corps.

Savoir dire stop

A un projet mal engagé (l’exemple de mes vidéos !), à une collaboration qui ne prend pas un tournant positif (j’ai annulé un évènement une fois Chez Deedee tant le client finissait par avoir des attentes complètement délirantes …!), à une relation pro qui ne nous apporte plus ce qu’on attendait… Dans la même veine, refuser et savoir dire non évite bien des problèmes et je me réjouis d’avoir appris à le mettre en pratique ! (Même s’il m’arrive évidemment de me tromper encore, parfois).

Rester humble

On n’invente pas le vaccin contre le SIDA hein, pas plus qu’on ne sauve de vies. Pour ma part, j’essaye simplement de bien faire les choses, avec coeur, envie, transparence et sincérité. Et c’est déjà pas mal.

S’amuser

Je me suis toujours dit que si un jour, le blog et IG m’emmerdaient, j’arrêterais. Ce jour là n’est pas encore arrivé et j’essaye toujours de voir la coupe à moitié pleine et de capitaliser au quotidien sur ce qui procure de la joie et me fait vibrer

Réfléchir à ce qu’est le succès selon nous

Ça aussi, c’est une notion qu’on a tôt fait de planquer sous le tapis, mais je crois que c’est fondamental de se poser un peu et de réfléchir à ce que le succès signifie pour nous. Est-ce que c’est gagner la reconnaissance de ses pairs en faisant partie des classements des magazines ? Est-ce que c’est gagner beaucoup d’argent ? Est-ce que c’est rencontrer et s’entourer de personnes inspirantes ? Ou bien encore mener sa barque dans son coin sans faire trop de vagues ? Il n’y a pas de notions de réussite en tant que elle, je crois, mais bien une vision personnelle de ce que cela signifie véritablement pour chacun d’entre nous.

Voilà, je crois que j’ai fait le tour… On était sur un bel article fleuve, merci à celleux qui sont restés jusqu’au bout, ce qui me permet de vous remercier tous d’être là, toujours fidèle au poste, grâce à vos commentaires, vos likes, vos messages. C’est une évidence mais sans vous, Deedee n’est rien sur les internets… MERCI, sincèrement, du fond du coeur !

Merci aussi à toutes les bonnes fées qui se penchent régulièrement sur le (plus vraiment) berceau et rendent cette aventure possible : @emiliequarks,  Frédéric, @mariepaola_bh@claraferrandparis@ohhelloelo@m.de.p@clematique. Et enfin (on dirait un discours des César ça devient n’importe quoi), merci à ceux qui ont contribué par le passé à rendre tout cela possible @_charlotteds_@oriane_pge, Sonia, Pauline, @julienlemarchand … je n’oublie pas !

65

Commentaires

Joyeux anniversaire de blog, et surtout bravo pour tout le chemin parcouru !
J’ai découvert ton blog vers 2006 (je suis plutôt « de l’ombre », je lis tout mais commente peu), j’aime beaucoup le ton, la diversité des sujet, l’élégance de ta plume ainsi que l’honnêteté et le respect qui se dégagent de ton blog (ainsi que de ton compte Insta).
J’admire ton parcours pro, et j’avoue, tu m’inspire pour faire bouger ma vie pro !
Bref, bravo, continues ainsi…

Répondre

Merci mille fois, sincèrement : je ne sais pas si mon parcours pro est admirable mais j’essaye de lui donner un sens, année après année, projet après projet ! Merci de ta fidélité, fidèle au poste depuis 2006… ce n’est pas rien et ça me touche beaucoup !

Merci pour ce bel et long article comme j’aime en trouver ici.
Je lis souvent, commente peu mais surtout je trouve ici toujours des sujets sympa où la discussion est possible et ne me brosse pas seulement dans le sens du poil.
Au 15 prochaines années

Répondre

Ahah je ne sais pas si je serais encore là dans 15 ans mais ce que je sais, c’est que je continuerai à aimer ces échanges francs et sincères ! Merci d’être là Maud et merci pour ton commentaire 🙂

1

joyeux anniversaire à ton blog que j’aime autant que le jour où je l’ai découvert. la diversité des sujets, le ton, les jolies photos, tout me plait. et je garde dans mon coeur notre moment passé Chez Deedee, autour d’un Pulco. bonne continuation.

Répondre

Joyeux bloganniversaire Delphine ! Il est chouette cet article. Tu ne le sais sans doute pas mais je fais partie des dinos lectrices depuis je crois 2006/2007…
Je t’embrasse ❤️

Répondre

Joyeux anniversaire de blog! J’imagine que ça fait bien 15 ans aussi que je te suis! C’est un beau bilan que tu fais, tu peux en être fière!

Répondre

Bon anniversaire au blog! Merci à toi, chère Deedee. Je te suis depuis 2006 et j’ai bien l’intention de continuer!
Je regrette cependant la disparition de la « Deedee factory »…Reviendra-t-elle un jour?

Répondre

Happy Birthday Deedee. Bravo pour tout ça : ton énergie, tes idées, ta plume, ton humour et ton sérieux, ton recul…cette longévité est aussi un signe de talent.
J’aime IG mais je reste fidèle au blog qui permet un contenu plus riche. Je lis Deedee comme un magazine. Bravo.

Répondre

Un grand merci a toi pour ton travail ici et sur IG J’ai découvert ton blog et ton compte IG il n’y a pas si longtemps (1 an ou 2 je crois!) mais depuis je suis toujours attentive à tes partages et tes conseils. Cet article/bilan est assez émouvant je trouve. Longue vie au blog, IG, bref à Internet avec toi 🙂

Répondre

Bon anniversaire de blog,j’ai découvert le tiens en 2007 et je ne m’en suis jamais lassée parce que je ne m’y suis jamais ennuyée,tu as toujours su te réinventer avec beaucoup d’intelligence,je crois que c’est ce qui te caractérise l’intelligence,même dans les sujets les plus futiles il y a toujours une réflexion derrière et puis j’admire ta jolie plume.

Répondre

Bon anniversaire ! Toujours un plaisir de suivre vos aventures 🙂

Répondre

Joyeux anniversaire ! Pensées émues en me retournant sur ces années parcourues, nos rencontres via blogs interposés, le choix du 15eme pour moi il y a quelques années car j’avais adoré ton ancien quartier…bref il y a un peu de Deedee dans la Caro que je suis aujourd’hui. Merci !

Répondre

Bravo Deedee pour ces 15 ans ! Je te lis depuis au moins 10 ans et c est chouette même si je reste dans l ombre à ne pas commenter…MAIS j ai été une des chanceuses à visionner la cité de la peur Chez Deedee et tu as côtoyé ma fille à l époque de la Michauré
Donc voilà, merci d être toujours juste et sincère
Bises

Répondre

Bravo Delphine pour ce chemin parcouru et aussi cet article écrit avec beaucoup d’expérience. J’ai été très heureuse d’avoir pu te croiser il y a quelques mois à Paris pendant le Barilla Contest. Un plaisir intact de te lire. Bonne continuation

Répondre

Bravo à toi ! Ton blog est un des premiers que j’ai commencé à suivre, et je le lis toujours avec autant de plaisir (moi j’avais bien aimé la Deedee Factory)

Répondre

Bon anniversaire….En regardant mes enfants ( majeurs dans quelques semaines), je me rends compte que oui cela fait bien 15 ans que je suis ton blog. Je commençais à surfer pas mal sur internet, quand je suis tombée sur un reportage sur ton blog et là je suis devenue une fidèle.
Fais nous grandir, rêver encore longtemps .

Répondre

Bon anniversaire! J’apprécie que tu continues alors que tant d’autres ont arrêté. Tu sais te renouveller et ta sincérité est touchante. Profite bien de tes vacances!

Répondre

Wow Félicitation ! Votre blog est super, les contenus sont intéressants!

Répondre

Répondre à hossegorr Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tempus elit. commodo sed mattis risus. dapibus Praesent