Portrait Parisien : Carole Thomas, fondatrice de Maison Thomas

Portrait-Carole-Thomas

Il y a quelques semaines, je rencontrais Carole Thomas, la créatrice de Maison Thomas… Vous savez, ce sac, là ? Voilà.

Ce jour là, j’ai rendez-vous à 17h30. Très vite, nos échanges vont bon train et nous discutons à bâtons rompus de sa marque, de nos visions de la mode, du made in France et plus largement, du sens que nous donnons aux objets que nous achetons. Je suis captivée par l’univers de Carole, la richesse de son univers, ses inspirations, son travail… Lorsque mon portable vibre, dévoilant un SMS de monsieur qui me demande où j’en suis rapport qu’on sort lui et moi, il est 20h bien tassé… Les jolies rencontres pleines de sens ont cela de magique qu’elles ont un parfum d’éternité dans un battement de cil !
(Pour plus de poèmes, envoie « poète » au 101212)
(Oui, bon… pardon).

Maison Thomas, c’est donc la marque que Carole a créée en 2010. Des sacs et de la petite maroquinerie réalisés dans un cuir de veau magnifique, souple, peu traité et qui se patine avec le temps. Des sacs entièrement fabriqués en France, dans un atelier au savoir-faire ancestral près des Châteaux de la Loire.

Périple patte épaule Glitter Bleu Int

Carole m’explique qu’ après un parcours plutôt cartésien (bac S, droit…), elle réalise qu’elle veut faire « quelque chose » d’artistique. Elle part étudier à la Saint Martins School, à Londres, où elle passe 3 années à explorer plusieurs domaines et disciplines différents. Elle se prend d’amour pour le textile, le travail des teintures, explore, dessine, expérimente, joue, mets les mains dans les pigments, repousse ses limites… Autant de choses qui lui inspirent petit à petit la création de Maison Thomas.

Pourquoi avoir choisi de créer des sacs ?

Carole m’explique qu’elle a toujours aimé les belles matières, ce qui se patine, ce qui va vieillir, se griffer. Cette évolution l’intéresse. Elle décide alors de créer des sacs, pour traduire ses envies et mettre en avant le savoir faire et la matière : dans ses sacs, rien n’est décoratif. Il n’y a pas de couture inutile, pas d’ornemental. Sur cette base, elle s’amuse à mélanger les matières, à créer des contraster de toucher, à introduire des détails plus raffinés, comme le filetage à chaud qui borde ses sacs et les fils fluo qui contrastent joyeusement avec la couleur des cuirs.

Pepite Glitter Vert, Bleu, Pink Int

Tous ses sacs sont entièrement réalisés à la main du début à la fin, dans le même atelier, en France. Ce qui nous fait aborder elle et moi le sujet du made in France : les abus de certaines marques, évidemment, mais aussi #lesgens qui ne comprennent pas les prix qui sont pratiqués par les marques qui répondent aux coûts et au cahier des charges d’une confection française… (je repense à ce créateur dont j’avais parlé une fois et à un commentaire qui disait « ouais enfin on trouve la même chose chez H&M ». Alors non, en fait, non, pas du tout. Après, vient la question du prix. C’est sûr. Dans le meilleur des mondes, on consommerait uniquement Français et évidemment, ça n’est pas toujours possible). « Derrière un objet, il y quelqu’un. Et ce quelqu’un, on a le devoir de se poser la question des conditions dans lesquelles il a crée cet objet ». Alors bien-sûr, tout cela à un coût. Mais c’est peut-être ça, aussi : arrêter de consommer à tout va, choisir, parier sur un objet qui va (bien) vieillir, qui est le fruit d’un savoir-faire unique.

Passe Partout Gris Glitter Rose

Pour finir, elle rit et elle m’avoue que, privilège du créateur,  elle crée avant tout des choses qu’elle a envie de porter : des sacs pratiques, pour pouvoir avoir les mains libres, marcher, regarder, avoir le nez en l’air quand elle prend le bus ou le métro. Avant d’ajouter non sans une note d’espièglerie que pour elle, le sac est un outil de libération :  « si les femmes avaient les mains un peu plus libres, elles auraient plus de pouvoir ! »

Princesse_Vert_FilBleu

Alors voilà, c’est un peu tout ça, Maison Thomas : de très jolis sacs, des matières brutes, des détails raffinés, pétillants et une confection 100% Française. Bien sûr, ils sont un peu chers. Mais ils font sens. En somme, ce sont là les meilleurs ingrédients pour en faire le meilleur non it-bag, celui qu’on garde et qui sait, que l’on transmettra peut-être un jour…

(Merci de m’avoir lue, je me rends compte que ce compte rendu est très très long, mais j’ai eu un réel plaisir à échanger avec Carole, vous l’aurez deviné !)

Ses réponses à l’interview Parisiennes

Si tu devais définir Paris en quelques mots…
En quelques mots Paris c’est la création, l’audace, la liberté

Un détail qui tue à Paris ?
Les vélos qui circulent à contresens

Un détail qui pue à Paris ?
Le mélange de parfums chimiques

Si Paris était une chanson ?
Il est cinq heures Paris s’éveille de Jacques Dutronc

Si Paris était un parfum ?
Le parfum Argentella de Casanera, merveilleuse maison de senteurs et cosmétiques naturels, made in Maquis.

Ton restaurant préféré ?
Café Trama. Tout est fait maison, les ingrédients sont de qualité et l’accueil est très chaleureux. La lumière y est agréable et l’ambiance est joyeuse sans être bruyante ce qui permet de vraies conversations en amoureux ou entre amis.

Ton café préféré ?
Le Café de la Mairie, place Saint Sulpice, la déco est désuète, restée dans son jus et fait office de résistant face à tous les cafés qui se ressemblent. Et la lumière de la place est si belle avec sa fontaine.

Pour toi, le métro, c’est…
Ses couloirs tapissés d’affiches d’expos que je veux aller voir.

Rive droite ou rive gauche ?
Rive Gauche pour le bel équilibre entre le minéral et le végétal. Son architecture, ses monuments à taille humaine, comme l’Institut de France, le musée Rodin, l’école des Beaux Arts. Ses parcs et ses jardins cachés. Et traverser les ponts à pied, d’où l’on a une vue à 360° sur la Rive Gauche et la Rive droite, c’est le cœur de Paris.

Ta saison préférée à Paris ?
Le Printemps, avec ses arbres qui bourgeonnent et qui concentrent l’énergie et l’espoir. Paris en transformation et en devenir.

++ Merci à Carole et à Virginie pour cette jolie rencontre ! ++

Vous pouvez trouver les sacs Maison Thomas au Bon Marché, entre autres. Tous les points de vente sont sur le site.

Commentaires

Mais qu’ils sont beaux et purs ! On a envie de les toucher et de les ouvrir, comme un cartable neuf (souvenirs)
Et puis, bien vu le détail qui tue dans l’ITW. Tellement vrai.
merci pour cette belle découverte !

Répondre

Je l’avais rencontré au bon marché où elle tenait son stand il y a quelques années et j’en garde un super souvenir. Une femme passionnée par ce qu’elle fait et l’artisanat français. Après des études en joaillerie je comprends mieux le cout du fait-main en France, et il est vrai que #lesgens sont hyper étonnés des prix proposés et du travail qu’il y a derrière tout bel objet. Je rêve de m’offrir une de ses créations mais j’attends de ne plus être étudiante 🙂 Merci pour ce joli interview deedee !

Répondre

Canon ces sacs! J’en ai repéré quelques uns que je mets sur ma wish-list. Je soutiens à fond les petits créateurs et les belles maisons. Je trouve que ce qu’ils produisent à une âme. Alors, je fais des choix… moins mais plus de BEAU!
Merci Deedee pour ce portrait.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram