Alors vous ne serez plus jamais triste de Baptiste Beaulieu

alors-vous-ne-serez-plus-jamais-triste-

Voilà un petit moment que je ne vous avais pas parlé de mes dernières lectures. Il faut dire que pour être tout à fait honnête, je n’ai plus franchement le temps de lire, en dehors des vacances, toujours trop rares évidemment. Les maigres lignes dont je viens à bout de manière tout a fait sporadique le soir ou le week-end ne me permettent pas d’avancer franchement dans mes lectures. Alors, les livres s’empilent et attendent des jours meilleurs…

En toute logique, quand je pars, la moitié de ma valise est occupée par des livres (et non, j’ai déjà testé la liseuse électronique, je SAIS que c’est vraiment pratique en terme d’encombrement mais, toute convaincue par le digital que je suis, je n’ai aucun plaisir à lire un livre qui n’est pas fait de pages à tourner et à renifler, de papier à corner, de bons mots à souligner). Au Costa Rica, je suis donc partie avec 6 livres. Pour 15 jours. Et j’ai du ralentir la lecture des derniers chapitres au risque de tomber en rade.

Premier livre à faire partie du voyage, Alors vous ne serez plus jamais triste de Baptiste Beaulieu. Commencé quelque part en février, j’ai enfin pu lui consacrer l’attention qu’il mérite. Baptiste Beaulieu, vous savez, c’est ce jeune médecin urgentiste qui a partagé son quotidien sur son blog. Comme un très (mais vraiment très) grand nombre de personne, j’ai été séduite par sa plume si juste et ses récits de Vie dans ce qu’elle a de plus beau et de plus dur à la fois. Il y a à peine plus d’un an, Baptiste publie son premier livre. Un recueil reprenant le principe du blog. Dévoré en quelques jours.

Et puis, au début de l’année, ce Alors vous ne serez plus jamais triste.

Alors ?

(C’est bon, j’arrive !)

Alors, le livre est très différent du premier. C’est un roman, et c’est très (mais vraiment très) courageux de commettre un roman lorsque l’on est un médecin et que l’on est enfermé dans sa petite case bien normée. Alors Baptiste a pris plusieurs volées de bois verts de critiques qui disaient en substance que « non vraiment, peut-on être écrivain lorsque l’on est médecin » ?

Je ne suis pas critique (dieu m’en préserve) (je sais pas trop ce que dieu a à voir là dedans mais c’est une expression consacrée), mais je réponds quand même à cette question. Oui. OUI, on peut être écrivain même si l’on est aussi médecin, ouvrier à l’usine, blogueur ou consultant. Et oui, c’est fatigant, ces petites cases si nombreuses dans lesquelles on aimerait bien nous faire entrer, fusse à coup de maillet.

Alors vous ne serez plus jamais triste, c’est l’histoire d’un médecin (je vous arrête tout de suite, la comparaison s’arrête là) si las de sa vie qu’il a décidé de mettre fin à ses jours. Il croise la route d’une grand-mère aussi adorable que barrée. Celle-ci lui propose un marché : elle a 7 jours pour le faire changer d’avis. Si dans 7 jours, elle n’a pas réussi à le convaincre de ne pas attenter à ses jours, elle le laissera en finir avec la vie.

J’ai beaucoup aimé découvrir Baptiste Beaulieu dans ce registre. La plume est toujours enlevée, toujours jubilatoire. L’histoire est exquise. Bien-sûr, il y a parfois quelques longeurs et quelques maladresses. Mais le verbe reste haut, et la philosophie de ce roman tellement positive qu’on le referme la larmichette à l’oeil, le coeur tout empreint d’une allégresse qu’on n’avait pas ressentie depuis longtemps.

Lisez-le. Vraiment.

monavis-TRES BON

Ce que dit la 4ème de couv : C’est l’histoire d’un médecin malheureux, qui ne se rappelle plus comment soigner depuis que sa femme est partie. Il a décidé de mettre fin à ses jours le soir même.
En se jetant dans un taxi pour régler quelques affaires à l’hôpital, il fait la connaissance de sa mystérieuse conductrice : une vieille dame excentrique capable de deviner quand les gens vont mourir, juste en les regardant dans les yeux. Pour convaincre le Docteur de revenir sur sa décision, elle exige sept jours durant lesquels il devra se soumettre à toutes ses fantaisies.
Le compte à rebours est lancé jusqu’à l’échéance finale. Qui gagnera du désespoir ou de la joie de vivre ? Que s’est-il passé dans la vie de cet homme pour qu’il en arrive là ? Qu’a vécu cette femme pour qu’elle prenne aussi violemment le parti de la vie et du bonheur ?
Avec une poésie joyeuse et une grande émotion, Baptiste Beaulieu imagine une merveilleuse rencontre entre deux êtres qui cherchent à réenchanter le monde.

Médecin généraliste âgé de 29 ans, Baptiste Beaulieu est l’auteur d’un premier livre remarqué, Alors voilà, les 1001 vies des Urgences (Fayard 2013 ; Livre de poche, 2015), qui a connu un très beau succès de librairie et a été traduit en douze langues. Son blog « Alors voilà » compte plus de 5 millions de visiteurs.

Commentaires

Ok. Je le mets dans la liste des romans qu’Amazon me livrera à Cannes (ou comment ne pas encombrer la valise)(de l’aller quoi…) ^^
Merci de la recommandation !

Répondre

Ma technique lorsque j’ai trop peu de temps pour lire et que je voudrais que les journées durent 48h, c’est à dire quasiment toute l’année, c’est de lire minimum 10 pages par jour, même lorsque je me couche tard. Ça me permet également de redescendre après des journées tendues !

Répondre

Oh ! Je me laisserais bien tenter par ce Baptiste Beaulieu 🙂 Merci beaucoup pour l’idée !
A bientôt,
Les Décalées

Répondre

Dans ma to do list! Merci pour la découverte! 🙂

Répondre

Merci de la découverte, dévoreuse de livre j’ai du passer à côté de celui-ci. Merci aussi pour l’adresse du blog, que je ne connais pas (c’est ça d’être encore une lectrice « novice » de la blogosphère).

Je disais comme toi pour la liseuse (AH NON!) et au final j’ai trouvé le compromis quand mes sacs à mains ont craqués les uns après les autres (ah bon, c’est pas fait pour contenir mon dernier pavé de 800 pages, mon porte monnaie, chéquier, portable et autres?! Comment ça?) et que ma valise refusait de passer sur la balance pour l’avion… Je ne met sur ma liseuse que les livres que je ne compte pas relire ou autre… Disons qu’a défaut d’être parfait, c’est utile!

Je pars de suite lire tes anciens billets portant sur la lecture (ça c’est l’avantage d’être une nouvelle lectrice 🙂 )

Bonne journée.

Répondre

J’ai lu ce livre quasi d’une traite. J’ai découvert ce roman par hasard au détours d’un rayon d’une grande librairie parisienne. Quel beau conte, quelle belle leçon de vie. j’ai ADORE. Je l’ai offert à ma meilleure amie afin qu’à son tour elle vive cette histoire merveilleuse
Vite lisez-le

Répondre

c’est amusant ce que tu dis sur la liseuse ; clairement si je devais citer une invention de ces dernières années c’est celle que je nommerais en premier tellement j’y suis addict ! je me souviens aussi des kilos de livres que j’emmenais alors que j’ai maintenant une kindle de quelques centaines de grammes. chacun a vraiment un rapport différent au papier 🙂

Répondre

Bien d’accord avec toi Deedee, ça suffit les cases! on ne résume pas à notre métier, on a le droit de faire autre
chose, d’avoir des centres d’intérêt et des activités divers et variés! et sortir des sentiers battus! c’est mon petit combat personnel au quotidien de défendre ça 🙂 merci pour le conseil lecture au passage

Répondre

Je ne connaissais pas du tout ce médecin-écrivain, mais tu m’as donné envie d’aller jeter un oeil à son blog, et qui sait, si je suis séduite, peut-être à lire ses livres !

Répondre

J’ai lu récemment son premier livre et je n’étais pas sûre de poursuivre avec celui-ci, mais ton avis me fera peut-être changer d’avis! Merci pour ce billet lecture et vivement les prochains! 😉

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donec consequat. Aenean libero. Sed venenatis sed tristique diam Curabitur felis