Bernadette a disparu, de Maria Semple

Bernadette a disparu Maria semple

Diantre, voilà bien longtemps que je ne vous avais pas fait part d’un avis lecture ! C’est que, oui, voilà, la faute encore et toujours au scooter. Et à une ou deux méchantes lectures qui m’ont perdues dans leurs méandres remplis de longueurs, de terminologies savantes et d’histoires à rallonge. Ne rayez pas la mention inutile.

Bref, comme disait Pépin. Un jour d’errance (en vrai, je tentais de vérifier en loucedé que mon livre était bien à la librairie Chantelivre de la place de la mairie d’Issy les Moulineaux) (choux blanc, SCANDALE) (j’ai pas osé la jouer « bonjour, je cherche un livre génial, 5 Saisons à Paris, vous l’auriez ? ») (je suis VRAIMENT une pauvre fille). Un jour d’errance, je me retrouvai de manière tout a fait fortuite dans une librairie où j’ai quelques habitudes. Et où les conseillers ont toujours des avis très avisés. Après avoir fait part de mon cahier des charges – « je veux une lecture positive, youpi, un peu barrée et qui me tienne en haleine » -, la fille m’a sorti sans broncher Bernadette a disparu, de Maria Semple.

Bonne pioche ! C’est intelligent, bien ficelé, original et juste ce qu’il faut de barré. J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, enlevée, drôle, parfois touchante. Beaucoup aimé également l’histoire, celle de Bernadette, une brillante architecte qui bat en retraite après un projet, son premier projet !, particulièrement brillant. Bernadette se terre dans une ville qu’elle n’aime pas, et s’oublie peu à peu. Jusqu’au jour où elle disparaît, donc.

Bernadette a :

  • un mari brillant qui bosse comme un dingue chez Microsoft
  • une petite fille sobrement prénommée Balakrishna d’une intelligence rare
  • des voisines qui la détestent
  • une maison qui fait peur
  • un énorme chien qui pue mais qui est très attachant

Bref, c’est drôle. Et au-delà du récit trépidant, j’ai aimé cette introspection vers laquelle ce livre nous pousse sans crier gare. Un vrai bon livre !

monavis-TRES BON

Ce que dit la 4ème de couv’ : paralysée par son propre génie, asociale, trop brillante, trop originale et trop angoissée pour la petite ville bien comme il faut où elle a atterri, Bernadette a compris qu’on l’enfermait peu à peu dans une cage dorée. Alors elle a fui Seattle et ses mères de famille exemplaires jamais à court de muffins, son mari, gourou chez Microsoft dont l’esprit trop cartésien ne parvient plus à la comprendre, et son passé glorieux d’architecte visionnaire, montée trop haut trop vite et que la chute a laissée bancale.

Tout a commencé quand Bee, brandissant son bulletin de notes, a réclamé la récompense qu’on lui avait promise : un voyage en famille en Antarctique ! Une idée suffisamment folle et hors norme pour plaire à Bernadette… Si elle n’avait pas développé une agoraphobie telle que la moindre course est une épreuve insurmontable. En cachette, elle a même recruté une assistante virtuelle basée en Inde qui prend en charge la moindre de ses démarches.
C’est un des secrets que Bee découvre en partant à la recherche de sa mère, au milieu d’échanges musclés et souvent comiques avec les voisins, professeurs, anciens collègues… À chaque page le puzzle se dessine, révélant peu à peu l’image émouvante et juste de l’amour inconditionnel d’une fille pour sa mère géniale et imparfaite. 

Commentaires

Merci Deedee pour tes conseils lecture. Perso je les adore, ça colle en général pile-poil avec ce que j’aime.

Répondre

J’ai aussi passé un super moment avec Bernadette! Le mot qui me vient à l’esprit quand je parle de ce roman: chouette. Oui, c’est vraiment un chouette roman!

Célestine

Répondre

Tiens j’ai commenté ce livre la semaine dernière, j’ai beaucoup aimé aussi même si la fin est un peu plus rocambolesque, elle est quand même logique 🙂

Répondre

Ah ben je me joins à ton engouement pour ce bouquin, je l’ai acheté récemment et c’est bien mon meilleur investissement livre depuis quelques mois.

Répondre

Merci pour le tuyaux, ça me tente 😉 et ça me fait gagner un temps fou dès qu’on me donne des idées.

Répondre

C’est ma cops Véro qui a fait la couverture (elle bosse chez Plon) et donc il attend gentiment dans ma pile à lire ^_^
J’ai encore plus hâte du coup…!

Répondre

Ca me donne envie! Je suis plongée dans Gone Girl de Gilian Flynn (à lire!!) et j’ai l’impression qu’il y a quelques similitudes!

Répondre

J’ai des dindes parmi mes amies, faut pas croire 😉 C’est juste que j’aimerais que ma fille ne vive pas dans la dictature de la beauté (d’abord! pourquoi devrait-on être beau, y a pas plus intéressant dans la vie?) et de la maigreur encore moins. Je trouve qu’elle a tellement d’autres choses plus intéressantes à faire (et à subir). V’là.

Répondre

Salut Deedee,
est-ce tu as lu ‘La Voleuse de livres’ de Markus Zusak? si oui, quel est ton avis, si non, je voudrais te le conseiller

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

amet, ante. ut pulvinar in ipsum et,