Blankets, manteau de neige de Craig Thompson

Une bédé visiblement cultissime à côté de laquelle j’étais passée complètement à côté… à tort !

En ce moment, je fais une pause avec Millenium avant d’attaquer le tome 2 et j’ai envie de consommer de la bédé. Ce qui se traduit par une espèce de boulimie à la librairie d’à côté, que j’essaye autant que faire se peut d’éviter pour ne pas y laisser la peau de ma CB. Grande dévoreuse de livres de poche, j’ai un peu de mal à claquer entre 10 euros et 30 euros pour un livre, en l’occurrence, une bédé, dont je vais probablement venir à bout en quelques heures à peine (quand ce n’est pas moins d’une heure).

J’ai pourtant succombé lors de ma dernière virée librairie et ai acheté entre autre ce Blankets, manteau de neige de Craig Thomson. Bien m’en a pris !

Ce roman graphique autobiographique est fabuleux, je regrette de ne pas l’avoir lu en 2004, année de sa sortie en VF.

Les dessins, tout d’abord. J’aime les traits de Craig Thomson : souples, précis, poétiques. J’avais presque l’impression d’avoir un carnet de croquis entre les mains… Succulent.

L’histoire, ensuite. Celle de Craig, qui raconte sa première histoire d’amour. Intense, bouleversante, hallucinante, onirique : je suppose ne pas être la seule à avoir eu ce petit pincement au cœur à mesure que le narrateur se livrait. Tout cela se déroule qui plus est dans le contexte de cette Amérique si profondément chrétienne, à la limite du conservatisme. La religion a un impacte fondamental dans la vie et dans l’éducation de Craig… et entrave sa liberté dans la mesure où il baigne encore une fois dans une chrétienté bordée de conservatisme dont il ne comprend pas toujours les contradictions. Tout cela est merveilleusement bien mis en scène.

La morale de tout ça, enfin : et là, je vous laisse le soin de la découvrir… Je vous gâcherais le plaisir à vous livrer tout d’un seul coup !

Ce que dit la 4ème de couv : Drôle d’enfance pour Craig. Il grandit dans un cadre idyllique, celui d’une ferme isolée dans les bois du Wisconsin, où il cotoie biches, renards, ours, blaireaux… En revanche, la petite ville où il va à l’école est emblématique de l’Amérique profonde : repliée sur elle-même, violente, raciste. Une intolérance subie de plein fouet, à laquelle vient s’ajouter une culpabilité omniprésente entretenue par son éducation ultra-catholique. Lassé de l’autoritarisme de son père et des brimades vécues à l’école, Craig se réfugie dans le dessin, “plaisir frivole” dont s’efforcent de le détourner ses éducateurs. Son sentiment de culpabilité atteint son paroxysme lorsqu’il tombe raide amoureux de Raina, rencontrée dans un camp de vacances paroissial. Une passion qu’il parviendra tout de même à vivre jusqu’au bout… et qui lui redonnera goût au dessin, pour notre plus grand bonheur!

N’hésitez pas, si vous ne l’avez pas encore lu : vous savourerez à petit feu ces quasi 600 pages de bonheur 🙂

Un extrait pour ceux qui voudraient voir à quoi ressemble les dessins de Craig Thomson (désolée, je n’ai trouvé qu’un extrait en anglais… ça vous fera réviser un peu bande de scrogneuxgneux !)

Commentaires

Je vais sans doute énoncer une hérésie…

Mais, vivant à Paris, tu ne peux pas emprunter tes bandes dessinées dans les bibliothèques municipales ?

Elles sont très bien achalandées et ça évite de se poser des problèmes de sous !

Répondre

J’ai répondu un peu plus bas aux propos de Juliette qui résume bien ce que je pense 🙂 Et puis, encore une fois, je n’ai pas le temps. Le seul jour où je peux éventuellement y faire un saut, c’est le samedi, et le samedi, j’ai toujours 50 trucs à faire ! cela étant, ça résout effectivement le problème des sous 😉

Hum, ça donne très envie !! Moi qui peste devant les envies de bédé de chéri, je risque de m’y mettre aussi… Sinon je parle un peu de toi chez moi aujourd’hui 😉

Répondre

J’ai adoré (tout comme mon ami) ce très beau et très touchant roman graphique ! Je dirais même plus : il fait partie de nos I.N.C.O.N.T.O.U.R.N.A.B.L.E.S !!

Répondre

JAMAIS ENTENDU PARLER!!!! Je me précipite. je sais pas où ni quand mais je me précipite !!! merci !

Répondre

Merci pour cette découverte, je connaissais pas non plus ! C’est vrai que je suis très tentée maintenant ^^
Bonne journée !

Répondre

Je ne suis pas trop BD d’habitude, je trouve que ca se lit trop vite, que ce n’est pas toujours tres abouti… mais je n’ai pas du tomber sur les bonnes. Il faut que je réessaye. Il y a tellement de choix, je vais bien finir pas trouver mon bonheur.

Répondre

Ca a l’air vraiment pas mal, et je n’en ai jamais entendu parler! 🙁 Tout ce qu’il faut rattraper en matière de BD, c’est terrible!
Moi aussi j’avais la fièvre de BD, j’ai lu le dernier Blake et Mortimer (sympa, mais j’aurais préféré une histoire un peu plus travaillée)

Répondre

Très bon choix : je ne l’ai pas encore lu mais j’en ai entendu tellement de bien, ton billet a achevé de me convaincre, il faut que j’aille faire un tour en librairie 😀

Didou : je ne me permettrais pas de répondre à la place de Deedee, mais de mon côté, j’adore "acheter" les livres plutôt que les emprunter à la biblio. 1. Parce que ça fait vivre les éditeurs, et c’est important pour moi. 2. Parce qu’un livre, c’est intime : je l’emmène partout avec moi, dans mon lit, dans mon sac. J’ai besoin qu’il soit à moi, et de savoir que je pourrais le ressortir dès que l’envie m’en prendra, pour le relire ou simplement le feuilleter, ou pour le prêter et le faire découvrir à d’autres 🙂 Je n’ai rien contre les bibliothèques, il m’arrive d’y aller, mais je n’ai pas le même rapport au livre "emprunté" qu’à celui acheté.

Répondre

Oui, j’ai un peu la même vision des choses que toi quand aux livres de bibliothèque… c’est drôle d’ailleurs comme tu résumes bien mon sentiment à moi aussi ! Et surtout, surtout.. Je n’ai pas le temps d’y aller…

Oui, Blankets, c’est fabuleux, je l’ai lu à sa sortie (il faut dire que je suis à la source, je suis bibliothécaire !!!) et à la lecture de la dernière page, j’étais déjà nostalgique…

Répondre

Bon ben voila encore une BD que je n’ai pas appréciée du tout a telle point que sitôt achetée sitôt lue sitôt revendue. Un peu trop névrosée pour moi ce mec! Quand je suis allée à Angoulême, j’ai discutée avec une nana de chez Casterman en achetant Kiki de Montparnasse ( que je te conseille, je suis sure que tu adorerais), on a parlé du cas Thompson, personne ne comprend que je n’ai pu aimer ce livre et elle m’a conseillé de lire son carnet de voyage, un americain en balade, et je dois dire que ça m’a réconcilié avec lui. Les dessins sont sublimes!

Répondre

je suis une fan de la premiere heure de craig thompson. A la lecture de blankets, j’ai perdu toute notion du temps, je l’ai terminé, refermé et j’ai versé ma petite larme…peut etre parce que j’ai trouvé que 600 pages c’etait trop court et peut etre aussi parce qu’il avait touché la corde sensible. pas de sensiblerie, juste le ton juste. j’ai rencontré ce mec l’an dernier à angoulême, c’est un amour (et beau comme un dieu en plus…) lis ces autres bd, "adieu chunky rice" et "un americain en balade" , ça vaut le detour.

Répondre

Il paraît que les autres bédés de cet auteur sont moins succulentes… Mais clairement, je les lirai : j’ai trop aimé celui-ci pour passer outre !

Oups, Caro, j’espère que tu n’es pas vexée par mon commentaire : les bibliothèques ont aussi leur charme. Tellement qu’à une époque, je voulais être bibliothécaire moi aussi 🙂

Répondre

C’est que le dessin est très chouette, ça donne envie!

Répondre

Pour ma part, je ne suis pas trop bédé mais pourquoi pas… Je lis en ce moment le livre que tu avais conseillé La double vie de Pénélope B.

Au fait, où en es tu avec ton passeport ?!?

Répondre

Uhhh toujours rien pour le passeport. J’angoisse sévère ! Tu aimes alors la double vie de Pénélope B. ?

J’adore cette collection de chez Casterman, je viens de terminer "Kiki de Montparnasse", un vrai régal !

Répondre

Je fais mon enquiquineuse (c’est mon métier d’un autre côté ;)) mais tu as mal orthographié le nom de l’auteur dans ta note (je m’en suis aperçue car j’ai fait un copier coller du nom pour une recherche sur Amazon pour la mettre dans mon panieret je n’ai rien trouvé comme résultat).

Pas bien grave… Merci encore pour tes conseils BD

Répondre

Si si c’est important ! Merci de me l’avoir signalé, je corrige 🙂

Oui j’aime bien la double vie de Pénélope B. mais pour l’instant j’en suis qu’au début…Je te tiendrais au courant. Je viens de finir cul de sac et j’ai adoré.

Sinon, j’espère que tu auras ton passeport à temps. Ma copine est exactement dans le même cas que toi. Elle pars au maroc pour participer à un colloque et elle attend désespérement son passeport. Elle doit partir demain et toujours rien…
Courage !

Répondre

Je connaissais pas..et ça donne bien envie de le lire ! J’ai lu Millenium et j’ai enchaîné avec…une BD également ! Il s’agit de Quartier Lointain, que je conseille en matière de graphic novels.

Répondre

Alors si tu as aimé Graig Thomson, mais dans un style très différent, je te conseille Taniguichi, "Quartier Lointain" et "Le Journal de mon père"; mais aussi Art Spiegelman "Maus", et tous les journaux autobiographiques de Joann Sfar. Ce sont mes essentiels…

Répondre

j’adore cette bédé, et puis même avec un train de retard elle mérite d’être lue *0*
sinon très chouette ton bogl 🙂

Répondre

Je suis tombé dessus complètement par hasard il y a quelques années en fouinant dans la bibliothèque de mon frère.
Ca a été un sacré choc… Le style graphique maitrisé et très accessible, l’histoire à la fois poétique et tellement réaliste… Rien que d’y penser, j’en suis ému.
De Taniguchi, je ne saurais que te conseiller "Le gourmet solitaire" et "L’homme qui marche", pas grand chose à voir avec Blankets si ce n’est l’émotion qu’ils dégagent au travers de la narration et d’un trait sans artifices.
Sinon, dans un registre beaucoup plus léger, les BD de Riad Sattouf : "Retour au collège", La vie secrète des jeunes", "No sex in New York"

Répondre

Ma BD préférée que j’ai lu en une fois jusqu’à 4h du mat’ en pleine déprime … ça aide pas…quoi que… Mais j’ai adoré !!!!

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorem leo. accumsan venenatis risus libero ipsum odio ut ante. Aenean fringilla