Ce que je sais de Vera Candida, de Véronique Ovaldé

Décidément… Cet hiver, j’avais enchainé les déceptions en matière de lecture, et je n’avais de cesse d’aborder des lectures poussives, plombantes, usantes.

Et curieusement, c’est tout l’inverse qui se produit depuis quelques semaines.

Après le très bon livre de Delphine de Vigan, je me suis plongée avec délices dans le monde imaginaire crée par Véronique Ovaldé.

Rendez-vous sur l’Ile de Vatapuna, quelque part en Amérique Latine. On y fait la connaisse de Rose Bustamente, une ancienne prostituée devenue pêcheuse non pas repentie, mais pêcheuse de poissons volants.

L’écriture est légère et précise à la fois, je crois que j’aime profondément le style de Véronique Ovaldé, doté d’une vraie personnalité, d’un caractère à nul autre pareil. Quel bonheur d’être encore surpris par un style, une manière d’écrire… !

Mais je m’égare.

Je disais donc que le style est léger et affûté tout à la fois. Pourtant, sous cette apparente torpeur caractéristique des tropiques, un drame se trame. Rose Bustamente est enlevée par un gangster -et goujat !- récemment installé à Vatapuna.

Lorsqu’elle arrive à s’enfuir, Rose Bustamente se rend compte qu’elle est enceinte de son geôlier. Et c’est précisement ce drame qui sera le premier d’une longue série, un drame qui aura des répercutions sur 4 générations.

On pourrait croire, à lire ce résumé un peu grossier, que le livre est d’une sauvagerie et d’une noirceur sans fond. Il n’en est rien.
La prouesse de Véronique Ovaldé réside dans le fait que ce décor imaginaire permet un détachement salvateur.

Et puis, il y a dans ce mode imaginaire ces odeurs, toutes ces odeurs que l’on hume au fil de la lecture.

Vous l’aurez compris : il s’agit là d’une vraie, bonne lecture que je ne peux que vous recommander chaleureusement !

Ce que dit la 4ème de couv’ : Quelque part en Amérique du Sud, dans l’île de Vatapuna ou à Lahomeria, trois femmes d’une même lignée semblent prédestinées à connaître le même sort : mettre au monde une petite fille et être forcée de taire à jamais le nom du père. Elles se nomment Rose, Violette et Vera Candida. Ce sont des femmes éprises de liberté mais enclines à la mélancolie, des femmes téméraires mais sujettes aux fatalités propres à leur sexe. Chacune à sa manière se bat pour faire honneur à ce qu’elles sont : des mères affranchies, bien décidées à se choisir ellesmêmes leur destin.

Dans cette fable éblouissante où le réalisme se mêle à la magie, on retrouve « tout » Véronique Ovaldé, son écriture enchantée, sa fantaisie et son goût pour le merveilleux. Ce que je sais de Vera Candida a l’envergure des histoires universelles.

Commentaires

Bonjour Delphine!
Je suis surprise que tu aies aimé ce livre à ce point…. Je l’ai laissé tomber il y a quelques temps justement au moment où Rose s’apercevait qu’elle était enceinte…
Je crois que je vais me forcer à le finir, tu m’as donné envie 🙂
Bonne journée!
Houda

Répondre

Lis le, je t’assure !

Enfin un « à ne pas manquer ! » Je l’attendais parce que pas follement amoureuse des livres que j’ouvre en ce moment. As-tu lu « Coeur cousu » ?

Répondre

Non ! Il est, parait-il, encore mieux… J’attends un peu avant de l’attaquer 🙂

Les bons livres, les mauvais livres, ça marche souvent par série ! Je rajoute sur ma liste de livres à lire…

Répondre

Hmmmm, pourquoi pas !! !(je suis toujours sur le potentiel érotique de m femme, j’ai pas beaucoup de temps pour lire moi !!!!)

Répondre

Marrant, il est justement dans mon sac en attente d’être commencé. Faut que je finisse « les justes » de Camus avant 🙂

Répondre

Moi aussi, j’ai adoré ce roman si original et qui dénote dans le paysage littéraire français. Il fallait oser se lancer dans cette ambiance des Caraïbes, avec le risque se voir comparer au grand Garcia Marquez. Eh bien elle s’en tire plus que bien et on nous fait oublier toutes les références pour créer un univers à elle, un monde original. La fin ouverte est une jolie idée qui laisse rêver le lecteur.

Répondre

Un vrai coup de cœur pour moi aussi, j’ai également eu l’impression de découvrir un style unique, nouveau, un vrai délice !

Répondre

tiens il me tente bien celui ci j’avais déjà lu des critiques intéressantes, merci !

Répondre

tout comme toi deedee, j’ai moi aussi énormément apprécié le dernier ouvrage de véronique ovaldé. un véritable coup de coeur.
voici les qq lignes que j’avais écrit à ce sujet :

« coup de coeur lecture via le dernier roman de véronique ovaldé.
un rythme effréné, une écriture irréprochable pour dépeindre le destin de quatre femmes d’une même lignée. rose, violette, vera candida et monica rose évoluent dans une amérique du sud imaginaire et il sera difficile de les oublier… »

merci de nous faire partager tes lectures, c’est une rubrique que je lis avec plaisir sur ton blog (mais pas que…)

Répondre

J’ai beaucoup aimé « Le sommeil des poissons » de la même auteure. Peut être que je vais me laisser tenter par celui-ci également !

Répondre

Ce livre a été également une très heureuse surprise pour moi, et je découvre ton blog avec grand plaisir!

Répondre

Coeur cousu est top ! Onirique, attachant et tout et tout
je vais me procurer celui ci !

Répondre

C’est amusant, je l’ai lu la semaine passée et j’ai vraiment adoré aussi. Très très beau livre.
Je te recommande chaudement aussi Anges de Julie Grelley et Principe de précaution de Matthieu Jung.

Répondre

Moi aussi j’ai bcp aimé ce livre. Boulversant.
J’ai donc continué avec « Et mon coeur transparent » qui me captive nettement moins…
Merci pour ton blog, source de mes lectures et de mes sorties parisiennes.

Répondre

Merci Cathy, ça me touche ! Bonne lecture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

venenatis, dolor id Praesent venenatis ut