Bise en ville

Enfin, ENFIN, après plus d’un an de travail et de collaboration, je suis en mesure de lever le voile sur ce mystère… plus vraiment mystérieux pour certains observateurs au regard affuté, mais quand même !

L’année dernière, quasiment à la même époque. Anne-Solange, Nadia, Marie et moi recevons un email. Lequel nous propose de créer un sac pour Lancel… rien de moins !

Je vous passe les « hiiiiii », les « aaaaaah », les « maisattendscesttrodingue » de rigueur. Passée la stupeur, nous avons intégré la nouvelle : oui, nous étions bel et bien conviées à créer un sac pour la marque.

Difficile de résumer un an de travail, un an de réunions, d’échanges, de choix à faire pour la forme du sac, sa couleur, la matière, son nom, la taille des rivets, leur couleur et j’en passe. Créer un sac est un vrai métier, vous pouvez me croire !

Nous avons eu la chance d’être entourées par les équipes de Lancel, lesquelles n’ont fait que nous guider dans nos choix et répondre à nos questions trépidantes et truculentes (« cette taille là, ça sera vraiment portable ? Et les rivets, là, vous cautionnez notre choix ? »).

Et voilà : un an après, notre bébé est près !

Et parce que quelques images valent parfois mieux qu’un long discours, voilà quelques photos prises à Florence, dans les ateliers de Lancel, les ateliers Feruzzi (la marque partage ces ateliers entre autres avec Gucci ou Escada… nan, l’idée de voler un des 500 sacs mis sous notre nez ne m’a JAMAIS effleurée, bande de mauvaises langues !).

Nous y avons été en novembre pour suivre pas-à-pas l’assemblage du prototype de notre sac, étape oh combien excitante / stressante / dingue :

Je vous en montre plus très vite…

Avant dernier point (et mains moites…!) : notre bébé va être vendu.

Initialement, il n’était pas question de faire une exploitation commerciale de notre sac. Et puis… les équipes de Lancel ont finalement décidé d’en produire et d’en vendre une édition très limitée de 300 exemplaires, numérotés et fabriqués dans les ateliers Feruzzi.

Ils sont mis en vente à partir d’aujourd’hui dans certaines boutiques Lancel et dans deux coloris : bleu (doublure fushia) et noir (doublure beige) et au prix de 980 euros (oui, on est d’accord…!).

Parce que nous voulions que cette collaboration ait un sens, nous avons décidé de reverser l’intégralité des royalties que nous toucherons via la vente de ce sac à une association qui œuvre contre le cancer du sein (je vous donnerai le nom de l’assoc dès que l’accord sera tout a fait acté. Il y a un milliard de démarches aussi fabuleuses qu’inattendues lorsque l’on veut faire don d’une somme d’arg