La dernière pissotière de Paris (oui messieurs !)(*)

Ah ça, on peut dire qu’elle a fière allure, cette ancienne vespasienne ! Campée pile devant la prison de la santé, elle assiste au ballet ininterrompu des voitures qui circulent jour et nuit sur le boulevard Arago. Inlassablement repeinte, elle est le dernier vestige de ce Paris des années 1830, période pendant laquelle le préfet de Seine d’alors en fit installer près de 500 un peu partout dans la ville.

Outre leur utilisation première, les vespasiennes furent un lieu incontournable de rencontre pour les homosexuels ainsi que pour les membres de la résistance. Aujourd’hui, seuls les chauffeurs de taxi les utilisent.

Et ce nom, Vespasienne ? On le doit à l’Empereur Romain Vespasien qui les avait fait construire dans le but de lever un impôt sur la collecte d’urine utilisée dans les teintures (dixit Wikipédia). Tancé pour cette mesure, il eut alors pour réponse le fameux « l’argent n’a pas d’odeur« … eh oui !

C’était deedee, en direct de Paris pour cette minute de culture, confiture plein les mirettes. Bonsoir !

(*) Un rapport avec le sujet abordé ce matin ? Rhooo, comme vous y allez.. !

Commentaires

Pour que se soit en rapport avec tes deux posts du jour voici un petit extrait d’une chanson d’un gentil musicien et Chanteur Breton Yvon Etienne.

…tous ces bruits à leurs auteurs, je les laissent froidement tomber dans la cuvette de l’endroit ou jvais faire mes mots croisés…

(Si tu le souhaites Deedee, je peux te donner l’adresse mail de sa maison d’édition)
@+

Répondre

Je suis pour la réintroduction des vespasiennes. Marre de voir des mecs se soulager contre la petite maisonnette en briques que j’aperçois de ma fenêtre !

Répondre

très sympa effectivement! comme quoi on ne cesse de s’instruire 🙂

Répondre

D’accord avec vous, surtout que ça a une certaine classe! Par contre je ne sais pas au niveau de l’odeur, comment ça se passe…

Répondre

De toute évidence, je me coucherai moins bête ce soir !!

Répondre

Trop fort. Passer de Dame Deedee à Dame Pipi…

Répondre

J’emprunte souvent le boulevard Arago mais j’ai jamais fais attention à ce vestige des temps passés.

C’est bête que ce soit constament taguer.

Répondre

Ouh je ne savais pas tout ça! Ca serait bien qu’ils la laissent, vestige de Paris. Très sympa cette minute culture!

Répondre

Pas mal ce p’tit article
Maintenant il va falloir que je trouve une occasion de caser "l’argent n’a pas d’odeur" dans une discussion pour pouvoir étaler ma culture…

Répondre

raalala! ça fait partie des petites choses insolites qui me font trop regretter d’avoir la capitale! j’aimais bien l’idée de tomber sur un truc étonnant à chaque coin de rue…

Répondre

Je ne savais même pas qu’il en restait à Paris. J’en avais vu une à Amsterdam qui est maintenant une attraction touristique 🙂

Répondre

Coincidence énorme !
Je rentre d’un mois de vacances vendredi, je fais un tour sur internet pour me remettre un peu au courant (et donc un tour sur le blog de deedee)

Et paf, aujourd’hui dimanche: la rando roller est passée juste devant ! J’ai pensé à toi.

Répondre

Et tu viens ici me dire que tu rentres d’un mois de vacances ? Pfffffffffffff

superbe petite note culturelle 🙂
j’ignorais qu’on pouvait voir de telles antiquités à travers les rues de paris !

Répondre

C’est tout ce que j’aime à Paris : tomber sur de tels… monuments ? Vestiges du passés, objets ou rues insolites… Un régal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ut fringilla eget elit. tristique ultricies