La preuve par neuf, Dorine Bertrand

Une lecture de plage par sa taille, mais certainement pas par son contenu !

Je ne suis pas une grande fan des nouvelles. Si j’apprécie les intrigues qui se nouent -et se dénouent- rapidement, j’avoue rester un peu sur ma faim lorsque je m’adonne à ce genre. Et puis rien à faire : enchainer plusieurs histoires à la suite me laisse toujours un goût désagréable d’inassouvi.

Pourtant, j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce recueil de neufs nouvelles. Beaucoup beaucoup. Parce que les neufs intrigues sont poignantes, originales, piquantes, noires et drôles tout à la fois. Parce qu’une fois n’est pas coutume, j’ai réussi à accrocher à ces neufs nouvelles sans en sortir avec un sentiment de frustration intense. Parce qu’au moins trois nouvelles m’ont prises aux tripes, et parce qu’en particulier l’une d’entre elle trotte encore dans ma tête alors que j’ai refermé ce livre depuis quelques jours déjà. Parce que j’aime le style précis et incisif de cette auteure.

Je crois que seul le résumé de la 4ème de couv’ pourra vous éclairer un tant soit peu : Neuf nouvelles, entre le rire et la nausée, pour décliner un éventail de vertiges : en coup d’envoi le passage de la ligne, la ligne de crête, celle de la vie. Après l’ascension, c’est la descente, la dévalée, le compte à rebours. Pour avoir entendu à la radio que la vie d’un homme, d’un homme bien moyen, comme lui, s’arrêtait en général à 79 ans, le narrateur, passé les trente-neuf ans et six mois, sombre dans le malaise. Il s’affaire alors à noter les occasions perdues et les temps morts.

Surviennent ensuite les émois d’une punkette de 15 ans, les faux-semblants, aux quatre coins du quotidien, d’une femme mariée en pleine panade sexuelle, ceux d’une mère de famille nombreuse en proie à son treizième bambin, d’une femme toujours parasitée par le spectre criard d’une fillette, d’une obsédée de l’adultère puis de deux autres encore, l’une flanquée d’un mari qui embaume la mort, l’autre travaillé d’envie de guerre.

Hantise, fringale, lubie : toute la lyre du mal-être et de l’angoisse décrits avec un humour noir qui fait rire du pire.

La preuve par neuf est le premier livre de fiction pour adultes de Dorine Bertrand, qui écrit des scénarios de dessins animés et des livres pour enfants… J’espère qu’elle réitèrera l’expérience !

Commentaires

Prem’s! Merci pour l’info, perso je ne suis pas non plus fan de nouvelles. J’aime les roman (style Marc Lévy)mais pourquoi pas ouvrir un nouvel horizon. Bonnes vacances Deedee….

Répondre

Idem pour moi, je n’aime pas beaucoup les nouvelles qui par définition sont courtes et laissent à la fin un sentiment d’inassouvi et de frustration, l’histoire ne dure pas assez longtemps pour approndir les personnages, suivre une intrigue complexe et pleine de rebondissements.
En même temps, la 4è de couverture promet des nouvelles intéressantes.

Répondre

Hello

Bon retour !

Et merci pour ce conseil de lecture, ça me tente bien !

Répondre

Je plussoie pour la couv’, typique le truc qui me rebuterait en librairie.
De toute façon j’ai déjà rechargé les batteries en bouquins divers et variés pour cet été.

Répondre

Perso j’aime autant les nouvelles que les romans… j’aime me faire embarquer rapidement dans une histoire…
Je ne connaissais pas
Merci

Répondre

Si tu aimes ce genre d’univers, tu devrais tenter Joël Egloff et son roman "L’étourdissement". Tu me diras ce que tu en penses..;)

Répondre

Et les nouvelles de Claire Castillon "On n’empêche pas un petit coeur d’aimer", tu aimes???? C’est parfois cru mais j’aime bien son style d’écriture, un peu torturé… bonnes vacances Deedee, tu les mérites amplement

Répondre

Je l’ai dans ma bibliothèque depuis… au moins 3 ans, mais je ne l’ai pas encore lu… Merci, tu me donnes (enfin) envie !

Le couverture est très jolie en tout cas. Oui souvent je choisis mes livres en fonction de la couverture.

Répondre

Commentaire légèrement HS (bien que littéraire)concernant Crépuscule Ville, je peux maintenant te donner mon avis définitif, qui rejoint assez le tien d’ailleurs: vraiment pas mal, mais à mon goût en deçà de ses deux précédents que j’avais beaucoup aimé, comme toi, j’ai trouvé celui-ci un peu trop confus, bien qu’intéressant et ayant un sujet, bien que très noir, très prenant. Donc en résumé j’ai bien aimé, mais un retour vers son "ancien genre" ne serait pas pour me déplaire!
Voilà! Très bonne journée!

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram
This error message is only visible to WordPress admins

Error: No connected account.

Please go to the Instagram Feed settings page to connect an account.

Praesent vulputate, dictum libero Sed facilisis id, sed Aenean