La rentrée

Dimanche 26 septembre. 7h08. J’émerge péniblement d’une nuit qui aura duré en tout et pour tout 4 malheureuses petites heures. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, je suis allée en soirée. Une grosse soirée, en intérieur, plus de 100 personnes, pas de masques.

Je ne suis pas flippée du COVID. Ou disons, pas entièrement. Mais il faut bien l’avouer : je n’ai pas envie de le choper. Je n’ai pas envie de subir cette fatigue intense pendant 8 mois comme ma pote A. qui se remet à peine d’un COVID long contracté en avril dernier. Je n’ai pas envie de perdre le goût et l’odorat. Je n’ai pas envie de m’isoler une fois de plus, d’offrir mon corps à un obscur virus dont on est encore loin de maîtriser tous les tenants et les aboutissants mais dont on a bien compris que non, ce n’était pas qu’une simple gripounette. Je n’ai pas envie de mettre en danger mon amie asthmatique, ni qui que ce soit, en fait, même des inconnus (ici, on pourrait aborder le sujet de notre rapport à l’autre dans la société mais hey, ce n’est pas le sujet !). Surtout, je n’ai pas envie de gérer l’enfant en étant malade parce que soyons clairs, même en pleine possession de tous mes moyens, c’est parfois, ok, souvent, bien bien sport.

Pourquoi je vous dis tout ça ? Ah oui, j’y viens : la rentrée. Je ne sais pas vous mais moi, cette rentrée m’a tuer (la faute est faite exprès, je vous vois au fond de la salle, respirez, ça va bien se passer !). Et que j’ai reçu deux commentaires qui me rappellent quelque peu à l’ordre. Il y a celui de Maguelone, déjà, qui me demande tout de go si la liste des livres publiés fin juillet sonnait la fin du blog. Et puis il y a le commentaire de Josiane qui me demande si je compte publier encore ; elle constate que nous sommes nombreux à déserter les blogs au profit d’instagram et elle le regrette car elle se sent « utilisée ». Bon. Faudra juste que Josiane m’explique en quoi elle a le sentiment d’être utilisée, j’avoue que j’ai loupé un épisode, là. Néanmoins, ces deux commentaires font face à ce constat : je ne suis pas encore revenue ici.

La rentrée, pourtant, j’ai l’habitude. Du temps où j’étais encore salariée et rédac chef d’un média sur les internets, la rentrée, c’était quelque chose. Un branle bas de combat, un sujet à anticiper bien avant la pause estivale pour attaquer dès la fin du mois d’août. Il ne s’agissait pas de louper une sélection shopping ou de se faire damer le pion des dernières tendances beauté par un média concurrent !

La rentrée en free-lance n’était pas forcément plus calme : d’abord, parce qu’un free-lance n’est jamais totalement déconnecté de son activité professionnelle, ici la création de contenus, vous me suivez. Et ensuite parce que la rentrée, en vrai, j’adore ça : ouvrir un nouveau cahier et commencer à noircir ses pages des envies, sujets, projets auxquels donner corps, quelle excitation !

Petite, j’aimais passionnément les premiers jours de rentrées, les fournitures scolaires, les retrouvailles avec les copines, les peaux tannées par le soleil, les trousses qui sentent bon l’envie de saisir le taureau par les cornes. Bon, d’accord, ça durait 24h à peu près mais c’était drôlement bon ! Plus grande, c’est un peu la même chose. La rentrée, c’est fatigant mais les possibles qu’elle draine dans son sillage sont autant de promesses à venir.

Et puis, il y a cette rentrée. Vous voyez, un tsunami ? Genre il gronde au loin mais on a à peine le temps de l’entendre et de comprendre qu’il est trop tard. Voilà. Là, c’est pareil : l’équation reprise des projets + première rentrée en crèche + recherche d’un nouvel appartement + recherche d’une nouvelle crèche parce que c’est une catastrophe + je gère le petit mignon beaucoup plus que prévu + reprise des rendez-vous « en présentiel » + amorce d’un changement de vie + la vie = il n’y a pas eu de nouvel article ici depuis le 28 juillet.

Alors voilà, Josiane, je ne sais toujours pas pourquoi tu te sens utilisée mais sache que ce blog, je ne suis pas prête de le laisser tomber. Parce que bien que je ne te doive rien ni ne te demande quoi que ce soit pour accéder au 3328 articles de ce blog rédigés depuis 16 ans, il est aussi un espace sur lequel je peux écrire des articles ridiculement longs pour m’épancher comme travailler sur une sélection de livres à lire, de jolis projets à découvrir, de destinations pour de futurs voyages à planifier, de conseils pratiques pour pratiquer haut la main la seconde main, le zéro déchet ou comprendre ce qui se cache derrière un bijou éthique. Et que tout ça, l’air de rien ça prend du temps, en plus du compte IG, du podcast et des projets dont je ne parle pas forcément ici mais qui font bouillir la marmite. Je sais bien qu’on ne voit pas toujours la réalité que cachent les paillettes mais c’est du boulot, tout ça.

Surtout, je suis très attachée à ce blog pour tout un tas de raisons à commencer par le fait qu’il m’appartient intégralement, que je ne suis tributaire d’aucun algorithme à la con qui me dit à quelle heure et quoi poster si je veux avoir de la visibilité et que je ne risque pas de perdre tout à coup le fruit de 16 ans de travail. Car oui, Josiane, bloguer est en partie mon métier mais qu’à l’impossible, nul n’est tenu mais tu sais quoi ? Non seulement je l’acte mais en plus, cela ne me pose vraiment pas de problème. Après tout, il parait que la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a (j’ai jamais trop aimé cette maxime usée abondamment par ma grand-mère mais je ne trouve pas d’équivalent aussi à propos…!). Et que parfois, c’est bien aussi de ne pas tout anticiper, de ne pas tout rationaliser et de laisser un peu de place pour l’imprévu. Un peu de place pour vivre, tout simplement.

Et vous, ça se passe comment la rentrée ?!

Commentaires

Je me demandais justement si la situation à la crèche s’était améliorée, je suis désolée de lire que ce n’est pas le cas. Bon courage pour passer au travers de ce tsunami, j’espère qu’il fera beau de l’autre côté!

Répondre

Merci Magalie 🙂 On a une solution qui est en train d’être mise en place. Encore un peu d’énergie, de temps (et d’argent haha) mais ça devrait le faire ! <3

Dur pour la crèche (après nous c’était cata au début – la direction plus que les puer – et aujourd’hui c’est top !)…
La rentrée m’achève tellement cette année que franchement si en plus Josiane me tombait dessus je ne répondrais plus de rien ! Disons que tu es une star et que Jojo te dit en fait que sa vie est moins belle sans ton blog 😉

Bon courage (je me répète en boucle qu’on va y arriver de mon côté) et j’attends Noël ah ah

Répondre

Je ne vois pas où est le problème,moi j’aime te lire ou te suivre depuis de nombreuses années et peu importe le support,blog ,insta,vidéo tu évolues avec les nouvelles technologies mais tu restes la deedee que j’aime.j’ai du mal à comprendre les critiques,c’est vrai qu’on a connu les blogs c’était une époque formidable mais tout évolue et tu es toujours restée proche de tes lectrices ou foloweuses,il y a toujours un dialogue donc mesdames les lectrices il faut vivre avec votre temps.

Répondre

Et bien cela me permet de découvrir que tu as un compte insta que jz vais aller découvrir. Même si j aurais pu deviner car presque tout le monde a un compte insta. Si je peux tenter une explication de la lectrice qui se sent utilisée, c’est que jz trouve qu insta est beaucoup plus égocentrique que les blogs. Et le summum c’est les stories qui citent les autres sites qui citent son propre site (tout le monde suit ?). Bref les blogs ont une profondeur (même avec un ton léger et primesautier comme le tien) une qualité d écriture que n auront jamais les sites IG. Bon continuation

Répondre

Merci!
C’est la première chose que je veux te dire… J’aime bien te lire et si je suis sur IG depuis peu, ce n’est effectivement pas la même chose!
Alors merci, pour tous ces articles déjà publiés, et merci de nous partager ton envie d’en écrire de nouveau…
Je serais heureuse de lire les futurs articles, même si la fréquence et le format évoluent ! On pourrait dire que le changement c’est la vie! Et bon courage pour la suite… Appart, mode de garde etc…

Répondre

Merci!
C’est la première chose que je veux te dire… J’aime bien te lire et si je suis sur IG depuis peu, ce n’est effectivement pas la même chose!
Alors merci, pour tous ces articles déjà publiés, et merci de nous partager ton envie d’en écrire de nouveau…
Je serais heureuse de lire les futurs articles, même si la fréquence et le format évoluent ! On pourrait dire que le changement c’est la vie! Et bon courage pour la suite… Appart, mode de garde etc…

Répondre

Merci beaucoup Camille ! A bientôt, ici ou ailleurs 🙂

Répondre à Pascale Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.