Les vieilles, de Pascale Gautier

Dernière lecture en date, ces Vieilles, de Pascale Gautier. Lesquelles ne m’ont pas vraiment charmée.

La vieillesse est un thème qui m’attire, si j’ose dire, en ce moment. Peut-être parce que j’éprouve le besoin, à mesure que je vieillis moi-même, si ce n’est d’accepter, au moins tenter de me projeter version troisième âge. Oui, vieillir m’interpelle, pour ne pas parler d’angoisse. Mais ça, vous le saviez déjà !

Toujours est-il que je ne saurais vous dire si c’est cet état de fait qui m’a poussée à lire ce livre. En revanche, ce qui est certain, c’est qu’il me laisse une impression mitigée.

D’un côté, j’ai plutôt aimé ces portraits de femmes, pour la plupart, qui se croisent et s’entrecroisent à mesure que le récit avance. J’ai aimé, aussi, cette justesse induite qui par les rapports entre une mère et son fils, qui entre une jeune retraité et ses compagnons de galère. J’ai aimé, aussi, la description de certaines situations, ubuesques, drôle ou poignante.

Mais… je ne sais pas. Il y un petit je ne sais quoi qui m’empêche de fondre complètement pour cesVieilles. Ou bien, de m’y attacher un tant soit peu. Finalement, c’est un peu comme si Pascale Gautier les analysait froidement en omettant de penser qu’un jour, nous en serons là… du moins en théorie. Si je suis capable d’apprécier une scène peinte au vitriol, je crois que l’auteur est un poil trop cynique à mon goût. La tendresse, oui, voilà ce qui m’a manqué pour adhérer pleinement au propos.

Ce que dit la 4ème de couv’ : Il y en a une qui prie, une autre qui est en prison, une autre encore qui parle à son chat, et certaines qui regardent les voisines de haut en buvant leur thé infect.
Leurs maris ont tous disparu. Elles sont vieilles, certes, mais savent qu’elles pourraient bien rester en vie une ou deux décennies encore, dans ce pays où il n’est plus rare de devenir centenaire. Alors elles passent leur temps chez te coiffeur, à boire et à jouer au Scrabble, à essayer de comprendre comment fonctionne un téléphone, à commenter les faits divers, à critiquer leur progéniture qui ne vient pas assez, à s’offusquer de l’évolution des moeurs…
Elles savent que le monde bouge, et qu’elles devraient changer leurs habitudes, mais comment faire, à leur âge? Aussi, l’arrivée de Nicole, une  » jeunesse  » qui entame tout juste sa retraite, et l’annonce d’une catastrophe imminente, vont perturber leur quotidien. Ce nouveau roman de Pascale Gautier est irrésistible par sa fraîcheur, sa volonté de prendre avec humour le contre-pied de certaines idées reçues sur la vieillesse.
On y retrouve avec délectation la causticité et la liberté de ton qui caractérisent ses précédents textes.

Commentaires

Merci pour ton avis, c’est un livre qui aurait pu m’attirer aussi mais du coup je vais passer mon tour au profit d’ « une jeune fille aux cheveux blancs », que tu recommandais il y a quelque temps ;o) Bonne journée!

Répondre

Je crois aussi que je vais plutôt reprendre Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. Des vieilles sans tendresse c’est inimaginable pour ma part.

Répondre

En revanche, moi, j’ai bien aimé ce livre. Je m’y suis attachée à ces « vieilles »… mais tu as raison pour le cynisme et l’ironie. On y a vu la même chose mais on n’a pas ressenti les mêmes émotions et c’est là la magie de la littérature, ou de l’art en général.
Belle journée Deedee.

Répondre

Tout ce que je vois c’est qu’il devient difficile de vieillir sans être oublié des jeunes d’aujourd’hui… moi quand je serais une vieille bavarde j’aimerais bien être comme ma grand mère de bientôt 91 ans… plutôt en forme en fait 🙂

Répondre

J’ai lu y a quelque années un livre de Delphine Coulin (dont le premier long métrage qu’elle a réalisé avec sa soeur vient de sortir, 17 filles) a écrit, il traite de la vieillesse aussi. Je n’arrive plus à me souvenir du titre par contre… J’ai trouvé l’histoire assez bien ficelée.

Répondre

Je viens de le lire… je suis tout à fait d’accord avec ta critique… j’aurais dû m’en rappeler! Biz

Répondre

Merci de ton retour 🙂

Plutôt d’accord avec ton avis. J’ai été plutôt déçu de ce roman qui s’annonçait pourtant plutôt amusant.
Au final je trouve qu’il regorge de clichés et la fin est bien trop ubuesque (et inutile selon moi) pour mes goûts !

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sit libero commodo ante. ipsum facilisis venenatis, Sed nunc neque. nec