Pablo, de Julie Birmant et Clément Oubrerie

Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment, je ne lis plus que des bédés. Ou plutôt si. Disons que je suis prise dans une faille spatio temporelle dans laquelle 1. je ne prends plus le métro et ai de ce fait bien moins de temps pour m’adonner à la lecture, et surtout 2. je suis coincée dans un livre auquel je m’accroche désespérément, tant on m’a vanté ses qualités… mais groumpf, voilà quoi (le malotru a pour titre Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, pour ceusses et celles que l’info intéresserait).

Or donc, je ne lis plus que des bédés. J’ai fini toutes celles que vous avez pu apercevoir ici et ai donc quelques chroniques de retard. Et je referme à l’instant ou presque le premier tome de Pablo, un récit autobiographique en quatre volets consacré à Picasso.

J’ai beaucoup, beaucoup aimé les dessins de Clément Oubrerie, qui n’est autre que le très talentueux illustrateur de l’excellent Aya de Yopougon (qui sort bientôt au cinéma !). Ses illustrations servent si bien le scénario de Julie Birmant qu’on ne peut qu’admirer son talent, lui qui est venu à la BD sur la tard après des années consacrées, entre autres, à l’illustration de livres pour enfants.

Quant au scénario, justement, il a la saveur d’un grand cru. Rien de moins ! Si Freud pouvait peut être pécher par une biographie parfois un peu avares de détails, Pablo prend ses aises. Et c’est bien là ce qui en fait un récit aussi bien pensé qu’attrayant.

Un chouette boulot, une vraie bonne piste de lecture pour les amateurs de bédé… mais pas que !

(et si vous voulez me recommander quelques bonnes lectures pour me sortir de ma mauvaise passe du moment, n’hésitez pas…).

Ce que dit la 4ème de couv’ : Cette série de quatre albums raconte la vie de Pablo Picasso jeune homme, à Montmartre, entre 1900 et 1912. Au Bateau-Lavoir, logement pour bohèmes situé au sommet de la butte, Pablo rencontre Fernande, le premier grand amour de sa vie, dont il peindra des centaines de portraits. Au cœur de leur existence, il y a les grands poètes – Max Jacob, le clown tragique amoureux fou de Picasso, et Apollinaire – et puis Gertrude Stein, sa jumelle visionnaire, le peintre Georges Braque, copain de cordée avec lequel il invente le cubisme, sans oublier, au-dessus de la mêlée, avec ses lunettes cerclées de fer, le seul grand rival : Henri Matisse.

Commentaires

Même mésaventure avec le zozio … Moi je m’accrochais au merveilleux souvenir du personnage d’Harper Lee dans le film « De sang froid », mais rien n’y fit….en antidote le livre d’Eric Hazan sur Paris ‘ »l invention de Paris, il n’y a pas de pas perdus » fut efficace, il est génial !!
bonne journée Deedee !

Répondre

Ah, tu me rassures !

Merci pour ta piste 🙂

Je te conseille « chroniques de Jérusalem », « chroniques birmanes », « Pyongyang » ou « Shenzhen » de Guy Delisle. Tout simplement superbes. Bonne journée

Répondre

Tout lu ! Merci 🙂

J’adore venir ici, je découvre toujours des livres à côté desquels j’étais complètement passée. Pablo est le cas. A la lecture de ce billet j’ai bien envie de foncer le lire.
Dernièrement j’ai relu « la couleur des sentiments » mais il me semble que tu l’as déjà lu (ou que tu l’as déjà évoqué).

Répondre

Ne te flagelle pas, il n’a pas paru depuis si longtemps, ce Pablo 😉 (oui, j’ai lu la couleur des sentiments, beaucoup aimé !).

Aya de Yopougan j’adore. Grâce à toi j’ai découvert Vivès, merci bcp.
Je vais de ce pas découvrir les suggestions de lecture merci à vous!

Répondre

^^

Je ne sais pas si tu es très littérature pour « adulescent » mais je viens d’accrocher complètement à la trilogie ‘Hunger Games’ de Suzanne Collins… Difficile de poser le livre.
Un bon pied à l’étrier pour de remettre le nez dans un bouquin ?

Répondre

Pas trop.. mais je note quand même, j’irai la feuilleter par curiosité !

Ah c’est chouette ces chroniques BD !
Je vote pour toutes celles que tu nous as présenté (Freud, la série des « Paul », Pablo…tous géniaux).
Par contre, bémol sur La page blanche, j’ai été terriblement déçue et je n’ai trouvé aucun intérêt au récit.
Dans un tout autre genre, j’ai adoré « Les ignorants » (pour ceux qui veulent en savoir plus sur le vin) et Chroniques de Jérusalem (comme toutes les BD de Guy Delisle) et Portugal (très poétique).
Voilà, encore merci pour ces intermèdes BD !

Répondre

Ah oui ? Moi, j’ai été un peu.. décontenancée par la chute de la Page Blanche. Mais j’ai globalement bien aimé 🙂

J’aime beaucoup Guy Delisle aussi, mais je bloque sur ses Chroniques de Jérusalem, bizarrement..

Merci pour tes autres pistes, je les note !

Je note ! Et sinon, Ne Tirez Pas sur L’Oiseau Moqueur, je l’ai lu aussi, il y a quelques années, et j’avais bien accroché moi 🙂
Courage, il est quand même pas bien gros ce bouquin ! ^^

Répondre

ça n’est pas une question d’épaisseur ! Quand une lecture est chiante, c’est tellement pénible d’en venir à bout…

Si veux rigoler, je ne saurais que te conseiller la BD « Whiskey & New-York ».
Si en revanche tu veux pleurer, procure-toi « Un éclat minuscule » de Jean-Baptiste Gendarme.
Bonne journée (lectures !)

Répondre

Je note, merci !

bah moi pour la 3e fois (je sais pas si tu l’as lu!) : Fourrure de A.Clermont-Tonnerre….

Répondre

Nan, toujours pas ! Il va falloir que je me décide 🙂

Merci Deedee, j’adooore ce genre de bédé, et je n’avais pas encore entendu parler de celle ci… je vais filer l’acheter…
j’avais bien aimé dans la même veine « Rosalie Blum » et « Kiki de Montparnasse »… Biz

Répondre

Mon coup de coeur 2011-2012 : Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan, un tourbillon !!

Répondre

Un livre que je te conseille : Les Quatre Accords Toltèques !

Tu m’en diras des nouvelles… 😉

Belle journée,
M.

Répondre

Puisque tu es absorbée par les BD en ce moment, je te propose de jeter un coup d’oeil à la mienne que je publie sur ce blog: http://leeherveoswald.illustrateur.org/
Ca s’appelle DRUNK GIRLS et ça parle d’une petite jeune femme moderne et branchée qui se questionne dans son rapport à l’alcool, plutôt intime, en raison des sempiternelles soirées avec les copines, le travail, le mec…
Bref, la vie de beaucoup de filles aujourd’hui me semble t-il 🙂

Répondre

Deedee ce matin je lis ton article et je file à la FNAC – non pas
Pour me trouver  » ne tirez pas sur l oiseau moqueur » mais un guide sur porto – bref tt ça pour dire que je suis tombée sur une bande dessinant sur les derniers de Stefan zweig et j ai directement pense à ta chronique, de mon côté je vais tenter de faire copine copine avec la bd qui sait…merci pour tous tes bons conseils en tout cas!

Répondre

En ce moment je lis le Livre des illusions de Paul Auster et j’adore ! Sinon, le livre de Jaddo qui se lit très vite et qui est très bien… Et puis mes chouchous que je conseille toujours : Haruki Murakami et Siri Hustvedt ! 🙂

Et moi c’est l’inverse de toi en ce moment : j’ai tellement de transport que je ne lis plus que des romans, et plus de BD ! Pourtant j’en ai pas mal de chouettes qui m’attendent dans ma bibliothèque…

Bonnes lectures !

Répondre

Répondre à Manon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

libero. tristique ut dolor. nunc commodo