Pourquoi il faut changer notre manière de consommer maintenant

A l’aube de ce déconfinement tant espéré et qui approche à vitesse grand V, nombreux sont ceux qui se posent des questions sur « la suite ». J’en fais partie. La suite de l’épidémie, bien sûr, mais plus largement, la suite de nos vies et de la manière dont nous consommons au quotidien.

Depuis quelques années maintenant, je me documente, je lis, j’explore les contenus de ceux qui nous enjoignent à changer notre manière de consommer. Et il ne faut pas aller chercher bien loin pour trouver moult infos sur le sujet et sa conclusion, implacable : en détruisant notre écosystème, notre manière de vivre nous tue. Et il ne nous reste plus beaucoup de temps pour agir.

Je suis une adepte convaincue de l’effet Colibri qui veut que nos actions, si petites soient-elles, finissent par avoir une réelle incidence sur notre environnement. Mais je crois qu’aujourd’hui, cela ne suffit plus. Ce constat sonne comme une tragédie et pourtant… La sobriété peut être heureuse, ce n’est pas moi qui le dis mais un certain Pierre Rabhi !

Je regarde ce confinement sans fin et si je mets de côté les peurs que cette pandémie génère et un inconfort relatif au quotidien dû notamment à la perte conséquence de revenus, il me permet de réaliser que ce qui me manque le plus aujourd’hui, ce n’est pas une nouvelle fringue, une nouvelle paire de chaussures, une sortie au ciné, non. Ce qui me manque le plus, ce sont mes amis, ma famille, mes proches, les soirées à refaire le monde autour d’un apéro qui glisse sur un dîner improvisé, les parties de pétanque avec les copains, les dîners en terrasse, les apéros, les dimanches soirs sushi chez ma soeur… Autant de choses qui s’apparentent définitivement plus à l’être qu’à l’avoir. Vous allez me dire qu’il faut avoir au moins un peu d’avoir pour sortir entre potes au resto et que s’acheter une fringue ne remet pas forcément tout en question ni en péril, c’est vrai. Mais quand je lis ces injonctions pour renouer avec la « normalité », je tique…

Quelle normalité ? Celle où on court toute la journée d’un rendez-vous à un autre, celle où on empile les soirées pro pour réseauter, celle où on annule ce dej pour la 3ème fois parce qu’on a d’autres priorités, celle où on se contente d’aller voir nos aînés une fois de temps en temps, pas le time…!, celle encore où l’on délègue l’éducation et l’épanouissement de nos enfants à 100% ou presque ? Celle où l’on court d’une envie à une autre, indéfiniment, celle où ça ne nous choque pas d’acheter une fringue qui a fait trois fois le tour de la planète et qui a été réalisée dans des conditions déplorables, celle où on ferme les portes des élevages industriels et des abattoirs pour ne pas faire face à la réalité, insoutenable, celle ou on déguste sans se poser de questions notre petit avocat qui paupérise des hectares entiers de terres agricoles et les personnes qui les cultivent… la liste est sans fin.

On a été coupés très longtemps de la réalité de la production, c’est si facile et pratique de fermer les yeux ! Et puis, longtemps, le modèle valorisé dans nos sociétés était (est ?) de « réussir », gagner beaucoup d’argent, s’acheter une belle maison, une voiture qui claque… On en parle beaucoup entre amis, on se pose des questions, on réfléchit à l’après car vous le savez aussi bien que moi, le pire, dans tout ça, c’est que de toute évidence et en plus de détruire la planète, ces vies à mille à l’heure où l’on court toujours après le temps ou un énième bien ne nous rendent pas heureux.

Et vous savez ce que je crois ? Que cette pandémie et le confinement qui en a découlé est une répétition générale pour la suite, une sorte de sonnette d’alarme ultime, un « wake up call » pour que nous puissions enfin nous atteler sérieusement à un mode de vie non seulement nécessaire à la survie de notre espèce mais aussi largement plus épanouissant.

Au fond, je crois que la question n’est pas pourquoi il faut changer, mais comment… A nous de mettre tout en oeuvre, chacun à notre niveau, pour y réfléchir sérieusement : ne nous leurrons pas, les choses ne changeront pas demain, personne n’est prêt, aucun leader charismatique n’a les bonnes clés pour proposer une voie à suivre clés en main, si tant est que ce soit possible. Mais si on s’y met sérieusement, le changement se fera peut-être après-demain. Je veux y croire… et je crois qu’on est nombreux dans ce cas là.

60

Commentaires

Continue à laisser libre cours à tes pensées. Elles méritent d’être partagées tellement elles sont vraies. Tu l’auras compris, j’adhère totalement à ton article et sillonne le même chemin ! 🙂

Répondre

Si seulement tu pouvais souffler à l’oreille des politiques Deedee !

Répondre

J aimerais qu on m oriente pour me dire comment faire .Quant a moi j achetetrai moins de fringues et privilegerai mes amitiés et mes secours a ceux qui sont plus mal en point que moi, aide a leurs bébés et gd mères déjà c est une petite chose ds ce vaste monde que je ne connais pas. Annie

Répondre

Il me semble que le plus efficace serait d’arrêter de prendre l’avion .
New-York pour 3-4 jours, c’est juste devenu, je ne sais pas , obscène ?
Idem les EVJF à Barcelone ou Marrakech … Il faut arrêter, franchement !
On pourrait s’autoriser chacun un quota de 3 ou 4 vols long courrier au cours de sa vie, et s’y tenir .
Et on prend le train pour l’Europe …

2

Merci Delphine pour tes mots, qui sonnent différemment dans le monde des blogs, ça fait du bien.
ici aussi, on a beaucoup réfléchi dans ce sens.
On a consommé en direct avec des producteurs. Et on va continuer. Alors, oui, les produits sont plus chers mais c’est une question d’ajustement de la consommation. Un poulet pour 4 nous fait 3 repas, et même 4 si on utilise le carcasse en bouillon. Mon petit garçon avant le confinement avait des plaques rouges sur les joues, des aphtes. Aujourd’hui, plus rien. Le médecin nous a dit que c’était dû à l’alimentation…
On a calmé l’achat de jouets. Pendant le confinement, avec les voisins, on s’est prêtés (en respectant un sas de décontamination) des jeux pour les enfants, des livres….
On réfléchit au zéro déchet mais avec des enfants en bas âge, c’est encore un peu compliqué, mais on va sur cette voie.

Répondre

Cela faisait longtemps que je n’avais pas laissé de message…
Je suis d’accord avec toi, je prends cet épisode de coronavirus comme un avertissement de notre chère planète, Elle vient de nous mettre une belle claque.
Je suis pessimiste sur le fait que les gens agissent de suite pour changer les choses, on a tellement vanté la société de consommation comme une réussite à atteindre, qu’on va avoir du mal à dire aux gens d’arrêter de courir dans les magasins type Zara etc…Il y a une réelle fracture sociale dans notre société. Je m’inquiète pour mes deux garçons qui doivent commencer leurs études supérieures..Je m’inquiète aussi de la perte de leur innocence entre les attentats et maintenant ce Covid…comme s’ils n’avaient pas le droit de s’amuser….
Mais l’humanité a connu beaucoup de tragédie par le passé ( Guerres, épidémies, choc boursier), il faut avoir confiance en l’avenir et dans l’homme. Mais il faut quand même être vigilant pour ne pas repartir dans quelques choses de plus grave.
Mais j’ai confiance en l’avenir, La vie est faite de hauts et de bas, il faut se battre chaque jour.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elementum velit, porta. ipsum Praesent facilisis Donec