Du domaine des Murmures, de Carole Martinez

Du domaine des Murmures Carole Martinez

Oui, voilà, je SAIS… Time flies, time is short, time is money (si seulement !), et voilà que j’ai laissé passé un temps incroyable avant de renouer avec mes comptes-rendus et pistes de lecture… C’est très mal, croyez bien que j’en suis désolée. D’autant que ce ne sont pas les bonnes pistes qui ont manqué, depuis quelques semaines. A commencer par ce Domaine des Murmures de Carole Martinez.

Une claque. Magistrale, belle, profonde, brutale et empreinte de délicatesse à la fois.

C’est l’histoire d’Esclarmonde qui, mariée de force à 15 ans, préfère vivre emmurée plutôt que d’accepter ce mariage forcé. La voilà prisonnière pour l’éternité, recluse dans une cellule à peine plus grande qu’elle et toute dédiée à la cause des pélerins dont elle recueille chaque jour les doléances pour les présenter au Seigneur.

Ah non, ça pour sûr, ça n’est pas le livre le plus lol du monde. Pourtant, la plume de Carole Martinez est telle qu’on est véritablement transportés, propulsés au coeur même de la cellule d’Esclarmonde, aux prises avec son histoire de femme insoumise, jusqu’au bout.

Une très, très belle lecture.

monavis-A NE PAS MANQUER

Ce que dit la 4ème de couv’ : En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui » : elle veut faire respecter son vœu de s’offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe.
Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et son souffle parcourra le monde jusqu’en Terre sainte.
Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d’une sensualité prenante.

Commentaires

Voilà une lecture que je vais ajouter sur ma liste « à lire » grâce à toi 😉

Répondre

lu aussi cette semaine. Très bien écrit, bon sujet… pendant toute la lecture on essaie de s’imaginer concrètement ce que ça pouvait être d’être enfermé comme ça… le genre de bouquin qui permet de relativiser ses petits tracas quotidiens

Répondre

AAAAHHHHHH je suis bien contente de voir à nouveau les commentaires de livres (pas que je prenne trop le temps, hein…), mais c’est un plaisir !
Bises

Répondre

Bonjour,
je l’ai lu aussi et adoré, mais j’ai préféré « Le Cœur Cousu » du même auteur ! Plus poétique, plus fantastique, il m’a fait rêver ! A lire aussi si vous avez aimé « Du domaine des murmures » 🙂

Répondre

ah oui le retour des compte-rendus! je vais m’intéresser à cette nouvelle trouvaille!

Répondre

Haaaa Je viens de l’acheter et je l’ai commencé hier soir ! Merci tu me donnes envie de le dévorer 😉

Répondre

Ah je suis contente que cette « rubrique » reprenne! Je l’adore! Et ce livre là a l’air VRAIMENT VRAIMENT sympa 🙂 Je vais me laisser tenter pour sûr 😉

Des bises
Pilou

Répondre

C’est un roman magnifique. Et puisque tu as aimé celui-là, je ne peux que te conseiller le premier de l’auteur, Le coeur cousu, très différent mais où on retrouve la même poésie !

Répondre

Tout pareil que l’Irrégulière: lis Le Coeur Cousu !

Pareil que plusieurs ici, j’avais adoré Le Cœur cousu!

Répondre

J’ai adoré ce roman, et j’ai été bien déçue car les personnes de m’ont entourage qui l’ont lu n’ont pas du tout apprécié! j’avais une peu peur du côté médiéval qui a priori ne me tentait pas, mais j’ai trouvé ça très beau et magnifiquement écrit!

Répondre

Répondre à Fanny Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ut ut nec risus ipsum libero Lorem luctus libero suscipit accumsan mattis