Vous le prendrez bien avec un peu de déprime, votre mois d’août à Paris ?

aout

©Illustration Adéjie

J’adore Paris au mois d’août. Je déteste Paris au mois d’août. Non mais attendez, je ne suis pas complètement folle, tu sais ! C’est un fait : Paris, l’été, se vide aussi sûrement qu’une bouteille de rosé à l’apéro. En quelques jours à peine et sans crier gare, pffft, le parisien prend la poudre d’escampette. Au début, on se félicite d’assister à cette transhumance sans en faire soi-même partie. On se gargarise auprès des copains sur Facebook, on en fait des tonnes, on joue le détachement. « Paris au mois d’août ? Mais attends, c’est génial ! La meilleure période de l’année ! Le métro ? Vide ! La mini terrasse du bar du coin ? Vide ! Les rayons du supermarché ? Vides aussi ! Attends, c’est LE PIED, tu ne peux pas savoir ! ».

Sauf que. En vrai, c’est un peu moins la fête à la saucisse. Ah ça, bien sûr, il y  a moins de monde dans le métro. Et vous avez un peu plus de temps, puisque même si vous travaillez encore, il est admis que la première quinzaine d’août est totalement morte, en France. En conséquence de quoi, vous vous dites que vous allez en profiter pour découvrir cette librairie qui vous fait de l’oeil depuis si longtemps. « Fermé pour congés annuels ». Pas grave, vous avez plus d’un tour dans votre sac. Vous optez pour ce petit resto, là, qui traine dans votre whish list depuis des années lumières. « Réouverture le 4 septembre ». Chose incroyable depuis des siècles, vous êtes dispo à peu près tous les soirs. Débordante d’enthousiasme, vous lancez des appels à l’apéro à qui mieux-mieux et ne récoltez que des messages d’absence, ou presque. Un rendez-vous chez l’ophtalmo pour refaire vos lunettes ? Une baguette de pain ? Essaie encore une fois… !

Pendant ce temps, les photos de plage, de barbecue, de saucisses qui grillent sur ledit barbecue ou à la plage, de piscines, de chapeaux de paille et autres réjouissances de l’été se succèdent comme une longue litanie sur votre mur Facebook.

Ah non vraiment, Paris au mois d’août, ça n’est QUE du bonheur ! (La prochaine fois que j’ai l’idée saugrenue de poser mes congés fin juillet, vous êtes gentils, vous me me fouettez avec des orties, dac ?).

Commentaires

J’ai toujours aimé être à Paris au mois d’août même si l’achat de la moindre baguette de bon pain devient un vrai sport. Les gens sont plus détendus et souriants, y compris dans les transports. Les espaces verts ne sont plus surpeuplés, on flâne, on prend le temps. Et j’ai toujours l’impression de prolonger un peu les vacances, sauf cette année pour cause de manque grave de soleil 🙁

Répondre

partir en Juillet… Deedee Deedee Deedee…
😉

Répondre

On en reparle au mois de septembre quand tous nos congénères seront rentrés ! ‘-)

Répondre

Nos potes, tu veux dire ? ^^

Moi aussi, je me félicite de ne pas partir en congés en même temps que tout le monde.
Sauf que tout le monde, oui, c’est également les restos, les copains …

Répondre

Erf j’ai validé sans faire exprès ^^

Mais bon j’avais fini.
Tout ça pour dire que je suis dans le même cas.

Bon je me console en me disant que lorsque tout le monde s’affolera pour préparer leur rentrée, moi je partirai en vacances XD

Sophie.

Oui, c’est bien aussi !

Je suis déprimée par le temps, tous ces restos fermés, ce mois d’août est très nul. En fait le mois d’août à Paris n’a d’intérêt que si on part en septembre… je trouve

Répondre

Voilà. #cafard

Moi j’ai fait 2 semaines au mois d’aout à Paris il y a deux ans, depuis je me suis jurée que plus jamais, ca m’a déprimée à mort, c’est comme si l’absence des gens te rappellent que certes, ils sont partis, mais ils sont tous à la plage maintenant! trop dur pour moi lol

Répondre

Oui et puis en général, #lesgens, ce sont tes potes. Donc bon, voilà, quoi.

Tu as tout dit…Solituuuuuuuuuuuude! Je m’en vais relire l’excellent article cité ci-dessus 😉

Répondre

Vous êtes choutes toutes les deux !

Come in we’re open! Nous avons le temps de tester des cocktails à l’extracteur de jus pour l’apéro parisien – un peu détonants : eau de coco fraîche, pastèque, citron, curcuma et… kale 🙂

Répondre

Cette année c’est pire que tout, il pleut tout le temps et maintenant il fait froid … Les touristes sont quand même toujours la, pas de chance pour eux !

Répondre

À Lyon c est pareil… Même si c’est dur de ne pas partir en vacances, j’aime cette ville sans ses habitants, mais triste de voir que la plupart des boutiques sont fermées, j’adore faire du shopping sans personne en fait…. ^^ bisous Deedee

Répondre

Ah Deedee !!! Tu décris exactement ce que je ressens en ce moment, c’est LA déprime Paris au mois d’août en plus on passe plus de temps sur Facebook et autres réseaux sociaux et on en devient encore plus cafardeux …. habitante du 15ème tout comme toi je trouve ce quartier vraiment triste quand il n’y a personne !!On jure qu’on ne partira plus jamais en juillet !!!
pssst : y’a un Carrefour Market ouvert le dimanche dans mon coin si tu veux… 😉

Répondre

Heureusement le monoprix convention est ouvert 😉

Haha, je n’ai pu m’empêcher de sourire en lisant ton article « coup de ronchonnade » (coup de gueule serait un peu fort quand même). Justement, dans la catégorie « Pas de bol, on est en août, essaie encore! », la seule boulangerie ouverte ce mois-ci, près de chez moi -sur 3 possibilités- est évidemment celle que je n’aime pas. Pire, depuis deux semaines, je chantonne à qui veut l’entendre que je vais profiter de ce weekend prolongé en restant à Paris pour faire une aprèm spa (#vietrèsdifficile 😉 ) Sauf que quelques coups de fil passés à différents établissements m’ont ramenée à la triste réalité: tout est fermé! Concrètement il me reste…1 jour pour trouver un plan B non déprimant. Le hammam de la Mosquée de Paris semble être une bonne alternative.

Répondre

Et les hôtels, aussi ? Le Hyatt, par exemple. Bon, les prix ne sont sûrement pas les mêmes, je te l’accorde..

Au milieu de ce Paris en léthargie, j’ai quand même repéré 2 endroits qui valent le détour :
– Le BAT, Bar à Tapas, sur les Grands Boulevards
Il partait avec un double handicap : tapas = croquetas bien grasses et grands boulevards = chaîne de pub irlandais pour afterwork en costume moiré… Et finalement c’est une super découverte : les tapas sont très fines et les serveurs font même des sourires
– Le Pavillon des Canaux
Tu en as sûrement entendu parler (voire peut-être déjà testé) : c’est cette petite maison de poupée graffée le long du Canal de l’Ourq. La cuisine n’est pas à se damner mais le fait de pouvoir boire son rosé dans une baignoire/canapé suffit à en faire son nouveau QG!
Courage pour ces 15 derniers jours d’août ;-).
Camille
http://thegreeneyes.fr/

Répondre

Le Sept Cinq fait de la résistance ! C’est vrai que le quartier est bien calme mais quel bonheur de voir nos clients parisiens ou étrangers venir nous rendre visite avec de grands sourires et une décontraction dignes du mois d’Août !
Pour les boutiques qui restent ouvertes c’est un plaisir de travailler dans cette atmosphère 🙂

Répondre

Comme les précédents commentaires, je fuis Paris les 15 premiers jours d’août surtout qu’en tant que journaliste, c’est l’enfer pour bosser. Beaucoup de bureaux de presse sont fermés et la plupart des intervenants a interviewé sont en vacances et donc, injoignables.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donec libero. massa dolor. commodo mi, Curabitur