Paname, paname, paname !

En matière de bijoux, j’aime plutôt les créations fines et discrètes : celles d’Alpha Beta, par exemple, ou celles de Serge Thoraval. Bon, d’accord, les colliers de Shourouk que je porte à l’envi sont une exception.

Et puis, ce déjeuner. Et ces bagues hallucinantes qu’elle portait au bout de ses doigts. Deux à gauche, une à droite.

D’abord, je les ai trouvées un brin incongrues, too much. Et puis… à bien y regarder, elles ont eues raison de moi !

Imposantes, certes, mais géniales. Londres, New York, Paris, Moscou… mais aussi Florence, ou bien des monastères, des palais et des villages fortifiés : l’imaginaire de Philippe Tournaire est incroyablement prolixe et chaque bague est un petit univers en soi.

J’ai passé le déjeuner à loucher sur ces bagues incroyables, je le répète, pour me jeter sur le site du créateur dès que j’ai pu. Et découvrir ainsi que Philippe Tournaire semble avoir une personnalité aussi forte que les bijoux qu’il crée, lui qui est diplômé en… électronique et qui a passé une dizaine d’années à peaufiner et ajuster ses créations avant de les vendre.

Evidemment, c’est la bague « Paris » qui me plait le plus. Et pas uniquement parce que je suis une connasse de parisienne…!

Evidemment, la jolie jeune femme avec qui j’ai eu le plaisir de déjeuner à du me prendre pour une folle, occupée que j’étais à loucher sur ses mains.

Evidemment, ces bijoux précieux sont chers… mais l’exception se monnaye, indéniablement.

Commentaires

C’est en effet assez incroyable d’originalité !
J’aime souvent le discret aussi, mais quand le beau est clinquant, il peut mériter un détour !
Je ne porte plus de trop de bagues depuis que je suis à Paris (l’idée de poser mes mains dans le métro crado) mais je comprends ton coup de coeur !

Répondre

Ah c’est marrant c’t’histoire de métro ! Je suis un peu psychorigide question saleté, je n’avais pas pensé à ça. Mince, je vais devoir retirer mes bagues à cause de toi !! ! !)

Habillée toute en noir, elle doit faire un merveilleux accessoire!

BiZ
Caro – bl@ggeuse from Geneva