Pourquoi c’est important de lutter contre le Black Friday !

Vous n’avez pas pu passer à côté de cette super journée dont on nous rabâche les oreilles depuis des semaines : vendredi, c’est le fameux Black Friday, une journée où les promos battrons leur plein.

C’est bien ? On peut se dire que dépenser moins pour obtenir ce qu’on veut, c’est drôlement chouette. Et que beaucoup de personnes qui ne peuvent pas, en temps normal, s’offrir les produits dont ils ont besoin peuvent bénéficier de cette journée.

C’est vrai, mais… Soyons honnêtes : qui, parmi nous, ne peut vraiment pas se passer d’un nouveau super téléviseur ou d’un énième petit pull pour l’hiver ? A l’heure où notre planète se meurt, il est grand temps d’ouvrir les yeux et de prendre nos responsabilités. Parce qu’on le sait tous, on se dit que ce n’est pas nous qui allons dérégler le climat si on s’achète une nouvelle nippe. C’est vrai, et pourtant… Le Black Friday encourage une surconsommation et participe ainsi au dérèglement climatique en encourageant la surproduction. Les achats réalisés lors de cette journée sont souvent des achats compulsifs et superflus, un peu comme les soldes : la promo appelle la CB plus sûrement qu’une mouche sur un pot de miel et PAF, avant même qu’on l’ait réalisé, on a acheté !

Vous en doutez ? Regardez :

Le Black Friday, c’est le mal : quelques chiffres qui le prouvent

Trêve de blabla, quelques chiffres :

  • Chaque année, ce ne sont pas moins de 500 millions de vêtements qui sont jetés… Et ce, simplement en France…!
  • 60% des français possèdent des vêtements qu’ils n’ont jamais portés de leur vie (coucou, j’en fait partie !)
  • Une grande partie des produits commandés en ligne pendant le Black Friday sont renvoyés par les clients et jamais revendus : la promo appelant la CB, donc, on la fait flamber sans même se poser la question de l’utilité de notre achat.
  • Amazon, qui a popularisé ces soldes, aurait détruit 3,2 millions de produits invendus en France en 2018 (source CGT)
  • Le capitalisme génère des besoins artificiels non soutenables écologiquement. Ça n’est pas moi qui le dit mais Razmig Keucheyan, sociologue à l’université de Bordeaux, dans Le Monde
  • L’industrie de la mode est la deuxième plus polluante au monde. Elle est responsable à elle seule de 20% de la pollution des eaux

Bon enfin voilà, je ne vais pas vous agonir de chiffres et de concept, mais vous avez l’idée.

Comment lutter contre le Black Friday ?

Lutter contre le Black Friday ne veut pas dire devenir un ascète et renoncer à tout… ! Les arguments suivants se basent sur la mode mais peuvent s’entendre pour d’autres postes de dépenses, bien-sûr. Quelques pistes pour résister et prouvez que vous existez :

Coupez les internets vendredi !

Je plaisante, à peine… Quand je me sens proche de craquer, Black Friday ou pas, j’essaye de ne pas me jeter sur l’achat. C’est difficile, je suis initialement une junkie de la sape, j’aime bien me faire plaisir de temps en temps et puis après tout, ça fait partie de mon job ! On a toujours une bonne excuse… Le mieux quand on essaye de ne pas craquer est donc encore de ne pas se mettre sous le nez l’objet de notre convoitise.

Faites un tri

Vous avez regardé un peu ce que vous aviez déjà dans vos placards ? Je peux vous dire que j’ai déchanté quand j’ai fait mon switch été / hiver il y a quelques semaines. J’ai déposé pas moins de 3 grosses valises de fringues à La Frange à l’envers… ça calme. Regardez ce que vous avez déjà, séparez-vous de ce que vous ne portez plus, ce qui m’amène au point suivant

Rangez

(En vrai, ce gif m’angoisse)

Quand j’ai fait mon switch été / hiver bis, j’en ai profité pour ranger. Alors bien sûr, ça va durer quelques jours seulement mais n’empêche, c’est UTILE de VOIR les fringues dont on dispose… Et constater ainsi que certaines n’ont pas été portées depuis bien trop longtemps.

Vendez !

Entre la Frange à l’envers, les vide dressings et Vinted, je ne sors quasiment plus de tréso. C’est ultra galvanisant de pouvoir fonctionner en circuit fermé et en seconde main pour renouveler un peu, malgré tout, sa garde robe. Dernière trouvaille en date, un sublime chapeau Maison Michel neuf, encore étiqueté. 120 euros, payé avec ma cagnotte Vinted… JOIE !

Donnez

J’avais déjà écrit il y a fort longtemps un article avec quelques pistes pour donner ou recycler. C’est évidemment plus que jamais d’actualité ! Je donne à plusieurs associations, dont la FANA qui soutient un orphelinat en Colombie, je donne à mes proches, je donne à ma femme de ménage. Je donne aussi beaucoup dans la rue, tout simplement. Et ça marche pour les livres, les objets de déco, la vaisselle, les fringues… tout ! (Sauf les meubles que les gens abandonnent sur le trottoir après les avoir eu gratos :p)

Mettez vous un objectif désirable en ligne de mire

Ce beau sac dont vous rêvez mais qui vous semble hors de prix. Il l’est. Mais si vous faites le  calcul de touuuuut ce que vous avez dépensé, il l’est moins. Beaucoup moins !

Achetez

Si vous en avez vraiment envie (j’allais dire besoin, mais on se comprend…!), craquez pour cette belle pièce, vendue au prix juste, Black Friday ou non.

Réparez

C’est à la porté de tout le monde de réparer un accroc ou de faire un ourlet. Bon, sur l’électroménager, je ne dis pas, c’est autre chose !

Composez-vous des silhouettes prêtes-à-porter

Mon uniforme du moment, par exemple ? Un jean bien coupé, une paire de bottines et un gros pull doudou. Et basta. Zéro prise de tête le matin et moins d’envies shopping puisqu’une fois que j’ai acheté mon jean bien coupé et les pulls pour aller avec, j’ai à peu près tout ce qu’il me faut.

Allez zou, rangez-moi cette CB fissa !

Commentaires

1

Merci pour le ton mesuré et pas moralisateur de cet article ! C’est tellement fatigant toutes ces polémiques autour du Black Friday, les antis, les énormes amalgames, les récupérations… Je trouve qu’en effet la surconsommation orchestrée par Amazon en première ligne (et le gâchis des retours détruits etc…) sont à bannir mais attention, il est essentiel de faire la part des choses et de mesurer son propos. Les offres commerciales font partie du jeu du commerce (et je parle de ‘jeu’ volontairement). Il faut que ça reste un jeu et il faut qu’on puisse en profiter (ou pas) en toute conscience. Les marques qui suivent le ‘Green Friday’ ne sont pas toutes irréprochables (qui peut vraiment se targuer de l’être?) et certaines utilisent les grands sujets porteurs du moment (le mot ‘green’ à toutes les sauces) comme de simples leviers de marketing et le consommateur (ouh le vilain mot) se fait avoir ! Les marques qui jouent le ‘jeu’ du Black Friday ne sont pas toutes des démons de la surconsommation et ne soyons pas dans l’angélisme, les marques ont toutes besoin de vendre et non ce n’est pas honteux c’est le commerce et ça peut être fait dans le respect.
bon c’est un long commentaire, qui le lira ?… Je me situe, je suis créatrice d’une marque de déco, je fais du commerce, je respecte les artisans, je fais en sorte que mes fournisseurs, mes collaborateurs s’épanouissent dans leur travail et oui je respecte mes clients et la planète autant que possible, j’essaye d’avancer dans le bon sens ! Et je propose des offres lors du Black Friday ! je ne cite pas la marque car je parle en mon nom propre et non pas en tant que porte parole de mon entreprise. Bonne journée à tous

Répondre

Oui je suis d’accord avec toi. Une marque n’est pas philanthrope, c’est le principe… !

1

Merci pour les « tips » ! De mon côté je me pose systématiquement la question du « est ce que j’en ai vraiment besoin ? » avant chaque achat (et force est de constater que généralement non…). Et si vraiment j’ai un gros coup de coeur, je me laisse toujours une période de réflexion de plusieurs semaines pour voir si ce coup de coeur tient dans la durée (et si possible, je mets le produit en question sur ma wishlist pour Noël ou mon anniversaire…).

Répondre

Alors moi j’avoue que j’ai oublié depuis longtemps la Whishlist de Noël ou de l’anniversaire, généralement parce que je ne suis pas assez patiente, même si j’essaye de mûrir mes achats ! Mais oui, c’est clair que quand tu t’astreins à méditer un poil ton achat, tu as moins tendance à investir n’importe comment (toute ressemblance avec la réalité..!)

Bonjour à tous, merci pour ce post!

Tout à fait d’accord avec toi sur le black Friday et la surconsommation. Ce qui est en plus rageant, c’est que ce type de promos n’est possible que pour des marques et des chaînes qui peuvent se le permettent financièrement. Si les grosses enseignent peuvent se permettre de telles promos c’est qu’elles font des marges suffisantes pour dégager du bénéfice… Les petites boutiques souvent peinent à suivre et se retrouvent avec de la concurrence déloyale qui les poussent parfois à fermer. Vu sur une rue commerçante de Paris, un multimarques génial de vêtements fabriqués à petite echelle en Italie et en France qui se retrouve entièrement vide pendant les semaines black Friday. Mais moi je préfère mille fois acheter dans ces endroits, avec des vendeurs/ses qui ont un rapport à ce qu’ils/elles vendent différents, qui font vivre les quartiers différemment aussi, et qui a un niveau plus general participent à une economie plus viable et humaine!

Répondre

Merci pour cet article auquel d’adhère complètement! Ce que je trouve dommage c’est tout ce côté « culpabilisateur » autour de ce Black Friday (bien plus que les années précédentes…) OK, tu l’as très bien dit, la surconsommation est une hérésie face à l’ampleur de dégâts déjà causés cependant on oublie, comme tu le dit aussi, ça peut être le jour pour faire ces achats de Noël avec quelques réductions, tout le monde autour d émoi n’est pas très porté écologie, zéro déchets… même si j’essai de les éveiller ma nièce va kiffer son sweat de grande enseigne!
Puis, on occulte un peu le côté « plaisir », oui s’acheter un petit quelques chose des fois, ça fait du bien!
Le principale c’est de la faire en pleine conscience et de toujours essayer de faire de son mieux en acceptant de na pas être parfait.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

id, nec commodo neque. pulvinar felis venenatis Donec id porta.