En février, si tu n’as pas râlé contre un taxi, c’est que tu n’es pas vraiment parisienne

illu fevrier (2)

Alors non, très loin de moi l’idée de relancer (ou de lancer tout court) la polémique. Chacun pense bien ce qu’il veut des taxis et de leur situation.

Moi, j’aurais tendance à penser que s’il existe des services de chauffeurs privés qui cartonnent alors qu’ils sont plus chers, c’est qu’il y a une raison. Et que vouloir renouer avec la notion de service, majoritairement inexistante aujourd’hui dans un taxi, en tuant la concurrence plutôt qu’en essayant de s’élever et de gommer ses défauts est tout simplement inadmissible. C’est vrai, qui n’a jamais galéré à trouvé un taxi, qui ne s’est jamais vu refuser une course (« Vous allez où ? Ah non, ça ne m’intéresse pas » (sérieusement ?!)), qui ne s’est jamais trouvé en rade au moment du paiement face à un appareil à CB hors service, tiens donc, comme c’est bizarre…! Des exemples comme celui-ci, tous les parisiens en ont. A la pelle. Parce que, objectivement, le service n’existe plus aujourd’hui lorsque l’on monte à bord d’un taxi.

Pour toutes ces raisons, je suis la première à applaudir l’arrivée des VTC, qui sont toujours dispos, toujours souriants, qui vous ouvrent la porte, vous offrent de l’eau, ne vous font pas fouiller frénétiquement dans vos poches pour trouver l’hypothétique billet nécessaire au paiement de la course, vous demandent la radio que vous souhaitez écouter, ne refusent aucune course, ne vous exposent jamais leurs opinions politiques ou la dernière anecdote dont on se passerait bien. La gouaille parisienne, ça va, merci, on  donne déjà assez avec les garçons de café mal aimables et les métros bondés.

En revanche, c’est vrai aussi, on ne peut pas nier que la lutte ne se fait pas à armes égales : d’un côté, le ticket d’entrée est à 230 000 euros, qu’il faut débourser pour acheter – ou louer – la fameuse licence qui autorise les taxis à travailler. Bien-sûr, on peut aussi se mettre sur liste d’attente pour l’obtenir gratuitement. Sauf que, le délai moyen d’attente est de… 20 ans ! Il est plus facile d’aller dîner au Septime, récemment étoilé, ou d’obtenir un logement social. C’est dire !
Du côté des VTC, que faut-il pour avoir le droit d’exercer ? Rien. Les chauffeurs de VTC ne déboursent pas un kopeck pour conduire leur véhicule. Pas plus qu’ils ne sont pas obligés de passer le fameux examen des taxis, qui requiert de connaître par coeur ou presque la moindre des rues de Paris. Et, c’est vrai, je le reconnais, j’ai parfois été baladée en VTC au gré d’un GPS capricieux parce que le chauffeur ne connaissait pas son business.

Bref, comme disait Pépin, le problème n’est pas si simple. En attendant, le débat fait rage. Les parisiens s’excitent, s’énervent, qui en faveur des uns, qui en faveur des autres. Et s’il y a un bien une chose qui fait le consensus, c’est la râlerie… Ça vous étonne ? « Si en février, si tu n’as pas râlé contre un taxi, c’est que tu n’es pas vraiment parisienne ! »

A bientôt pour de nouvelles aventures avec Adéjie. Et s’il-vous-plait, merci d’exprimer vos opinions avec courtoisie, quel que soit votre avis !

 

Commentaires

Le pb est que le fameux ticket d’entrée à 230 000e va dans la poche du taxi qui lâche sa licence. Une bonne grosse magouille à l’ancienne qui ne nous concerne pas. Perso, je m’en tape que le mec qui part à la retraite veuille amortir sa licence en la cédant à prix d’or.

Répondre

Bonjour!
Mon copain a sa société de VTC, je tenais donc à préciser qu’ il faut malgré tout passer une licence (Atout France) pour pouvoir être chauffeur privé et elles sont de moins en moins facilement délivrées, ce qui est une bonne chose d’ailleurs je trouve.
Je crois aussi qu’il y a tellement de demandes à Paris qu’il y a de toute façon du travail pour les taxis et les VTC, et oui il y a trop d’abus de la part des taxis, pourquoi devrions- nous accepter d’être traités de la sorte, alors que nous payons pour un service? 🙂

Répondre

Merci pour ces précisions Laura 🙂

Excellent et tellement vrai ! Si les chauffeurs de taxi étaient un poil plus aimables (dans leur ensemble, hein, je les mets pas tous dans le même panier !), je les soutiendrai un peu plus. Enfin tout ça n’est que ma propre expérience… J’ai du mal tomber on va dire 🙂

Répondre

Bien dit! Il est vrai que, à mon humble avis, un peu de concurrence ne fait pas de mal et, on peut l’espérer, ne peut qu’amener la qualité à s’élever. Mais tu as raison de rappeler que dans ce cas ci, la concurrence est plutôt déloyale et qu’il est très difficile aujourd’hui d’être un taxi (ce qui ne justifie pas d’être désagréable ou de se permettre de refuser une course : ça ça me choque énormément !!!).

Répondre

nan rien à dire, tu as bien résumé la situation, et je pense la même chose.

Répondre

On peut dire aussi que le prix d’un taxi, en tout cas à Paris, est exorbitant.
J’ai vécu 8 ans à Montréal et là bas, tout le monde prend le taxi, pas seulement les nantis, pourquoi ? Parce que le prix de la course est abordable, voire très abordable ce qui fait que tout le monde prend le taxi pour le moindre petit ou grand trajet. Ils ne refusent pas la course sous prétexte que ce n’est pas assez loin aussi, et, et et et, le compteur tourne à partir du moment ou on est dans le taxi ! Grooosssse différence.
A quoi je reconnaissait que j’étais de retour en France quand je venais en vacances ? Au chauffeur de taxi qui se plaint tout le long du trajet depuis l’aéroport.
Perso j’ai plus du tout les moyens de me payer le taxi mais si c’était le cas je prendrais VTC.

Répondre

Effectivement, je vis à Mtl depuis maintenant 12 ans et malgré la voiture que je possède, il nous arrive de sortir sans, pour pouvoir boire au resto et rentrer en taxi. Sachant que ça nous coutera au max 20$, que nous en trouverons un relativement facilement, et que surtout, jamais l’un d’entre eux ne nous refusera la course. Une fois, sous une pluie battante, avec mon bb et un pied blessé, j’ai pris un taxi pour faire qq centaines de mètres. Je suis montée en m’excusant presque, le taxi m’a répondu qu’il était là pour ça. Il a eu un super pourboire ^^. Ça contraste avec toutes les fois où les taxis parisiens m’ont refusé la course parce que je n’allais pas là où ça les arrangeait…
Par contre, comme toutes, le coût astronomique de la licence me laisse pantoise et je comprends qu,ils hurlent à la concurrence déloyale. Je pense qu’il y a consensus là-dessus. A l’État, qui réglemente la profession, de proposer une issue.

Je me souviens de toi supertomate, nous nous étions croisées au parc des indiens en face de la maison du rôti avec ta fille, Violette si je me souviens bien, et la mienne un peu plus âgée. Je suis rentrée en France depuis 😉

Oh les fautes, quelle horreur ! Désolée

Répondre

Pour moi le souci à Paris c’est pas tant l’amabilité (ça on a appris à s’en passer hein) mais le fait que les trois quarts du temps ils sont introuvables. Surtout le soir, quand je suis plus encline à les utiliser. Du coup au lieu de trainer seule dans la rue le soir en cherchant désespérément un taxi, je préfère largement payer un peu plus pour un VTC sympa et sécuritaire qui vient quand je lui demande.

Répondre

Pas mieux.

Banlieusarde (25km de Paris, pas non plus le bout du monde) aimant sortir j’ai souvent été confrontée aux problèmes classiques du taxi refusant la course ou refusant la CB. Un soir (aux environs de minuit) à république, j’ai demandé à 3 taxis avant d’en trouver un qui acceptait de me ramener chez moi et qui prenait la carte. Pourquoi j’insiste sur la carte bleue? Parce que je refuse de payer un service au noir.

Alors je dois dire que oui, j’ai un peu de mal à plaindre la profession taxi. Quant à la connaissance de Paris j’ai des doutes. On va dire que pour beaucoup elle s’arrête en effet au periph. Et encore. Je constate de plus en plus que les chauffeurs utilisent un GPS et ce dès le départ de la course.

Après, en effet on ne peut pas généraliser. J’ai eu deux fois un taxi adorable (bon d’accord à chaque fois il avait été appelé par le resto hyper chic où on avait diné, et je pense que ça joue). Et surtout, même les plus bougons des taxis ont toujours attendus que je dois rentrée chez moi pour redémarrer. Je trouve ça très professionnel de leur part.

Et c’est sûr que l’histoire de la licence qui sert de ´retraite » au propriétaire précédent n’arrange pas les choses (et je trouve ça scandaleux).

(Super blog au fait)

Répondre

coucou
mais dites-moi, est-ce que les chauffeurs de taxi type G7 (donc affiliés à une sorte d’agence) paient aussi cette licence? Il me semblait que c’était uniquement les indépendants?
Si c’est le cas, en gros, les indépendants se plaignent de l’arrivée des VTC, qui en fait sont surtout en concurrence avec les systèmes type G7? Puisque les VTC ne sont pas, si j’ai bien compris, en vadrouille dans les rues.
Ou j’ai pas compris?….

Répondre

Réserver son taxi depuis son tél en attendant au chaud chez tes potes, what else ? 😉

Répondre

J’ai déjà eu droit au chauffeur de taxi débutant qui regarde son livre des rues pas de GPS dans sa voiture, il en aurait eu bien besoin), se plante trois fois, augmente du coup ma course de 20 bonnes minutes, et me fait payer sans sourciller ses propres erreurs.
Et je ne parle pas de ceux qui vous « promènent » dans tout Paris pour vous ramener chez vous le soir en rentrant de soirée.
Heureusement, il m’est arrivée de tomber sur des chauffeurs supers, mais qu’est-ce qu’ils sont rares… (peut-être 2 en 4 ans, dont celui qui m’a donné les indications à dire aux chauffeurs de taxi pour m’amener le plus rapidement de chez moi à la gare, je le bénis encore !)

Répondre

…pas besoin d’être parisienne pour râler après les taxis parisiens (?) qui vous trimballent à prix d’or par le périph via leur GPS, n’acceptent pas la carte bleue, ne daignent pas échanger un mot parce qu’ils sont à l’écoute des « commentaires » de foot de RMC pendant la course et vous ouvrent tout juste leur malle pour libérer votre bagage surtaxé sans vous l’en extraire !

SHAME SHAME on them…

une provinciale ulcérée.

Répondre

Très bien dit Deedee, effectivement, les taxis parisiens laissent vraiment à désirer. Dur à trouver et une fois qu’on en trouve un, il faut que la course leur convienne, quand ils disent ok, c’est parfois avec un regard noir genre « tu fais chier mais je vais quand même te la faire ta course », la CB j’ai perdu espoir et devoir se taper la musique pourrie et/ou la conversation téléphonique, super! Quant au fait qu’ils connaissent bien Paris, effectivement c’est pas toujours le cas. Il y a quelques mois, j’ai pris un taxi à l’aube pour aller à la gare et le taxi a passé tout le trajet à me demander le chemin!! Bref, j’ai du mal à avoir de la compassion pour eux…

Répondre

Oui enfin le peu de taxis, les chauffeurs n’y sont pour rien, ce ne sont pas eux qui maîtrisent leur nombre… Et je trouve ça dommage de blâmer tous les chauffeurs de taxi alors qu’il en existe qui sont aimables et honnêtes, et qui ont eu du mal à acquérir leur licence, et de voient infliger une telle concurrence… :/
Après je suis forcément partiale puisque mon père était chauffeur de taxi et je ne le reconnais pas du tout dans toutes vos descriptions… Mais je trouve toutes ces généralisations un peu dommages :/ aimables ou pas les vtc restent de la concurrence déloyale… Enfin peut être pas, peut être que les taxis et les vtc peuvent se partager les clients, mais bon… (et peut être que si je prenais le taxi régulièrement j’aurais aussi de quoi être scandalisée par leurs pratiques (il me semble que normalement ils n’ont pas le droit de refuser une course) même si je pense toujours à ceux qui font leur travail correctement et vont peut être finir avec une pauvre retraite pour ne pas avoir pu vendre leur licence)
(Et les taxis affiliés à g7 paient bien une licence, oui !)
En tout cas j’espère vraiment que les taxis rehausseront leur image, peut être que les vtc les pousseront a être moins scandaleux que dans vos descriptions ^^

Répondre

Ahah très sympa ce dessin ! Oui, c’est vrai qu’il y a matière à râler… et à débat ! Une chose est sûr, avec leur grève les taxis auront quand même fait une super pub aux chauffeurs de VTC ^^

Répondre

alors pour avoir discuté plusieurs fois avec des chauffeurs de taxi plein n’achètent pas leur licence mais ils la louent… (environ 3000 euros par mois à Lyon) Moi j’ai de plus en plus de mal avec les taxis qui t entubent en rallongeant les courses, pas un bonjour aurevoir, merci qui te mettent des supplément en veux tu en voilà….. Donc je suis bien contente des VTC personnellement qui eux ne te rajoutent pas du fric pour la 4eme personne, pas pour la poussette du dernier, les courses (car chaque sac compte dans un taxi on m’a fait le coup) donc là j appelle plus de taxi perso…… voilà bon vendredi

Répondre

Je n’ai pas une opinion très différente de la tienne ( comme tu le dis si bien, qui n’a jamais eu de mauvaises expériences avec les taxis), mais juste pour étayer le débat, je voudrai ajouter quelques éléments.
Dans le cadre de ma profession, j’ai pris un taxi G7 dédié au service entreprise et le chauffeur m’a expliqué que la riposte était amorcée. Dorénavant, les chauffeurs de ces voitures devront porter un costume ( même s’ils ne sont pas en club affaires) et proposer aussi des bouteilles d’eau aux clients. Le jour où j’ai pris ce taxi, il y avait un responsable de la G7 qui contrôlait la propreté des véhicules. Si le véhicule n’est pas conforme, on retire des points au chauffeur et au bout de 20, on lui retire son compteur et ne peut plus travailler. Et mon taxi a, à un moment, reçu un coup de fil et m’a demandé l’autorisation d’y répondre car la nouvelle politique de la maison est ne pas déranger le client pendant son trajet. L’idée: « c’est qu’on paye un service et que le temps de la course, la voiture est à nous. Résultat, ils font tout, comme les VTC, pour que l’on se sente bien ». Je pense qu’avec toutes ces petites mises au point, les taxis vont justement améliorer leur service afin peut-être de se réconcilier avec les parisiens et concurrencer plus sérieusement les VTC.

Répondre

Depuis que le soir de la Saint-Sylvestre où j’ai du menacer un chauffeur (disponible) de relever son numéro de plaque et porter plainte pour qu’il accepte notre course et mette son compteur (il proposait Nation – Saint-Lazare à 60€) , et qu’il se soit plaint tout le long de la course … je n’ai plus du tout envie de prendre le taxi.

En comparaison avec Montréal, je trouve le service à Paris vraiment nul!

Répondre

Je trouve ton avis sincère et factuel. Moi j’aimerai beaucoup que les VTC se développent un peu plus en périphérie voir carrément hors de Paris.

Quand je rentre sur Marseille, je suis à chaque fois étonnée du discours et du comportement des taxis. Alors certes, c’est faire une banalité mais si j’avais le choix, je pense que je prendrais les VTC car eux, ne refuserons certainement pas la course par manque de rentabilité (si si véridique : trop « près » et pourtant trop long pour revenir à la gare St Charles ensuite !).

A voir comment cette histoire va se finir…

D’ici là, bon week-end 🙂

Répondre

Utilisatrice exclusive des VTC depuis qu’un taxi fort mal aimable ai refusé de me prendre à Gare du Nord pour une course « pas assez loin » car « il y avait les gens de l’Eurostar qui n’allaient pas tarder » (et ceux, ils vont loin), je dois rétablir un fait : non, les VTC ne sont pas plus chers !
Je fais toujours le même trajet, avec les G7 j’en avais pour 19/20 euros. Avec Uber ça oscille entre 18 et 21 euros ! (UberX, pas option Berline cela dit).

Enfin, pour celles qui ont le temps, cet article fort instructif du Monde où l’on apprend que Nicolas Rousselet (PDG G7, Taxi bleu) possède tout de même 10 000 des 18 000 taxis parisiens ….
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2014/02/08/les-taxis-se-battent-les-deux-bras-lies-dans-le-dos_4362755_3234.html?xtmc=taxi_vtc&xtcr=13

Répondre

Merci pour ton avis très juste. Je tiens aussi à préciser le cas des chauffeurs de taxi faisant exprès de mal comprendre les touristes/étrangers.
Comme la fois où montant dans un taxi avec ma boss étrangère (anglo-saxonne), celle-ci lui indique la destination en parlant français avec un fort accent anglais, et voilà qu’il commencé à nous balader… jusqu’à que je le reprenne en français !
Et là, BIM, il me réponds « si on ne peut plus faire ce qu’on veut avec les étrangers ! ».
D’un coup, j’ai eu honte !

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

lectus sed ipsum mi, massa consectetur venenatis pulvinar venenatis, felis Aliquam