Tu seras une femme, ma fille, de Nathalie Rykiel

Ce livre fait partie des deux lectures poussives que j’évoquais la semaine dernière.

J’ai commencé par le trouver ultra mal écrit. Et pour être tout a fait honnête, j’ai été profondément agacée de savoir que tant de plumes talentueuses n’attendent que le bon vouloir d’un éditeur, alors qu’il suffit d’être « fille de » pour commettre un écrit médiocre.

Et puis, je me suis accrochée. Parce que j’ai horreur d’abandonner une lecture en cours de route, mue par cet instinct qui me dit que peut être, ça va être mieux après. Peut être, on va découvrir quelque chose de dingue. Peut être, c’est quand même tellement de boulot, d’écrire un livre, que ce simple fait mérite que l’on aille jusqu’à la dernière ligne.

En l’occurrence, j’ai bien fait de m’accrocher. Non pas que cela m’ait permis de réviser totalement mon jugement sur la question, loin s’en faut !, mais parce qu’à mesure que j’avançais dans ces mémoires, Nathalie Rykiel m’est apparue de plus en plus… humaine. Son écriture, que j’apparentais initialement à une écriture médiocre, n’est que sensibilité, pudeur à demi dévoilée, douceur, mélancolie.

Les thèmes qu’elle aborde en apparence sans aucune logique, sont des bouts d’elle, de sa vie, se sa sensibilité de femme et de fille qui composent la symphonie de sa vie.

Une symphonie qui a fini par m’adoucir et me séduire, à défaut de m’envoûter totalement.

Et puis, c’est agréable de lever le voile, ne serait-ce qu’en partie, sur la marque. Etre accompagnée dans les coulisses de Sonia Rykiel par Nathalie Rykiel herself, avouez qu’il y a pire… !

Lisez également l’avis d’Anne-So sur la question : j’ai été surprise de voir à quel point son avis concordait avec le mien. Vous pourrez admirer au passage son blog tout nouveau, tout beau 🙂

(après avoir longuement tergiversé entre le moyen et le bon).

Ce que dit la 4ème de couv : Dans ce récit autobiographique, Nathalie Rykiel se livre par petites touches. Son enfance, sa famille, le handicap de son frère, ses premières amours, ses amitiés, ses filles, ses ambitions personnelles et professionnelles, ses blessures, ses coups de cœur… Mais ce livre est avant tout l’histoire d’une femme, de la complexité à trouver sa place face à une mère, de ses combats pour se construire et devenir ce qu’elle est : une femme libre, entreprenante, à la fois mère, amante et séductrice. Dans ce texte à l’écriture sensible, très personnelle, impudique parfois, empreinte de poésie et d’humour le plus souvent, des sujets graves côtoient des sujets plus légers : la vieillesse, la mort, l’amour, le désir, le plaisir… Avec beaucoup de finesse et de retenue, l’auteur nous fait entrer dans son intimité qui nous parle aussi de la nôtre. Au fil des pages, imprimés en noir et blanc, des documents intimes accompagnent l’écriture : photos de famille, dessin humoristique, photos-montage…

Edit : rien à voir, mais un peu quand même. Je n’aime pas les défilés.. Mais celui de Sonia Rykiel, justement, m’a envoûtée par procuration !

Commentaires

Deedee j’ai suivi ton conseil! j’ai acheté « le mec de la tombe d’à côté pour mes vacances »! merci!

Répondre

Je t’en prie. Tu me diras surtout si tu as aimé !

Hum… est-ce que tu penses qu’on peut comparerer avec Justine Levy? Je n’ai pas lu ce livre, mais j’ai lu Justine Levy, et d’après la description que tu en fais, le rapprochement est facile: 2 filles de, 2 livres à coup de tranche de vie, d’écriture pudique et de sensibilité dévoilée, une thématique de la femme/fille et de l’image du père de la mère omniprésente…

Répondre

En ce qui me concerne et pour avoir lu les deux, je dirais non. Pas le même style, des milieux différents, une sensibilité différente…

je pense que je le lirai, ne serait-ce que pour me payer une « tranche de vie Rykiel » tant Sonia Rykiel me fascine. 🙂

Répondre

Allez hop, un autre passage à la Fnac !

Rigolo comme dans ce magasin, même si tu sais exactement ce que tu dois acheter, même si tu te persuades que tu n’achèteras que ça, tu repars toujours avec un autre truc découvert sur place.
Donc bilan du dernier passage (Album 1 de « She and Him » (génial),Le mec de la tombe d’à côté (raison initiale du passage))

Le pire maintenant c’est que je vais sans doute y retourner pour ton conseil du jour…
Une visite en ligne serait-elle moins suicidaire ? Même pas sûr 😉

Répondre

Oui je vais me laisser convaincre, pareil, pour la tranche de vie de la grande Sonia. Mais j’ai un peu plus de mal avec Nathalie, ce qu’elle laisse en tout cas apparaître dans les médias.

Répondre

Voici un blog fort intéressant!clair et net!je repasserai faire un tour de tempsen temps,c’est certain!très bonne continuation…a plus…bisou(au niveau profil,je suis un peu comme toi…)

Répondre

Bonjour DeeDee !
Je venais de le commencer lorsque j’ai lu la critique d’Anne-so…
La tienne arrive à point nommé pour me rappeler de quitter l’écran de l’ordinateur et reprendre ma lecture.
Merci donc.
Si j’ai aimé le début, et si j’en crois vos deux analyses qui concordent pour dire que ça s’arrange au fil des pages, je devrais adorer la suite… Je plonge !
A bientôt.
Bisous
Anne

Répondre

aussi bien le commentaire d’Anne SO que le tien me donne pas super envie de le lire…. à voir si je tombe dessus, ou si je change d' »avis
Pour rebondir sur Justine Levy, je n’ai pas lu le dernier, mais j’avais bien aimé son premier. Fille de certes mais une histoire pas si simple, écrite avec pudeur certes mais qui reste très dérangeante et qui, perso, m’a accroché de bout en bout. Ce que j’ai apprécié, surtout, c’est que même les personnages qui n’en sortent – c’est le moins que l’on puisse dire – pas grandis (son ex, et la nouvelle de son ex donc) sont décrits assez justement. Pas très humains au sens de pas respectueux d’autrui mais sans manichéisme.

Répondre

Complètement d’accord avec ton analyse. C’est exactement ça.

Contente de voir un avis! j’ai été plutôt tenter par ce livre à force de voir des articles dessus dans les magazines! alors je le lirais peut être…ou pas! 😉

Répondre

Tu me diras 😉

J’ai beaucoup aimé ce livre, et le dernier de Justine Lévy.
Je ne trouve pas qu’on puisse les rapprocher, si ce n’est pour la thématique de la relation mère-fille.Mais leurs styles, leurs tons sont très différents, j’ai moi aussi fait des billets successifs sur ces récentes lectures.

Répondre

Oui, je suis assez d’accord avec toi.

J’avais regardé, il y a quelques temps de ça le reportage sur la maison Rykiel sur Arte. Et la pauvre Nathalie m’avait légèrement énervé par sa façon de faire. Je me disais, il ne faut pas oublier d’où, on vient… Et puis en y réfléchissant un peu plus tard, je me suis dit : « ne critique pas, imagines la pression, imagines l’enjeu et le reste. » On est tous un peu pareilles finalement devant certaines situations au boulot qui nous rendent exécrables. Puis en lisant ton post, je me suis dit… après tout pourquoi pas l’acheter, moi qui adore lire. Tu as un bon sens de la critique alors je vais me fier à toi ;o)

J’en profite pour te remercier pour ton commentaire sur mon blog, ça m’a fait vraiment plaisir… ça fait un peu con de dire ça, mais bon je n’oublies pas d’où je viens ;op

Répondre

Je t’en prie, de rien du tout ! J’ai découvert ton blog via le concours Cosmo, depuis, je te lis régulièrement, sans forcément laisser de commentaires 😉

Ah ! Mais c’est excellent, ça, on a pratiquement écrit le même article 🙂 Je suis sciée par la concordance de nos avis sur ce livre, c’est trop marrant !

Répondre

Ouiiii j’ai oublié de te le dire tout à l’heure ! J’ai mis 2 mois à lire le livre. J’étais énervée au début, vraiment. Quand j’ai lu ton billet, j’ai souri 🙂

Je conseille vivement la Mélancolie des Loups de François Roux. Le 1er livre d’un de mes amis.
Formidable…

Répondre

Et bien je vous conseille plus tôt Mère fille un roman d’Eliette Abeccasis qui parle de Sonya et Nathalie Rykiel mais surtout qui traite de la relation mère/fille toujours complexe.
Je veux bien vous l’échanger le temps de lire le votre. 😉

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sed massa venenatis facilisis risus dictum elit. diam