Une jeune fille aux cheveux blancs, de Fanny Chesnel

J’ai dévoré ce livre comme on dévore une pâtisserie : goulument et avec l’avidité du gourmand qui tente en vain de ralentir sa dégustation, emporté par le désir contradictoire de savourer cet instant de plaisir intense autant que de l’assouvir rapidement. Car c’est un fait, j’ai a-do-ré ce livre. Vraiment. Je crois même pouvoir affirmer que je n’avais pas autant été transportée depuis un bon moment !

Une jeune fille aux cheveux blancs, c’est l’histoire de Caroline. Soixante ans et l’heure de la retraite qui sonne : Caroline se retrouve à l’aube de la dernière partie de sa vie. Celle où elle est officiellement une personne âgée.

Comment en est-elle arrivée là, elle qui hier encore était une jeune épouse, une jeune maman, une jeune femme… cette jeune femme qui tout à coup a 60 ans. Cette jeune femme que l’on assiste démesurément, que l’on protège. Cette jeune fille docile qui par amour pour sa famille joue le jeu, donne le change et tente de faire bonne figure.

Et puis, comme pour se prouver qu’elle est encore en vie, Caroline part en vrille. Elle s’étourdit de rencontres, s’ouvre aux autres, à l’autre et savoure sa nouvelle jeunesse pour comprendre et accepter celle qu’elle est aujourd’hui : une jeune fille aux cheveux blancs.

Il s’agit là du premier roman de Fanny Chesnel et vous l’aurez compris, je suis bluffée. Voire même un brin jalouse qu’une jeune femme de même pas 30 ans ait pu écrire une telle pépite ! Tout est si juste dans ce que décrit Fanny Chesnel. L’incompréhension et l’injustice de la vieillesse et du temps qui court si vite. La fin d’une vie, le bouleversement qu’implique la retraite, le soin que les proches vous prodiguent tant est si bien qu’ils finissent par vous assister. Oh bien sûr, je suis loin d’avoir le même âge que Caroline. Et pourtant, je me suis énormément reconnue dans ce portrait.

Voilà. Je n’ai pas grand chose d’autre à ajouter, si ce n’est que ce livre est une vraie pépite… et je pèse mes mots !

Ce que dit la 4ème de couv’ : Ah, le cap des 60 ans ! Un mari attentionné mais débordé, des enfants adorables, une vie de rêve. Et avec la retraite, la liberté avec un grand L… ou l’ennui avec un grand E ! Caroline, qui savoure le plaisir d’être enfin paresseuse, de prendre son temps, reçoit un cadeau empoisonné : une inscription à un club pour seniors ! Cours de poterie, de théâtre, d’œnologie, d’informatique… et si c’était le début de la fin ? Caroline craque. Elle envoie valser ces loisirs organisés, pour une autre voie, plus drôle et plus illicite… Elle tâtonne, expérimente, bousculant ses habitudes et rencontrant au gré de son errance de nouveaux amis, et surtout le séduisant – et très jeune – Julien…

1

Commentaires

Quel joli titre et qu’il décrit bien nombre de femmes !
Le temps ralentit puis se fige à une période révolue où il était encore en cours,
et l’on garde le sourire en croyant encore aux promesses de la vie….
Ne pas peser sur l’autre, rester légère,même si le coeur est lourd…
je les aime beaucoup……

Répondre

Tu m’as donné envie…je l’ajoute dans ma PAL! Merci. Bonne journée

Répondre

Je comprends très bien que tu puisses te retrouver dans ce portrait, au-delà de l’âge, et je sens déjà que ce sera également mon cas! J’ai très envie de lire ce livre, merci pour cette jolie découverte! ;o)

Répondre

hello ! je trouve que tu as joliment écrit ce que tu as ressenti et c’est doublement réussi car ça m’a donné envie de lire ce livre !

Répondre

Merci Deedee ! Ce livre va direct dans ma liste des livres à lire… justement j’ai prévu d’aller à la bibliothèque cet après-midi 🙂
Bonne journée

Répondre

Un nouveau roman que je vais dévorer je pense. Merci pour tes conseils en matière de lecture, je les suis très régulièrement 😉
Bises

Répondre

Oh dis donc tu le vends tellement bien ce livre, hop sur la « to read list » :))

Répondre

post-coïtum, animal triste ???
Merci de faire monter les piles à lire !
Pour ma part je te conseille « Parle leur de batailles, de rois et d’éléphants » si tu ne l’as pas déjà lu… une pépite aussi !

Répondre

M’étonne pas que tu ais bcp aimé ce livre … Les qques billets où tu parles du temps qui passe, semblent vraiment te tenir à cœur, et à chaque fois je suis scotchée de te lire car c’est vraiment ce que je ressens aussi … Tjs se prouver qu’on est en vie ! Et puis je comprends mieux ton énergie rare à faire mille choses, ton job, ton blog, ces défis  » côte d’azur  » et tant d’autres …
Je suis admirative … 🙂
Belle journée Deedee !

Répondre

oh ben plus que tentée de lire ce livre…….
J’ai lu et beaucoup aimé La Femme coquelicot de Noelle Chatelet. L’histoire d’une femme de 70 ans dont la vie va être bouleversée par l’amour.
Dans un mois j’ai « trente-dix ans », et je vois cette vie passée à si vive allure, ma fille de 3 ans qui pousse trop vite, bref le temps qui passe me donne le vertige.
Bonne journée à toi!

Répondre

Parfait, moi qui cherche un nouveau bouquin! En plus, je ne sais pas bien pourquoi parce que je n’ai que 23 ans, ce thème me touche beaucoup… Pas seulement parce qu’on a peur de notre propre vieillesse. Je suis toujours étonnée de la façon dont on nie notre ressemblance avec nos pairs plus âgés, ce lien d’homme à homme, comme on si l’on se cherchait des dissemblances, des fossés infranchissables. As-tu lu Un homme, de Philip Roth? C’est autour de ce thème est c’est très bien!
Lux
http://luxbeaupre.blogspot.com/

Répondre

Pour un premier roman, c’est une belle réussite.
Ce thème est très d’actualité, surtout dans cette période de jeunisme que nous vivons. Je pense que nous sommes tous concernés.
Il a l’air passionnant ce livre. Je note les références.
Merci pour cette description si complète.

Répondre

Un « à ne pas manquer » !!!! Ca me manquait, justement 😉 J’ai une PAL énorme sous les yeux et plus vraiment de temps depuis mon accouchement mais ta note met l’eau à la bouche. Je vais rajouter cette jeune fille à la liste des héroïnes que je dois découvrir.

PS: Je suis en train de lire « Les privilèges » de Jonathan Dee. très, très bon.

Répondre

C’est effectivement un livre très captivant que j’ai découvert grâce à toi et dévoré en quelques heures…le temps qui passe, l’usure des sentiments, le rôle d’une mère qui évolue à différents stades de sa vie, tout sonne très juste!

Répondre

Ah tu l’as lu ! Contente que tu l’aies autant apprécié que moi 🙂

Ah ben merde, moi qui vient d’acheter mes livres pour les vacances ! Damned !

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dictum leo dolor venenatis, felis Aenean consectetur commodo consequat. et, id, vel,