Un corps parfait pour la plage…

beach-body-1

En français, ça sonne vraiment moins bien (ou alors j’ai définitivement bien fait de ne pas persévérer dans mes études de traducteur…!).

On nous bassine avec ça. Le corps de rêve, exempt de tout « défaut », toute trace de vie qui vient petit à petit l’habiter, le marquer. On dirait qu’il serait parfaitement bien dessiné, harmonieux, galbé. Que sa peau serait douce et ferme. Qu’il n’aurait aucune vergeture, cellulite, cicatrice, varice, aucun bourrelet plus ou moins replet. Et le pire dans tout ça ? C’est qu’on y croit ! Et qu’on se colle la rate au court bouillon pour coller à un idéal qui n’existe pas. On a beau savoir qu’un corps, c’est comme la vie : il n’est pas parfait et que c’est l’exacte raison pour laquelle on devrait apprendre à l’aimer une fois pour toute, rien n’y fait. On complexe plus ou moins fort à mesure que l’échéance du maillot se rapproche.

Il n’y a qu’à voir les injonctions qu’on se prend de toute part. Les images des ces filles parfaites couchées sur papier glacé qui nous éclatent la rétine. Les mots qui nous font croire que ce énième régime, c’est le bon, on y croit, il va nous rendre super bonne en 7 jours chrono tout en continuant à se faire plaisir… Ben voyons ! On n’est pas nées de la dernière pluie. On sait que ce ne sont que des mensonges auxquels même la fameuse ménagère de moins de 50 ans n’adhère plus depuis bien longtemps. Et pourtant. On continue à faire preuve d’une malveillance épique envers notre propre corps.

Moi, j’aimerais faire la paix une fois pour toute avec le mien, de corps. Avoir l’esprit léger lorsque je porte un tee shirt sans manches (j’aime pas mes braaas). Enfiler mon maillot de bain chéri sans me dire que j’ai choisi un une-pièce cette année pour cacher mes (petits) bourrelets et ce ventre qui n’a jamais été vraiment plat. Arrêter de me comparer et de me dire systématiquement que je suis moins bien. Parce que trop blanche, parce que trop molle, parce que trop vieille, parce que trop d’apéros aussi, je l’ai bien cherché ! Aaah, cette fameuse culpabilité… Et ne venez pas me dire que j’ai de la chance, que je suis mince, que je n’ai pas le droit de me plaindre, qu’il y a pire que moi, que quoi, je veux perdre un os ou quoi ? Mes complexes illustrent bien le mal dont on souffre toutes : je ne connais pas une seule femme dans mon entourage qui s’aime telle qu’elle est. Même la plus bonne de mes copines, non.

Alors ? Alors, en attendant ce jour béni où absolument rien ne viendra gâcher mon plaisir à me prélasser crânement sur quelque rebord de piscine, j’utilise des béquilles, qui m’aident à progresser sur le chemin du mieux être. Allez, je veux bien vous les souffler, vous les connaissez déjà si vous me lisez : Insaf. Et puis, un coup d’autobronzant vite fait avant de boucler la valise des vacances pour arriver un peu moins blanche à destination… Parce que j’aime trop la plage pour m’en passer et que j’en ai ma claque de ne pas m’assumer.

Allez chiche, cette année les bonnasses de la plage, c’est nous !

Commentaires

(sans parler des cicatrices) (j’en ai plein sur un genou :))
mais c’est con car relativiser à fond (style : ok à certains il leur manque un bras, moi j’ai les deux) eh ben, ça fait les aimer.
bisous !

Répondre

Ah ben tu vois, j’ai oublié la cicatrice parce que j’en ai quelques unes assez WOW moi aussi et je les zappe direct ! Mais tu as raison, je vais les ajouter 🙂

C’est vrai on le sait toutes qu’il faut arrêter de se flageller, de se culpabiliser à longueur de temps!mais pfiouuuu pas facile!
j’appelle ça souvent « l’auto-prisme déformant », c’est fou comment l’image qu’on a de notre corps et de nous est éloignée et bien plus négative que celle que les autres peuvent avoir de nous!
en tout cas merci pour cette piqûre de rappel bien sentie 🙂

Répondre

On est archi plus dures avec nous mêmes que les autres ne le sont, en fin de compte…

rien à voir mais j’étais ds les bureaux de Pop my day aujourd’hui 😉

Un des avantages de vieillir… c’est qu’on finit par s’aimer ! Il m’a fallu du temps, des années, mais aujourd’hui quadra, bien assumée, je n’ai jamais été aussi bien dans mon corps (qui est loin d’être parfait) ni dans ma tête ! On ne croit plus aux miracles, on sourit à la vie, on fait la paix avec notre corps 🙂

Répondre

Tellement ! Quand je vois le paquet de complexes que je me trainais à 16 ans…

(Bon, il faut que je vieillisse encore un peu pour apprécier totalement mon corps :p )

Complètement d’accord Sandrine! J’ai 43ans et j assume et j aime ( et m aime) comme jamais dans ma vie!!

Mais t’es tellement une bonasse deedee! Je suis plein de formations en ce moment et en fait qui nous naissons parfait, des bebes parfaits, aimant et aimé et qu’on grandit avec injonctions incessantes « fais co, il faut faire Comme ca », des choses de Petites filles. Et je crois que ca passe par la finalement. On va devenir des femmes, des vrais, et ne plus obeir ou nous laisser intimidee. On est adultes quoi!!!! Bonasses quoi!! Allez Allez!!!!

Répondre

KEURS !

Oui, les injonctions à la con nous empêchent de vivre… TEAM BONNASSES et puis c’est marre ! (Même si c’est plus facile à dire qu’à faire…)

Completement d’accord avec toi, j’en ai marre de ces diktats de la minceur et du corps parfait partout! Mon corps parfait c’est celui de j’accepte et que j’aime, avec ses petits et gros defauts 🙂

Répondre

Voilà. Y’a plus qu’à :p

Je suis d’accord avec toi à 36 000% au moins ! Mais malheureusement, s’accepter et s’aimer tel que l’on est c’est souvent plus facile à dire qu’à faire 😉 Mais je continue à faire des efforts pour être moins centrée sur ces complexes qui me gâchent la vie, parce qu’il y a tellement plus important !

Répondre

Oui ! Allez, on lâche rien !

J’en peux plus non plus, le prochain qui me tend un magazine féminin avec marqué un couverture -5kilos avant la plage, je lui balance à la gueule. Voilà c’est dit.
➕♡

Répondre

Je crois qu’aucune de nous n’aime son corps. Je suis sûre que même les mieux foutues d’entre nous trouvent toujours quelque chose à redire sur son corps. Je crois que c’est dans nos gênes. On ne peut pas s’empêcher de se comparer aux autres. Le pire pour moi, c’est à la plage! Il faut toujours que la plus bombasse de la plage s’assoit à côté de toi! C’est comme si elle était née pour te narguer haha! Bref, je dis chaque année que je vais prendre la bonne résolution de m’aimer, de m’accepter comme je suis. Et puis chaque étés, les magasines, Instagram, nous mitraille de de photos de filles aux abdos et fesses bien formées et fermes, et chaque année, je me dis donc que je vais me mettre au sport, en vain bien sûr^^ La bonne bouffe prend toujours le dessus sur les abdos et les squats. Seul le running semble persister ^^ C’est déjà pas mal tu me diras 🙂

Bisous 🙂

Répondre

Merci pour ce poste Deedee. Quand je lis ce genre d’articles, il y a toujours quelques minutes où je me dis que l’auteur a raison et puis juste après il y a le « oui mais bon je pourrais quand même faire ça pour perdre ma cellulite etc ». En fat je fais une vraie différence entre les trucs que je pourrais hypothétiquement modifier chez moi et les autres. Je sais que je ne peux rien faire contre mes cicatrices et mes vergetures de grossesse. Et franchement je les assume et m’en fous totalement. Alors que ma cellulite et ma culotte de cheval naissante, ben non, ça je n’arrive pas à l’assumer…ça n’a pas toujours été là…. Bref, c’est dur dur mais essayons au moins de ne pas se gâcher la vie !

Répondre

qu’il est bon cet article !!! théoriquement je suis à 100% d’accord mais en pratique je me trouve toujours aussi laide et grosse et tordue
y a toujours un truc qui va pas et je me dis que si nous on se juge mal, les autres doivent en faire de même sur nous
mais je vais quand même à la plage, je mets quand même des shorts courts
par contre mon ventre est bien planqué comme il faut parce que lui je l’assumerais jamais c’est sur et certain

Répondre

He oui, toujours la même rengaine dès Janvier après les fêtes de fin d’année, histoire de nous faire encore culpabiliser. Oui mais bon, on est toutes complexées alors je me le suis mis en tête, oui cette fille en maillot qui paraît au top a sûrement elle-aussi un truc qui ne « va pas » ou moins. Sauf que ce n’est qu’une photo qui ne parle pas, on est pas dans Harry Potter, donc il vaut mieux se le dire et arrêter de se prendre la tête. Après tout, tout le monde est bien comme il est et c’est tout:)
Je terminerai par ce mot: la positive attitude hehe

Répondre

Bien d’accord avec toi ! Je fuis depuis plusieurs années le rayon « magazines féminins », et particulièrement à l’approche de l’été. Ces injonctions contradictoires du type « sentez-vous bien dans votre corps imparfait » avec des nanas justement parfaites car sûrement retouchées là où il faut… C’est exaspérant, et dieu merci il existe les copines et la blogosphère pour garder à l’esprit qu’il existe tous types de beauté, et que la meilleure façon de se trouver belle c’est de s’accepter telle qu’on est. Car un corps, on n’en a qu’un, alors autant vivre en paix avec 😉

Répondre

Quand je regarde des photos de moi en maillot il y a 10 ans, je me souviens qu’à cette époque je me trouvais trop ceci, pas assez cela, etc… et j’étais bien bête, car objectivement j’étais comme il faut !
10 ans plus tard, grossesses, cicatrices, varices passées par là n’ont pas arrangé le tableau mais je me dis « Trouve toi bien maintenant car dans 10 ans tu le regretteras ton corps ! »
On n’est jamais content de ce qu’on a, alors autant s’apprécier comme on est, puisque dans le fond, on n’est peut-être pas si mal ! Du moins en comparaison avec 10 ans de plus !

Répondre

Oooooh…
Tu veux bien laisser ta photo avec citation libre de droit ?
J’ai envie de l’afficher partout partout !

Répondre

Bien sûr ! Il faut faire passer le message 🙂 Tant que tu cites la source d’une manière ou d’une autre ça ne m’ennuie pas 😉

Comme dit Maï, t’es tellement bonnasse! 🙂
Je suis complètement d’accord, je suis encore en phase d’apprentissage mais ça va beaucoup, beaucoup mieux. Ce n’est que récemment que j’ai accepté que je n’étais pas « grosse », mais « normale » alors que ma morphologie n’a pas bougé depuis presque 10 ans! Les traumatismes adolescents…
Et d’ailleurs, grâce à toi, j’ai connu la pétillante et adorable Insaf <3

Répondre

Etre « bon » ou « bonne », c’est avant tout dans la tête
A bat les publicités avec des mannequins irréels!

Répondre

Merci !! On ne le répétera jamais assez !
Rien que de lire ces quelques lignes, ça me redonne de la joie mais surtout de la confiance.
Top top top.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram